Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique





télécharger 150.57 Kb.
titreProgrammes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique
date de publication20.10.2017
taille150.57 Kb.
typeProgramme
e.20-bal.com > économie > Programme
RÉNOVATION DES PROGRAMMES ET DES ÉPREUVES D’ÉCONOMIE ET DE DROIT

BTS TERTIAIRES

PRÉPARATION A L’ÉPREUVE D’ÉCONOMIE DROIT

PARTIE ÉCONOMIQUE

Durée : 2heures

L’ouverture d’une économie aux investissements directs étrangers, l’exemple de la Roumanie

Contexte :

Le premier janvier 2007, la Roumanie est entrée dans l’Union européenne sans pour autant adhérer à l’euro. Ce pays est en forte croissance. Le PIB de la Roumanie (121,3 milliards d’euros en fin 2007) dépend des services pour 55,2%, de l’industrie pour 34,7% et de l’agriculture pour 10, 1% pour une population répartie de manière quasi égale entre les trois secteurs. Le rythme de croissance économique a été de +de 8,2% en 2006 et de 6% en 2007.

En ce qui concerne les revenus, en janvier 2008, le salaire moyen mensuel était de 325 euros et un salaire minimum est garanti par la loi (274 euros pour les cadres et 137 euros pour les autres catégories).

Le classement publié le 16 septembre 2006 par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement situe la Roumanie à la 24ème place (sur 141 pays) au regard de l’attractivité des IDE. Le plus marquant a vraisemblablement été l’investissement réalisé par Renault par le rachat de Dacia, la Roumanie devenant la tête de pont de la production d’une voiture low cost et d’une stratégie de mondialisation du constructeur français.

Le rachat de Dacia par Renault traduit également l’attractivité de ce pays, une volonté affichée dans la politique économique de réduire le nombre d’entreprises d’Etat (encore autour de 30% du PIB en 2006, selon une estimation de la Deutsche Bank) et d’attirer plus d’investissements étrangers (7ème destination en Europe en 2006, selon le Financial Times).

Ce rachat conduit à s’interroger sur les conditions de l’attractivité d’un territoire et leur pérennité, ainsi que sur les conséquences de cette ouverture aux investisseurs étrangers pour le pays d’accueil.
Il vous est demandé de réaliser une étude sur la situation de la Roumanie et son ouverture aux IDE. A l’aide de vos connaissances personnelles et en vous appuyant sur le dossier documentaire fourni en ressources. Vous devrez, dans le cadre d’une note argumentée et structurée, effectuer les travaux suivants :
Dans une première partie vous apprécierez la situation de la Roumanie en termes de croissance, de revenu et de coût de la main d’œuvre. Vous expliquerez pourquoi il est nécessaire d’intégrer les « différentiels de productivité » dans la comparaison des coûts horaires (documents 3, 4 et 5).

Dans une seconde partie, vous analyserez les conséquences économiques et sociales pour la Roumanie de l’implantation des entreprises étrangères et vous présenterez les facteurs d’attractivité qu’elle possède.

RESSOURCES DOCUMENTAIRES :
Document 1 : Évolution du PIB

Document 2 : Revenu disponible (euros par habitant) dans les différentes régions roumaines

Document 3 : Salaires minima et coûts horaires de la main-d'œuvre dans quelques pays de l'Union européenne

Document 4 : Taux de croissance du coût horaire du travail entre 2000 et 2005
Document 5 : Grève en Roumanie, chez Dacia-Renault, pour réclamer des hausses de salaire.

Document 6 : La Roumanie, au cœur de la stratégie d’internationalisation du groupe Renault
Document 7 : Nouveaux pays membres : quelles caractéristiques économiques ?
Annexe 8 : Roumanie : Exportations et importations de marchandises (en millions de dollars)
Annexe 9 : Les IDE en Roumanie


RESSOURCES
Document 1 : Évolution du PIB

Taux de croissance du PIB réel

Taux de croissance du PIB en volume - variation en pourcentage par rapport à l'année précédente




2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

 

2009

 

UE (27 pays)

1.2

1.3

2.5

2.0

3.1

2.9

1.4

(f)

0.2

(f)

Allemagne

0.0

-0.2

1.2

0.8

3.0

2.5

1.7

(f)

-0.0

(f)

Espagne

2,7

3,1

3,3

3,6

3,9

3,7

1,3

(f)

-0,2

(f)

Roumanie

5.1

5.2

8.5

4.2

8.2

6.0

8.5

(f)

4.7

(f)

France

1.0

1.1

2.5

1.9

2.2

2.2

0.9

(f)

-0.0

(f)

:=Non disponible f=Prévision

Source des données:

Eurostat













Dernière mise à jour:

26.11.2008



























PIB par habitant dans quelques pays de l'Union européenne


en standards de pouvoir d'achat (SPA), 100 = EU à 27




2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Allemagne

118,8

116,9

115,5

116,9

116,6

114,9

113,9

113,1

Espagne

97,6

98,4

100,7

101,2

101,2

102,8

104,8

106,8

France

115,6

116,0

116,3

112,1

(*) 110,3

112,3

111,7

111,2

Roumanie

25,9

27,6

29,4

31,4

34,1

35,4

(e) 38,8

(e) 40,7

Union européenne à 27

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

nd : résultat non disponible.

(e) : estimations.

(*) : rupture de série.




Source : Eurostat.
Document 2 : Revenu disponible (euros par habitant) dans les différentes régions roumaines Source : Eurostat

Régions roumaines

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

Nord-ouest

1003

1008

1233

1309

1459

1380

1752

2122

Centre

1020

1026

1275

1295

1495

1448

1753

2105

Nord Est

770

805

968

1060

1163

1057

1436

1709

Sud Est

982

981

1177

1236

1347

1275

1749

2029

Sud

906

873

1034

1180

1264

1211

1638

1929

Bucarest

1330

1294

1983

1975

2223

2152

2500

3893

Sud ouest

889

947

1145

1281

1260

1249

1684

1963




Document 3 : Salaires minima et coûts horaires de la main-d'œuvre dans quelques pays de l'Union européenne




Salaire minimum brut (en janvier, en euros par mois)

Coût de la main d'œuvre (en euros par heure)




2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2002

2003

2004

2005

2006

Allemagne

///

///

///

///

///

///

///

26,2

26,8

26,9

27,2

27,7

Espagne

516,0

526,0

537,0

598,5

631,0

665,7

700,0

13,6

14,2

14,8

15,2

15,8

France

1 126,0

1 154,0

1 173,0

1 197,0

1 218,0

1 254,0

1 280,0

27,0

27,7

28,5

29,3

30,3

Roumanie

62,0

73,0

69,0

72,0

90,2

114,3

141,4

1,7

1,6

1,8

2,3

2,7

Union européenne à 27

///

///

///

///

///

///

///

19,4

19,7

20,3

20,4

nd

/// : absence de résultat due à la nature des choses.

nd : résultat non disponible.



















Source : Eurostat, base de données (extraction en juillet 2008).


























Document 4: Taux de croissance du coût horaire du travail entre 2000 et 2005 (source Eurostat)



Document 5 : Grève en Roumanie, chez Dacia-Renault, pour réclamer des hausses de salaire.

80% de grévistes selon les syndicats, 49% selon la direction. Beaucoup de monde, en tout cas. Mais c'est qu'on ne peut pas augmenter les salariés, affirme le directeur du site hier soir aux infos : sinon, on sera obligé de délocaliser en Russie, au Maroc ou en Turquie...

Quelques petits chiffres pour fixer les idées (source : Eurostat). Quand le coût horaire du travail est de 100 dans l'Union à 15, il est, en 2005, de 9 en Roumanie. Soit l'avant dernière place, juste devant la Bulgarie (indice de 6) et derrière la Lettonie (indice de 11). Sachant qu'en France, l'indice est de 117, on en déduit qu'une heure de travail coûte 13 fois plus en France qu'en Roumanie.

Cependant, vous le savez, la comparaison de ce coût horaire n'a pas de sens, si on n'intègre pas en même temps les différentiels(1) de productivité. En 2005, quand la productivité horaire du travail est de 100 dans l'Union à 15, elle est de 29 en Roumanie, soit la dernière place, derrière la Bulgarie (31) et la Lettonie (39). En France, l'indice est de 118. Soit une productivité en France quatre fois plus importante qu'en Roumanie. Le coût salarial unitaire, rapport entre le coût du travail et la productivité du travail, est donc de 32 en Roumanie, contre 99 en France, soit un rapport de trois pour un.

Comment tout ceci évolue-t-il ? Pour la Roumanie, l'indice de coût horaire du travail est passé de 6,4 (pour 100 dans l'UE15 toujours) en 2000 à 9,3 en 2005, pendant que la productivité est passée de 23,1 en 2002 (année la plus ancienne disponible) à 29,1 en 2005. Au total, entre 2002 et 2005, le coût salarial unitaire a légèrement augmenté relativement à la moyenne UE15, passant de 31,1 à 31,9.

Olivier Bouba-Olga, université de Poitiers

(1) Différentiel = écart
Document 6- La Roumanie, au coeur de la stratégie d’internationalisation du groupe Renault extraits de Les Echos 25/06/08

1 milliard d’euros ont été investis par le groupe Renault en Roumanie depuis 1999, (date de l’implantation du constructeur dans ce pays).

Pitesti, un pôle majeur du système industriel du groupe Renault.

Le site industriel roumain (Pitesti), avec son usine véhicule, son usine mécanique et sa plateforme ILN (International Logistic Network) est le site pilote du programme Logan. L’usine véhicules assure la production des cinq modèles de la gamme Dacia.

L’usine mécanique, qui produit trois moteurs essence et une boîte de vitesses manuelle 5 rapports pour la famille Logan et Kangoo, monte également en puissance. Elle avait une capacité de 160 000 moteurs et boîtes de vitesses en 2004, elle en a produit 510 000 l’an dernier.

En 2008, son développement continue : une nouvelle ligne, celle de la boîte de vitesses de l’Alliance TL4/MT1, a été inaugurée en mars. La plateforme ILN (International Logistic Network), créée en 2005, est à ce jour le plus grand centre du genre du groupe Renault et de toute l’industrie automobile. Sa mission : collecter les pièces fabriquées dans l’usine Dacia et chez les quelques 200 fournisseurs et les expédier vers les sept sites de fabrication de Logan. En 2007, c’est l’équivalent de 200 000 véhicules qui ont été expédiés.

La fabrication des pièces est fortement localisée. Grâce au développement du tissu fournisseurs dans la région depuis le lancement de la production de Logan en 2004, le taux de localisation est d’environ 60% pour Sandero. Il atteint 90% quand on inclut les pays voisins : Hongrie, Pologne…

Le marché européen des pièces de rechange automobiles est un secteur d'activité clé, doté de marges élevées, pour la majorité des acteurs, à savoir les constructeurs automobiles (équipementiers automobiles), et les fournisseurs par le biais de leurs activités d'entretien du matériel d'origine (Original Equipment Service - OES) et du marché des pièces de rechange indépendant.
Document 7 : Nouveaux pays membres : quelles caractéristiques économiques ?

Des pays pauvres…

Au vu des prévisions pour 2008 présentées par Eurostat, aucun des pays entrés récemment dans l'Union européenne (UE) ne dépasse le PIB par habitant moyen de l'UE-27 exprimé en Standard de pouvoir d'achat (SPA)(1). […]

engagés dans une dynamique de " rattrapage " économique

Pour l'UE-27, Eurostat prévoit en 2008 un taux de croissance du PIB réel par rapport à l'année précédente de 1,4%. […]

Dans l'ensemble, chacun note que les performances attendues pour les 12 nouveaux pays membres sont souvent meilleures que celles de 9 anciens membres, dont la France et l'Allemagne. Certes, les 12 nouveaux pays membres sont moins riches que les anciens, mais ils sont inscrits dans une dynamique de " rattrapage "économique.

À l'échelle de l'Union européenne, le passage de 15 à 27 se solde, cependant, par une chute de près de 12% du PIB moyen par habitant en SPA, UE-27=100. Ce qui accroît le fossé entre l'UE et les États-Unis. Une partie de l'explication vient de la faible productivité des nouveaux pays membres. […]

Cependant, ces pays disposent d'autres atouts aux yeux d'entreprises susceptibles d'investir : un marché généralement en forte croissance… et des salaires plus bas que dans les anciens pays membres. En 2007, le salaire minimum variait au sein des États membres de 92 euros bruts par mois en Bulgarie à 1570 euros bruts au Luxembourg. Il faut relever qu'en Turquie, pays candidat, le salaire minimum est alors de 298 euros. Ainsi, le salaire minimum turc est plus élevé qu'en Bulgarie (92), Roumanie (114), Lettonie (172), Lituanie (174), Slovaquie (217), Estonie (230), Pologne (246), Hongrie (258) et République tchèque (288). […]. Notons bien, cependant, qu'il s'agit des salaires minima et non pas des salaires moyens.

Enfin, contrairement à une idée reçue, les nouveaux pays membres se caractérisent généralement par un taux de chômage plus faible que la moyenne communautaire.[…]

D’après Pierre VERLUISE, Actualités européennes, n°19, 5 mars 2008, IRIS


(1) Pour comparer des économies de taille différente et ayant des niveaux de prix différents, Eurostat a calculé l'indicateur " PIB par habitant en SPA ".Pour éliminer les distorsions dues aux différences de niveaux de prix, des parités de pouvoir d'achat (PPA) sont calculées et utilisées comme facteur de conversion. Ces parités correspondent à une moyenne pondérée des rapports des prix relatifs concernant un panier homogène et de services représentatifs et comparables pour chaque État membre. Les valeurs du PIB " en volume comparable " obtenues de la sorte sont ensuite exprimées en Standard de pouvoir d'achat.
Annexe 8 : Roumanie : Exportations et importations de marchandises (en millions de dollars)

Source : OMC

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Exportations

10142

11394

13877

17662

23553

27688

32458

40286

Importations

13148

15568

17854

23983

32691

40518

51160

69863



Annexe 9 : Les IDE en Roumanie

Un rapport de la Banque nationale de Roumanie (BNR) analyse la structure des investissements étrangers et leur apport au pays. Une manne qui n’est pas prête de fléchir. Mais attention, les fondamentaux de l’économie restent fragiles.
Les investissements directs étrangers étaient de 34,512 milliards d'euros au 31 décembre 2006

En 2006, la Roumanie a attiré plus de 9 milliards d’euros de capitaux étrangers, notamment grâce à la privatisation de la BCR (Banca Nationala Romana), achetée par les Autrichiens de la Erste Bank pour 3,75 milliards d’euros.

Il s’agit d’une augmentation de 74 % par rapport à 2005. Et dans leur totalité, les investissements directs étrangers (IDE) étaient de 34,512 milliards d’euros au 31 décembre 2006.

C’est dans l’industrie (44%, dont 34% dans l’industrie du secteur primaire) et dans le domaine des assurances et des intermédiaires financiers (22%) que l’on retrouve la plus grande partie de cette somme. Les Autrichiens, les Hollandais et les Allemands sont les trois premiers investisseurs dans le pays avec respectivement 23%, 17,1% et 10,1% du total des IDE. Les Français arrivent juste derrière avec 8% (2,766 milliards d’euros).
Malgré tout, une économie encore fragile

Ce rapport montre également que près de la moitié des investissements étrangers (48,5%) concerne la création d’entreprise, le reste étant les résultats de fusions et d’acquisitions. Toujours selon la BNR, les chiffres d’affaires cumulés des IDE représentent 43,2% du total des chiffres d’affaires des entreprises installées en Roumanie.

Cependant, l’économie n’est pas à l’abri d’un fléchissement. "La présence trop importante d’investisseurs étrangers peut représenter un danger en cas de baisse de compétitivité de l’économie roumaine. C’est pour ça qu’il est très important que ces investissements ne soient pas seulement concentrés dans le marché du capital et de la spéculation" explique l’analyste financier Laurentiu Rosoiu. D’autant que ces jours-ci le pays est face à des prévisions à la hausse de l’inflation et du déficit commercial. […]

Jonas MERCIER. (www.lepetitjournal.com - Bucarest) mercredi 14 novembre 2007
La Roumanie attire les très riches

Un quart des 100 plus grosses fortunes mondiales répertoriées au sein du prestigieux classement "Top Forbes" est présent en Roumanie. Selon le journal Business Standard, ils totalisent un chiffre d’affaires annuel d’environ 3,5 milliards d’euros, l'équivalent de 4% du PIB (produit intérieur brut), pour des investissements qui s’élèvent à 1,1 milliard d’euros. Toujours selon le quotidien économique, les sociétés de ces 23 multimilliardaires emploient 37 700 personnes dans le pays. J.M. (LPJ - 14-11-07)



/

similaire:

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconBts du secteur tertiaire Sous-épreuve 1 – Économie-droit Partie juridique – Durée 2 heures

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconE1 Épreuve scientifique et technique Sous-épreuve E11 Économie-droit unité U11 coefficient 1
«tertiaires» a pour objectif d'évaluer, chez les candidats, le niveau de compréhension et d'analyse

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconBts : Epreuve d’Economie-Droit

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconNote à destination des professeurs responsables de l’évaluation en...
...

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconAcadémie de Strasbourg Groupe de réflexion Les études en éco droit
«document d’accompagnement de l’épreuve économie droit» est paru début janvier 2011. IL détaille les modalités de l’épreuve

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconRecommandations à destination des établissements et des équipes pédagogiques
«Gestion-Administration» d’autre part sont précisées en annexe IV de l’arrêté du 27 décembre 2011 portant création de ce dernier....

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconLe droit publique économique peut se définir comme la branche du...

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconMaster 2 droit financier
«bi-M1» droit-économie, droit-gestion, Magistère de droit des activités économiques ou tout diplôme jugé équivalent par la commission...

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconL’évaluation du droit et de l’économie dans les bep tertiaires rénovés

Programmes et des épreuves d’Économie et de droit bts tertiaires préparation a l’Épreuve d’Économie droit partie économique iconRonald coase
«prix Nobel» d'économie en 1991, IL fait partie des économistes qui ont fait naître l'économie des institutions et les théoriciens...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com