Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée





télécharger 10.83 Kb.
titreMax Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée
date de publication16.11.2017
taille10.83 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
MAX WEBER (1864-1920)

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée mais modérée. Son père mène une carrière politique dans le parti national-libéral, et Weber côtoie dès son jeune âge des politiciens et des intellectuels tels Dilthey et Mommsen. Outre des cours de droit, Weber suit à la faculté de Heidelberg des cours d’économie politique, de philosophie, d’histoire et de théologie. Il préfère très rapidement l’isolement de sa chambre d'étude aux amphithéâtres où se bousculent des étudiants qu'il n'apprécie guère. Weber poursuit alors de brillantes études de droit et d'économie : sa thèse sur les sociétés commerciales au Moyen Âge (1889) et le texte de son habilitation portant sur l'histoire des institutions agraires dans l'Antiquité (1891) le font saluer comme un chercheur éminent. Privatdozent à l'université de Berlin dès 1892, Weber enseigne le droit commercial et est très rapidement remarqué par ses pairs.

Ces années furent décisives dans la formation de Max Weber à un autre titre : il commença à s'intéresser aux problèmes sociaux de son époque et rejoignit, en 1888, le Verein für Socialpolitik (Association pour la politique sociale), association formée par des économistes issus de l'Ecole historique et pour qui la réflexion économique devait jouer un rôle décisif dans le traitement des problèmes socio-économiques de la jeune nation allemande. Weber considère l'intervention étatique dans le domaine social comme une nécessité pour assurer la force de la nation allemande. Fervent nationaliste, il adhère en 1893 à la fédération pangermaniste qu'il quittera définitivement en 1899 en raison de son opposition à l'idéologie raciste et impérialiste prônée par la fédération.

Les années 1898-1903 représentent une période charnière dans la vie de Max Weber. Atteint d’une grave dépression nerveuse, il est contraint à interrompre ses activités de professeur et de chercheur. Cette crise durera près de cinq ans et le contraindra à interrompre durablement ses activités de professeur et à suspendre pour un temps son travail de recherche. Weber voyage alors beaucoup et réoriente ses recherches au fil de ses lectures vers la sociologie. Il publie alors en 1904 une étude qui lui assure très rapidement la célébrité : L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Dans le cadre d'un ouvrage collectif consacré aux fondements de l'économie sociale, il entreprend en 1909 son oeuvre majeure qui demeurera inachevée : Économie et société. En 1910, il participe avec G. Simmel, et F. Tönnies à la fondation de la Société Allemande de sociologie qu’il quitte deux ans plus tard suite à une querelle théorique.

En 1918, après avoir refusé la défaite et appelé à la résistance, Weber fit partie de la délégation allemande qui signa le traité de Versailles. Il participa également à la commission en charge de rédiger la constitution de la République de Weimar. Au milieu de l'agitation révolutionnaire de 1918, Max Weber sera l’un des membres fondateurs du Parti démocratique allemand. Profondément meurtri par les conditions imposées à l'Allemagne par le Traité de Versailles, Weber se détourne de la politique pour une chaire de sociologie que l’université de Munich a créée spécialement pour lui. Weber, à l'invitation de l'association libre des étudiants, y prononce deux importantes conférences : l’une a pour titre « La vocation du savant » prononcée en 1917 et l’autre « La vocation du politique » en 1919. Cependant ayant à peine repris ses cours et après une succession de deuils familiaux, il est terrassé subitement en 1920, à l’âge de 56 ans, par une pneumonie. Au moment de sa mort, Weber est sur le point de conclure son grand projet de sociologie comparative des religions : il regroupe, en 1920, les grands textes de ce projet, jusque là uniquement parus en revue, dans un vaste Recueil de sociologie des religions, dont la moitié paraîtra après sa mort. Toutefois, Weber laisse une part importante de son œuvre à l'état de manuscrit (à commencer par Économie et société), ou d'articles publiés seulement en revue (notamment ses textes d'épistémologie).

Bibliographie : selon l'ordre chronologique de leur édition en français :

  • Le Savant et le Politique (1919), préface de R. Aron et traduction par J. Freund, Plon, 1959.

  • L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904-1905), traduction par J. Chavy, Plon, 1964 ; nouvelle traduction par J.-P. Grossein, Gallimard 2003.

  • Essais sur la théorie de la science (1904-1917), traduction partielle par Julien Freund, Plon, 1965; édition de poche, Pocket, 1992.

  • Le judaïsme antique (1917-1918), traduction par Freddy Raphaël, Plon, 1970.

  • Économie et société (posthume 1921), traduction du tome 1, Plon, 1971; édition de poche, Pocket, 1995.

  • La ville (extrait du tome 2 d'Économie et société), traduction par Ph. Fritsch, Aubier, 1982.

  • Histoire économique générale (posthume, 1923), traduction Ch. Bouchindhomme, Gallimard, 1991

  • Sociologie des religions (choix de textes et traduction par J.-P. Grossein), Gallimard, 1996.

  • Sociologie de la musique. Les fondements rationnels et sociaux de la musique (posthume 1921), traduction J. Molino, A.-M. Métailié, 1997.

  • Économie et société dans l'antiquité (1909), introduction de H. Bruhns, traduction par C. Colliot-Thélène et F. Laroche, La Découverte, 1998.

  • Confucianisme et taoïsme (1916), traduction par C. Colliot-Thélène et J.-P. Grossein, Gallimard, 2000.

  • Hindouisme et bouddhisme (1916), traduction par I. Kalinowski et R. Lardinois, Flammarion, 2003.

Etudes consacrées à la pensée de M. Weber :

  • Aron, Raymond, Les Étapes de la Pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967.

  • Catherine Colliot-Thélène, Max Weber et l'histoire, PUF, 1990.

  • Freund, Julien, Études sur Max Weber, Genève, Librairie Droz, 1990.

  • Freund, Julien, Sociologie de Max Weber, Paris, Presses Universitaires de France, 1966.

  • Seidman, Steven, Weber, Le libéralisme et les origines de la théorie sociale en Europe, Paris, Presses Universitaires de France, 1987, pp. 245-329.

similaire:

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconAu réveil, une famille australienne trouve un crocodile dans son...

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconQuestion préliminaire : le portrait de la famille dans la Relatio Synodi
«la vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain» invitent tous les fidèles à s’interroger, à...

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée icon1°l les Énergies fossiles et la pollution atmosphérique
«sec», quel est son constituant majeur ? A quelle famille appartient-il d’ailleurs ? Citer d’autres composés de la même famille

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconMax Weber (nominalisme) appréhende la division en classes comme l'une...
«les classes, les groupes statutaires et les partis sont des phénomènes de distribution du pouvoir dans une communauté donnée»

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconEconomie / Tunisie / L’Après Ben Ali
«une vigilance renforcée sur tous les mouvements financiers» pouvant concerner «les avoirs de la famille et l’entourage de l’ancien...

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconChapitre 3 : Max Weber

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconFiche de présentation du défi Famille a energie Positive
«famille» au sens propre du terme…je n’ai pas d’enfants, je ne suis pas en couple…comment vais-je faire ?

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconRésumé Une nouvelle loi française relative à l’autorité parentale...

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconLes enjeux du soutien a la parentalite
«faisant office de», que l’on appellera beaux-parents, famille d'accueil, parents adoptifs, ou autres… du fait de la formidable mutation...

Max Weber naît en 1864 dans une famille prussienne au protestantisme rigide. C’est une famille aisée d’industriels et d’intellectuels, politiquement engagée iconMax Weber La rationalisation des activités sociales
«Sois ferme dans ta besogne», cela explique la condamnation de la vie monastique chez les protestants et l’incitation à






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com