Volet Domaines D’Activités Stratégiques





télécharger 307.83 Kb.
titreVolet Domaines D’Activités Stratégiques
page2/7
date de publication06.06.2019
taille307.83 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

(Extrait de la Stratégie Régionale de l’Innovation)
3-1- Orientation 1 : créer de la valeur et de l’emploi par les domaines
d’activités stratégiques


Nota : ce chapitre se veut volontairement synthétique, la démarche détaillée étant annexée au présent document et les matrices AFOM ainsi que les atouts de la Région pour chacun des DAS faisant l’objet d’un chapitre particulier du diagnostic annexé au présent document.
Les DAS présentent des objectifs stratégiques communs liés à la double approche « marché » et « innovation », et des objectifs spécifiques qui traduisent le positionnement différenciateur de Provence-Alpes-Côte d’Azur, à la fois en termes d’enjeux, d’atouts et de potentiel de marché.
Pour chacun des DAS, des Programmes d’Accélérateurs de Mise en Marché (ou Méta-Projets) ont été formulés à partir des enjeux sociétaux premiers auxquels la Région doit répondre et se déclinent avec des objectifs de marché pour lesquels les entreprises du territoire disposent de produits et qu’elles peuvent contribuer à atteindre par une offre innovante.

Les objectifs stratégiques communs des DAS

  • Mettre l’accent sur les domaines les plus porteurs d’activité à 5 ans,

  • Faire croître les start-up et les PME positionnées notamment sur les industries émergentes,

  • Conforter un processus de ré-industrialisation de l’économie régionale,

  • Accroître la visibilité économique de la région,

  • Développer des coopérations aux niveaux national et européen,

  • Evoluer vers un système innovant ouvert (relations inter-secteurs et/ou inter-clusters) et rechercher une co-construction « public-privé »,

  • Développer sur les territoires de la région des expérimentations et des vitrines de nos savoir-faire,

  • Promouvoir une innovation qui réponde à des enjeux sociétaux et environnementaux,

  • Assurer un processus permanent de veille et de découverte entrepreneuriale, associant étroitement les acteurs régionaux de la recherche.




Objectifs spécifiques

DAS

Principaux éléments différenciateurs de la région




  1. Construire une offre en prestation globale sur la rénovation thermique en climat méditerranéen

  2. Promouvoir la gestion et la sécurisation des réseaux électriques intelligents

  3. Développer la production d’énergies renouvelables marines

  • Bâtiment représente 30% de la consommation énergétique de la région

  • Fragilité du réseau électrique régional

  • Forte dépendance énergétique de la région

  • Compétences particulières sur les énergies marines

  • Gisements naturels d’énergies renouvelables

TRANSITION ENERGETIQUE ET EFFICACITE ENERGETIQUE


vv

  1. Promouvoir des solutions globales de surveillance environnementale et de gestion de crise

  2. Renforcer la compétitivité technologique des solutions de sécurité et diversifier les applications

  • Présence de la quasi-totalité des risques naturels et de nombreux sites à risques industriels et technologiques

  • 1ere base navale de défense à Toulon, leaders industriels de rang mondial dans l’aéronautique, l’espace

  • Concentration d’entreprises dans la métrologie, l’optique photonique, nano électronique, technologies sans contact



RISQUES – SECURITE - SURETE



  1. Améliorer la prise en charge du patient par un dépistage précoce, une aide au diagnostic médical et le développement des dispositifs médicaux

  2. Développer des solutions d’e-santé

  3. Prévenir les maladies par la promotion de l’alimentation méditerranéenne

SANTE - ALIMENTATION

  • Vieillissement de la population

  • Densité de l’offre de soins mais inégalement répartie

  • Compétences scientifiques en neurosciences, cancérologie immunologie, infectiologie

  • Concentration d’entreprises sur le diagnostic médical, les dispositifs médicaux, les technologies numériques






  1. Promouvoir des solutions de mobilité centrée usage permettant d’optimiser la gestion des flux de personnes ou de marchandises

  2. Développer de nouveaux services et infrastructures portuaires et aéroportuaires économes en énergie et sûrs

  3. Renforcer la compétitivité industrielle de l’aéronautique et du naval par le développement de nouveaux véhicules de transport et la promotion de nouvelles activités

  • Transport représente 35% de la consommation énergétique de la région accentuée par les flux touristiques

  • Concentration d’entreprises dans le numérique, les systèmes embarqués, les logiciels de géolocalisation

  • Infrastructures portuaires de 1er plan

  • Aéronautique = 1ere filière industrielle de la région avec la présence du leader mondial des hélicoptères civils

  • 15% de l’activité mondiale de réparation/maintenance des navires de grande plaisance se trouve en région



MOBILITE INTELLIGENTE
ET DURABLE





  • Tourisme = 11% du PIB régional contre 5% au niveau mondial

  • 3ième région française dans les industries culturelles

  • Concentration d’entreprises dans le multimédia, l’animation 3D, la réalité virtuelle augmentée




INDUSTRIES CULTURELLES – TOURISME –
CONTENUS NUMERIQUES





    1. Développer des solutions d’e-tourisme et accroitre la clientèle internationale

    2. Créer des liens entre le Transmédia et la ville intelligente




3-1-1- DAS « Transition énergétique / efficacité énergétique »

La « transition énergétique » recouvre un ensemble d’actions, d’investissements et de décisions permettant d’optimiser la production d’énergie par rapport aux besoins de consommation et dans le respect de l’environnement. Elle concerne les secteurs technologiques suivants : l’efficacité énergétique des bâtiments et les économies d’énergies (isolation, smart-grids, comportements individuel et collectif, gestion informatisée, cogénération …), le stockage de l’énergie (batteries, hydrogène, réservoirs …), la production intermittente d’énergies renouvelables (éolien, solaire, …), la production d’énergie en régime continu (bois, biocarburants, hydraulique, fossiles, fission, fusion).

La demande énergétique mondiale est satisfaite à 80% par les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz), à 13% par les énergies renouvelables (dont 10 % d’hydraulique) et à 6% par le nucléaire. Si cette demande mondiale progresse à un rythme annuel de 2,4%, la consommation d’énergie primaire de l’Union Européenne est en revanche quasiment stable depuis la fin des années quatre-vingt. L'Union Européenne est responsable d'environ 14 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre alors qu’elle contribue à près de 23 % du PIB mondial en 2012.

L’une des caractéristiques de Provence Alpes Côte d’azur est sa forte dépendance énergétique, puisque seuls 9% de l’énergie consommée sont produits en région. La consommation régionale d’énergie finale - près de 13 millions de tonnes équivalent pétrole - est répartie de manière équivalente entre l’industrie, les transports et le bâtiment. La répartition par énergie montre que les produits pétroliers occupent une part prépondérante des consommations (40%) suivis par l’électricité (25%) et le gaz (15%).

Une deuxième caractéristique de la région est la fragilité de son réseau électrique avec une seule ligne à haute tension alimentant le littoral est de la région.

La production régionale d’énergie primaire de 1,2 Millions de tonnes équivalent pétrole est à 54% d’origine hydraulique grâce aux installations de la chaîne Durance-Verdon, des Alpes-Maritimes et de la vallée du Rhône, à 39% du bois, à 4% issue de la valorisation des déchets, 2% de solaire et 1% d’éolien. À l’enjeu de maîtrise de la demande énergétique s’ajoute celui du développement de la production d'énergies renouvelables ou non émettrices de gaz à effet de serre, qui ne représente aujourd'hui que 10% de la consommation régionale.

La région dispose en revanche d’atouts significatifs dans ce domaine tant en terme de recherche, que de réseaux d’entreprises et de potentiel d’expérimentation lui permettant de se positionner sur 3 objectifs opérationnels porteurs et de décliner pour chacun d’eux un certain nombre d’actions ou projets:


Construire une offre en prestation globale sur la rénovation thermique en climat méditerranéen


Développer la production d’énergies renouvelables marines

Promouvoir la gestion et la sécurisation des réseaux électriques intelligents



Construire une offre en prestation globale sur la rénovation thermique en climat
méditerranéen

L’efficacité énergétique des bâtiments constitue l’une des clés qui permettra de réaliser la transition énergétique dans laquelle souhaite s’engager la Région, en parallèle de l’augmentation de la production d’énergies renouvelables et de l’accès à plus de sobriété énergétique dans les transports ou l’industrie par exemple.

Le bâtiment représentant 30% de la consommation énergétique en région, l’objectif est de réduire cette consommation de 5% en favorisant la rénovation énergétique des bâtiments existants par l’amélioration de l’isolation thermique, par le développement des énergies renouvelables intégrées au bâti et par la mise en place de mesures de contrôle de la consommation énergétique.

Les objectifs du scénario négaWatt régional fixent à 23 000 le nombre de rénovations thermiques pour les maisons individuelles à atteindre d’ici 2022, à 34 000 logements en 2020 le nombre de rénovation thermique pour les logements collectifs, ainsi qu’une rénovation thermique progressive pour le tertiaire.

Le marché régional des bâtiments existants engagés dans une réhabilitation avec labellisation BBC-Effinergie se décompose selon les segments suivants : 31% pour l’isolation thermique des parois vitrées et portes, 23% pour l’isolation thermique des toitures, 21% pour le système de chauffage, 12% pour l’isolation thermique des murs, 7% pour les systèmes de chauffage utilisant une source d’énergies renouvelables (EnR), 6% pour les systèmes de production utilisant une source d’EnR.

Le système d’éclairage des bâtiments constitue d’autre part une brique technologique photonique essentielle pour diminuer la consommation énergétique des bâtiments. Plusieurs acteurs industriels de la filière photonique régionale développent des solutions innovantes pour la gestion de l’éclairage d’un bâtiment.

La région dispose d’atouts dans le domaine de la rénovation thermique, tant en termes de recherche, que de réseaux d’entreprises et de potentiel d’expérimentation :

  • deux plateformes au sein du CSTB dédiées à la R&D des procédés photovoltaïques intégrés aux bâtiments et au développement de nouveaux produits ou procédés de performance thermique,

  • la présence de la Cité de l’Energie du CEA, issue d’une collaboration entre le site de Cadarache avec les centres de Grenoble et Chambéry, qui développe des technologies solaires à concentration (thermique, photovoltaïque, smart grids) et souhaite construire des maisons expérimentales axées sur l’efficacité énergétique des bâtiments méditerranéens,

  • un réseau dense d’installateurs et d’artisans capables d’intervenir dans le champ de la rénovation thermique et un deuxième cercle d’une trentaine de PME innovantes dans les champs des technologies solaires, du petit éolien, de l’isolation thermique des parois vitrées, du comptage intelligent ,…

  • une implantation commerciale de leaders nationaux et internationaux en capacité d’entraîner le tissu de sous-traitants et d’installateurs dans leur sillon et une forte capacité d’innovation (R&D privée),

  • des coopérations structurées entre le Pôle de Compétitivité Capénergies et le PRIDES Bâtiments Durables Méditerranéens,

  • la région possède le seul industriel national en capacité de produire des éclairages à base d’OLED.



Les actions à mener à court et moyen termes seront les suivantes :

  • promouvoir la création de maisons expérimentales du bâtiment méditerranéen durable avec une attention particulière à porter sur le confort d’été afin de proposer des offres de systèmes constructifs globales (conception, organisation et gestion de la fabrication des produits utilisés dans le bâtiment),

  • accélérer la mise sur le marché des produits et des services intégrant  des technologies de l’efficacité énergétique passive adaptées aux caractéristiques du climat méditerranéen (enveloppe du bâti, systèmes de chauffage et climatisation) et des technologies de l’efficacité énergétique active, permettant d’optimiser l’usage de l’énergie et la gestion des flux énergétiques par des outils de mesure, de contrôle et de pilotage de la consommation. Si la région est bien positionnée sur les technologies actives, il convient en revanche de renforcer la R&D I sur les technologies passives en particulier les systèmes d’enveloppe du bâti, l’usage des nouveaux matériaux,

  • renforcer la formation des artisans et installateurs pour leur permettre d’intégrer de nouveaux produits, de nouvelles technologies et de nouvelles méthodes dans leurs prestations est une condition forte pour la diffusion de ces nouveaux produits,

  • promouvoir l’intégration des ENR (photovoltaïque petit éolien) dans le bâti qui constitue également une voie de développement. Dans le domaine du solaire, les capteurs thermiques pour la production d’eau chaude, et les panneaux photovoltaïques à base de silicium pour la production d’électricité ont atteint un certain degré de maturité. Il convient de poursuivre la R&D sur les nouvelles générations de cellules photovoltaïques basées sur l’utilisation de matériaux inorganiques semi-conducteurs en couches minces et sur des matériaux organiques afin d’optimiser les rendements et de diminuer la durée d’amortissement de ces équipements. Les projets de R&D sur la climatisation solaire réversible avec stockage d’énergie et leur déploiement sont également à encourager,

  • développer les expérimentations associant approvisionnement énergétique du bâtiment et d’un véhicule électrique qui représentent un axe exploratoire particulièrement pertinent.

La création de cette « offre en prestations globales » du Bâtiment Méditerranée devrait ensuite permettre d’exporter ces nouveaux produits dans les pays soumis aux mêmes conditions climatiques.

Des partenariats pourront d’autre part être noués avec les régions et les acteurs ci-après :
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet Domaines D’Activités Stratégiques

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet Domaines D’Activités Stratégiques

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconProgramme de cofinancement de projets d’éducation et de partenariat...
«Volet Nord et Volet Sud» 000€ pour le Volet Nord et 15. 000€ pour le Volet Sud

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconProgrammation d’activités spécifiques en lien avec les autres domaines...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconDissertation sujet
«volet préventif» puisqu’en cas de risque de dépassement, la Commission adresse une recommandation au pays concerné et un «volet...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconRésumé : L'émergence des objets connectés bouleverse totalement tous...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconBep metiers de la relation aux clients et aux usagers
«Métiers de la relation aux clients et aux usagers» participe à la réalisation d’activités spécifiques dans les domaines professionnels...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconLa neuropsychologie infantile
«immaturité» de son cerveau et de son manque d’expertise dans les différents domaines d’apprentissages cognitifs, puisque l’enfant...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconDe la fin du xixè au premier choc pétrolier, la France est un pays d’immigration
«La France multiculturelle» est l’image donnée par les équipes sportives. Citez d’autres domaines dans lesquels cette image reste...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet 1 : Description du projet






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com