Fiche de Macroéconomie





télécharger 18.86 Kb.
titreFiche de Macroéconomie
date de publication04.01.2017
taille18.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Fiche de Macroéconomie

PIB nominal = somme des quantités de biens finaux produits multipliées par leur prix courant.

PIB réel = somme des quantités des biens finaux multipliées par un prix constant.

Le taux d’inflation correspond à l’accroissement/taux de croissance du niveau général des prix d’une période à l’autre. Le niveau général des prix est aussi appelé déflateur du PIB et s’obtient en faisant 

Pt = PIB nominal t/PIB réel t

Ainsi le taux d'inflation est donc :

πt = (Pt+1-Pt)/Pt= (Pt+1/Pt)-1

Le taux de chômage est défini comme le ratio du nombre de chômeurs sur la population active :

u = U/L taux de chômage= chômeurs/actifs population active (L) = travailleurs (N)+ chômeurs (U)

Le taux de participation est le rapport entre la population active et la population en âge de travailler effectivement ou population d’âge actif.

Tx de participation = (Nt+Ut)/Pop. en âge de travailler

La courbe IS : c’est le lieu des points (Y,r) réalisant l’équilibre sur le marché des biens et services. C’est la condition d’équilibre sur le marché des biens :

Y=Yd <=> Y=C+I+G <=> S=I+G

La courbe LM : C’est le lieu des point (Y,r) permettant d’assurer l’équilibre sur le marché monétaire. La condition d’équilibre consiste à égaliser l’offre et la demande de monnaie.

Md/P= m

La propension marginale à consommer correspond à l’accroissement de consommation résultant d’un accroissement du revenu disponible courant d’une unité. On la calcule :

c = ΔC/ ΔY où 0
La propension moyenne à consommer est la part du revenu consacré aux dépenses de consommation par les ménages. On la calcule :

cm = C/Y

Le multiplicateur keynésien : est le rapport entre la variation du PIB et celle des dépenses publiques Définition : il traduit le fait qu’il existe une relation entre les composantes de la demande globale et la production ou PIB, et donc l’emploi. Cette relation est plus que proportionnelle. On peut donc identifier un multiplicateur d’investissements, des dépenses publiques, multiplicateur fiscal, monétaire ou lié à la consommation autonome.
Ce concept utilisé par Keynes pour montrer comment dans une économie où il n’y a pas plein emploi des ressources, une modification exogène de la demande peut provoquer une modification plus importante du revenu national et donc influencer le niveau d’emploi des ressources.

Ici le multiplicateur est ce que l’on appelle le multiplicateur simple des dépenses publiques qui est

Kg=ΔY/ΔG=(1/1-c)>1 car 0
Définition : effet d’éviction : Il correspond à l’impact négatif sur le revenu lié à la non-réalisation d’une partie de l’investissement privé suite à la mise en place de politique de dépenses publiques.
Deux conditions pour qu’il y est effet d’éviction : il faut que le taux d’intérêt augmente et il faut que l’investissement réponde à cette hausse en diminuant.
L’effet d’éviction induit un multiplicateur des dépenses publiques inférieur au multiplicateur simple. Alors la perte de revenu peut se calculer par :

ΔY=(ks g- k cg) ΔG

Définition : « Policy mix » :
C’est la combinaison de façon optimale de la politique budgétaire et politique monétaire dans le but d’accroitre l’efficacité de l’intervention de l’Etat à des fins de régulation de l’activit ;é économique.
La détermination de la combinaison optimale (le meilleur policy mix) en fonction d’un objectif donné est un problème essentiel auquel est confrontée la politique macroéconomique.
Le policy mix est une illustration du principe de TINBERGEN (1952) : pour atteindre simultanément n objectifs, il faut n instruments indépendants. Exemple : un gouvernement peu vouloir luter contre le chômage et donc relancer l’activité économique tout en maintenant un taux d’intérêt constant.

La fonction de demande globale (AD aggregate demand) donne, pour chaque niveau de prix, le niveau de la demande de biens conditionnellement à l’équilibre du marché de la monnaie. Elle s’obtient à partir de la résolution du système d’équation IS-LM :
Y=YD
MD/P=MS/P

La demande globale de biens est décroissante des prix et elle dépend des variables de politique économique : elle croît avec le niveau des encaisses nominales et des dépenses publiques et décroît avec celui des impôts.


L’offre globale (AS aggregate supply) donne, pour chaque niveau de prix, le niveau de l’offre de biens conditionnellement à l’équilibre du marché du travail.

W = Pe F(u,z)
P = (1+µ)W

Le salaire dépend du niveau anticipé des prix, du taux de chômage et de la variable z qui regroupe tous les facteurs affectant les salaires (allocations, etc.)µ est la marge du prix par rapport au coût, ≠ 0 car les marchés sont imparfaits et le prix est supérieur au coût marginal.

La relation de l’offre globale entre le niveau des prix, le niveau anticipé des prix et la production est la suivante : P = Pe (1+µ) F(1-(Y/Z),z) avec u =U/L et Y=N, soit u = 1 – Y/L puisque U = L – N

L’offre globale dépend du niveau général des prix, du salaire nominal et des facteurs de productivité (prix des matières premières, i coût du capital, progrès technique etc.).
Les prix peuvent augmenter si :

  • Une hausse anticipé des prix entraîne une hausse équivalente du niveau des prix, en effet, si les prix anticipés augmentent alors il se produit une hausse des salaires, donc les firmes s’ajustent en augmentant leur prix.

  • Une hausse de la production entraîne également une hausse du niveau des produits. L’augmentation de la production conduit à relancer l’emploi et donc à diminuer le chômage ce qui crée une pression à la hausse des salaires, de fait les entreprises augmentent leur prix pour faire face à ces coûts de production supplémentaires.

La demande globale est une fonction décroissante des prix ; en effet, si les prix augmentent, à offre de monnaie constante, alors les encaisses monétaires réelles (M/P) détenues par les agents diminuent. Cette baisse entraîne un déséquilibre sur le marché de la monnaie. Afin de rétablir l’équilibre, les taux d’intérêts augmentent pour inciter les agents à réduire leur demande de monnaie pour motif de spéculation. Cette augmentation des taux d’intérêt accroit le coût du capital et conduit les entreprises à diminuer leur investissement et donc à réduire la demande globale de biens. Par conséquent, le produit global diminue également.

Courbe de Phillips première version : Phillips, Samuelson et Solow.


Elle se base sur les anticipations adaptatives qui supposent que, si l’inflation a été quasi nulle dans le passé, alors elle sera nulle dans les années à venir.La courbe de Phillips représente alors une relation négative entre inflation et chômage. L’idée est qu’un faible taux de chômage conduit à des salaires nominaux élevés et donc à une hausse des prix (spirale prix salaires).

Courbe de Phillips modifiée ou augmentée des anticipations : Friedman.


Elle se base sur les anticipations rationnelles. La courbe décroissante reliant inflation et chômage disparaît au profit d’une courbe verticale. Le taux de chômage n’affecte pas le taux d’inflation mais la variation du taux d’inflation : un fort chômage entraîne donc une baisse de l’inflation.
La nouvelle courbe de Phillips correspond à une relation entre le taux de chômage courant, le taux de chômage structurel et la variation du taux d’inflation. La variation de l’inflation dépend alors de la différence entre taux de chômage courant et son niveau naturel.

NAIRU (Non-accelarating-inflation rate of unemployement) = Au taux de chômage n’accélérant pas l’inflation. Il décrit le taux de chômage structurel nécessaire pour maintenir l’inflation constante.

L'indice d'indépendance des banques centrales est un indicateur qui se fonde sur plusieurs éléments et notamment deux : le « turn-over » des dirigeants (durée des mandats, reconductibilité, mode de nomination, etc) et les liens entre les instances dirigeantes et le gouvernement (présence de représentants des gouvernements dans les instances de décisions, nombre de contacts avec le gouvernement, etc). Il s'agit en fait d'étudier si les instances dirigeantes des banques centrales sont libres de toute influence de la part des gouvernements.

Stock de capital par travailleur : k=K/L alors dk/k= dK/K - dL/L

Le taux de croissance du capital par travailleur est égal à la différence entre taux de croissance du capital et taux de croissance de la population active. Pour que ce taux de croissance soit positif, il faut donc que le niveau de capital augmente plus rapidement que la population active.

similaire:

Fiche de Macroéconomie iconDéfinition et objet de la macroéconomie : Comprendre la démarché...

Fiche de Macroéconomie iconMacroéconomie I magistère première année S. Brana Plan
«Economie politique», vol. 3 «Macroéconomie», cinquième édition, Hachette supérieur, Les fondamentaux, 2008

Fiche de Macroéconomie iconChapitre 6 : La macroéconomie contemporaine et la nouvelle macroéconomie keynésienne (nek)
«les anticipations, dans la mesure où elles sont des prévisions bien informées d’évènements futurs sont essentiellement identiques...

Fiche de Macroéconomie iconMacroeconomie

Fiche de Macroéconomie iconLa fonction de consommation (macroéconomie)

Fiche de Macroéconomie iconMacroéconomie cours L1 2016

Fiche de Macroéconomie iconCours de macroeconomie : introduction

Fiche de Macroéconomie iconTravaux Dirigés Macroéconomie n°7

Fiche de Macroéconomie iconTravaux Dirigés Macroéconomie n°2

Fiche de Macroéconomie iconQuel est l’objet de la macroéconomie ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com