Histoire – Thème 1, question 1, cours 2





télécharger 26.07 Kb.
titreHistoire – Thème 1, question 1, cours 2
date de publication08.12.2016
taille26.07 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
HISTOIRE – Thème 1, question 1, cours 2

Les économies-monde successives (britannique, américaine, multipolaire) (2h)

I. L’économie-monde britannique du XIXe siècle à 1914
1. La puissance de l’économie britannique au XIXe siècle

  • Dès la fin du XVIIIe siècle, le Royaume-Uni est le « berceau » de la première révolution industrielle et le pays devient rapidement « l’atelier du monde ». La mécanisation y est plus avancée que dans les autres pays européens et le Royaume-Uni est de loin la première puissance industrielle mondiale : en 1850, elle produit 40% des biens manufacturés de la planète. Londres est le premier port mondial et la City de Londres, la principale place financière.




  • La croissance économique est portée par une croissance démographique forte, pendant tout le siècle (la population anglaise passe de 14 millions d’habitants en 1820 à 23 millions en 1860). Le développement des villes est également un facteur de dynamisme : dès 1855, le nombre d’urbains dépasse le nombre de ruraux au Royaume-Uni. Vers 1850, le niveau de vie des britanniques est le plus élevé au monde, malgré les tensions sociales et la pauvreté de la classe ouvrière.



  • En 1846, le Parlement britannique vote la suppression des droits de douane sur le blé, imposant ainsi une politique de libre-échange. Il s’agit d’une victoire des industriels anglais, désireux de profiter de leur avance économique, sur les anciens propriétaires terriens. Par la suite, le pays multiplie les accords de libre-échange, comme avec la France en 1860. Les Britanniques impulsent ainsi la mondialisation du XIXe siècle.


2. Le Royaume-Uni au cœur de la mondialisation

  • Il possède la plus puissante flotte maritime commerciale et les routes maritimes sont protégées par la Royal Navy. Cette première mondialisation est favorisée par les progrès techniques (dans le domaine des transports, le développement du chemin de fer et la mise en service de navires modernes – les steamers, qui assurent des traversées transatlantiques régulières), le creusement de grands canaux (Suez en 1869 – un projet franco-britannique, Panama en 1914) et l’accélération de la diffusion d’informations – télégraphe, puis téléphone.




  • Le Royaume-Uni est au centre de cette nouvelle économie-monde. De ses colonies et des « pays neufs », il importe des matières premières (coton, céréales, tabac, thé, etc.) et exporte des produits industriels à forte valeur ajoutée dans le monde entier. Au total, le Royaume-Uni contrôle 60% du trafic mondial de marchandises vers 1900. Les sociétés britanniques (banques, compagnies de commerce, etc.) sont présentes dans toutes les grandes places commerciales mondiales. La domination britannique est également financière, puisque la livre sterling, fondée sur l’étalon-or, est la devise internationale de transaction et de réserve. Le Royaume-Uni est également à l’origine des principaux flux de capitaux dans le monde.



  • Le pays entretient des liens privilégiés avec le monde anglo-saxon : les Etats-Unis, les colonies (Inde et colonies d’Afrique) et les dominions britanniques (Canada, Australie, Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande). Les flux commerciaux et de capitaux sont d’abord dirigés vers cet ensemble, devant l’Europe occidentale. Le Royaume-Uni est également le point de départ principal des flux migratoires vers les pays neufs et les colonies.


3. Un déclin relatif entre la fin du XIXe siècle et l’après-Première Guerre mondiale

  • Les Britanniques sont tout d’abord frappés par la Grande Dépression des années 1873-1896. La croissance économique se ralentit et, dans le cadre de la deuxième révolution industrielle, l’économie britannique est concurrencée par l’Allemagne et les Etats-Unis, devenus à la fin du XIXe siècle la première puissance économique mondiale.




  • La Première Guerre mondiale accentue ces difficultés : le Royaume-Uni s’est endetté auprès des Etats-Unis pour financer son effort de guerre. Les Américains dépassent les Anglais dans les investissements de capitaux et la crise des années 1930 entraîne le rétablissement des droits de douane au Royaume-Uni (1932).


  • Il convient toutefois de relativiser ce déclin : les Britanniques contrôlent encore près de la moitié du commerce mondial et la livre sterling demeure dans l’entre deux guerres la monnaie de référence internationale. D’autre part, le Royaume-Uni conserve des liens économiques forts avec ses anciennes colonies au sein du Commonwealth, fondé en 1931.



II. L’économie-monde américaine après 1945
1. Après 1918, la mise en place de la mondialisation américaine

  • Dès la fin du XIXe siècle, les Etats-Unis sont la première puissance économique mondiale et, entre les deux guerres, leur modèle capitaliste influence les grandes entreprises européennes : celles-ci s’inspirent des principes du taylorisme et du fordisme. A la veille de la crise de 1929, le pays réalise plus de 40% de la production industrielle mondiale.




  • Dès les années 1920, une société de consommation se met en place avec une classe moyenne devenue majoritaire. Les produits phares du nouveau confort matériel (automobile, radio, produits électro-ménagers, etc.) sont vendus en masse, tandis que le crédit à la consommation et la publicité accompagnent ce développement.



  • La crise de 1929 déstabilise le pays, mais sa diffusion dans le reste du monde montre que les Etats-Unis sont devenus le centre de l’économie mondiale. La Seconde Guerre mondiale montre leur capacité à mobiliser des ressources industrielles et technologiques sans équivalent.


2. La suprématie des Etats-Unis après 1945

  • En 1945, les Etats-Unis produisent plus de 50% de la richesse mondiale (pour seulement 6% de la population de la planète). Les accords de Bretton Woods (1944) font du dollar la nouvelle monnaie internationale et les accords du GATT (1947) favorisent le développement des échanges mondiaux. Dans le même temps, les Etats-Unis participent à la reconstruction de l’Europe occidentale (le plan Marshall, en 1947) et du Japon. Les firmes multinationales américaines s’implantent dans le monde entier tandis que l’American way of life se diffuse.




  • L’économie-monde américaine est avant tout continentale et transatlantique, face au bloc communiste dirigé par l’URSS : les premiers partenaires commerciaux des Américains sont les Canadiens, qui leur exportent des matières premières et importent des Etats-Unis des produits à forte valeur ajoutée. L’Amérique latine, le « pré carré » des Etats-Unis, fournit également des matières premières dont les Etats-Unis ont besoin. L’Europe de l’Ouest, protégée par les Américains pendant la guerre froide (1947-1991), représente le premier débouché pour les produits made in USA et pour les productions hollywoodiennes. Enfin, à partir des années 1960, les Etats-Unis bénéficient de la main d’œuvre des NPI d’Asie (Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, Singapour) dans le cadre de la DIT.



  • La superpuissance américaine est également fondée sur l’innovation : l’avance technologique est symbolisée par la conquête de l’espace (en 1969, Neil Armstrong est le premier homme à marcher sur la lune) et par la révolution informatique qui débute dans la Silicon Valley (Californie) à partir des années 1970 (la firme Microsoft est fondée en 1975 par Bill Gates et Paul Allen) et se poursuit avec la révolution des NTIC.


3. La contestation de la puissance américaine, à partir de la fin des années 1960

  • Les années 1960 marquent à la fois l’apogée du modèle américain, et ses limites. Le modèle de l’American way of life ne dissimule pas les problèmes de la société américaine : la pauvreté concerne des dizaines de millions d’Américains, en particulier la minorité noire et les nouveaux arrivants d’origine hispaniques. La ségrégation entre les Blancs et les Noirs entraîne le développement de mouvements de protestation. Le mode de vie américain est également contesté par une partie de la jeunesse, aux Etats-Unis comme à l’étranger.




  • Les Etats-Unis subissent la concurrence économique de la CEE (puis de l’Union européenne), du Japon, puis des NPI d’Asie. Leur part relative dans le commerce mondial diminue, quoi qu’ils demeurent la première puissance économique mondiale. Leur déficit commercial se creuse. Dans les années 1970, le Nord-Est des Etats-Unis, le cœur industriel du pays, est frappé par la crise des industries traditionnelles.



  • La contestation de la puissance américaine est également idéologique. La critique ou le rejet de la mondialisation américaine porte sur la domination géopolitique et culturelle des Etats-Unis, jugée « hégémonique » par ses détracteurs. L’antiaméricanisme, déjà existant pendant la guerre froide, se développe à travers l’alter mondialisme en Occident et le rejet du modèle américain dans les régions arabo-musulmanes. Sous sa forme la plus violente, il se manifeste par des attentats terroristes (le 11 septembre 2001).



III. L’économie monde multipolaire depuis les années 1990
1. La mondialisation : l’accélération des échanges et des flux

  • La disparition du bloc communiste et l’ouverture de la Chine ont permis l’affirmation du capitalisme libéral à un niveau planétaire. L’OMC, qui a succédé au GATT en 1995 a également œuvré pour la baisse des droits de douanes. Il en va de même des organisations économiques régionales (Union européenne, ALENA, Mercosur, ASEAN, etc.), qui ont contribué à doper les échanges.




  • Cette libéralisation a été accompagnée par une révolution technologique dans le domaine des transports (conteneurisation, etc.) et des NTIC. La NDIT a intégré de nouvelles régions dans l’économie-monde, rendant les espaces de la planète de plus en plus interdépendants et les FTN (Firmes transnationales) sont devenues des acteurs majeurs de cette nouvelle mondialisation.



  • Elle se caractérise en particulier par un développement des échanges dans tous les domaines : flux de marchandises (matières premières et produits manufacturés) et de services, flux d’informations et financiers, flux humains, etc.


2. La Triade demeure le moteur de l’économie mondiale, malgré un recul relatif

  • Les Etats-Unis demeurent la seule superpuissance mondiale. Le dollar reste la monnaie de référence, les FTN américaines continuent d’être parmi les plus performantes au monde et les Américains dominent toujours le secteur des hautes technologies. Toutefois, la place des Etats-Unis dans l’économie monde a reculé (le pays n’est plus que le troisième exportateur mondial) et ils se heurtent à des problèmes liés au déficit commercial et à la dette publique. En 2007, la crise des subprimes affaiblit l’économie américaine.




  • L’Union européenne produit 28% du PIB mondial et représente aujourd’hui un espace de prospérité de plus de 500 millions d’habitants. Toutefois, elle est également confrontée à plusieurs problèmes : concurrence des pays émergents, chômage endémique, croissance molle, etc.



  • Il en va de même pour le Japon, dont la croissance économique est ralentie depuis les années 1990 et qui est lui aussi confronté au vieillissement de sa population. Le dynamisme du pays, fondé sur sa capacité à innover dans le domaine des hautes technologies, est confronté à une concurrence accrue.


3. L’affirmation des puissances émergentes

  • Le recul relatif des Etats-Unis, de l’Europe occidental et du Japon est principalement du à l’essor de puissances émergentes. On regroupe les principales d’entre-elles sous le nom de BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Leur poids économique ne cesse de croître, puisque leur PIB représente en 2009 près du quart du PIB mondial. La Chine, en particulier, qui connaît une très forte croissance depuis une décennie (plus de 10% par an), est devenue la première puissance commerciale et la deuxième puissance économique au monde.




  • D’autres puissances, comme le Brésil ou l’Inde, on su profiter des transferts de technologie et développer des activités (industrielles ou de services) capables de concurrencer les économies occidentales. Ces Etats, comme la Chine, sont aujourd’hui membres du G20 et revendiquent une participation accrue au sein des grands organismes internationaux (ONU, FMI, Banque mondiale, etc.).



  • Malgré cet éclatement de ce que l’on appelait autrefois le Tiers monde et la recomposition de l’économie mondiale dans le processus de globalisation, certains Etats demeurent à la périphérie de l’économie-monde : les PMA, les PED trop pauvres pour participer pleinement à ce processus d’intégration à la mondialisation. De même, les puissances émergentes conservent des caractéristiques du sous-développement et leurs espaces sont contrastés. La multi polarisation du monde est donc incomplète.




similaire:

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconHistoire – Thème 2, question 1, cours 2

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconHistoire – Thème 3, question 1, cours 1 et 2
«culture de la violence» constitue peut-être un facteur expliquant la montée du fascisme en Italie et du nazisme en Allemagne

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconHistoire – Thème 2, question 2, cours 2
«Bouclier du désert» : une vaste coalition dirigée par les Etats-Unis, sous mandat de l’onu, se déploie en Arabie saoudite. IL s’agit...

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconCours d’histoire-geographie en c. A. P. Theme 1

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconCours d’Histoire de Première IL trouve sa place dans le thème 2 du...
«culture de guerre». IL s’agit de confronter les visions française et allemande

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconThème 4 : question 2; entreprise choisie : sfr; question appropriée...

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconLe programme (B. O. spécial n°8 du 13 octobre 2011) La question s’insère...
«Proche et Moyen-Orient contemporain» (rédigé par Nadine Picaudou et Aude Signoles), in Encyclopédie Universalis

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconJean-Louis Bonnaure, Lycée Joliot-Curie, Nanterre Elisa Capdevila,...
«Londres, ville mondiale» s’insère dans le thème du programme 2014 de dnl histoire-géographie/anglais intitulé «Les dynamiques de...

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconThème transversal histoire des arts : les arts, témoins de l'histoire du xviiie et xixe siècles

Histoire – Thème 1, question 1, cours 2 iconBibliographie du cours de M. Frédéric Sawicki Master de science politique...
«Les Manuels», 2005. [Ouvrage élémentaire surtout centré sur l’histoire du droit]






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com