Taux d'interet et taux de change





télécharger 19.73 Kb.
titreTaux d'interet et taux de change
date de publication01.10.2017
taille19.73 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
TAUX D'INTERET ET TAUX DE CHANGE.
Taux de change : De manière générale, le taux de change est le prix relatif d’une monnaie par rapport à une autre. L’expression “ cours du change ” est une expression synonyme de “ taux de change ”. Par contre, le taux de change est une notion à bien distinguer de celle de parité : la parité d’une monnaie par rapport à une autre est le rapport des pairs des deux monnaies, le pair d’une monnaie étant la définition de la valeur externe de cette monnaie par un certain poids d’or ou par une certaine quantité d’une devise clé. On ne peut donc parler de pair et de parité que dans le cadre d’un système de changes fixes : ce fut le cas du SMI mis en place lors des accords de Bretton Woods. Rappelons que dans ce système, la valeur de référence du dollar était fixée par son poids d’or le 1 er juillet 1944, soit 888,671 mg, soit 35 dollars pour une once (35,1035g) de métal fin et que la valeur du franc français était définie par un certain poids d’or fin. La parité dollar-franc était égale par définition au rapport entre 888,671g et ce poids, lequel poids variait au gré des dévaluations du franc.
Taux d'intérêt: Un intérêt est ce qui rémunère le capital argent à la différence du profit qui rémunère le capital investissement. Son taux indique le niveau de la rémunération et, donc, le prix du capital. Sur la détermination du taux d'intérêt, comme pour la majorité des concepts économiques, deux tendances s'opposent. La première, dite classique, considère le taux d'intérêt comme le prix qui égalise l'offre et la demande sur le marché des capitaux. La seconde, dite keynésienne, considère que ce taux est également dépendant de la quantité de monnaie en circulation. Cette opposition trouve surtout tribune dans les débats sur l'épargne, ses déterminants et sa relation avec l'investissement. Mais, indépendamment du débat théorique, les variations des taux d'intérêt ont beaucoup d'importance pour les acteurs boursiers et pour les économies particulièrement endettées.
Ptique : Quels sont les liens unissant taux d'intérêts et taux de change. En quoi TI et TC sont-ils interdépendants et quelles sont les conséquences de ces liens ?
I) Le niveau des prix et ses fluctuations relient ces deux taux.
1) Une notion complexe

Taux de change "au certain" : nombre d'unités de monnaie étrangère que l'on peut obtenir avec une unité de monnaie nationale : 1Eur=0.95$.

Tx de change "à l'incertain" : nbre d'unités de monnaie nationale qu'il faut fournir pour avoir une unité de monnaie étrangère ex 1$ =0,95 Eur. Ainsi la hausse de tout prix déprécie la valeur réelle de la monnaie : la hausse du taux de change correspond à une dépréciation de la monnaie nationale (et à une appréciation des devises).

Taux de change au comptant ou taux nominal ou taux courant : taux de change utilisé dans les opérations de change au courant (opérations normales). On a une offre et une demande sur le marché au comptant, ce qui donne un cours acheteur et un cours vendeur.

Taux de change PPA (Parité de Pouvoir d'Achat) ou théorique : celui qui ne donne aux différents pays aucun avantage d'origine monétaire : chaque monnaie est censée fournir le même pouvoir d'HA dans tous les pays. La différence entre ce taux et le taux nominal s'explique par l'écart d'inflation entre les deux pays. Si les prix st plus élevés en France qu'aux EU, l'euro donne un pouvoir d'achat plus élevé aux EU qu'en France, si le taux nominal est de 1,05$ pour 1euro. Il y a alors surévaluation réelle de l'Euro.

Taux de change réel : mesure le prix relatif de deux paniers de biens, des pdts nationaux, par rapport aux produits étrangers en monnaie nationale ; il correspond au rapport de deux pouvoirs d'achat ; c'est un indicateur de la compétitivité prix du pays. Il mesure le pouvoir d'HA externe de la monnaie (son pvr d'HA sur les biens étrangers).

Taux de change réel au certain= niveau des prix nationaux (P) /niveau des prix étrangers (P') (en une même unité monétaire). Quand le taux réel s'élève, la compétitivité prix se détériore, elle est liée positivement au niveau des prix étrangers et négativement au niveau des prix nationaux et au taux de change nominal.

Le taux d change réel est stable si les variations du tx de ch nominal compensent exactement l'écart d'inflation. Si P et P' st constants ou évoluent au même rythme : tx de ch réels et nom évoluent de concert

Si P augmente + que P' : appréciation du change réel si le ch nominal reste constant ou dépréciation du change nominal pour un change réel constant. ( Les 2 taux évoluent différemment).

Pour les petits pays, "preneurs de prix" (price takers) P' est donné. Pour atteindre le taux de change réel d'équilibre et si on veut défendre le taux nominal, il faut ajuster par P (AGIR SUR L INFLATION). Si on ne peut pas agir sur P, il faut modifier le taux nominal : (en changes fixes= DEVALUATION OU REEVALUATION).

En fonction de la théorie de la PPA, le tx de ch réel doit ê égal à 1 (ou ê au moins stable dans le tps).

Stabilisation de la Balance des paiements :

En changes flottants : loi de l'O & D détermine l'équilibre, et le taux nominal variant permet le rééquilibrage de la Balance des paiements ;

En changes fixes : la banque centrale défend le cours officiel de sa monnaie en intervenant sur le marché. Il y a ajustement par les prix en changes flottants et ajustement par les quantités en changes fixes.

Quand la variation du taux de change réel exprime une détérioration de la compétitivité prix, pour la rétablir, soit on mène une pol. de désinflation compétitive (ajustement par le taux de change réel) ; soit on modifie le taux de change nominal en pratiquant la dévaluation : ajustement par le tx de ch nominal.

Monnaie forte : 3 conceptions :

-une monnaie est forte car son pvr d'ha est plus élevé à l'étranger que dans le pays (P>P')

- Monnaie forte est une monnaie qui rend fort car son tx de ch nom est surévalué : handicap pr les entr qui les pousse à ê + compétitives, importation de désinflation et aide à la lutte contre la hausse des prix cercle vertueux à l'allemande.

-Une monnaie est forte parce que l'éco est forte càd compétitive grâce à un écart d'inflation favorable et à un système pdtif efficace. L'éco bénéficie d'une meilleure compétitivité –prix grâce à une inflation moindre...

La politique de mon forte peut être un moyen de lutter contre l'inflation (conception 2)

Elle peut aussi ê un objectif que l'on vise par une pol de désinflation en recherchant un taux d'inflation inférieur à celui des autres pays et une adaptation cstte de l'app pdtif à la D mdiale.
2) On voit que l'évolution des taux de ch est fortement corrélée à l'inflation : celle-ci entraîne une dépréciation du taux de change réel. Malheureusement, cette même inflation redoutée est elle même liée aux variations du taux d'intérêt.

Taux d'intérêt et inflation : Taux d'intérêts nominaux faibles endettement ou surendettement  inflation  taux d'intérêts réels négatifs ou nuls Croissance économique (cercle vertueux comme pendant les 30 glorieuses).

De la même manière, Taux d'intérêts nominaux élevés  inflation moindre risque de manque à croître pour l'économie (peu d'It) et stagnation….

Donc il semble que les politiques de change (commerciales) et les politiques de relance par la baisse des taux d'intérêts soient opposées. Par exemple une hausse des taux d'intérêt permet d'attirer Kx étrangers ( rééquilibre de la balance commerciale) et le taux de change peut se redresser.

Cette opposition est d'autant plus forte qu'il existe des hiérarchies dans les taux d'intérêts. Toujours est-il que la politique monétaire est souvent contrariée par les enjeux commerciaux (et vice-versa).
II) Leur interdépendance constitue une contrainte pour les économies
1) Améliorer le taux de change (fins commerciales) est difficile :

Asselain, dévaluations rendues inefficaces par l'inflation :Cf histoire éco de la France tome 2 p 59 : Dévaluation du 26 sept 1936 laisse une marge de 15% pour absorber la hausse des prix intérieurs (objectif : améliorer balance des paiements). Le retour de l'inflation par la suite annule les effets bénéfiques de la dévaluation (courbe en J en "tôle ondulée").
2) Impossibilité de mener la politique monétaire adaptée à la conjoncture intérieure :

Pour garder une compétitivité prix élevée, et préserver l'équilibre commercial, il faut empêcher la baisse des tx d'î ce qui peut nuire au dynamisme de l'économie. Mécanismes selon lesquels la hausse des taux d'î provoque la croissance par relance et la baisse entraîne un ralentissement.
3)Hiérarchie des TI renforce les problèmes :

Elle profite à certains, comme les EU. Liée à la puissance économique financière du $ et de wall-street. Surtout en régime de changes fixes : Les EU créent de la monnaie et font porter aux autres pays le poids de leur inflation. Ces pays ne peuvent pas faire jouer leur politique monétaire dans des objectifs internes car ils sont contraints de stabiliser leur taux de change par rapport au $. Ainsi comme le dit Artus, seuls les Eu font jouer leur politique monétaire en fonction d'objectifs internes. Comme on l'a vu, pour atteindre le taux de change réel d'équilibre il faut si l'on veut préserver le taux nominal, jouer sur l'inflation. Mais si la pol mon est paralysée, la seule solution est de jouer sur le taux nominal et donc de dévaluer ou de réévaluer.

III) Existe-t-il des solutions pour se libérer de cette contrainte ?
1) Il semble possible de faire en sorte d'abaisser le poids de la contrainte extérieure et donc d'affirmer son autonomie et sa liberté. Si un Etat n'a plus à répondre aussi fortement de la moindre variation de son taux de change (sauf toujours pour le commerce extérieur qui en dépend fortement), il pourrait plus à son aise faire jouer la politique mon pour la régulation économique intérieure. Ex : Constitution d'une zone monétaire indépendante, l'UE, avec une monnaie forte et unique, l'Euro. Même si les contraintes ont été internes à la zone pendant la phase d'ajustement des monnaies par rapport à l'Allemagne, les pays membres n'étaient pas libres de mener une pol mon intérieure. L'interdépendance entre TI et TCh était encore paralysante. Aujourd'hui avec la monnaie unique, le pb est plutôt de coordonner les PM entre elles par rapport à un taux de change commun à la zone monétaire.
2) Une solution nationale à l'opposition entre pol mon sur TI et pol com sur TCh?

Si les taux de change augmentent, la compétitivité prix en pâtit. Il est,dans certains cas, impossible de mener une PM de relance car l'inflation générée par la baisse des taux d'intérêt nuirait davantage à cette compétitivité. Pour sortir du cercle vicieux de la courbe en J en "tôle ondulée", une des solutions serait d'améliorer la compétitivité hors prix. Cela revient à assurer par exemple une meilleure spécialisation, ou bien à miser sur la qualité hors prix des marchandises.
CCL : Dilemme assez difficile à résoudre, il existe néanmoins des moyens de le rendre moins nocif pour l'économie, notamment en modifiant les paramètres de sa compétitivité, ou en faisant diminuer le poids de la contrainte extérieure qui tend à aggraver la situation.
Remarque : Le I)1) est très long, mais les mécanismes des taux de change sont assez complexes, donc pour bien comprendre le lien TI / TCh c'était préférable de le développer, j'espère avoir été assez claire.

similaire:

Taux d\I une tendance à la réduction de la sous-évaluation du taux de change yuan-dollar
«ajuster le taux de change à l’évolution des fondamentaux», notamment en matière de productivité

Taux d\Politique monetaire et chomage
«choc de taux d’intérêt réel» (taux nominal moins inflation anticipée). Les taux réels auraient atteint un niveau tel que l’investissement...

Taux d\Td taux de change
«On s’interrogera sur les effets d’une variation des taux de change sur l’économie des pays concernés.»

Taux d\Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Taux d\Résumé Dans ce papier on tente de mettre en évidence les effets de...

Taux d\Variations change €, $ et monnaies asiatiques
«rationnelle» comment cela pourrait-il être possible sans théorie fiable du taux de change fondamental d’équilibre ? joue donc sur...

Taux d\Programme de Terminale Taux de salaire réel : Salaire nominal divisé...

Taux d\Chapitre 4 : gestion de taux de change au vietnam

Taux d\Partie 6 : Taux de change et balance des paiements

Taux d\Partie 6 : Taux de change et balance des paiements






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com