Partie II : Economie du développement durable





télécharger 12.96 Kb.
titrePartie II : Economie du développement durable
date de publication09.12.2016
taille12.96 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Partie II : Economie du développement durable

Chapitre 2.1 : Quels sont les fondements du commerce international et de l’internationalisation de la production ?

Gains à l’échange : la spécialisation des individus, des entreprises ou des nations dans certaines activités productives et le développement de l'échange marchand débouchent sur une production de richesses plus importante et pourrait permettre à chacun d'en retirer un gain par rapport à une situation où l'on se contente de produire ce dont on a besoin.

Ce gain lié à la spécialisation et à l'échange n'est toutefois pas le même pour tous. Certains y gagnent plus que d'autres en fonction de la nature de leur spécialisation. ( ?)

Spécialisation : processus au terme duquel des acteurs économiques ou des nations se sont dessaisis d’un grand nombre d’activités pour se consacrer à une ou à quelques activités spécifiques.

Avantage absolu : l'économiste écossais A. Smith défend l'idée à la fin du 18° siècle qu'un pays aurait tout intérêt à se spécialiser dans la production et l'exportation d'un bien pour lequel il disposerait d'un avantage en termes de coûts de production par rapport à tous les autres pays. Pour les autres biens, il précise qu'il y aurait tout intérêt à les importer si cela coûte moins cher que de produire soi-même. Cette idée va servir de base à la justification du libre-échange entre les nations.


Mais cette loi des avantages absolus pour justifier les échanges internationaux a l'inconvénient d'exclure du commerce international les nations qui ne possèdent aucun avantage absolu.
Avantage comparatif : l'économiste anglais D. Ricardo met en avant l'idée selon laquelle un pays doit se spécialiser dans la production et l'exportation du bien pour lequel il dispose de l'avantage absolu le plus élevé (les coûts de production les plus faibles) ou le désavantage absolu le plus faible.
Cette analyse affine la loi des avantages absolus d'A. Smith en démontrant qu'un pays qui n'aurait aucun avantage absolu peut (et doit) participer aux échanges internationaux. Même si un pays disposait d'avantages absolus dans tous les domaines, Ricardo montre que se spécialiser et s'insérer dans les échanges internationaux serait rentable pour lui.

Cette analyse est encore utilisée de nos jours pour justifier le libre-échange international et ses bienfaits pour les pays qui s'y adonnent.

Dotation factorielle : ensemble des facteurs de production (capital, travail, ressources naturelles) dont dispose un pays.

Chaque pays est caractérisé par une certaine dotation factorielle, c'est-à-dire une combinaison de travail et de capital. Cette combinaison peut privilégier un des deux facteurs, ce qui donne alors au pays un avantage comparatif dans les productions utilisant davantage le facteur abondant.

Libre échange : système économique qui consiste en la libre circulation des biens, des services, des capitaux, de la monnaie et des hommes.

Protectionnisme : ensemble de mesures mises en place par les pouvoirs politiques afin de protéger les producteurs nationaux de la concurrence internationale. On distingue deux types de protectionnisme :

  • Protectionnisme tarifaire : consiste à imposer des droits de douane aux produits étrangers ou à subventionner les producteurs nationaux.

  • Protectionnisme non-tarifaire : consiste à limiter l’entrée des produits étrangers par la mise en place de réglementations contraignantes, de barrières administratives, de quotas…

Commerce intra-firme : partie du commerce international qui se déroule entre les filiales d'une firme multinationale.
Compétitivité hors prix : forme de compétitivité qui n'est pas basée sur le prix de vente. Elle consiste à la différenciation du produit grâce à sa qualité, son caractère innovant, à la marque, au service après-vente, aux délais de livraison...
Compétitivité prix : consiste en une stratégie de baisse du coût du produit afin de gagner des parts de marché en diminuant le prix.
Délocalisation : fermeture d'une unité de production dans un pays pour la rouvrir dans un autre pays.
Externalisation : désigne, pour une entreprise, le recours à un prestataire extérieur, souvent dans une perspective de long terme, pour réaliser une partie de sa production.
Firme multinationale ou transnationale (FMN) : entreprise disposant d’une ou plusieurs unités de production situées dans un ou plusieurs pays.

Partie II : Economie du développement durable

Chapitre 2.2 : Comment s’opère le financement de l’économie mondiale ?

Banque centrale : institution chargée par l’Etat (ou un ensemble d’Etas dans le cas d’une zone monétaire) d’émettre la monnaie fiduciaire, de mettre en œuvre la politique monétaire, de gérer les réserves officielles de change et d’assurer le bon fonctionnement du système bancaire en édictant des règles prudentielles et, le cas échéant, en venant en aide à une banque en difficulté.

Fonctions de la monnaie : il existe trois fonctions :

  • celle d’intermédiaire dans les échanges

  • celle de réserve de valeur

  • celle d’unité de compte

Taux d’intérêt : loyer d’un capital prêté ; il rémunère le prêteur pour le service rendu à l’emprunteur et pour le risque qu’il prend de ne pas être remboursé.

Balance des paiements : c’est un document comptable qui retrace l’ensemble des sommes qui entrent et qui sortent d’une économie.

Flux internationaux de capitaux :

On peut lire les flux internationaux de capitaux dans la balance des paiements et plus précisément dans le compte financier. Ces flux revêtent cinq formes différentes :

  • les investissements directs à l'étranger (IDE)

  • les investissements de portefeuille

  • les produits financiers dérivés

  • les autres investissements

  • les avoirs de réserve

Depuis le milieu des années 1980, la libéralisation des marchés internationaux de capitaux a permis une augmentation considérable des flux internationaux de capitaux, bien plus rapide que le développement des échanges internationaux (balance des transactions courantes) et que l'internationalisation de la production. ( ?)

Devise : au sens courant du terme, monnaies d’origine étrangère. Lorsqu’elle est convertible, une devise est cotée sur le marché des changes, qui en détermine la valeur par rapport à une autre.

Spéculation : activité qui consiste à effectuer des actes d'achat et de vente sur tout type de marché de manière à retirer une plus-value à l'occasion de ces opérations. Il arrive toutefois que le spéculateur se trompe dans ses prévisions d'évolution des marchés, dans ce cas il réalise une moins-value.

Plus-value/moins-value : différence positive/négative entre le prix de vente d'un actif et son prix d'achat.

similaire:

Partie II : Economie du développement durable iconRésolution du Parlement européen du 29 septembre 2011 sur l'élaboration...
«l'économie verte dans le cadre du développement durable et de l'élimination de la pauvreté» et «le cadre institutionnel du développement...

Partie II : Economie du développement durable icon2015 – sujet d’ÉCO/droit polynésie – Partie Économie
«protéger ses ressources naturelles et leur assurer un développement économique durable». […]

Partie II : Economie du développement durable iconChapitre 3 Aménagement Numérique, Attractivité des Territoires et Développement Durable
«Nouvelle Economie», mort-née avec l’éclatement de la «bulle Internet», à l’apparition de la «fracture numérique» puis à sa résorption...

Partie II : Economie du développement durable iconDeveloppement durable
«De l'écodéveloppement au développement durable» de la semaine 1 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc...

Partie II : Economie du développement durable iconDeveloppement durable
«De l'écodéveloppement au développement durable» de la semaine 1 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc...

Partie II : Economie du développement durable iconProgramme Think tank européen Pour la Solidarité Conférences «Construction...
«Politique fédérale Développement Durable et Construction/rénovation» et remise des Energy Award, Els Van Weert, Secrétaire d’Etat...

Partie II : Economie du développement durable iconPartie 3 Agir Chapitre 20 – Une chimie pour un développement durable

Partie II : Economie du développement durable iconLa difficile mise en place du Parc Amazonien Guyanais reflète-t-elle...
«Le parc amazonien, un projet de territoire pour un développement durable» a donné lieu à une confrontation entre deux approches...

Partie II : Economie du développement durable iconLa difficile mise en place du Parc Amazonien Guyanais reflète-t-elle...
«Le parc amazonien, un projet de territoire pour un développement durable» a donné lieu à une confrontation entre deux approches...

Partie II : Economie du développement durable iconCnuced / Développement durable / Economie verte
«durable», selon une étude de la cnuced publiée à l’occasion du sommet rio+20






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com