Scénario pédagogique





télécharger 55.42 Kb.
titreScénario pédagogique
date de publication08.02.2017
taille55.42 Kb.
typeScénario
e.20-bal.com > documents > Scénario


THEME CO-PARTICIPATION ET DEMARCHE MERCATIQUE

Propriétés

Description

Intitulé court

Co-participation et démarche mercatique 2014

Formation concernée

Classe de Terminale Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Spécialité Mercatique (STMG)

Matière

Mercatique

Thème

THEME 1 : Mercatique et consommateur

Question de gestion

Question 2 : La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer ?

Intitulé long

La co-participation constitue un élément clef dans la démarche mercatique des entreprises. L’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication renforce cette tendance du marketing dans les pratiques managériales des entreprises.

Scénario pédagogique


Le cas d’étude explore, au travers de trois parties distinctes, une partie du programme de Terminale Mercatique STMG. Les thèmes abordés sont : approche mercatique, démarche mercatique et marchéage. La question de gestion abordée est : " La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer ? " située dans le thème 1 : "Mercatique et consommateur" question 2.
Une réflexion sur la co-participation du client à la démarche mercatique sera menée.

Elle se décline en trois axes :

  • La co-participation et la démarche mercatique

  • Le marketing participatif 2.0

  • Le marketing participatif et création de valeur pour le consommateur



Notions abordées

  • Démarche mercatique

  • Marchéage

  • Co-participation

  • Co-production

  • Marketing participatif

  • Co-création de valeur

  • Marketing 2.0

  • Personnalisation

  • Customisation

  • Innovation et lead-users

Contexte et finalités

Le rôle de la mercatique dans la création des besoins a fait l’objet de nombreuses controverses qui portent sur une question de fond : les besoins préexistent-ils à l’offre qui entend les satisfaire ou sont-ils créés par elle ?

Pour apprécier le rôle de la mercatique dans le pilotage de l’échange marchand, il convient de s’interroger sur la façon dont les entreprises appréhendent les marchés et y interviennent. L’orientation client peut conduire un vendeur à ne voir qu’au travers des yeux des clients actuels et des marchés servis. Or, nombre d’entreprises sont en proie à une remise en cause permanente des situations acquises, que ce soit du fait des changements technologiques rapides ou de la quête, de la part des clients, d’expériences nouvelles. Un tel contexte conduit à un retour en force de la mercatique de l’offre, notamment sur les marchés où le consommateur semble dans l’incapacité de préciser ses attentes (ex. Nouvelles Technologies). Des situations intermédiaires existent ou l’offre est co-produite.

En prenant appui sur les pratiques des entreprises et sur les caractéristiques qu’elles combinent dans le marchéage pour concevoir leurs offres, cette partie est au cœur de la question de gestion puisqu’à partir de la notion « d’approche mercatique », elle ouvre de nouveaux horizons à la définition de la mercatique.

L’élève doit identifier, en observant la démarche mercatique mise en œuvre au sein d’une entreprise, la part de l’offre qui provient de l’analyse des besoins, latents ou exprimés, et de l’initiative de l’entreprise, et en déduire l’approche mercatique de l’entreprise. Il doit, en outre, pouvoir identifier, dans une offre donnée, les composantes de son marchéage.

En confrontant l’élève à une ou des situation(s) d’achat potentiel, il s’agit de le conduire à repérer les moments où l’expérience de consommation génère de la valeur et de la satisfaction pour le consommateur et à apprécier les composantes de la valeur perçue par le consommateur afin d’identifier les leviers d’action dont dispose l’entreprise.


Pré-requis et transversalités

La « valeur perçue » a été abordée en « Sciences de gestion » dans le cadre du thème « Gestion et création de valeurs » au travers des notions « d’image de marque », de « notoriété », de « satisfaction » et de « qualité ». Le programme de mercatique l’approfondit au travers de ce cas d’étude. Expérience de consommation- valeur perçue et satisfaction. Un deuxième axe de la réponse à la question de gestion conduit à s’intéresser, pour expliquer les choix des consommateurs, à l’acte de consommation lui-même (que fait-on du produit ?) et non plus à l’acte d’achat (quel produit achète-t-on et comment ?). L’acte de consommation ne porte pas sur les biens mais sur les services que rendent ces biens.



TIC

Recherche documentaire sur internet

Auteurs

Djamel FELLAG


Version



Date de publication



Date de modification

25/05/2014 



PARTIE 1 : LA CO-PARTICIPATION ET DEMARCHE MERCATIQUE

A l’aide des ressources 1 ,2 , 3 et de recherches sur Internet, vous répondrez aux questions suivantes :

1) Rappelez la définition de la démarche mercatique?

2) Donnez une définition de la co-participation ?

3) Le marketing appréhende cette participation au travers deux dispositifs, quels sont-ils ?

4) Donnez des exemples de marque ou d’entreprise qui ont recours à cette forme de marketing ?

5) Quelles sont les formes de participation possible au niveau du marketing ?

6) Quelles sont les raisons qui ont favorisé cette co-participation ?

7) Quel est l’intérêt de cette forme de participation dans le cadre de la démarche mercatique?

8) Quelles peuvent les limites et ou les risques d’une telle forme de participation du client à la démarche mercatique ?
On assiste grâce à Internet à de nouveaux modes de collaboration entre les entreprises et leurs clients, une tendance de fond se dessine celle du marketing participatif web 2.0.

PARTIE 2 : LE MARKETING PARTICIPATIF 2.0

A l’aide des ressources 4 et 5 et de recherches sur Internet, vous répondrez aux questions suivantes :

1) Qu’est ce que le web 2.0 ?

2) Quelles sont les implications marketing du web 2.0 ?

3) En quoi la Lego Factory constitue t’- elle un modèle de marketing participatif ?

4) Quelles sont les variables du marchéage concernées par le marketing participatif ?

5) Quelles sont les conditions requises pour réussir une telle démarche ?

6) Quelles peuvent être les évolutions marketing possibles concernant le web 3.0 ?
PARTIE 3 : LA QUESTION DE GESTION RELATIVE A UNE PROBLEMATIQUE DE GESTION

A l’aide des ressources proposées et des réponses aux questions, vous répondrez à la question suivante : Le marketing participatif est-il de source de création de valeur pour le consommateur ?


DOSSIER RESSOURCE

Ressource 1 : La participation et ses différentes modes

En tant que courant de recherche, la participation du consommateur est initiée dans les années 1980 avec la reconnaissance du consommateur comme employé partiel de l’entreprise et donc source de gains de productivité (Lovelock et Young, 1979), puis comme partie prenante du processus de servuction dans le cas des services (Eiglier et Langeard, 1987). Sa genèse est plus ancienne, débutant dans les années 1950 si l’on considère les travaux sur le libre-service. Ce concept connaît un regain d’intérêt sous l’influence parallèle des travaux sur les technologies de libre-service et de ceux consacrant la notion de co-création de valeur. La participation du consommateur se définit comme l’implication de ce dernier dans le processus de production du produit ou du service (Dabholkar, 1990).La participation peut être appréhendée à travers deux grands mécanismes : la co-production de l’offre (produit ou service) (Dujarier, 2008) et le marketing dit participatif ou la « co-production collaborative ». Ces deux dispositifs se déclinent en différentes modalités et se distinguent par le statut du consommateur qu’elles impliquent : respectivement, celui de « travailleur » intervenant sur la chaîne d’activités opérationnelles de l’entreprise (fabrication/assemblage livraison/service après-vente) et celui de « collaborateur » se voyant déléguer un certain pouvoir sur les variables du mix marketing (produit, prix, communication, distribution) habituellement définies par l’entreprise. Dans le cadre du marketing participatif, la collaboration suppose une implication consentie, volontaire et démocratique.
Source : Revue Economie et Management, n°152, p.40-41

Typologie des modes de participation du consommateur dans la réalisation de l’offre.





Pré-conception

Co-conception

Co-production

But

Acquérir des informations consommateurs pour améliorer l’offre.


Les informations fournies par le client permettent la conception de l’offre.

La tâche exécutée par le consommateur permet de produire l’offre.

Approche marketing

Empowerment et Knowlegde Marketing (Curbatov 2002)

Customisation et personnalisation de masse, personnalisation utilitaire (Surprenant et Salomon 1987 ; Salerno, 2001 ; Merle, 2007).


Approche utilitaire et expérientielle de la consommation, le DIY (Holt, 1995 ; Holbrook, 1999)

Caractéristiques

principales

Participation très libre, point de départ de la création d’une offre

La liberté de la participation dépend du caractère personnalisable de l’offre.


La participation sert à la fabrication du produit standard

Exemple de participation des clients

Lettre de réclamation, table ronde, études marketing

Elaboration d’un voyage, choix de la couleur de sa voiture, coupe chez le coiffeur, choix de construction d’un ordinateur DELL …

Les kits meuble, bricolage, loisir-créatif, plat et gâteau pré-cuisiné)


Source : adapté Carton, 2007

Ressource 2 : La notion de valeur en marketing

La valeur est généralement abordée, en marketing, au travers de la valeur d’achat (customer value) et de la valeur de consommation (consumer value). La valeur d’achat est définie comme le résultat d’une confrontation entre les bénéfices et les sacrifices associés à l’achat d’un produit et se manifeste avant l’acquisition finale de l’offre (évaluation avant achat). Pendant longtemps, la plupart des travaux, s’inscrivant dans cette approche cognitive de la valeur, ont limité le contenu des avantages ou bénéfices à des caractéristiques purement utilitaires et fonctionnelles, et ont considéré les coûts uniquement sous l’angle monétaire. C’est pour cette raison que la valeur a souvent été appréhendée, dans la littérature, au travers d’un simple ratio qualité / prix. Les recherches sur la valeur ont connu, ces deux dernières décennies, une profonde mutation avec l’émergence d’un ensemble d’approches qualifiées d’expérientielles (Holbrook et Hirschmann, 1982 ; Filser, 2002). Une vision, alternative à celle de la valeur d’achat, s’est donc développée autour de la notion de valeur de consommation. En marketing, la valeur de consommation est habituellement définie comme « une préférence relative, caractérisant l’expérience d’interaction entre un sujet et un objet » (Holbrook, 1994). La valeur n’est donc plus le résultat d’un calcul, mais bien le produit d’une expérience (Filser, 2000). Cette conception de la valeur correspond à une approche affective, expérientielle et analytique de la valeur.
Source : L’auteur

Ressource 3 : La co-création : un nouvel eldorado pour le marketing ?


La participation, la coproduction et la co-création du client ne sont pas des idées marketing très nouvelles. Mais ce qui change aujourd’hui, ce sont leurs couleurs, passées du gris sombre au fluo flashy. L’entreprise, via le personnel en contact, et le client, via son degré de participation, coproduisent la prestation de service. Deux décennies plus tard, Vargo et Lusch) voient la consommation du produit selon une logique similaire à celle du service. L’orientation service (S-D pour Service-Dominant) se substitue à la logique produit (G-D, Good-Dominant). « Le client est toujours un coproducteur ».Le produit est une proposition de valeur, plus ou moins compétitive par rapport à la concurrence. C’est le client qui détermine le niveau de valeur, à l’aune de son degré de participation. Pour Prahalad et Ramaswany, la consommation d’un produit (ou d’un service) est un lieu d’interaction entre le consommateur et l’entreprise. Durant cette consommation, le consommateur a un rôle actif au cours duquel il construit et forge une histoire personnelle. Il co-crée, avec la marque, tout au long de la vie du produit, une expérience personnalisée.

La co-creation NikeiD : des résultats impressionnants

Au début des années 2000, lorsqu’Apple a lancé l’iPod, les managers de Nike ont observé que de nombreux coureurs combinaient iPod et jogging. La combinaison de ces deux choses n’était guère nouvelle. Mais la possibilité de coupler des données avec de la musique, l'était. En 2006, Nike lance Nike+ en partenariat avec Apple. Il s’agit d’un capteur intelligent, inséré dans la chaussure du coureur, capable de communiquer avec un récepteur Apple (iPhone ou iPod). Le capteur enregistre la durée de la course, le nombre de kilomètres parcourus et toutes sortes d’autres informations. Nike a développé une plate-forme sur Internet pour co-créer avec ses clients. Les membres téléchargent leurs données personnelles : objectifs, distances parcourues, durée, nombre de calories brûlées, etc. La clé du succès réside dans les possibilités de partage avec d’autres membres du réseau. Des applications dérivées de Google Maps permettent aux membres de tracer de nouveaux parcours, de les visualiser et de les diffuser dans le monde entier. Demain, vous êtes à Londres ? Vous pourrez savoir si Hyde Park est un bon « spot » pour votre jogging matinal, en consultant la plate-forme. Les membres peuvent organiser des challenges, se lancer des défis. Un réseau mondial de parcours, couvrant tous les coins du globe, a été créé par les 600 000 membres de la communauté issus de 170 pays. Cette co-création est un véritable eldorado pour le marketing de Nike. Les données lui ont permis d’apprendre que la durée moyenne d’un jogging est de 35 minutes, de connaître les différents types de parcours, les températures et conditions météo lors des sorties, le type de musique le plus adapté à telle ou telle expérience. Le marketing regarde ce laboratoire vivant où chacun crée, expérimente et partage. Il est à l’affut des nouvelles tendances, connaît les préférences des consommateurs et leurs évolutions, ce qui permet de concevoir les produits les plus adaptés à ces découvertes. En 2007, Nike captait 57% du marché américain de la chaussure de course, contre 47% en 2006 ; en 2009, sa part de marché atteignit 67%.

La co-création, de l’aval à l’amont


Si Nike+ donne la possibilité à tous de participer également à la co-création, il s’agit plus d’une sublimation des usages individuels du produit : les consommateurs co-créent des services qui valorisent la « proposition produit » de Nike. L’entreprise garde la main sur la création du produit en amont, la co-création avec le client n’intervenant qu’en aval.Un second levier de co-création associe le consommateur, en amont du marché : de l’idée du produit à sa conception, et jusqu’à sa communication. Von Hippel (6) avait montré dans les années 80, l’intérêt de co-créer de nouveaux produits en partenariat avec des clients avant-gardistes, dénommés lead users. Ces individus anticipent les besoins qui se généraliseront, des mois ou des années après, au reste du marché. En outre, ils ont des idées précises sur les solutions techniques qui permettent de résoudre leur problème.Le lead user est une source d’innovations précieuses pour l’entreprise. Ainsi, chez 3M les idées émanant des groupes de lead users ont été estimées, en interne, à 146 millions de dollars, soit un montant 8 fois plus élevé que les ventes prévisionnelles issues des groupes de travail traditionnels.

Co-cocréation ou participation forcée ?

A force de faire travailler le consommateur, le marketing ne peut éviter la question de la rémunération de la valeur co-crée avec le client. Par exemple, en 2010, Amazon a lancé un concours pour la réalisation d’une vidéo de 30 secondes pour son e-book, le Kindle. Le gagnant a empoché 15 000 dollars, une jolie somme, certes, mais combien une agence de communication aurait facturé cette même création publicitaire ? La co-création peut-elle conduire à une nouvelle forme de concurrence déloyale ? La question de la cession des droits de propriété se pose également. Certaines entreprises s’approprient les créations de leurs clients, en contrepartie de quelques marques d’estime et de reconnaissance, plus ou moins valorisantes : réception, photo, invitation au siège de l’entreprise, etc. D’autres donnent un pourcentage du chiffre d’affaires, au consommateur : Lego reverse 1% au consommateur qui a imaginé les figurines commercialisées. La co-création pourrait alors dériver, progressivement, vers une semi professionnalisation des acteurs, une organisation des communautés en clans pour répondre aux concours. On observe déjà, dans les appels aux co-créations publicitaires, une forte présence de jeunes créatifs débutants ou de professionnels de la vidéo. La co-création pourrait devenir une nouvelle forme de recherche d’emploi ou une source de rémunération complémentaire pour certains consommateurs. Après la participation intensive des ménagères de moins de 50 ans aux focus groups rémunérés, va-t-on voir apparaître, une nouvelle profession libérale, le « cocréateur ».La co-création amont repose sur le principe de la libre participation. Rien n’oblige un consommateur à offrir de nouvelles idées de produit ou de communication pour l’entreprise. Est-ce le cas pour la co-création avale, lorsqu’elle exige la participation du client ? Certains clients sont prêts à maximiser cette participation, d’autres souhaitent la minimiser. Cet arbitrage détermine l’évaluation de chaque proposition de valeur offerte par les concurrents. Il s’appuie sur la bonne vieille logique des bénéfices vs. coûts. Si la participation est source de plaisir ou d’accomplissement de soi, la proposition de valeur est bien évaluée. Mais si ce n’est pas le cas, et si le client accepte la participation, alors le prix payé doit diminuer. Nous retrouvons le principe de la stratégie « low cost » : plus de participation, contre un prix moins cher. Par exemple, Ikéa annonce clairement que ses clients doivent participer, et que c’est cette participation qui lui permet de réduire le prix de vente des produits. Si le client ne veut pas participer au transport et au montage du produit, il n’achète pas Ikéa. Cette libre participation, de type self-service, ne doit cependant pas être confondue avec la co-création. Certaines pratiques marketing manipulent la participation du consommateur, et de fait la co-création. Elles consistent à réduire, puis pénaliser et enfin supprimer progressivement, l’option de non-participation au profit d’une participation obligatoire, et ce, sans réduction du prix de vente. Prenons le cas du « self-scanning » récemment proposé par Carrefour à ses clients. La participation du client est pour lui une source de gain de temps et de réduction d’efforts, car il n’a plus à mettre ses produits sur le tapis de caisse, ceux-ci étant scannés au fur et à mesure de son parcours. Avec à la clé, un bonus : le client contrôle à tout moment son budget, puisqu’il connaît précisément le prix à payer avant de payer. En échange des gains offerts, Carrefour réduit ses coûts de personnel. La participation deviendrait forcée, le jour où toutes les caisses seront fermées, après une période de formation des clients au nouvel outil. La co-création ne doit pas être confondue avec le self-service obligatoire. La bonne vieille segmentation du marché par les bénéfices consommateur est toujours d’actualité : certains segments de consommateurs sont prêts à s’investir totalement dans la co-création et/ou dans la participation, d’autres plus modérément, et d’autres enfin, pas du tout. Pour chaque segment, un produit, un service et un prix différent.
Source : http://consommateurinfluenceur.blogspot.fr/2012/03/la-co-creation-un-nouvel-eldorado-pour.html

RESSOURCE 4 : Du Web 2.0 au Web 3.0


Loïc Le Meur montre dans son analyse du web 2.0 au web 3.0 toute la complexité de l’évolution du web. Ce phénomène peut s’analyser au travers de cinq axes : technologie, contenu, commerce, pouvoir et l’influence, dimension sociale.

http://img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/l300xh225/web_3_concept-873d4.jpg
- Technologie : La figure présente quelques innovations majeures, allant des premières pages HTML, au Web sémantique, en passant par le XML, les flux RSS, et la technologie AJAX. Il ne s’agit pas d’une grande lessive (!), mais bien d’évolutions majeures, apportant à chaque étape des possibilités nouvelles. Le Web 3 devrait donc être synonyme de Web sémantique, permettant par exemple d’obtenir une réponse cohérente et précise, à une question ciblée. Cela devrait être possible en associant au contenu une couche de description, c’est-à-dire en utilisant des informations sur les informations (les métadonnées).

- Contenu : A la fin des années 1990, le contenu était fourni par des sites Internet présentant des pages HTML. La seconde génération Internet (Web 2.0) a enrichi ce modèle par des documents multimédias connectés entre eux. Moins « texte » et davantage « vidéo » et « son », le nouveau Web franchit ainsi une nouvelle étape. En même temps, les échanges et le partage se développent. La révolution attendue du Web 3.0 consiste en une plus grande intégration des sources d’information, avec des réponses à nos requêtes plus intelligentes, plus pertinentes, et plus proches de l’humain. Bref, l’ère du Web 3 sera marquée par la déduction cognitive.

- Commerce : Le Web 1 a créé véritablement une révolution dans le commerce, d’une part par l’arrivée de marchands Web tels qu’Amazon, d’autre part grâce au développement sur Internet du commerce traditionnel (Fnac, SNCF, etc.). Depuis quelques années, on s’oriente peu à peu vers une plus grande intégration des différents acteurs, qui proposent des services connectés et multimédia. On peut imaginer que demain, l’évolution technologique permettra au commerce en ligne une parfaite intégration entre différents acteurs plus spécialisés et participant à la chaîne de vente (vente, prélèvement du produit de son lieu de stockage, paiement, expédition, facturation). L’intégration signifiera une parfaite transparence pour l’acheteur, qui pourra passer commande et suivre avec facilité sa trace depuis un ordinateur, un mobile, ou tout autre périphérique portable.


- Pouvoir et influence : Les débuts d’Internet étaient caractérisés par des sites d’information et/ou marchands, auprès desquels les internautes allaient chercher de l’information. Le pouvoir d’influence était la plupart du temps entre les mains de sites professionnels. Avec l’arrivée des outils de partage de l’information (blogs, wikis), le pouvoir est désormais rendu aux utilisateurs. A côté des journalistes professionnels, des individus blogueurs délivrent désormais de l’information, souvent appréciée pour son authenticité et son style direct. Cette tendance devrait s’accentuer avec le Web 3.

- Dimension sociale : Au-delà du pouvoir et de l’influence, il est intéressant de noter que les individus participent de plus en plus à la vie publique, notamment via les blogs. Nous sommes passés d’une étape de publication d’informations (grâce aux pages perso) à une phase d’échange. Le Web 3 renforcera à coup sûr le phénomène collaboratif, où le contenu comptera davantage que le statut.

Source http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/du-web-2-0-au-web-3-0-16757




RESSOURCE 5 : LE LEGO FACTORY

Un modèle de design participatif

La lego factory est un atelier virtuel de production participative qui permet au consommateur de créer en ligne son propre modèle de lego. Il suffit de télécharger un logiciel de design disponible sur le site (Lego Digitale Designer). Une fois le modèle dessiné, son auteur est invité à le placer dans la galerie des réalisations afin que d’autres visiteurs puissent le voir. Une fois le modèle réalisé, le créateur peut commander les briques et pièces nécessaires à sa réalisation effective et il peut même designer la boite qu’elle soit ornée d’une image du modèle. Plus de 100 000 modèles ont ainsi été conçus. Il s’agit en fait d’un modèle hybride entre la customisation de masse et la plateforme créative. En effet, les meilleurs modèles peuvent être commercialisés, les créateurs bénéficiant alors de royalties sur les ventes réalisées. La première édition du concours de design de l’atelier a permis de distinguer huit créateurs dont les modèles sont désormais commercialisés. Ces créateurs et leurs œuvres sont présentés de manière détaillée sur le site.

Source : factory.lego.com


Co-participation et démarche mercatique 2014

Page

similaire:

Scénario pédagogique iconScénario «Blog pédagogique»
«Blog pédagogique» Insérer un environnement numérique choisi dans un scénario de pédagogie embarquée

Scénario pédagogique iconScénario pédagogique

Scénario pédagogique iconScénario pédagogique et contenus

Scénario pédagogique iconProposition de scénario pédagogique

Scénario pédagogique iconProposition de scénario pédagogique

Scénario pédagogique iconScénario «Blog pédagogique»

Scénario pédagogique iconScénario pédagogique
«Comment organiser les traitements pour répondre aux besoins de l’entreprise ?»

Scénario pédagogique iconImage et son numérique
«Ecrire un scénario», Michel Chion, Cahier du Cinéma/ina, 1985. Les questions suivantes portent sur ce scénario. Le scénario est...

Scénario pédagogique iconUn travail commun autour du scénario pédagogique est recommandé,...
«intervenants», «organisation horaire», «objectifs», «démarches», «pistes de travail» ci-dessous doit être prise en compte

Scénario pédagogique iconScénario pédagogique pour explorer le thème 13 (Jean-Christophe Duflanc,...
«shareholder value» s’est construite en dépit de l’intérêt des autres parties à l’activité de l’entreprise. Salariés, environnement,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com