Chute de libido et objectale et narcissique





télécharger 15.53 Kb.
titreChute de libido et objectale et narcissique
date de publication06.07.2017
taille15.53 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos

TC1006CM Les dépressions du bébé 12/12/07


Articulation des aspects somatiques et psychiques chez le bébé : c’est la carence affective qui est en lien avec le marasme du corps, désorganisation somatique majeure.

Repris par l’école de psychosomatique de Paris de Pierre Marty (1918-1993). La dépression du nourrisson représente très directement ces conjonctions entre le corps et la psyché qui aboutissent quelques fois à des catastrophes irréversibles. Ses premières observations sont menées auprès d’adultes et en chirurgie. La thèse de médecine de Pierre Marty (1948) est centrée sur le vomissement comme esquisse psychosomatique dans un service de neurochirurgie.

Principaux écrits :

_ 1958, Revue française de psychanalyse, La relation d’objet allergique
_ 1962, La pensée opératoire. C’est une pensée sans penser avec une centration sur la chose plutôt que sur l’objet chez des patients adultes qui ne sont pas en grand contact avec leur inconscient. On observe chez ces patients des services de médecine, où le corps est en danger, un court circuit fantasmatique tout à fait étonnant. Ils sont pris au dépourvu par rapport à l’espace de rêverie, espace transitionnel, possibilité de jouer avec les représentations.
_ 1966 : notion de dépression essentielle : Une dépression sans objet qui est extrêmement pesante, menaçante pour la survie du sujet, se traduit par une baisse du tonus libidinal du sujet, chute de libido et objectale et narcissique. « Débranchement généralisé ». Tout cela se traduit par la désorganisation somatique. Marty va relier ça à la prévalence de la pulsion de mort : instincts de vie, instincts de mort, 1980.

Ces désorganisations brutales se retrouvent chez des patients qui ont une particularité psychique d’être moins à l’écoute de leur inconscient que d’autres et on se rend compte que n’importe quelle personne peut passer par des moments de désorganisation somatique en laissant de côté leur psychisme.

Rosine Debray, épitre à ceux qui somatisent

Il y a des gens plus disposés, il y a des époques de la vie qui font que, l’étape du vieillissement marque une plus grande proximité avec les instincts de mort. La base de l’économie psychosomatique consiste à abandonner la dualité psychisme/soma. L’homéostasie fait que ça marche et qu’il n’y a pas de rupture, de moments plus difficiles que d’autres et cette économie psychosomatique de l’individu (qui est présente dés la naissance) est remise en cause tous les jours.
Le bébé n’arrive pas tout nu, il a déjà plein de bagages génétiques et non génétiques : c’est la « mosaïque première » (Marty). Quand un bébé arrive au monde, on sait pas trop ce qui nous attend, c’est une rencontre unique et surprenante. Chaque bébé arrive au monde avec cet équipement. Question de l’inné et de l’acquis. Il s’agit d’apprécier l’économie psychosomatique pour chaque bébé en y replaçant les éléments psychiques et somatiques. Parler du psychisme du bébé, c’est parler du psychisme de l’environnement quel qu’il soit. Il faut une circulation entre les instances où le préconscient a un rôle d’assurer la circulation entre les aspects conscients et inconscients. On sait que chez l’adulte, des défaillances du préconscient sont des risques de décompensation somatique. Dés les premiers mois de la vie, la construction de l’appareil psychique du bébé est liée à l’organisation psychique maternelle et à l’appareil somatique du bébé. Plus l’appareil psychique du bébé devient mental et plus il est à même de s’opposer aux désorganisations somatiques qui sont dominantes dans les 1ers mois de vie du bébé. Vers 12 mois, quand surviennent les 1ers rêves, cauchemars, phobies, l’enfant est pris par cet appel à l’organisation psychique qui rend secondaires les désordres somatiques. Le bébé a de moins en moins besoin de l’expression somatique quand son appareil psychique se construit.
Le nouveau né est en prise directe avec le corps, expression pulsionnelle à l’état brut. Il faut du temps pour que les ajustements corporels se mettent en place. Les 1ers jours c’est pas évident. Cette expression pulsionnelle, si elle n’est pas psychisée par l’appareil psychique familial/ maternant, apparaissent des désorganisations.

Cette fonction maternante, c’est d’organiser le matériau brut, de parer l’excitation de cet appareil psychique naissant. Fonction de parexcitation : gérer en petites quantités l’excitation du bébé, sans la supprimer, c’est laisser s’installer ces petites doses d’excitation vivifiantes pour le bébé sans que ça le déborde psychiquement.

Bion a modalisé ces transformations d’éléments bruts en éléments symbolisables (éléments alpha et beta). Sinon la pulsion tend à se décharger comme elle peut cf. pulsions et destin des pulsions, Freud, 1915. La voie la plus courte c’est la voie somatique. Plus les pulsions mentales se diversifient, moins les décharges somatiques sont nécessaires.

Une baisse de tonus vital donne lieu à la dépression essentielle avec cette place pour les désorganisations somatiques. On ne doit pas séparer les désorganisations psychiques et biologiques. Quand la mère réapparait après une courte absence, réversibilité du tableau rapide à condition que cette absence ne se répète pas et ne se prolonge pas. Ex avec la dépression des bébés prémats. On est dans l’absence réelle mais c’est proche d’une mère présente mais absente psychiquement.
Observation d’enfants de 6-18 mois en plein dans la position dépressive.

_ Dans cette tranche là, la dépression se montre par :


  • L’atonie affective : Va jusqu’à une déprivation des appétences à vivre. Quelque chose d’observable à travers l’indifférence de l’enfant. C’est une dépression blanche sans cri ni larme. C’est une symptomatologie en creux, négative. C’est l’inappétence à se nourrir, se mouvoir, interagir, vivre, progresser, ce qui explique l’arrêt de certaines fonctions acquises. Etats émotionnels sans émotion, dépression sans affect repérable.




  • Inertie motrice : Pas très différente de celle qui survient chez le patient adulte qui consulte. Syndrome de ralentissement psychomoteur : le corps est sans réponse, pas de participation corporelle. Quelque fois même perte des acquisitions qui ont existées. Ce qui est terrible, c’est le regard fixe, le regard vide sans cligner des paupières soit dans un vide total, soit dans l’hypervigilance qui exclue le clinicien. Pas de réaction face au visage étranger : le visage humain, un masque, c’est pareil. Quelque fois un intérêt maintenu pour un objet inanimé.




  • Grande vulnérabilité psychosomatique : Sous toutes ses formes. Des petites désorganisations en cascade jusqu’aux grosses désorganisations. Ça peut être insidieux, camouflé. Ça engage le pronostic ultérieur s’il n’y a pas un retour à une situation d’étayage de bonne qualité.


Ces dépressions chez le bébé sont réversibles mais au début, on ne sait pas faire la différence avec certains syndromes d’allure autistique (on ne parle pas d’autisme avant 3 ans). Il y a des programmes de prévention intéressants : Guedeney Antoine a essayé d’attirer l’attention des professionnels pour que ces catastrophes soient évitées avec une échelle de dépistage. Il parle de retrait relationnel. Faire un diagnostic de dépression avant 2 ans, c’est pas évident. En 2003, a essayé d’être attentif à l’expression du visage. Ce sont des questionnaires :

_ Est-ce que le bébé réagit quand on le manipule pendant l’examen ?

_ Est-ce qu’il y a un moment où on peut accrocher son regard ?

_ Est-ce qu’il suce son pouce ?
Dans la dépression, c’est l’absence de la mère qui ne peut pas être permise par un appareil psychique immature. Les capacités éventuelles à halluciner l’objet s’effondrent. Ça ressemble à un émoussement affectif. Pas d’angoisse visible, pas de douleur, pas de larme…Absence d’activité autoérotique, troubles du sommeil, mérycisme. Prémisses d’une inorganisation structurale. Terminologie d’insuffisance d’attachement.




TC1006CM Page


similaire:

Chute de libido et objectale et narcissique iconSynopsis : / une politique de la libido
«J’avais tiré les conclusions sociales de sa théorie de la libido. Aux yeux de Freud c’était la dernière chose à faire»

Chute de libido et objectale et narcissique iconDédramatisation de la chute/apprentissage de la chute
«fuir» les rollers en relâchant les cuisses et reprendre la position "V serré"

Chute de libido et objectale et narcissique iconRésumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement...
«focal events» au cœur d’un changement de régime : la chute du Mur de Berlin dans le transfert institutionnel qui a caractérisé l’adoption,...

Chute de libido et objectale et narcissique iconProgramme 30 à 00
«De la chute de l’Empire Ottoman à l’occupation totale de la Palestine : les étapes de l’asphyxie»

Chute de libido et objectale et narcissique iconL’ économie des peco après la chute du mur de Berlin: les cas de...

Chute de libido et objectale et narcissique iconProgrammes de lca au collège
«iconographie très riche liée aux textes de l’Antiquité (Chute de Troie, Sirènes, jugement de Pâris…)»

Chute de libido et objectale et narcissique iconUnité de Gériatrie aiguë, Hôpital Antoine Béclère
...

Chute de libido et objectale et narcissique iconObjectif : convoquer plusieurs domaines artistiques sur une même...
«East Side Gallery» : mur peint de fresques «street art» après la chute en 1989

Chute de libido et objectale et narcissique icon[Situation- la chute du mur de Berlin
«J’ai vécu le Mur de Berlin», 1961 – 1989, Philippe Demenet, Bayard Jeunesse, 2007

Chute de libido et objectale et narcissique iconA la fin du roman «la chute», d’Albert Camus, Jean baptiste Clamence,...
«l’organisation de silences et des oublis». La pression exercée par le groupe est un facteur tout aussi déterminant






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com