Le don n'est-il qu'une des formes de l'échange ?





télécharger 10.3 Kb.
titreLe don n'est-il qu'une des formes de l'échange ?
date de publication24.10.2017
taille10.3 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

/

Le don n'est-il qu'une des formes de l'échange ?

PLAN

Introduction : le don, intéressé ou désintéressé ?

I - Le pur don est-il possible ?

a) Le cadeau.

b) Le don comme acte social

Il - Le don comme prestation

  1. La prestation économique

  2. L'homo œconomicus ?

Conclusion : de l'échange économique à l'échange social

Introduction


La question est provocatrice et c'est d'ailleurs bien son rôle : nous concevons en effet habituellement le don comme un geste sans contrepartie, un aller sans retour. Or l'énoncé présuppose au contraire explicitement que le don est une des formes de l'échange. Est-ce à dire que le don est une forme déguisée de l'échange et plus largement qu'il n'y a entre les hommes que des échanges économiques quantifiables ? Y a-t-il une qualité désintéressée du don ou le don n'est-il qu'un investissement quantifiable et intéressé ?

I - Le don pur est-il possible ?


a) L'idée qu'un cadeau puisse relever de l'échange, c'est-à-dire être toujours intéressé, heurtera les âmes de ceux qui croient en une générosité possible et leur paraîtra d'un cynisme effrayant. En effet, à première vue, le don est désintéressé : faire un cadeau, c'est chercher à faire plaisir et dans le cadeau, autrui est considéré a priori non comme un moyen mais comme une fin en soi. Pourtant, à mieux y regarder, il faudrait creuser ce qu'on appelle le plaisir d'offrir et mesurer l'embarras qu'il y a parfois à recevoir. Les fleurs et les bijoux dont le prétendant couvre celle qu'il courtise ne sont-ils pas en quelque manière des appels clairs et pressants à une réciprocité implicite ? Pourquoi refuserions-nous parfois certains cadeaux s'ils ne nous transformaient implicitement en obligés ?

Si on l'inscrivait dans le cadre général de nos relations à autrui, ce soupçon signifierait qu'aucun véritable altruisme n'est imaginable et que toute attitude altruiste dissimule le comble du souci de soi (dans le cadeau, c'est mon image de généreux donateur que je cultive) Mais ce n'est pas ce qu'il s'agit de déterminer ici ; cette analyse met en évidence une sorte de « contagion économique » ou de pollution sociale du don qu'il s'agit de mettre au jour.

b) Que penser du don, en un temps où le don est encouragé par des déductions d'impôt ? Qu'au lieu d'être un acte n'engageant que deux parties, le don est toujours déjà inscrit dans un cadre social qui est celui de l'échange. Ce constat de fait ne présuppose aucun machiavélisme ou aucun égoïsme outrancier ; l'inscription de l'homme dans des relations sociales implique simplement que le don devienne à son tour une réalité sociale ou presque une obligation sociale. Le don est ainsi ritualisé. Nos calendriers portent la trace de cette ritualisation.(fêtes, anniversaires, etc.) En ce sens, il paraît difficile de penser le don hors du cadre de l'échange : non que l'homme soit fondamentalement égoïste et intéressé ; mais le cadre social lui préexiste et ne peut pas ne pas le déterminer.

Il - Le don comme prestation


a) Le sociologue français Marcel Mauss s'est intéressé au don dans les sociétés primitives. En étudiant les tribus du nord-ouest de l'Amérique du Nord, il reprend le vocable chinook du « potlatch », ce qui à l'origine signifie « nourrir » ou « consommer ». Cette pratique consiste en un don obligé qui se caractérise à la fois par l'obligation de donner et de rendre ces dons. Mauss met en avant le caractère systématique de ces pratiques, organisées en un système de rivalité : il s'agit de surenchérir sur les dons de l'autre, ce qui explique ce que Mauss appelle l'« allure agonistique » (le combat) de cette prestation. L'enjeu du don est ici l'établissement d'une hiérarchie, d'une supériorité : « donner, c'est manifester sa supériorité », commente ainsi Mauss. On le voit, le don n’est aucunement désintéressé. Il se comprend comme une prestation et l'origine économique de cette métaphore est explicite à cet égard. Mais cette dimension économique n'est pas seule présente dans le « potlatch » : on ne s'échange en effet pas que des biens d'utilité, puisqu'on s'échange aussi « des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes » : ces constatations amènent Mauss à définir ces dons comme une prestation sociale, engagés dans un « système de prestations totales ». En effet, une dimension politique et une dimension sacrée en gouverne le principe, au même titre que la dimension économique. Si le don se comprend donc bien dans le cadre de l'échange, ce n'est pas forcément au strict sens économique du terme.

b) Le don paraît donc toujours déjà engagé dans la sphère de l'échange, mais pas nécessairement au seul sens économique de l'échange. Le don repose sur un échange social, au terme duquel l'exigence de réciprocité paraît claire, sans précipiter pour autant l'homme dans l'égocentrisme le plus noir et sans que pour autant le don soit toujours engagé dans les eaux froides du calcul.

S'il en est ainsi, c'est qu'il y a peut-être un état social de l'homme, état duquel il est toujours déjà partie prenante. Smith et Ricardo voulaient voir en l'homme une disposition naturelle à échanger, à commercer. Il faudrait ici élargir ce postulat à l'aspect social de l'échange pour ne pas enfermer le don dans le machiavélisme. Le don est implicitement engagé dans la possibilité d'un échange : dire cela, ce n'est pas réduire l'homme à un homo œconomicus, mais c'est reconnaître avec Aristote son état d'animal politique et social.

Conclusion


Le don est donc paradoxalement à inscrire dans l'échange, même quand cette réciprocité n'est pas assumée. Le don ne se comprend en effet que comme acte social, qui se comprend dans le cadre d'un échange social lequel n'est pas réductible au sens économique du terme.

similaire:

Le don n\L’Essai sur le don
«potlatch» décrit par Mauss dans l’Essai sur le don. Mais ces pratiques ont aussi une fonction économique, et le potlatch, n’est...

Le don n\Résumé : Le bénévolat est d’abord appréhendé comme un don de temps,...

Le don n\«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.»

Le don n\L’activité économique est l’échange de biens et services entre individus....

Le don n\Bertil Ohlin(1899-1979)
«L ‘échange international est un échange de facteurs abondants contre des facteurs rares. Un pays exporte des biens dont la production...

Le don n\Des idées pour un entrepreneuriat plus social et plus solidaire
«Nul n’est inemployable» et expérimente sur le terrain de l’entreprise de nouvelles formes opérationnelles, réalistes et convaincantes...

Le don n\Comment la gestion d’une organisation contribue-t-elle à la création...
«Est-ce que la gestion de l’entreprise Brousse Vergez contribue à la création de différentes formes de valeur ?»

Le don n\Echange intra-branche et spécialisation industrielle en Europe : l’enjeu de la qualité
«l’échange intra-branche», à l’opposé de l’échange inter-branche précédemment cité

Le don n\Réactions et compléments après la tribune Stéphane
«tout versement financé en vertu d’une mesure des pouvoirs publics sous formes de transferts de ressources par le biais d’un subventionnement...

Le don n\Section I – Une spécialisation traditionnelle fortement marquée par...
«la zone de libre-échange sera réalisée à travers les nouveaux accords euro-méditerranéens et les accords de libre-échange entre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com