Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise





télécharger 68.92 Kb.
titreUn mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise
date de publication07.01.2017
taille68.92 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
LA METHODE DES CAS

Qu’est-ce que la méthode des cas ?


La méthode des cas a été développée dans les années 1920 par la Harvard Business School qui continue à l’utiliser pour la majorité des enseignements dispensés, estimant que cette méthode constitue le meilleur moyen pour former de futurs décideurs. Elle est utilisée principalement dans les écoles de gestion.

La méthode des cas est avant tout une méthode pédagogique, fondée sur un mode interactif d’enseignement, qui vise l'apprentissage des réalités organisationnelles et l'acquisition de compétences d'analyse, de synthèse et d'action à partir de situations concrètes sur lesquelles chacun agit, réagit, interagit et réfléchit.

C’est une méthode exigeante qui nécessite de l’équipe pédagogique un travail de recherche, de formalisation et de didactisation au service d’objectifs d’apprentissage clairement explicités.

L’apprentissage des réalités organisationnelles


Seul le praticien, qui est dans la situation, qui sait les fins qu’il poursuit et le contexte dans lequel il se situe, est à même de tirer des savoirs ceux qui pourront lui être utiles dans sa situation singulière (Mosconi, 1998) »

La méthode recrée en salle de classe une situation réelle, vécue par les décideurs d’une entreprise à un moment donné. Elle permet aux étudiants de mieux appréhender la complexité des réalités des entreprises (ou autres organisations).

Elle se réfère à une pédagogie précise des apprentissages par l'expérience et la pratique, enrichissant le portefeuille des situations de travail rencontrées.

Le développement de compétences d’analyse, de synthèse et d’action


La méthode des cas confronte les étudiants à des cas réels qui n’ont pas de solution type ou préétablie. Elle leur demande d’analyser les différents problèmes posés par le cas, tout en prenant en compte le contexte, les opportunités et les contraintes qu’il impose, puis d’y apporter une réponse cohérente.,

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage

L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise


La méthode des cas n’offre pas de solution préexistante au cas posé. Elle favorise le travail de groupe, la communication et l'échange, particulièrement entre les étudiants et l’enseignant par des séances dialoguées qui forcent, par l’observation et le questionnement, à l’argumentation, à l’explicitation de l’analyse et à la conception des solutions.

L’interactivité entre l’approche conceptuelle et opérationnelle


Les étudiants ont la possibilité de vivre une réelle problématique d’entreprise qui leur fait prendre conscience de la nécessité de maîtriser les concepts théoriques, le plus souvent préalablement enseignés par le professeur, pour déboucher sur une solution cohérente et opérationnelle. Elle privilégie donc l’acquisition de compétences à partir de la confrontation entre des acquis théoriques et une expérience pratique.

Un exemple en école de gestion : le trinôme « École / Entreprise / Étudiant »1


Dans cet exemple, le dispositif n’est pas linéaire mais interactif. Le cas n’est pas préexistant, mais va se construire et se résoudre progressivement à partir d’une problématique d’entreprise, support du cas. Il s’agit de traiter « réellement » les aspects opérationnels de la matière enseignée, pour ensuite partir à la recherche des aspects conceptuels du problème traité. Cette construction est fondée sur la collaboration d’un trinôme « École de Management/Université » , « Entreprise » et « Étudiants » .

L’IECS (Ecole de management) de Strasbourg, Université Robert Schumann, a mené une expérimentation de la méthode, associant l’école, l’entreprise support du cas et les étudiants. Ces derniers travaillent sur un cas « en construction » , à partir d’une problématique réelle et actuelle d’une entreprise. Ils doivent apporter une réponse cohérente à cette problématique, après en avoir cerné les différents aspects.

La méthode pédagogique mise en place favorise l’enseignement et l’apprentissage efficace de la matière enseignée, car elle est fondée sur l’interactivité du trinôme. Les séances alternent des cours magistraux (dispensés par des enseignants universitaires et des spécialistes professionnels de la matière enseignée) avec des réelles problématiques d’entreprise (exposées par un responsable d’entreprise), complétés par un travail collectif (groupes) et individuel (missions) des étudiants. L’interactivité du trinôme favorise l’enseignement et l’apprentissage de la matière enseignée, mais elle permet aussi des échanges fructueux entre les trois pôles. Les objectifs pour l’apprenant sont multiples : apprendre à observer, s’informer, questionner, synthétiser, généraliser, communiquer, décider, juger, évaluer et agir.

L’expérience menée montre que la méthode d’enseignement mise au point facilite l’acquisition de nouvelles connaissances. À travers le cas traité, les étudiants ont pris conscience de la nécessité de maîtriser les concepts théoriques. Durant les séances de tutorat, les étudiants ont été amenés à formuler des hypothèses. Pour valider les hypothèses, ils ont dû approfondir les concepts développés durant les séances théoriques. La progression du travail s’effectue essentiellement grâce aux échanges entre les différentes parties prenantes de la méthode. Les étudiants apprennent à travailler en groupe, à écouter les autres membres de l’équipe et à gérer le temps qui leur est imparti.

Qu'est-ce qu'un cas ?


Un cas correspond à une situation professionnelle réelle didactisée et problématisée, dans laquelle sont mises en œuvre des connaissances, des compétences techniques, organisationnelles et comportementales. L'implication de l'étudiant dans cette situation doit être forte. Le cas est relatif à un pan de la vie d'une organisation ou d'une expérience de gestion, présentant

  • soit un problème de gestion qui appelle une solution de type prise de décision et plan d'action,

  • soit la description d’une situation organisationnelle qui se prête à une analyse visant à illustrer une problématique de gestion, à poser un diagnostic, à établir un pronostic, etc.

Un cas ne peut donc pas se limiter à un simple recueil d’articles de presse, une transcription brute d'entrevues ni un rapport de consultation ou de recherche. Bien que de tels matériaux puissent avoir leur utilité en classe, ils ne constituent pas, en tant que tels un cas, mais peuvent servir la formalisation du besoin ou du problème à résoudre.

Méthode des cas et didactique professionnelle


Le lien entre la DP et la méthode des cas est établi dès lors que le cas, à un moment ou à un autre, sollicite l’étudiant dans son expérience construite à partir de situations de travail vécues en entreprise et/ou reconstituées en formation .

Le cas est donc ici un cadre privilégié pour développer chez les étudiants leur réflexivité par rapport à l’action, qualité première pour accéder au développement professionnel.

La méthode des cas favorise la démarche réflexive


Elle permet de développer cette réflexivité selon plusieurs modalités :

  • Un groupe d’étudiants participe activement à un enrichissement du cas. Le professeur/animateur apporte un contexte d’organisation, un problème posé, des documents ressources et une liste de concepts, de notions à aborder. Les étudiants, en puisant dans leur expérience et en échangeant entre eux, scénarisent, définissent, formalisent plusieurs situations de travail articulées entre elles, qui toutes concourent à la résolution du problème posé.

  • Les étudiants traitent directement un cas proposé complètement finalisé. Ce cas comporte un scénario de questionnement qui incite les étudiants à répondre par une description complète de « ce qu’il conviendrait de faire » dans une ou plusieurs situations de travail pour atteindre ce résultat. Le cas vise ainsi à décrire des pratiques professionnelles.

La méthode des cas permet de poursuivre plusieurs objectifs formalisés par la DP :


  • Conceptualisation de l’action

A partir d’une situation de travail singulière, réelle, vécue, la conceptualisation consiste pour un étudiant à déceler les éléments qu’il retrouvera dans n’importe quelle autre situation analogue. Dans la méthode des cas, les concepts sont clairement affichés comme objectifs d’étude par l’enseignant et les étudiants sont conduits à donner une réalité professionnelle à ces concepts. Exemple : Il peut leur être demandé de décrire les pratiques professionnelles qui renvoient au concept de «  confidentialité ».

  • Variabilité et diversité des situations par la modification des contextes

Selon la didactique professionnelle, la compétence naît de la diversité des situations de travail rencontrées. Cette diversité peut être apportée par la modification de la situation mais aussi par « le transport » de l’expérience vécue dans un autre contexte. Le cas permet une variabilité très poussée par la modification en profondeur des contextes par l’enseignant. Il est important ici que les contextes fassent écho à ce que les étudiants ont vécu en entreprise ou en formation. . Enfin, le cas comme source d’alimentation et d’enrichissement du « portefeuille de situations » participe pleinement à l’enrichissement de l’expérience professionnelle de l’étudiant.

  • Partage de l’expérience

La DP invite à adopter un certain nombre de modalités pédagogiques qui toutes concourent à multiplier les moments d’échange, de confrontation, d’argumentation, de validation, de justification des actions de travail. La méthode des cas est parfaitement en phase avec cette « pédagogie des compétences ». Le travail en groupe est donc particulièrement recommandé.

La méthode des cas constitue aussi un apport à la DP :


  • « Parler et écrire » 

Traditionnellement, l’analyse du travail privilégie la « verbalisation « » comme moment très sensible de restitution de l’expérience. Parler, c’est s’inscrire dans un processus d’apprentissage et de développement des compétences. La méthode des cas permet de dépasser la phase orale pour aller vers une formalisation écrite des actions. Ainsi, se développe une réflexivité plus poussée propice à l’émergence des concepts étudiés. Il s’agit cependant de bien veiller à ce que l’écrit ne constitue pas ici un frein.

  • Synthèse, scénarisation, articulation  des situations de travail

La DP s’intéresse aux situations de travail dans leur singularité ou dans leur appartenance à un groupe de situations similaires. La didactique professionnelle n’a pas pour objet principal d’étudier en quoi un ensemble de situations de travail répond à une problématique d’organisation. La méthode des cas permet de relier, d’articuler les situations de travail entre elles pour mettre en évidence une cohérence globale2.

  • Aide à la production de situations simulées dont on peut décider de la complexité

Le cas répond à des objectifs de formation, il s’inscrit donc dans une démarche didactique et pédagogique parfaitement contrôlée par le formateur. Les situations de travail ainsi proposées et/ou sollicitées comprennent une forte part de conceptualisation. Le cas permet de jouer sur tous les leviers de la complexité3 avec la possibilité d’immerger ainsi l’étudiant dans des situations dites « à fort potentiel de développement » Exemple : participer à un recrutement.

La méthode des cas dans la formation des Assistant(e)s de Manager(s)

Pourquoi la méthode des cas ?

La relation avec le profil professionnel de l’assistant


Par sa proximité avec un ou des managers de l’organisation, l’assistant(e) est confronté(e)à un contexte de travail managérial, complexe, non entièrement prédictible, riche en interactions. Son activité interagit avec celle des managers, son rôle est essentiellement de proposer des réponses de nature opérationnelle à des problèmes ou des besoins peu répétitifs, clairement exprimés ou qu’il (elle) doit identifier voire anticiper. Dans ce contexte, l’assistant(e) doit apporter les réponses optimales, en fonction des ressources dont il (elle) dispose.

La méthode des cas propose une méthode d’apprentissage adaptée aux compétences attendues de l’assistant(e). Elle développe les capacités d’analyse, de diagnostic, de configuration de solutions et d’action, en réponse à des problèmes complexes dont la solution, non unique, dépend du contexte.

La relation avec les objectifs de formation


La méthode des cas peut être mobilisée pour montrer comment les éléments théoriques sont incorporés dans les pratiques ou, à l’inverse, pour extraire les apports notionnels, des situations de référence sur lesquelles le professeur prendra appui pour exposer le cours.

De complexité croissante au fil du cursus de formation, elle permet d’intégrer les compétences des cinq finalités du programme, dont les compétences interculturelles et en langues vivantes.

La méthode des cas contribue de façon plus spécifique aux finalités de la formation des assistant(e)s de manager(s) :

  • elle permet d’exposer les étudiant(e)s à des situations critiques ou à fort potentiel de développement, qu’ils(elles) ne rencontreront qu’exceptionnellement en stage ;

  • elle contribue à l’élargissement et à l’enrichissement du portefeuille des situations de travail vécues par l’étudiant  et donc de sa base d’orientation;

  • elle donne une place privilégiée à la phase de réflexion, préalable à l’exécution puis au contrôle, cette phase constituant le point faible des étudiants, trop pressés d’agir ;

  • elle met l’accent sur la cohérence des réponses apportées par les étudiants ;

  • elle s’appuie sur les apports de la verbalisation, en particulier dans le cadre des moments dialogués entre le ou les professeurs et les étudiants

  • elle renforce l’apprentissage du travail en groupe et du travail autonome : c’est l’étudiant (ou le groupe) qui, de moins en moins guidé au fur et à mesure de l’avancement de la formation, trouve les tâches à réaliser, les moyens et les démarches à utiliser.

Le cas professionnel en BTS Assistant(e) de manager(s)


L’horaire de « situations professionnelles intégrées », co-animé (quand la classe est dédoublée) par les professeurs enseignant les cinq finalités, permet la mise en œuvre de la méthode des cas, en proposant aux étudiants des cas professionnels.

Le cas professionnel est centré sur un (ou des) problème(s), un (ou des) besoin(s), relevant de la pratique professionnelle d’un assistant.

Comme dans la méthode des cas présentée ci-dessus, le cas professionnel présente un contexte, exprime un problème ou un besoin, met à la disposition des étudiants un ensemble de ressources matérielles et informationnelles (données quantitatives et qualitatives), qu’il pourra enrichir par une recherche complémentaire.

La différence majeure avec les cas des écoles de management réside dans le fait que les analyses et décisions demandées aux étudiants de BTS sont opérationnelles et non stratégiques, bien qu’elles prennent toujours appui sur la compréhension des enjeux managériaux auxquelles elles répondent.

Un cas, tel qu’il est envisagé dans la méthode des cas, ne doit pas être confondu avec l’étude de cas, dont la résolution est menée à partir d’une série de questions formulées par le concepteur du cas, sans interactivité, et aboutit le plus souvent à une solution unique, également préétablie par le concepteur du cas (voir tableau annexé).

Méthodologie de construction d’un cas


L’expression « méthode des cas » désigne pour le professeur, en amont du travail avec les étudiants, un travail de recherche et une pratique d’enseignement dont le cœur est la production de documents, supports du travail des étudiants (le cas) et d’explicitation pédagogique (la note pédagogique, voir plus bas).

Il est souhaitable que les cas professionnels soient conçus conjointement par les deux enseignants qui ont en charge l’enseignement des cinq finalités. En effet, un cas est, avant tout, un outil pédagogique au service d’un choix didactique : il s’inscrit dans le cadre d’une progression construite par les deux enseignants (complémentarité des compétences et intégration des cinq finalités.)…

Si les cas sont, selon les pratiques, très divers, une méthodologie générale de construction de cas se dégage.

L’enseignant peut aussi s’appuyer sur des cas préexistants (par exemple, des cas publiés dans des ouvrages, des cas diffusés par la Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques, Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris) ou des cas présentés par l’ANACT (Agence Nationale pour l’amélioration des conditions de travail).

1 - définir la problématique du cas


La problématique du cas porte sur un problème ou un besoin,

  • rencontré par un manager, une équipe, un service…

  • exprimé ou implicite

  • contextualisé

  • dont la réponse ou les éléments de réponse relèvent du champ de compétences de l’assistant(e) de manager(s).

Le cas est un outil d'apprentissage (éventuellement d’évaluation), qui doit s'intégrer dans un cursus déterminé. La problématique du cas est donc définie à partir de l’objectif pédagogique et didactique du professeur, dans le cadre de sa progression.

Grâce à leur réseau d’entreprises, avec lesquelles ils entretiennent des relations étroites, ou encore aux stages de leurs étudiants, les professeurs construisent les contextes correspondant aux problématiques qu’ils souhaitent aborder dans leur progression..

2. Définir le cadre du cas


Pour concevoir ce cadre, l’enseignant 4 utilise des situations réelles, vécues du point de vue d’un(e) assistant(e) expérimenté(e) ou de l’encadrement pour lequel il (elle) travaille. En transposant ce cadre, en le didactisant selon les besoins de la formation, le professeur conduit ses étudiants à effectuer des recherches, mener une analyse, proposer des solutions opérationnelles, mettre en œuvre ces solutions en mobilisant les ressources technologiques et informationnelles dont il dispose.

Le contexte réel permet aux étudiants de compléter leur information par des recherches sur l’entreprise et son environnement.

Le point de vue de l’assistant ou de son supérieur hiérarchique fournit la cadre réaliste de l’intégration des compétences exprimées dans les cinq finalités du référentiel du BTS Assistant(e) de manager(s).

3 – La collecte des données


Il s’agit de réunir un ensemble d’informations sur l’entreprise, sur le secteur, à partir des ressources diffusées par l’organisation (publication institutionnelles, portail de l’organisation…), de documents collectés dans l’organisation et d’entretiens (enregistrés ou non).

Le professeur doit prendre garde à la confidentialité des données recueillies, soumettre le cas à l’entreprise pour qu’elle prenne, le cas échéant, les précautions nécessaires relatives aux données sensibles sans toutefois modifier la problématique finale. Dans le cas d’une publication (création d’une banque académique ou nationale de cas), une décharge écrite doit être demandée.

4 - La présentation du cas


Un cas peut prendre différentes formes :

- un document (papier ou numérique) de plusieurs pages décrivant plusieurs problèmes ou besoins liés entre eux. Il est composé de sources diverses (entretiens, enregistrements, documents audio-visuels, liens vers des sites internet, tableaux, annexes, appareil documentaire…). La problématique peut aussi être exposée oralement, avec prise de notes par les étudiants ;

- un ensemble de documents peu commentés, mais duquel les étudiants peuvent dégager une problématique, un contexte et des ressources ;

- un cas chronologique où une histoire se déroule dans le temps, avec une série de problèmes ou besoins liés qui se succèdent. Ce type de cas repose sur l’interaction entre l’assistant et le manager, autour d’un problème ou d’un besoin générique. Le professeur joue alors le rôle du manager, permettant de relancer le traitement du cas. En revanche, un ensemble de problèmes ou besoins non liés entre eux ne relèverait pas de la méthode des cas, les activités étant limitées à des tâches successives, disjointes, sans problématique commune, recourant à des analyses limitées.

La présentation du cas devra donc définir :

  • Un contexte managérial :

À quel moment de la vie de l’entreprise se situe le cas ? Dans quel contexte général ? Quels sont les enjeux et l’impact des problèmes et des besoins soulevés dans le cas pour l’organisation dans son ensemble ? Quelle est la place de l’assistant dans l’organigramme de l’entreprise ? Quelles sont ses missions ? Quelles sont celles de son manager ? Quel est le style de direction ? Quels sont les modes de collaboration ? Quelle est la culture de l’organisation ? 5

  • Un contexte technologique, informationnel et organisationnel :

Quel est l’environnement technologique de l’assistant ? Quelles sont les procédures en vigueur ? Quelles sont les ressources et les contraintes ? De quelles informations dispose-t-il ?

  • Un contexte relationnel

Quelles sont les modalités de collaboration entre l’assistant et le manager ? Quel est le degré de délégation ? Quel est le climat de travail ?

  • Un ou des besoins ou problèmes à résoudre, plus ou moins explicités

  • Un délai et des modalités de réalisation

5 – La note pédagogique


La note pédagogique est un document rédigé par le concepteur du cas à l’adresse d’autres utilisateurs, dans le cadre d’échange de cas par exemple. Elle présente :

  • les objectifs didactiques et pédagogiques du cas

  • l’organisation et son contexte (résumé)

  • les pré-requis

  • la méthode d’animation et la répartition entre les enseignants

  • les consignes à transmettre

  • le temps prévu pour la réalisation du cas, et les échéances intermédiaires éventuellement

  • le type d’évaluation des productions et de la démarche

L’évaluation du cas peut être, selon le contexte de son utilisation, formative ou sommative. Elle est effectuée par les deux enseignants d’économie gestion. Elle prend appui sur des critères définis en commun. L’évaluation de la démarche peut être effectuée pendant la réalisation du cas (lorsque la guidance des enseignants est faible ou nulle) ou après le cas, lors d’une verbalisation orale ou écrite.

L’animation du cas


L’animation du cas permet :

  • de présenter ou de renforcer la présentation du cas : le contexte, les objectifs, les délais, les besoins ou les problèmes rencontrés par les managers ;

  • d’introduire des moments privilégiés de discussion et d’analyse réflexive au cours desquels les étudiants formulent leur analyse, leurs interrogations et leurs propositions ;

  • d’apporter ou d’approfondir les connaissances nécessaires au traitement du cas ;

  • de guider quand c’est nécessaire les étudiants dans les recherches, l’analyse, la proposition de solutions. Le degré de guidance et d’intervention des enseignants varie au cours de la formation, au fur et à mesure que les étudiants acquièrent des connaissances, des compétences professionnelles et de l’autonomie.

En fonction du thème, les enseignants peuvent, par le jeu de rôle, enrichir le contexte et créer des situations de communication orale imprévues, en se mettant :

  • soit dans la posture du manager à qui les étudiants, en lui proposant des solutions, des choix, vont permettre de prendre une décision, dont ils auront à assurer ensuite le suivi opérationnel

  • soit dans celle de l’un des interlocuteurs de l’assistant (un client mécontent, un collègue indiscret, etc.).

Une guidance adaptée aux besoins

L’intervention des enseignants durant la réalisation des cas professionnels pourra varier en fonction de la complexité des compétences à acquérir et à mettre en œuvre, mais aussi en fonction de la période à laquelle le cas est proposé. Lors d’un cas proposé en début de formation, les enseignants seront amenés à faciliter et guider la réflexion des étudiants, donner des pistes, réorienter éventuellement un groupe dans sa démarche, vérifier l’avancement des travaux. Le degré de guidance sera moindre au fur et à mesure que les étudiants vont acquérir savoirs et compétences, habitude du travail en groupe, autonomie et rapidité. Néanmoins une constante demeure, à tous les stades de la formation : faire prendre conscience aux étudiants de ce qu’ils ont appris en réalisant le cas.

BIBLIOGRAPHIE 


"Approche dynamique de la méthode des cas" Sylvie Hertrich et Ulrike Mayrhofer : www.cidegef.refer.org/pedagogieArticle.doc

"The case method" FAO : www.fao.org/docrep/

Centre de cas – Hec Montréal : http://web.hec.ca/centredecas/

"What is an hbs case ?" Harvard business school : http://www.hbs.edu/case/hbs-case.html

"Méthode des cas en gestion adaptée aux différents environnements socioculturels" J. Hermant – colloque CIDEGEF : http://www.cidegef.refer.org/beyrouth/hermant.doc

"Point de vue sur l'enseignement par la méthode des cas" L. Lapierre – HEC Montréal

Institut national de recherche pédagogique : www.inrp.fr

Centrale de cas et de médias pédagogiques : http://www.ccmp.ccip.fr/

Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail : http://www.anact.fr/

l’apprentissage par problèmes : http://app.cegep-ste-foy.qc.ca/

Université de Sherbrooke : www.usherbrooke.ca

C
annexe
OMPARAISON PROJET/ETUDE DE CAS/CAS PRATIQUE/CAS PROFESSIONNEL


Critères de comparaison

Projet en Terminale

ETUDE DE CAS en

BTS AD ou AST

Cas Pratiques

BTS « AD »

Cas professionnel

BTS « AM »

Finalité de formation

Installer des savoirs et des méthodes

Réactiver ou évaluer des savoirs méthodologiques et de gestion.

Installer des compétences professionnelles étayées par des savoirs.

Objectif d’apprentissage

Mettre en œuvre une démarche de conduite de projet en groupe.

Mobiliser des outils et des méthodes.

Mettre en œuvre des techniques professionnelles au service de situations de travail caractéristiques du métier.

Mettre en œuvre des compétences professionnelles pour répondre à un besoin managérial en proposant des solutions adaptées et assurer, ensuite, leur mise en œuvre.

Référence pédagogique

Démarche de conduite de projet technologique.

Tradition de l’étude de cas dans nos enseignements caractérisée par un questionnement très guidant.

Objet pédagogique nouveau lors de la réforme du BTS AD, proche aujourd’hui d’autres pratiques telles que les APS apparues ensuite en BTS CGO.

Cas s’inspirant de la « Méthode des cas » utilisée dans les Ecoles Supérieures de Commerce mais adaptée aux situations de travail de l’assistant et non à une prise de décision managériale.

Formalisation

Un besoin ou un problème.

Des questions précises sous forme de « travail à faire » laissant, le plus souvent, le choix des outils.

Des tâches à réaliser ou des besoins à satisfaire, des problèmes à résoudre se traduisant sous forme de consignes de travail.

Des problèmes ou des besoins s’inscrivant dans un contexte marqué par des stratégies, des enjeux, des contraintes, des procédures, un SI, etc.



Critères de comparaison

Projet en Terminale

ETUDE DE CAS en

BTS AD ou AST

Cas Pratiques

BTS « AD »

Cas professionnel

BTS « AM »

Contextualisation

Contexte tiré de la réalité des organisations puis didactisé. Il est décrit pour permettre la compréhension du besoin ou du problème qui se pose dans une entité de l’organisation, à un moment donné.

Contexte tiré de la réalité des organisations puis didactisé pour permettre une évaluation de savoirs et de méthodes mobilisés.

Contexte organisationnel tiré de la réalité des organisations puis didactisé. Il est décrit pour permettre la compréhension du besoin ou du problème qui se pose dans l’une des entités de l’organisation, à un moment donné.

Idem ci contre +

description du contexte managérial, informationnel, organisationnel, relationnel dans lequel s’inscrit le besoin ou le problème (enjeux, contraintes, opportunités, etc.).

Résultats attendus

Des propositions, sans réalisations forcément abouties.

Une réponse à chacune des questions posées, des productions sans recours à l’outil informatique.

Des réalisations de qualité professionnelle en termes de documents produits ou recherchés, de situations de communication simulées*.

Des propositions de solutions optimales ou de solutions ouvertes et leur mise en oeuvre en fonction des décisions managériales prises, se traduisant par des documents, des situations de communication simulées, etc. Pas de solution type.

Rôle des enseignants

Construction du contexte à partir d’une situation réelle didactisée, énoncé du besoin ou du problème, puis guidance des élèves dans leur démarche de conduite de projet.

Installation préalable des savoirs.

Pas de guidance au moment de la réalisation, surtout si l’objectif est l’évaluation.

Construction du contexte à partir d’une situation réelle didactisée, énoncé du besoin ou du problème, puis guidance des étudiants dans la recherche de solutions et dans leur mise en œuvre à un niveau professionnel*

Animation dans une interactivité aussi importante que possible avec les étudiants, en fonction de l’avancement de la formation et de la progression. Si dédoublement de la classe, co-animation par deux enseignants représentant des enseignements complémentaires

Evaluation

Le projet lui-même n’est pas évalué. Seule l’est sa présentation lors de l’épreuve pratique.

Les réponses et les productions sont directement évaluables.

La démarche mise en œuvre est évaluée à l’issue de la réalisation du cas, dans des moments de réflexivité (récit et analyse faits par l’étudiant). Les productions effectuées dans le cadre du cas peuvent être éventuellement évaluées, de façon formative.

* On peut remarquer que la communication orale n’a pas toujours trouvé une place suffisante dans les cas pratiques de AD et que, par contre, l’introduction de l’outil pour lui-même les a parfois fait dévier de leur objectif premier : répondre à des problèmes ou des besoins se posant à une entité de l’organisation.

1 D’après Sylvie HERTRICH et Ulrike MAYRHOFER - Approche dynamique de la méthode des cas

2 Notons ici, que la notion de « projet » développée dans d’autres référentiels ne vise pas autre chose que de bâtir une « architecture » et une cohérence dans les situations de travail rencontrées.

3 Rappelons que la complexité d’une situation de travail permet d’apprécier le degré de maîtrise de la compétence

42Il ne s’agit pas de faire écrire le cas par les étudiants, comme cela se pratique parfois dans la méthode des cas traditionnelle.

5 Ces questions, ainsi que celles qui suivent, ne sont que des exemples et doivent être adaptées à chaque situation.



similaire:

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconBibliographie : F. Ruze et M. C. Amouretti
«techniques d’apprentissage» a pour but d’aider les étudiants de première année à acquérir les outils méthodologiques, techniques...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconDans le cadre de la seconde année d’études d’ingénieur à l’epmi,...
«technicien» dans une entreprise. Ce stage a pour but d’apporter un «plus» considérable à la formation théorique dispensée pendant...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconModule d’apprentissage : Reconnaître, ordonner, écrire les nombres
«les enfants établissent une première correspondance entre la désignation orale et l’écriture chiffrée. Les performances des enfants...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconRésumé Simple effet de mode ? Pure rhétorique ? Jusqu’au milieu des...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconMode, cnpf => medef; jeunesse, dynamisme, audace, prise de risque,...
«applications de l’entrepreneur» entre le «travail d’exécution de l’ouvrier» et les «recherches du savant». Sort lié à celui de l’entreprise...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconParcours pré-professionnels aux métiers de l'enseignement et de l'Education
«métiers de l’enseignement» et l’information sur l’iufm pour le concours de professeur des écoles

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise icon2 titres universitaires francais/diplomes de l’enseignement superieur 2
«Business simulations as an active learning activity for developing soft skills». (En collaboration avec Michel Coulmont, Professeur...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconAppel à communication
«Les étudiants de l’enseignement supérieur dans les sociétés arabes et musulmanes: positions, participations, valeurs et perspectives...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconEffectifs d'étudiants inscrits dans les établissements publics sous...

Un mode interactif d’enseignement et d’apprentissage L’interactivité entre les étudiants, le professeur et, éventuellement l’entreprise iconFaculté de Droit et de Science politique
«Droit des relations de travail dans l’entreprise» est de préparer les étudiants à assurer les fonctions de responsabilité au sein...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com