Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres





télécharger 12.55 Kb.
titreLe malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres
date de publication10.07.2017
taille12.55 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres
En quoi le malthusianisme français a-t-il influé sur le (prétendu) modèle économique « à la française » ?

Remarques : la première partie n’est pas la plus importante (litote), mais il me paraît important de montrer : 1) que le malthusianisme est « ancré » dans la culture patronale française et 2) que des signes avant-coureurs étaient déjà présents dès la décennie 1920.

En revanche, je considère que la deuxième partie est essentielle (comprendre : « pas hors sujet ») : le malthusianisme patronal a résulté pour une bonne part du malthusianisme étatique (et l’on peut considérer que les réductions drastiques des dépenses publiques correspondent également à du malthusianisme).


  1. Des patrons timorés même en temps de croissance

Le malthusianisme patronal « à la française » des années 20 et surtout 30 n’est pas nouveau. Déjà, au XIX°, les patrons français cultivent beaucoup moins l’esprit d’entreprise (et donc de risque) que leurs homologues anglo-saxons ou allemands (il existe en France beaucoup moins d’exemples de self-made-men qu’aux Etats-Unis, ou même en Grande-Bretagne ou en Allemagne). C’est sans doute le résultat d’une culture plus attachée à une entreprise familiale qui rappelle la petite propriété paysanne et à des placements fonciers ou « bas de laine ».

Cette tendance va se renforcer après la guerre de14. D’une part, la confiance (déjà limitée) de la population française a été ébranlée par la boucherie vécue sur son sol et par la dévaluation de 1926 qui transforme le franc germinal en « franc de quatre sous » ; de plus, la France a été saignée (bref, je ne vais pas vous refaire mon autre fiche !). Sa population active a été amputée, la pénurie de main-d’œuvre s’installe (à peine mille chômeurs secourus en 29) : il y a donc, si l’on peut dire, un certain malthusianisme forcé. Cependant, d’après Asselain, durant plusieurs années (en l’occurrence, les années 24-29), l’économie française « tourne à plein régime ». Pourquoi, dès lors, parler de malthusianisme pour les Années Folles ?

D’abord, la reconstruction des usines après la guerre n’a souvent pas été l’occasion d’une modernisation qui pourtant s’imposait. Ensuite, la France s’est bercée trop longtemps (jusqu’en 1924, année de l’adoption du plan Dawes) de l’illusion des réparations : « l’Allemagne paiera ! » et a donc reculé le moment d’affronter les déséquilibres issus de la guerre (qu’ils concernent les domaines de la production ou de la monnaie, voire de la politique). Enfin, durant toute la décennie, les exportations ont joué le rôle moteur d’une croissance somme toute non négligeable (5 % par an de croissance de la production industrielle !), ce qui a entraîné à la fois une spécialisation dans les articles d’exportation et un recul de l’intérêt pour les industries destinées au marché intérieur (le voilà le malthusianisme !). De surcroît, la production agricole stagne : elle est inadaptée à une économie moderne et les petits patrons rechignent devant les dépenses d’équipement et surtout devant la concentration.


  1. Le malthusianisme de la classe politique

On peut dire que je suis keynésienne tant qu’on veut, reste que, empiriquement, la seule solution viable pour sortir de la crise de 29 était d’adopter une politique que l’on ne qualifiait pas encore de « keynésienne », mais de « politique de pouvoir d’achat ». Les gouvernements français qui se succèdent durant les années 30 (j’excepte le Front Populaire, hors catégorie) ont, au contraire, mené des politiques inefficaces. Alors que le budget est structurellement en déficit, les gouvernants recourent à des artifices divers et plus ou moins légaux et à des économies de bouts de chandelle pour absorber ce déficit. En vain, d’ailleurs.

En même temps qu’ils tentent de réduire le rôle de l’Etat à celui de gendarme (car c’est bien évidemment dans les postes économiques et sociaux que l’on coupe les vivres !) et paradoxalement, les gouvernements adoptent des mesures malthusiennes (qui n’auront guère plus d’efficacité, ne correspondant à aucun projet d’ensemble), principalement dans l’agriculture : sous-évaluation statistique des trop bonnes récoltes de blé, interdiction de plantations viticoles (puis arrachage obligatoire en 1935 !). L’ensemble ayant pour but d’enrayer la chute des prix, et pour résultat peu de chose. Le protectionnisme n’y parviendra d’ailleurs pas non plus. Seule la déflation du gouvernement Laval aura un effet, mais au détriment de l’activité économique…

Malgré l’inefficacité de ces mesures, la France est donc plongée dans un climat malthusien ; la politique de l’Etat ancre davantage l’idée que la crise est due à la surproduction (déséquilibre sur les marchés où l’offre est supérieure à la demande). En fait, l’origine exacte serait plutôt la sous-consommation, dans une France qui compte à présent 500 000 chômeurs malgré la réduction spectaculaire des taux d’activité et le retour au pays de certains travailleurs étrangers.


  1. Cause ou conséquence de la crise ?

Le malthusianisme patronal n’a pas été une spécificité française aux débuts de la crise ; c’est par l’ampleur de ce phénomène que la France s’est distinguée des autres pays développés à économie de marché (le problème ne se posant pas pour ceux à économie totalitaire).

En 1935, la production industrielle est inférieure d’un quart à celle de 1930, un chiffre qui ne peut pas s’expliquer uniquement par la montée (bien réelle, avec un maximum de 15 490 en 1935) des faillites annuelles. La baisse des investissements, le vieillissement de l’outillage en sont des causes directes : le taux de profit s’effondre (les « bénéfices industriels et commerciaux » perdent 18 %), les dividendes et le cours des actions (- 60 % !) aussi et, si la consommation se maintient, c’est aux dépens de l’investissement (la production de biens industriels d’équipement chute de 37 % entre 29 et 35). Non seulement la France est en récession, mais encore les chances de croissance future paraissent bien minces. Dans ce « Sedan économique », seules les catégories passives (rentiers, retraités) sont bénéficiaires.

On comprend dès lors, psychologiquement, le malthusianisme de nombreux patrons français (d’ailleurs Ford se cassera les dents à vouloir trop tôt produire en masse !). Cependant cette stratégie défensive (instinctive, serait-on tenté de dire) a pour effet logique d’enfoncer encore davantage l’économie dans la dépression. Il se crée donc un cercle vicieux du malthusianisme, qui résulte d’abord de la chute des exportations (forcément, l’étranger n’a plus les moyens de payer !) et se transforme ensuite en phénomène auto-entretenu.

Si tous les pays l’ont connu, la France a été la seule à l’avoir autant « assumé », jusqu’à l’entériner par sa politique économique. Ce malthusianisme est donc un élément incontournable du modèle français de développement économique. À condition de prendre ici le terme « modèle » dans son sens strictement économique de « schéma »…

similaire:

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconLes réseaux d’affaires en Égypte : patronat européen, minorités locales...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconEssor en Europe de l'Ouest entre les deux guerres

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconL’automobile existe depuis un siècle, mais sa démocratisation ne...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconA les premières contestations pendant l’entre-deux-guerres
«indigènes» se rendent compte que la guerre a affaibli les «métropoles». Ex : en 1940, Belgique, France, Pays-Bas vaincus en quelques...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconLe blocage de la croissance pendant l’entre-deux-guerres
«planche à billets», souvent incriminé comme cause de l’inflation par les contemporains. Elle résulte en fait de la dette de guerre,...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconCommentaire de document proposé par Jérôme Meunier
«L’Europe n’a pas été faite : nous avons eu la guerre.» (L. 6 et 7) Pourtant, des initiatives ont été prises durant l’entre-deux-guerres,...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconChapitre III espoir de paix après les deux guerres mondiales

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconRésumé Dans la continuité de l’adoption d’une constitution et de...
«des anciennes zones blanches» qui regroupaient de grandes exploitations agricoles de type patronal, fortement capitalisée et à but...

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconRésumé : les carrières des hauts fonctionnaires français sont, plus...
«La carrière des diplomates français : entre parcours individuel et structuration collective»

Le malthusianisme patronal français dans l’entre-deux-guerres iconDarfour : un modèle pour les guerres du xxième siècle, entre pillards...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com