Chapitre 2 : Les usa





titreChapitre 2 : Les usa
date de publication20.10.2017
taille19 Kb.
typeLeçon
e.20-bal.com > économie > Leçon
Chapitre 2 : Les USA

Leçon 1 : Une hyperpuissance au niveau mondial ?
La puissance américaine favorisée par la fin de la guerre froide se manifeste surtout dans les domaines militaires et culturels mais elle est surtout fondée sur une puissance économique sans égal. Cela leur permet d’avoir un poids important dans les échanges et les relations diplomatiques. L’ancien ministre des affaires étrangères français Hubert Védrines a attaché son nom au concept flou mais marquant, celui d’hyperpuissance (la domination dans tous les domaines d’une superpuissance qui a perdu son rival) mais ce concept vient en fait de Zbignew Brzezinski. Les USA dominent particulièrement dans quatre domaines : militaire, économique, culturel et technologique.

Cette domination n’est-elle pas exagérée ? Le concept d’hyper puissance est-il valable ?

I) Une écrasante domination économique

A) Le principal acteur de la mondialisation des échanges

Les USA jouent un rôle dirigeant dans les échanges. Ils sont dans les premiers exportateurs et les premiers importateurs mondiaux. Ils représentent 22% des importations mondiales en 2001. Ils ont donc un pouvoir important dans les négociations à l’OMC.

Document 2 pages 97.

Le Canada et le Mexique sont les principaux partenaires des USA grâce notamment à l’existence de l’ALENA dont ils font partis et qui fut créée en 1994.

Le Japon, la Chine et les dragons asiatiques représentent une part croissante des échanges notamment la Chine avec laquelle les échanges se sont traduits par un déficit commercial de plus de 100 milliards de dollars. Si l’on prend compte des entités régionales, l’UE devient le premier partenaire commercial avec 400 milliards de dollars d’échanges. Les Etats-Unis sont de grands exportateurs de produits agricoles et des services (19% des exportations mondiales). Mais ils sont de très gros importateurs (la moitié de leurs besoins en pétrole et en minerai).

Les USA sont au centre des flux de capitaux puisque le « Stock Exchange » de New York est la première place boursière mondiale dont les entreprises de biens traditionnels sont cotées par l’indice Dow Jones. L’envole de l’indice Nasdaq qui mesure les valeurs de la nouvelle économie (entreprise liés à Internet et aux nouvelles technologie) illustre le dynamisme des places boursières. Première place mondiale également pour le Board of Trade de Chicago pour le marché des matières premières et des céréales. Ces échanges s’effectuent en dollar qui est une monnaie de référence pour la moitié des transactions commerciales mondiales. C’est aussi une monnaie de réserve pour les banques centrales de nombreux pays.

Document 1 pages 91.

Les places boursières sont le lieu de grandes fusions d’entreprises et d’investissements qui vont donner aux FTN américaines un rôle prépondérant sur le marché mondial.

Document 2 pages 91.

Wal Mart est la première FTN mondiale avec un chiffre d’affaire de près de 259 milliards de dollars. Viennent ensuite Exxon Mobile, General Motor, Ford et General Electric.

B) Les atouts d’une exceptionnelle capacité productive

Les fusions et les restructurations dans le domaine des industries ont mis un terme à la crise avec plusieurs facteurs : (carte 1 pages 93)

  • La fermeture de certaines usines et la reconversion des activités industrielles dans le nouveau monde. La Manufacturing Belt qui était devenue la Rust Belt (ceinture de rouille) pendant un certain temps est parvenue à relancer son tissu industriel. Aujourd’hui elle occupe toujours la 1ère place pour l’automobile, surtout à Détroit, et le textile est encore le premier centre du prêt-à-porter à New York et la métallurgie a Pittsburg.

  • L’émergence de régions dynamiques comme le croissant périphérique (Sun Belt). Qui s’étend depuis la région d’Atlanta qui est reconnue pour Coca Cola et Lévis, le Texas avec Dallas et Austin pour la micro-informatique, la Californie avec la mégalopole de Los Angeles et San Francisco et qui s’étend encore jusqu'à la région de Seattle.

  • L’industrie ne représente plus que ¼ du PIB des emplois dynamisés par l’essor des nouvelles technologies grâce à des dépenses élevées pour la recherche avec 2,7% du PIB, mais aussi grâce aux pôles de recherches (technopoles) qui unissent des grands laboratoires et des grandes universités (MIT de Boston –Massachussets Institute of Technology- ; Silicon Valley en Californie ; Dallas). Le principal secteur dans ce domaine est l’informatique et les USA représentent le 1er marché d’ordinateur mondial (41%) devant l’UE (23%) et l’Asie Pacifique (22%).

  • Les USA représentent la 1ère agriculture mondiale (carte 3 pages 95) qui est souvent aux espaces intérieurs du Middle West et des grandes plaines avec de vastes parcelles céréalières en openfield. L’agriculture américaine se concentre surtout dans la moitié Est mais pourtant, la Californie est devenue la première région agricole mondiale. On assiste au développement de l’agribusiness qui est une agriculture productiviste liée à l’industrie et destinée au marché international. Ceci nécessite l’emploi de nouvelles technologies de précision pour l’agriculture comme les OGM (80% de la production mondiale de maïs, soja et coton), l’irrigation goutte à goutte ou encore le GPS.


II) Les manifestations de la puissance : force militaire et hégémonie culturelle

A) Une puissance militaire inégalée au service d’une vision du monde spécifique

Depuis la fin de la guerre froide et le 11 septembre 2001, une augmentation des dépenses militaires qui s’élèvent aujourd’hui à plus de 400 milliards de $ (+40% du total mondial) contre 150 milliards de $ pour l’Europe. La recherche militaire en lien avec l’industrie est un secteur clef que ce soit dans le secteur de l’emploi ou du chiffre d’affaire.

Le vaste complexe militaro-industriel associe le Pentagone aux grandes entreprises d’armement (6 parmi les 10 premières mondiales) comme Mac Donnel Douglas qui fabrique des avions. Ainsi, les USA sont les premiers exportateurs mondiaux d’armes (hélicoptères Apache, fusil d’assaut M16, F15, F16). Les USA disposent également d’un dispositif de surveillance et de contrôle des communications mondiales qui s’appelle système Echelon ou Big Brother.

Ces armes sont au service d’une vision géostratégique : lutte contre le terrorisme ; défense de la démocratie ; maintien de la paix et de la sécurité collective (intérêts stratégiques). Cette puissance est relayée par de nombreux alliés.
B) L’hégémonie culturelle américaine

Différents vecteurs :

 La langue anglaise est utilisée dans beaucoup de domaines comme le commerce, la science, la diplomatie ou encore même l’anglicisme qui explique la posture défensive de la francophonie par exemple.

La culture populaire représentée par les grandes firmes comme Mac Do, Coca Cola, Nike, Disney, Levi’s, musique (rap, rock, r’n’b), cinéma de Hollywood (Matrix, Titanic), série télévisée. Dans le domaine de l’audiovisuel, les USA exportent dix fois plus qu’ils n’importent, l’UE absorbant 80% de ces exportations. Longtemps cette exportation a véhiculée les valeurs des WASP (White Anglo-saxon Protestants), elle a popularisé le mode de vie consumériste de l’ « American way of life ». Mais cette culture est aujourd’hui métissée par les apports des minorités ethniques comme les Latinos (Jennifer Lopez), les noirs (Tupac, Dr Dre).

Internet avec les différents sites et moteurs de recherches d’origine américaine.

L’influence des élites culturelles comme les universités, les bibliothèques, les maisons d’éditions, les musées… (Ex : le Best seller américain de Bret Easton Ellis, American psycho).

La force de la culture américaine réside dans sa capacité à promouvoir une idéologie dominante (Bill Gates). Ils ont aussi des contestations et des critiques (Michael Moore).

III) Les fragilités de la puissance américaine : un Empire en déclin ? (Correction du devoir)

A) Les faiblesses militaires

2°) E. Todd dit que le concept d’hyperpuissance est un mythe lié à la surestimation de la puissance américaine fondée sur le poids des images par un effet d’optique médiatique. Les faiblesses militaires sont importantes sur le plan de l’ancienneté des armes. Mais les USA sont très forts sur l’aéronaval mais les troupes sont insuffisantes pour contrôler les équipements. La puissance militaire américaine n’a plus rien à voir avec les USA de 1945. L’intervention en Irak est très révélatrice de la théâtralisation des débuts de la guerre (CNN, jeu de carte) et des difficultés des Gi’s à sécuriser la région.
B) Une fragilité économique

3°) La principale faiblesse des USA est la disproportion entre leurs capacités productives et leurs importations de liens de capitaux (700 milliards de $ de déficit commercial). Cette fragilité est liée à une économie en grande partie virtuelle car elle repose sur des échanges financiers dépourvus d’industries de bases dynamiques.

Certains secteurs révèlent ces faiblesses comme les téléphones portable et les ordinateurs pour lesquels la Chine à détrôné les USA en 2004 sur la première marche d’exportateur mondial (180 milliards de $). Ou encore dans l’aéronautique où les progrès d’Airbus (UE) au détriment de Boeing (USA) démontrent les fragilités industrielles des USA.

Le cyclone Katrina a révélé une autre fragilité, des divisions et des inégalités sociales (1/5 e des plus riches possèdent 50% des richesses alors que 1/5e des plus pauvres ne possèdent que 3,5% des richesses). Les restrictions dans les budgets sociaux se sont traduites par une marginalisation d’une population déshéritée surtout appartenant aux minorités ethniques (10 à 20% de la population en dessous du seuil de pauvreté). Il y a aussi la privatisation de pans entiers des services publics qui se traduit par la dégradation de structures importantes (hôpitaux, électricité).
Le melting pot fonctionne moins bien avec la multiplication des tensions ethniques (ex : émeutes de Los Angeles en 1992 : Rodney King, un noir américain, se fait tabasser par des policiers blancs ce qui engrange des manifestations pendant 6 jours avec des affrontements avec les forces de l’ordre et qui se transforme petit a petit en affrontements interethniques). Enfin, la puissance américaine est remise en cause par les groupes alter mondialistes.


Conclusion

E. Todd permet de nuancer la vision dominante d’Hubert Védrines qui pense que les USA sont une hyperpuissance. Todd prévoit un effondrement de la puissance américaine avec l’aide de l’augmentation du taux de mortalité infantile qui ressemblerait à la crise soviétique. Mais ce n’est qu’une hypothèse qu’il faut prendre avec prudence et qui nous dit que cette puissance précaire mettrait en avant de nouveaux acteurs à l’échelle mondiale.

similaire:

Chapitre 2 : Les usa iconI. Les Usa : Une puissance de plus en plus influente dans le monde

Chapitre 2 : Les usa iconCh 1 : 1947-1949 : la naissance de la guerre froide
«Deux Grands» qui l’ont libérée du nazisme : les usa à l’ouest et l’urss à l’est

Chapitre 2 : Les usa iconUsa : Ethics and Compliance Officer Association

Chapitre 2 : Les usa iconChapitre 4 les equilibres macroéconomiques plan du chapitre

Chapitre 2 : Les usa iconLe programme boinc a été créé par les chercheurs universitaires de...

Chapitre 2 : Les usa iconEconomie / Crise de la dette / France / Allemagne Italie / usa

Chapitre 2 : Les usa iconL’Europe et les relations internationales de 1920 à 1929
«isolationnisme» total américain : ils sont observateurs à la sdn, les liens économiques et financiers (dettes) sont importants avec...

Chapitre 2 : Les usa iconCompte rendu de la réunion du groupe de réflexion sur les prise de risque sexuel du 21/01/2016
«Eradication : les sciences et la politique d’un monde sans sida» Elle se déroule sur l’Europe, les usa et ‘Afrique du Nord. IL est...

Chapitre 2 : Les usa iconI- la guerre froide / affrontement eu-urss depuis 1947
«bipolaire». IL est divisé en deux blocs, à l’ouest (occidental) les usa, à l’est l’urss. (oriental)

Chapitre 2 : Les usa iconLes constats, et bref historique : du déclin du continent européen à l’Union Européenne
«souveraineté». La souveraineté est un leurre, IL suffit de voir comment les grands Etats imposent «leur loi». La Suisse se plie...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com