Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l'investissement. ­lente de la demande de croissants





télécharger 0.84 Mb.
titreMécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l'investissement. ­lente de la demande de croissants
page4/16
date de publication15.12.2016
taille0.84 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

Concurrence monopolistique : situation de concurrence dans laquelle les entreprises différencient tellement leurs produits (design, emballage, modes de distribution….) qu’elles disposent d’un quasi monopole.







Concurrence pure et parfaite ; structure de marché théorique caractérisée par cinq conditions fondamentales : Atomicité de l’offre et de la demande, fluidité, homogénéité des produits, transparence du marché, mobilité des facteurs de production.







Conflit d'intérêt : opposition ou affrontement plus ou moins aigu et violent entre deux ou plusieurs parties ayant des intérêts sociaux distincts. Les marxistes considèrent les conflits d'intérêts comme l'expression de la lutte des classes qui doit permettre de mettre fin à l'exploitation. Inversement chez É. Durkheim, les conflits d'intérêts sont les symptômes d'une insuffisance d'intégration et de réglementation sociale. À l'opposé, les fonctionnalistes considèrent le conflit comme facteur d'équilibre et de progrès dans une société assez sûre pour l'intégrer.







Conflit du travail : perturbation des relations du travail provenant de la manifestation concertée des revendications des salariés qui défendent leurs intérêts collectifs. Ils peuvent survenir dans les domaines suivants : l'emploi, les rémunérations, le temps de travail, les conditions de travail….







Conflit : ensemble des situations de compétitions entre les individus ou les groupes pour accéder au contrôle des ressources, des situations sociales ou des positions symboliques désirables.







Conflit social : discorde, lutte, affrontement entre groupes sociaux opposés par leurs intérêts, leur position ou leurs idées.







Conformité : adhésion et tendance au respect des normes et des valeurs du groupe et/ou de la société.







Conscience collective : selon E Durkheim, ensemble des croyances et des sentiments communs à la moyenne des membres d’une même société. La conscience collective est un facteur de cohésion sociale et de solidarité qui a tendance à s'estomper dans les sociétés modernes.







Conscience de classe : perception de la spécificité d’un groupe social (conditions économiques communes, genre de vie et intérêts communs)







Conseil des prud'hommes : Tribunal civil dont le rôle est de trancher les conflits individuels de travail et dont les membres : les prud'hommes sont des représentants élus des salariés et des employeurs.







Conseil européen : réunion des chefs de gouvernements des Etats membre et du président de la commission européenne.







Consommation de masse : généralisation, grâce au fordisme et à son modèle de croissance, de la norme de consommation selon laquelle la majorité des ménages s'équipent de différents biens durables (appareils ménagers, automobile... ).







Consommations collectives : Biens ou services qui peuvent être consommés par plusieurs personnes à la fois. ( Eclairage public par exemple Ces biens présentent trois caractéristiques. 1.Les consommateurs ne sont pas des rivaux 2.Ils sont générateurs d’externalités positives (avantage qui ne peut pas être financé par le consommateur par ce que le bien n’est pas divisible). 3.Ils justifient l’intervention de l’Etat.







Consommations intermédiaires : utilisation de biens non durables (biens intermédiaires) et de services au cours du processus de production. Les biens et services utilisés disparaissent ou sont intégrés dans la production.







Consumérisme : mouvement de défense des consommateurs







Contrainte extérieure (externe) : absence d’autonomie d’une économie qui s’exprime par l’impossibilité d’accélérer la croissance et de mener une politique économique autonome devant la nécessité d’équilibrer les échanges extérieurs .







Contrat de travail : Convention par laquelle un salarié met son activité à la disposition d'un employeur qui lui verse un salaire et a autorité sur lui (droit de donner des ordres et d'en contrôler l'exécution). Le contrat à durée indéterminée (CDI) est le plus répandu : il peut être résilié à tout moment par le salarié (démission) ou l'employeur (s'il existe une «cause réelle et sérieuse de rupture et en respectant la procédure de licenciement). Se développent des contrats à durée déterminée (CDD), par exemple pour six mois, et d'autres formes d'emplois précaires.







Contrat social notion philosophique désignant le pacte établi entre les membres de la société par lequel ceux-ci abandonnent la liberté dont ils jouissaient dans l'état de nature (pré-social) au profit de la collectivité qui acquiert ainsi la souveraineté et leur garantit en retour la protection de leurs droits individuels. Chez J.-J. Rousseau, le contrat social désigne le pacte par lequel chaque associé renonce à sa «liberté naturelle » au profit de la collectivité, pour recevoir en échange la liberté civile et bénéficier du bien commun







Contrats implicites (théorie des) : théorie d'inspiration libérale qui assimile le contrat de travail à un contrat d'assurance entre les salariés et leur employeur, destiné à limiter leur incertitude réciproque







Contre-culture : ensemble des valeurs, normes et pratiques d'un groupe particulier au sein d'une société, la culture de ce groupe s'opposant à la culture de la société.







Contre-pouvoir : institution ou groupement politique économique ou social dont l’action vise à faire pression sur le pouvoir en place.







Contrôle social : Ensemble des moyens dont dispose une société, une collectivité pour amener ses membres à adopter des conduites conformes aux règles prescrites, aux modèles établis pour assurer le maintien de la cohésion sociale







Conventions collectives : contrat entre représentants des salariés et représentants des employeurs relatif aux conditions d’emploi et de travail et aux garanties sociales.







Conventions : (théorie des) : Théorie économique apparue à la fin des années 80 en France (JP Dupuis, O Favereau, A Orléan, R Salais,) qui s’oppose à l’approche néoclassique une vision inspirée de l’institutionnalisme. Elle s’intéresse moins à l’échange en tant que tel (travail contre argent) qu’aux conditions de l’échange (contrat de travail) qui renvoient à des institutions (des règles ou des habitudes communes). Elle considère que le comportement des agents économiques ne peut être expliqué par le principe de rationalité individuelle.







Coopération : action de travailler conjointement avec d’autres personnes







Coopérative : entreprise régie par les principes de coopération : les membres de la coopérative ont des droits égaux dans la gestion (principe : « Un homme, une voix » et les profits de l'entreprise sont répartis entre les sociétaires au prorata de leur activité). Les coopératives font partie de l'économie sociale.







Coordination : forme d’organisation des luttes sociales dans laquelle les décisions sont prises par les assemblées générales où la force des syndicats est réduite.







Corn laws : ensemble de lois sur les céréales, en vigueur pendant plusieurs siècles en Grande-Bretagne. Elles instauraient des taxes sur les importations élevées pour assurer le maintien des revenus élevés des agriculteurs et des propriétaires fonciers. Les industriels obtinrent l’abrogation des ses lois en 1856 pour permettre une baisse du salaire réel des ouvriers.







Corporation : Association constituée par les membres d’une même profession afin d’en réglementer l’accès et l’exercice. Elles regroupaient aux XVe et XVIe siècle les maîtres les apprentis et les compagnons et réglementaient de manière restrictive la concurrence, les techniques de production et les horaires de travail. Elles furent abolies par le décret d’Allarde. Par la suite le fascisme tenta d’en faire la structure de base d’un nouvel ordre économique, social et politique. Le corporatisme survit aujourd’hui sous une forme atténuée, quand se constituent des corps intermédiaires pour la défense d’intérêts catégoriels







Corporatisme : 1 Doctrine favorable à une organisation sociale regroupant salariés et employeurs au sein de corporations (par opposition au groupement des travailleurs en syndicats). 2. Attitude qui consiste à défendre uniquement les intérêts de sa corporation, de sa caste.







Corps intermédiaires : organisations qui s’intercalent entre le citoyen et les pouvoirs publics (associations, syndicats … )







Corrélation : situation de deux phénomènes qui évoluent en même temps (dans le même sens ou en sens inverse) .







Cotisations sociales : prélèvements réalisés sur les revenus d’activité des individus servant à financer la protection sociale. (Cotisations salariales + cotisations patronales). C’est l’employeur qui verse les deux types de cotisations à l’organisme collecteur l’URSSAF







Courant régulationniste : il intègre l'apport marxiste (le déterminisme des rapports sociaux) et des préoccupations keynésiennes (l'importance de la régulation macroéconomique) pour expliquer les phénomènes de croissance et de crise, Le capitalisme serait ainsi passé d'une régulation concurrentielle (XIX, siècle) à une régulation monopoliste de type fordiste (XX, siècle), aujourd'hui en crise







Courbe de Laffer : Symbole de l'offensive idéologique libérale contre l'impôt, à l'époque de la campagne électorale présidentielle américaine de Ronald Reagan (président de 1981 à 1989). Représente les recettes fiscales totales (en ordonnées) en fonction du taux d'imposition (en abscisses). Laffer affirme que :1.Qu’un taux d'imposition élevé décourage l’activité économique 2.sa baisse augmentera les recettes fiscales car elle incitera à augmenter l’activité. « Trop d'impôt tue l'impôt »







Courbe de Lorentz : représentation graphique d’une distribution (de revenus par exemple) susceptible d’être analysé en terme de concentration. On porte en abscisses le % cumulés des effectifs et en ordonnées le % cumulée des revenus. Une distribution égalitaire se traduit par une bissectrice. L’ampleur de son écart avec la courbe de distribution effective mesure l’ampleur des inégalités.







Courbe de Phillips : à l'origine, il s'agit de la représentation d'une relation empirique entre taux de chômage et taux de variation des salaires nominaux mise en évidence par A. W. Phillips en 1958. Par extension, la représentation graphique de cette courbe retrace une relation inverse entre inflation et chômage







Coût comparatif : (voir avantage comparatif)







Coût marginal : coût supplémentaire(en travail et en capital) pour produire une unité de plus du produit considéré







Coût salarial : ensemble des charges impliquées par la présence des salariés (salaire brut comprenant le salaire net et les cotisations sociales à la charge du salarié) mais aussi charges patronales (cotisations sociales à la charge de l’employeur, taxe professionnelle, taxe d’apprentissage, dépense de comité d’entreprise).







Coût unitaire : ensemble des dépenses nécessaires à la production divisé par les quantités produites.






1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

similaire:

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Fiche methode n° 2 – taux de variation et coefficient multiplicateur
«taux de variation» mesure la variation relative d’une grandeur entre deux dates exprimée en %

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Résumé : Pour quantifier l’impact d’une variation du prix du gazole...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Par la suite Ford, face à une production de masse, IL faut une demande de masse
«différencier» les produits en fonction de la demande (donc répondre à une demande différenciée). Croissance de la productivité et...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Le rôle de l’investissement dans les fluctuations de la croissance des pays industrialisés
«relation technique» entre variations de la demande et variations de l’investissement, celui-ci étant plus volatile que la demande....

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Economie générale
«volatilité» indique la variation d’un prix sur un marché : une volatilité importante signifie que les prix varient souvent et dans...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Résumé Dans ce papier on tente de mettre en évidence les effets de...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\B/ Théorie de la rente différentielle
«toute offre crée sa propre demande». IL dit : «une offre de produit est une demande simultanée de produits» (ce n’est pas la même...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Au cours d’une année IL peut y avoir une modification des prix, variation des volumes

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Le présent formulaire de demande d’aide une fois complété constitue,...

Mécanisme par lequel une variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de l\Correction : td1 commun Maths – ses en terminale es: année 2012-2013...
«points», la donnée d’une différence en ( 0,2 %) ne peut correspondre qu’à une variation relative des taux






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com