Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle.





télécharger 225.82 Kb.
titreRésumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle.
page1/9
date de publication09.07.2017
taille225.82 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8   9


Le concept de coût d’usage Putty-Clay

des biens durables



___________
The Putty-Clay Concept of Durable Goods
Marie-Gabriel Foggea1 et Pierre Villa2


Summary


A Putty-Clay definition of the relative price of durable goods is proposed, which . Households choose the ratio of fungible goods vs durable goods and the economical life duration of durable goods by optimising an intertemporal utility function. Fungibles goods are complementary. Durable goods are replaced by new ones when they procure more considerable services considering technical progress than old ones. So the user cost of durables is equal to the relative price of durables with respect to the one of fungibles multiplied by an actualisation rate, which depends on the life duration and the expected real interest rate computed according to the growth of prices and quantities of fungibles. The frequency of renewing durables goods only depends on time prefrerences, on the interest rate, on the rate of growth of consumer prices and on the rate of growth of the technical progress. It does not depend on income. Estimates of durables, controlled with the user cost of housing, show the relevance of the concept. The elasticity of durable with respect to the interest rate is closed to 1. According to this modelling, durable demand looks more and more like an investment behaviour.

JEL Classification: E2

Key Words: Putty-Clay relative user cost, economical life duration, fungible and durable goods, short run cost, long run development cost.






Résumé


Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. Les consommations de biens fongibles sont complémentaires de celles des biens durables. Les biens durables sont remplacés par des biens nouveaux lorsqu’ils procurent des services plus importants associés au progrès technique. Il en résulte que le coût d’usage des biens durables est égal au prix relatif des biens durables par rapport aux biens fongibles multiplié par un taux d’actualisation qui dépend de la durée de vie et du taux d’intérêt réel anticipé rapporté à la croissance des prix et des quantités des biens fongibles. La fréquence de renouvellement des biens durables ne dépend que de la préférence pour le présent, du taux d’intérêt et du taux de croissance des prix et du progrès technique. Elle ne dépend pas du revenu. L’estimation d’une fonction de demande de biens durables contrôlée par le coût d’usage relatif du logement montre que le concept est pertinent et que le taux d’intérêt a ainsi un effet négatif sur la consommation de biens durables dont l’élasticité est de l’ordre de 1. Selon cette conceptualisation les achats de biens durables ressemblent de plus en plus à un comportement d’investissement.

Classification JEL : E2

Mots-clefs : coût d’usage relatif Putty-Clay, biens fongibles et durables, durée de vie économique, coût de fonctionnement, coût en développement.

INTRODUCTION


Usuellement, pour les économistes, la notion de bien durable et le comportement macro-économique associé peuvent se ramener à la demande de biens fongibles moyennant l’introduction d’un coût d’usage néoclassique et d’un taux de déclassement. C’est le point de vue de Mankiw (1985). Qui plus est les biens durables ne se différencieraient pas de la monnaie comme moyen d’échange entrant dans la fonction d’utilité. Ainsi Obstfeld et Rogoff (1997) écrivent : « From an individual’s perspective, money may be thought of here as a nontraded durable good » (chapitre 8 page 533), « the consumer smooths the paths of durable services » (p. 98) et « if all durables were rented in perfect rental markets, the durable-nondurable distinction would be unimportant » (chapitre 2). Or ce n’est pas le cas. Les achats de biens durables aliènent le consommateur de biens fongibles au sens où ils imposent une forme de consommation spécifique en raison de la technique qu’ils commandent. La consommation peut ainsi présenter des rigidités parce que les investissements réalisés en biens durables sont irréversibles et qu’il est impossible de les remplacer sans coûts, en raison de la modifications des techniques, qui sont datées et qui les rendent obsolètes.

Nous proposons ici une définition du coût d’usage des biens durables achetés par les ménages qui est différente de celle que l’on donne habituellement et qui s’apparente à la théorie Putty-Clay de l’investissement3. Les conséquences sont nombreuses. Tout d’abord, comme pour les fonctions de production, la demande de biens durables ne peut se ramener à une demande instantanée équivalente aux biens fongibles. Ensuite la demande de biens durables dépend du prix relatif des biens durables par rapport au prix des biens fongibles associés, corrigé d’un terme d’actualisation fonction du taux d’intérêt, de la croissance anticipée de la dépense de biens fongibles et de la durée de vie. De plus, il apparaît une relation de cohérence des anticipations de prix et de revenu qui dépend du taux d’intérêt, de la préférence pour le présent et de la croissance du progrès technique. Cette relation est consubstancielle à l’hypothèse Putty-Clay. Enfin, le rythme optimal de renouvellement des biens durables dépend des taux de croissance des prix (mais pas du revenu réel), du taux d’intérêt, de la préférence pour le présent et du rythme de croissance du progrès technique. Des estimations économétriques sur longue période menées sur données françaises montrent la pertinence du concept.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconLe concept de coût d’usage Putty Clay des biens durables

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconOpération économique consistant dans l’utilisation immédiate
«C°» est arbitraire : on décide de définir certaines opérations comme des investissements (achats de logements et grosses réparations...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconI. Les principaux mécanismes monétaires
«la monnaie achète les biens, les biens achètent la monnaie, mais les biens n’achètent les biens sur aucun marché organisé». IL doit...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconUn retard de l’investissement français ?
...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconChapitre VII – L’administration des biens dans les instituts de vie...
«le gouvernement des instituts» comprend un article 3 sur «les biens temporels et leur administration». L’administration des biens...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconI les différences de technologie comme explication des échanges
«avantages comparatifs» : permet de comprendre pourquoi une économie qui renonce à produire certains biens en faveur d’autres biens,...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconThèse de Gipert dans
«biens nationaux» : 2 vagues de confiscations des biens de l’Eglise et des nobles émigrés qui sont ensuite revendus. Csqce : paysans...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconRésumé Dans un contexte marqué par la multiplication, l'intensification...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconUf «Ingénierie et enjeux écologiques» en 3A
«renouvelabilité» de l’ère pré-industrielle : déforestation au Moyen-âge, rôle et importance du charbon, méthodes de gestion des...

Résumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif des biens durables. Les ménages choisissent le rapport biens fongibles/biens durables et la durée de vie économique des biens durables en optimisant une fonction d’utilité intertemporelle. iconCorrection td n° 1 – la place de l’entreprise
«unité économique, juridiquement autonome dont la fonction principale est de produire des biens ou des services pour le marché»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com