Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit.





télécharger 113.05 Kb.
titreRésumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit.
page1/5
date de publication04.01.2017
taille113.05 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
  1   2   3   4   5

Une interprétation marxienne de l’actuelle crise économique mondiale


Fabien Tarrit

OMI (EA 2065)

Université de Reims Champagne-Ardenne

Résumé

L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. Le capitalisme est envisagé comme un système instable, comme en témoignent la succession rapide de crises depuis les années 1980. La période de croissance relativement forte entre 2001 et 2006, qui semble faire figure d’exception, repose à la fois sur une hausse du taux d’exploitation et sur une hausse de la quantité de force de travail disponible, qui ont permis un relèvement du taux de profit. En outre, le caractère récurrent des crises tient à ce que solutions utilisées contre chacune d’entre elles porte les origines de la suivante et précisément, et la crise de 2001-2002 a également été amoindrie par une forte hausse des dépenses publiques et par un encouragement de l’endettement. Une conséquence majeure fut la constitution d’une bulle immobilière, dont l’éclatement fut l’élément déclencheur de la présente crise. Notre contribution mettra également l’accent sur le mode par lequel la crise immobilière s’est transformée en crise financière puis en crise économique, et sur les pratiques qui ont été mises en œuvre pour lui faire face (intervention massive de l’État, hausse du degré d’exploitation, repli national).
JEL : G01, N20, P17

La crise à laquelle est actuellement confrontée l’économie mondiale clôt une période de croissance économique relativement forte qui a succédé à une série de crises de plus en plus fréquentes. Les crises économiques se sont en effet multipliées depuis les années 1980, avec le krach de Wall Street en octobre 1987, la crise du système monétaire européen en 1993, la crise mexicaine en 1995, la débâcle russe ainsi que celle de nombreux États d’Asie du sud-est et d’Amérique latine en 1997-1998, l’éclatement de la bulle spéculative sur les nouvelles technologies en 2001-2002, la crise argentine en 2001, pour ne citer que les plus spectaculaires. Une crise économique de grande ampleur a ainsi éclaté depuis près d’un an, dont les secousses sont loin d’avoir toutes été ressenties, et dont l’issue est plus qu’incertaine. Il n’est donc pas nouveau que le capitalisme soit traversé par des crises, toutefois la présente crise contient un certain nombre de particularités, à la fois par sa nature et son ampleur qui la rendent singulière, notamment au regard de celles qui l’ont précédé depuis la fin des années 1970. L’actuelle crise, partie de la faillite de l’immobilier aux Etats-Unis, crée des déséquilibres croissants pour l’économie capitaliste mondiale ; elle s’inscrit dans un phénomène de décomposition du capitalisme. Le rapport entre la valeur des actifs financiers et la production de marchandises est passé de 109 % en 1980 à 316 % en 2005 (303 % dans la zone euro, qui a connu la croissance relative la plus forte, et 405 % aux Etats-Unis), si bien que les titres qui s’échangent sur les bourses correspondent de moins en moins à la valeur des marchandises produites. Le monde financier n’est pas centré sur les prêts à long terme mais sur les transactions à court terme, ce qui élève considérablement le risque, et donc les possibilités de s’enrichir rapidement. Le nombre de fonds spéculatifs (hedge funds), des organismes de gestion collective qui réalisent des profits rapides avec des paris très risqués sur les marchés, spéculant sur de futures fusions d'entreprises, sur les cours des devises, sur les prix des matières premières, sur les cours des actions, est passé de 610 en 1990 à 9 575 au premier semestre 2007. Des mesures telles que le contrôle des mouvements de capitaux, le rétablissement de seuils de crédit comme il en a existé de Roosevelt aux années 1980, des interventions des banques centrales sur les prix des actifs financiers et immobiliers… renvoient à un fordisme keynésien.

Il s’avère que le terme « capitalisme » n’est plus rejeté par les économistes orthodoxes et que, pour la première fois depuis le tournant des années 1980, symbolisé par la mise en œuvre de politiques fortement pro-capitalistes aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, le système économique est profondément touché. En effet, il s’avère que la crise actuelle relève des mécanismes logiques du capitalisme, tels qu’ils étaient notamment décrits par Marx : des mauvaises dettes, des paniques sur les marchés financiers, une réduction de la demande, une hausse du chômage. Le présent article vise à présenter cette crise comme une manifestation des contradictions fondamentales du capitalisme, en particulier par une expression violente de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. Il montre également que les fondements conjoncturels de l’actuelle ont été paradoxalement renforcés par les composantes de la période de croissance relativement longue entre 2001 et 2006. Nous dresserons dans un premier temps les manifestations les plus visibles de la crise et tâcherons d’en mesurer l’ampleur (I), avant de nous pencher sur ses mécanismes structurels, la décrivant comme une expression particulière de la tendance à la baisse du taux de profit, qui prend la forme d’une suraccumulation/dévalorisation du capital (II), puis nous décrirons les méthodes qui ont été utilisées pour faire face à la crise (III). Enfin, nous nous interrogerons sur la pertinence d’évoquer une reprise dans la période récente (IV).
  1   2   3   4   5

similaire:

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconCrise agricole et crise industrielle : analyse et interprétation
«taches solaires», je vous renvoie à la fiche d’Estelle. La première analyse des cycles généraux de l’économie est donc fondée sur...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconRésumé : Cette analyse propose une interprétation de la dynamique...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconRésumé Nous nous interrogeons sur les processus par lesquels les...
«Les tic comme leviers du changement organisationnel : une analyse de l’évolution des formes de coordination dans l’usage»

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconFace à la crise climatique et écologique, des solutions porteuses d’avenir
«marché». En France, la dernière loi sur la transition énergétique ne permettra pas d’atteindre l’objectif de baisse de 40% des émissions...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. icon2 les propositions fondamentales de la sociologie économique
«étudie les faits économiques mais en apportant l’éclairage donné par l’analyse sociologique»; appuie sur des méthodes qui sont celles...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconRésumé Marx appréhende la longue transition du féodalisme au capitalisme...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconLes valeurs américaines ont terminé en baisse vendredi, mises à mal...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconChapitre 1 : Karl Marx

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconEléments pour une approche marxiste de l’intégration européenne
«partenaires» européens sur l’attitude à adopter face à la crise ou le paradoxe d’une union monétaire qui ne s’appuie pas sur une...

Résumé L’interprétation que nous proposons de l’émergence et du déroulement de la crise actuelle s’appuie sur l’analyse du capitalisme par Karl Marx, notamment sur la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. iconRestauration de Meiji : à l’initiative des samurai, le shogounat...
«conférence sur l’histoire de développement du capitalisme au Japon», elle cherche à repérer les évolutions des structures sociales...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com