Cours Institutions financières internationales





télécharger 36.33 Kb.
titreCours Institutions financières internationales
date de publication13.12.2016
taille36.33 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > documents > Cours

Cours Institutions financières internationales


Intervenants : Thierry Brun

Date : 20/10/5

Transparents fournis.

Commentaires perso :

Ces institutions sont sujets à une critique facile… ex. le retour de l’argent dans les pays ayant donné l’aide (pas de compétences pour réaliser un barrage…), les ajustements structurels qui mettent en danger les équilibres… Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Un travail douloureux encore à faire : systèmes imparfaits. De nouveaux métiers émergent. Source d’emploi pour des humanitaires : conseil en flux financiers (ex. pétrole contre nourriture), anti-terrorisme, blanchiment, corruption… Profession à la limite humanitaire/finance
---------------------------------
CV

  • Thierry Brun

  • Email : loctudyairways@yahoo.fr

  • Ingénieur agronome

  • Travail avec différentes organisations dont UN

  • Banque Mondiale pendant 8 ans (à Washington)

  • Croix-Rouge Française, pour recherche de co-financements pandémie du SIDA

  • Enseignement France / Etats-Unis

  • En cours de transition entre la Croix-Rouge Française et l’URD sur l’expertise des stratégies pour l’AFD (avec Agnès et Sarah) sur le post-conflit et les crises.

Plan

Cours Institutions financières internationales 1

BANQUE MONDIALE ET FMI : PAS DE CONFUSION ! 2

Le rôle de la Banque mondiale 2

Le rôle du FMI 2

Aider les pays membres 2

Country Assistance Strategy 2

Le FMI 2

Origine des fonds 3

La Banque mondiale 3

Groupe de banque 3

Historique 3

BIRD qq chiffres 3

Engagements de la BIRD 4

IDA 4

SFI 4

AMGI 4

CIRDI 4

ORGANIGRAMME 5

Conseil des gouverneurs de la BM 5

Conseil d’administration 5

Bureau du Président 5

Prêts par thème en 2002 5

Appui budgétaire sans fin 5

COUNTRY ASSISTANCE STRATEGY 5

Cours à poursuivre en février… 7

Annexe : Structure du mouvement de la Croix-Rouge 7


Préambule : l’AFD

Structure gouvernementale rattachée au MAE (qui donne les orientations politiques) qui finance des projets portés par des Etats étrangers (ex. projet PADL au Mali)

Finance le privé par une antenne

Fonction parallèle à celle de la Banque Mondiale

Equivalents : KFW (Allemagne), IDFID (GB), USAID (US), Suède (SIDA)

BANQUE MONDIALE ET FMI : PAS DE CONFUSION !




Le rôle de la Banque mondiale


Mandat actuel : lutter contre la pauvreté (différent de reconstruction)

Aider les pays membres

  • S’émanciper économiquement

  • Trouver et créer des ressources financières

  • Avoir accès aux connaissances

  • Renforcer leurs capacités propres

  • Forger des alliances entre secteur public et privé



Le rôle du FMI


  • Veille au bon fonctionnement du système monétaire international

  • Stabilise les taux de change

  • Fournit des crédits à court et moyen termes à ses membres

  • Complète les réserves de change des pays

  • Aide temporairement à la balance des paiements des membres

Organisme de régulation, confiance des Etats, conseiller des Ministère des finances.

Nécessité de transparence pour permettre le conseil. S’adresse à tous les Etats.

Aider les pays membres


  • S’émanciper économiquement

  • Trouver et créer des ressources financières

Pour des problèmes de trésorerie à la différence de la BM qui joue sur le structurel (développement)

Country Assistance Strategy


Document de stratégie qui devient « Bible » des investisseurs pour développer l’économie. Accord de toutes les parties (stakeholders)

Le FMI


  • Fournit une monnaie (le DTS Droits de Tirage Spéciaux), monnaie composite. La France a déjà emprunté au FMI mais doit suivre les recommandations du FMI pour ré-équilibrer son budget. En général : dévaluer la monnaie, restreinte les importations, diminuer le nombre de fonctionnaires…  ajustements structurels (résultats très mitigés)

  • A émis plus de 20 milliards de DTS

  • Tire ses ressources des quotes-parts des membres

  • Ces quotes-parts totalisent 200 milliards de dollars



Origine des fonds


Banque mondiale : Pas de fonds propres pour prêter. Rating AAA mais faible rémunération pour les prêteurs  prête moins chers à la Banque mondiale. Les fonds de pension sont très intéressés par ce type de fonds. Les Etats et les compagnies d’assurances sont les prêteurs institutionnels des institutions financières..
FMI : alimenté par les Etats. Quotes-parts de la puissance économique du pays. Sorte de crédit mutuel.

La Banque mondiale


Les premiers prêts ont aidé au financement les reconstruction en Europe de l’Ouest e a Japon après 2nd WW. Aujourd’hui pays en développement
BIRD

Fondée en 1944, la BIRD est la plus importante source de crédits de développement pour les pays à moyens-revenus (dont le PNB/hab. entre 1,50 et 5000 $)

Groupe de banque


  • BIRD : Banque internationale pour la reconstruction et le développement. Banque normale qui emprunte sur les marchés financiers.

  • IDA : Association internationale pour le développement. Petite banque pour pays africains en décolonisation. Prêts à zéro pour-cent, hors frais de dossiers (0,75 %). Différé de 10 ans, sur 40 à 45 ans. Taux bonifiés. Financé par des subventions.

  • SFI : Société Financière Internationale. Prête au secteur privé en relation avec le développement (IDA public)

  • AMGI : Agence multilatérale de garantie des investissements (même principe que la COFACE)

  • CIRDI : Centre international pour le règlement des différends sur les investissements. Arbitrage international. Documentation annuelle.

Historique


  • Bretton Woods : juillet 1944, bataille de Normandie

  • Vision prémonitoire des organisations

  • 2 organismes : développement (BM) et régulation (FMI)

  • Keynes




BIRD qq chiffres


  • Total des encours 200 milliards de dollars

  • Pendant l’exercice 2002, le montant des prêts s’est élevé à 11 milliards/an

  • Les emprunts émis par la Banque ont toujours bénéficié d’une notation AAA et l’institution n’a jamais été déficitaire

  • Les opérations de la banque servent de référence pour d’autres bailleurs de fonds ais que le secteur privé, et ont un fort effet d’entraînement sur les flux financiers vers tel ou tel pays



Engagements de la BIRD


  • Premier emprunteur : la France (après-guerre)

  • Pic à 20 milliards de $ (années 80)

  • Redescendus à 10 milliards en 2001

  • Taux autour de 6%

IDA


  • IDA n’a prêté qu’à partir de 1960

  • Base de calcul : PNB/hab. < 925 $

  • Tires ses ressources de la Contribution de la BIRD (bénéficiaire) et des pays membres (Europe, US, Canada, Brésil, Thaïlande, Mexique, Japon…)

  • 162 pays membres

  • Etats fragiles : Côte d’Ivoire, Cambodge, Afghanistan…)

  • Pas de taux d’intérêt

  • Différé sur 10 ans

  • Remboursement sur 35-40 ans

  • En 2002 : 8 milliards

  • Engagements entre 5 et 10 milliards en moyenne



SFI


  • Fondée en 1956

  • 175 pays membres

  • plus importante source de financement pour le secteur privé dans les marchés émergents

  • Soutient la création de marchés de capitaux

  • Peut faire des apports en capital aux entreprises des PED.

  • Intérêt supplémentaire : assistance gratuite de la banque (financière et technique) (réseau de compétences et relations)

  • Ex. production de sel pour combattre le goitre



AMGI


  • Etablie en 1988

  • Encourage l’investissement privé dans les PED

  • 175 pays membres

  • Conseille les gouvernements sur l‘attraction d’investissements privés. fournit une assurance qui protège les investisseurs contre le risques non-commerciaux dans les PED

  • Fournit de l’info sur les opportunités d’investissement dans les PED et Privatization Link

  • Alternative au tout libéral



CIRDI


  • Fondé en 1966

  • Offre de exercices d’arbitrage et de règlement pour les différends entre investisseurs privés et pays membres

  • Appartient aux 134 pays membres

  • Conseil, recherche, législations concernant l’investissement à l ‘étranger…)



ORGANIGRAMME





Conseil des gouverneurs de la BM


  • Ce conseil comprend un gouverneur et un suppléant par pays membres

  • Réunion annuelle

    • Admission et suspension des membres

    • Augmentation de capital

    • Accords auprès d’autres OI

    • Amoction de revenu net de la BERD

Conseil d’administration


  • Véritable CA et décideur des projets

  • 24 administrateurs (regroupement par sous-région possible)

  • France représente directement Allemagne USA, Japon UK

  • Les 19 autres se réunissent pour désigner leurs représentants



Bureau du Président


  • Président Paul Wolfowitz (précédent pdt : Wolfensohn)

  • Composé de 4 DG

  • Préside le CA et est chef de l’exécutif

  • Le président, de nationalité américaine est désigné par l’administrateur américain et soumis à l’approbation du CA

  • Rôle important sur l’institution

  • Innovations

    • Vers le social, lutte contre la pauvreté

    • Lutte contre la corruption (en interne et auprès des gvts assistés)



Prêts par thème en 2002


20 milliards de $

voir powerpoint pour ventilation selon deux axes

par thème

  • 22% public sector government (amélioration des resources publiques)

  • 26 % Financial and Private Sector

par secteur

  • 27% Law & Justice & Public Administration

Pour mémoire :

  • Défense américaine : 450 milliards/an

  • Europe (Défense) : 140-180 milliards/an



Appui budgétaire sans fin


Exemple du Mali : éponge des dettes en permanence.

Nécessité de recouvrer la facture d’eau

Les bailleurs de fonds se retirent pour le confier au privé

COUNTRY ASSISTANCE STRATEGY


Stratégies d’Assistance aux Pays (voir support powerpoint fourni)

La politique et l’économique

Peacebuilding and Foreign Aid in the West Bank and Gaza
Deux rationalités étroitement liées.

Investissements faits par les principales nations 1945-1986

Ex. Haïti 1 milliard, 3 en aide internationale 1971-1994 mis en avant alors qu’aucun résultat.
Cadre global des investissements

La stratégie est discutée par les partenaires

Revus chaque 3 ans

  • Le Cas doit être orienté par le client  consultation large

  • Sélectivité stratégique : là où il y a rationalité d’investire

  • Contre la pauvreté

  • Améliore les institutions

  • Tenir compte des exp. Antérieures

  • Avantages comparatifs de la banque

  • Tenir compte de toutes les agences « intra-bank group »

  • Intégration d’indicateurs de suivi-évaluation


1. Qui décide des investissements ? Quelles sont les modalités d’un accord ?

Orientation client

Consultation des stakeholders, réunions publiques, le pays doit être dans le « driver’s seat ».

Nombreux désaccords possibles :

  • Médecine de luxe ou santé publique

  • « Urban biais » ou le privilège de la ville (hôpital de pointe vs vaccinations) : écoles, puits, centre de soins, sont nécessaires en brousse mais en ville les mécontents peuvent se mobiliser !

  • Taxation du paysannat (exemple ivoirien cf. Serge Mikaeloff, « bienvenu sur le Titanic »)

  • Monopoles d’Etat, ex. sisal au Kenya  contrainte l’Etat à abandonner le monopole au privé

  • Discrimination des minorités ? proposer des investissements dans des régions défavorisées

  • Intérêts des professionnels, instituteurs, médecins, sédentaires, immigrants…, re-fabriquer du tissu social par des projets d’investissements

  • Hôpitaux trop luxueux

  • Absence de leadership africain (opportunité professionnelle : évaluation de projets, conception de nouveaux projets sur le Sida), la Croix-Rouge a ouvert des Centres de Traitement Ambulatoires

  • Cultures de rente : taxation excessive par les gouvernements (coton, café…)

  • Marginalisation par substitution : textiles synthétiques vs coton, caoutchouc vs latex, sucre vs hydrolysas de maïs…

  • Examen des filières (brasseries, riz, brisures,…)

Tous ces intérêts s’expriment lors du CAS

Conformité par les objectifs du bailleur

Rentabilité des investissements

.. etc.. voir support

Conclusion : le gouvernement partenaire est plutôt co-pilote que pilote, consensus à obtenir ; compromis.

2. Sélectivité stratégique

Les choix de CAS doivent maximiser l’impact sur le développement.

3. Résolument conte la pauvreté

 bien analyser les causes de la pauvreté

 expliquer comment les investissements vont avoir un impact sur la pauvreté

 s’assurer que les « pauvres » sont bien inclus

4. Cadre macro-éco et de l’environnement

ex. de conjonctures (café, thé, hévéa, cacao)

5. Gouvernance et Institutions

Corruption. Ex. de lutte contre : minimum pour appel d’offre internationale.

Cours à poursuivre en février…




Annexe : Structure du mouvement de la Croix-Rouge


Structurée par pays, épaulement entre Croix-Rouges nationales en cas de sinistre. La fédération coordonne les structures pays entre elles.

En cas de guerre, pas d’intervention des structures mais intervention du CICR (organisation de droit Suisse)




similaire:

Cours Institutions financières internationales iconMondialisation financière et crises bancaires en Amérique Latine
«libéralisation» et de privatisations impulsés par les institutions financières internationales en Amérique latine n’avaient guère...

Cours Institutions financières internationales iconChapitre 4 : Les institutions financières et leurs rôles

Cours Institutions financières internationales iconCours : Droit Des Institutions Internationales & Gestion Des ong...
«O. N. G. et Service de santé des armées : l'humanitaire main dans la main ?», Afri 2001, p. 127

Cours Institutions financières internationales iconLa mise en place de systèmes d’information aml dans les institutions...

Cours Institutions financières internationales iconCours recherche «Institutions, économie et société»
«Institutions, économie et société» du Master de Sciences économiques et sociales, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense...

Cours Institutions financières internationales iconRésumé Actuellement, les banques coopératives rivalisent avec les...

Cours Institutions financières internationales iconL’animation socioculturelle et la rationalité politique des institutions internationales
«d’avis» et d’un corps de doctrine à l’usage des décideurs publiques ou associatifs), et à la conception et la mise en œuvre de programmes...

Cours Institutions financières internationales iconIntitulé du cours : Economie des Institutions

Cours Institutions financières internationales iconCours de l’audit
«Evaluation des anomalies relevées au cours de l’audit», doit être lue à la lumière de la Norme isa 200 «Objectifs généraux de l’auditeur...

Cours Institutions financières internationales iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com