Veziers La «reconnaissance»





télécharger 230.42 Kb.
titreVeziers La «reconnaissance»
page3/7
date de publication06.06.2019
taille230.42 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7




3.2.2-Les maîtres d’EPS, une dévalorisation de l’Education physique :










-Dans le bulletin du SNEP les maîtres sont qualifiés de « professeurs de seconde zone », d’« éducateurs au rabais » dont l’utilisation « constitue un véritable recul qui nous ramène au-delà de 1903 »

(Bulletins du SNEP en 1947-49)
-« Sept maîtres coûtent moins cher que trois professeurs. Par les temps que nous vivons il est sans doute inutile que la discussion se prolonge au-delà de cette constatation »

(Rapport de l’Inspecteur général Talbot à G.Roux, 1948)











3.2.3-L’Education physique coupée de l’Education nationale :









-DGJS : Direction Générale de la Jeunesse et des Sports

-« Le rattachement à l’Education nationale est la condition indispensable pour assurer à notre enseignement la considération et l’efficacité souhaitables »

(Bulletin du SNEP n°8, 1947)
-« Il est déprimant de voir que le catalogue de nos revendications insatisfaites reste depuis des années inchangé »

(P.Néaumet, Bulletin du SNEP n°56, 1957)











3.2.4-Une discipline loin d’être reconnue :








-« l’Education physique doit rester un délassement ». « Le baccalauréat est l’examen d’entrée dans l’enseignement supérieur, une épreuve d’éducation physique obligatoire ne peut être envisagée ». « Du point de vu universitaire d’abord, le baccalauréat est un examen de culture générale. Celle-ci ne se déterminera pas par la valeur du muscle »

(Déclarations des membres du Conseil supérieur de l’Education nationale, 1953)

-Pour le CAEPS 1954 : « L’ensemble était extrêmement médiocre pour ne pas écrire très mauvais »

(Rapport de l’Inspecteur général Difenthaler à G.Roux, 1954)
-Les résultats de l’Education physique « sont si décevants, qu’on peut se demander s’ils seraient très différents dans l’hypothèse où l’Etat, rayant l’Education physique de ses préoccupations, déciderait de faire l’économie de quelque 5000 professeurs ou maîtres des deux sexes affectés à cette discipline et des installations qu’il finance d’ailleurs avec parcimonie. Qui oserait affirmer que la santé des jeunes et leur développement physique s’en ressentiraient ? »

« La formation est trop longue et trop coûteuse dans la mesure où elle est destinée à fournir un personnel capable de diriger des séances malgré tout peu savantes »

(Le Figaro du 8 octobre 1958)












3.3-« L’élan gaullien » de l’Education physique :

3.3.1-Un nouveau contexte politique :








-2 juin 1958 : L’Assemblée nationale donne les pleins pouvoirs au général De Gaulle pour 6 mois.

-5 octobre 1958 : création du Haut Commissariat à la Jeunesse et au sport, nomination de M.Herzog.


-1959 : Création de l’épreuve d’EPS obligatoire au baccalauréat.










3.3.2-Des causes de mécontentements au premier rapport de force :








-« Comme il faut faire face aux dépenses d’Algérie, à celles tendant à créer « la force de frappe », etc. M. Le Haut Commissaire a beau demander douze milliards pour ses autorisations de programme on ne lui accorde que ce qui reste »

(Bulletin du SNEP n°76, 1960)
-1961 : « l’affaire de l’OSSU »

-« M.Herzog, Haut Commissaire, président de droit de l’OSSU et du Bureau Permanent a tous les moyens de CONTROLER l’Association : cela ne lui suffit pas. Pour des raisons d’autorité et de prestige, en représentant d’un « pouvoir » qui se veut fort, il lui faut l’ANNEXER, du le sport scolaire et universitaire en mourir », le SNEP parle de « procédés dictatoriaux »

(Bulletin du SNEP n°81, 1961)
-Décembre 1961 : L’OSSU devient l’ASSU











3.3.3-Les progrès relatifs de l’Education physique :








-Mai 1961 : Adoption de la première loi programme pour l’équipement sportif et socio-éducatif


-A partir de 1963 c’est « l’âge d’or du recrutement »

(Michon, B, Esquisse d’une histoire sociale de la formation des enseignants en EPS, 1995)












3.3.4-Les successeurs de M.Herzog sans ambitions pour l’Education physique :








-1966 : Création du Ministère de la Jeunesse et des Sports (F.Missoffe puis J.Comiti)
-« Des jeunes en provenance du service national pourraient être des animateurs auprès des professeurs d’éducation physique qui rempliraient alors principalement un rôle de conseiller pédagogique »

(Déclaration de R.Haby, ministre de l’Education nationale, avril 1968)
-Mai 1968 : « mort et naissance de l’université française »

(Prost, A. Education, société et politique, 1992)

-Création des Unités d’Enseignement et de Recherche (et des UEREPS)










3.3.5-Une corporation qui aspire au changement :








-novembre 1956 : première grève en EP (1 heure)

-juin 1963 : seconde grève en EP (1 heure) puis une journée.
-l’ENSEP jeunes gens « était hélas le creuset de la tendance Unité Action (La tendance « unitaire » prend ce nom en 1967). Ils recrutaient, ils avaient deux ou trois professeurs qui étaient là et qui ont formé des bataillons »

(C.Pineau (secrétaire national pédagogique « autonome » du SNEP), Témoignage, 2003)
-A propos de R.Mérand :

-« Je l’admirais, je le respectais. (…) C’était un professeur qui tranchait par rapport aux autres qui, mis à part M.Bernard, étaient d’une médiocrité insigne »

(Brohm, J.M. Témoignage, 2003)

-« Mérand, qu’il soit là, qu’il soit ici, qu’il soit là bas, partout il aura sa valeur, c’est toujours Mérand, il ramènera toujours l’aura de Mérand, les possibilités, les résultats. Mérand c’est un homme extraordinaire ! »

(Zoro, J. Témoignage, 2003)
-« A l’ENSEP je découvre beaucoup de chose, y compris je m’ouvre au milieu de la compréhension politique et à travers des cours, parce que moi c’est venu comme ça, c’est pas venu parce que j’étais d’un milieu défavorisé qui m’aurait au départ fait comprendre qu’il y avait des riches et des pauvres, des nantis et des exploités (…) mais à travers des professeurs, notamment R.Mérand (…), qui était notre meilleur professeur, j’ai découvert ce que pouvait apporter disons une théorie, une philosophie lorsqu’elle s’applique au réel pour en rendre compte et en l’occurrence c’était les cours de Basket de Mérand qui m’ont illuminé ».

(Berge, M. Témoignage, 2002)


-« La création de la cellule à l’ENSEP, au PC ils n’y ont rien compris. Le mec qui était chargé de nous surveiller, parce que toute cellule avait un œil de Moscou pour nous surveiller, c’était P.Laurent (…). Il disait : « Comment ça se fait que vous soyez devenu communistes comme ça d’un seul coup d’un seul ? ». Les étudiants lui répondaient : « C’est le marxisme », ou « C’est le matérialisme dialectique », ou « C’est l’enseignement de Mérand », « C’est les sports collectifs ». « Les sports collectifs ? Qu’est ce que ça vient faire là dedans ? ». Il ne comprenait rien ! »

(Mérand, R. Témoignage, 2002)
-« Pour nous le syndicat n’est pas une amicale mais un organisme de combat »

(Guimier, J. Déclaration au congrès syndical, 1961)
-« Toutes les réformes entreprises par le pouvoir visent le démantèlement de l’Education Nationale et l’adaptation aux besoins des monopoles capitalistes dont il est l’expression directe »

(Berge, M. déclaration au congrès syndical, 1964)
-1964 : Création de la Tendance du Manifeste (J.Personne, J.M.Brohm, J.Leboulch)

-« Le syndicat est l’union des travailleurs en lutte, c’est à dire qu’on se situait carrément sur une orientation politique d’opposition au capitalisme. On se situait à l’extrême gauche » (J.Personne, Témoignage, 2003)
-Mai 1969 : La direction « Unité et Action » remporte les élections syndicales (M.Berge est secrétaire général, J.Rouyer adjoint)
-l’événement représente « un des moments les plus importants de l’histoire de l’EPS »

(C.M.Prevost, Les occasions manquées de l’EPS, 1995)












-Le SNEP, des luttes de tendances au changement de direction :



FEN « autonome »


SNEP

Direction « autonome »

S.G : R.Surrel (…1950)

Puis G.Boutillier (1950…)







Tendance


Tendance dirigeante « autonome »

1

9

6

4


« unitaire »


S.G : G.Boutillier (…1956)

puis P.Néaumet

(1956-1969)
-C.Pineau

-M.Charles

-J.Thibault

etc.


Tendance du

Manifeste


-J.Guimier

-R.Mérand

-M.Lagisquet

-R.Deleplace

-M.Berge

-Y.Adam

-J.Rouyer

-A.Davisse

etc.


J.Personne

J.le Boulch

J.M.Brohm

P.Laguillaumie, etc.




FEN « autonome »

1

9

6

9


SNEP direction « Unité-Action »

S.G : M.Berge (1969-1979)

Secrétaires nationaux : J.Dumontaux, Y.Adam, J.Rouyer, A.Drevon, etc.








Tendance « Unité-Indépendance-Démocratie »

Tendance du manifeste

Tendance

« école émanci-pée »
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Veziers La «reconnaissance» iconSociologie du sport – L 1 staps cm de G. Veziers, document de prise...
«On peut se demander si cette culture véhiculée par la télévision ne devient pas la culture dominante de la planète ? Qu’avons nous...

Veziers La «reconnaissance» iconUne «dialectique de la reconnaissance» ?

Veziers La «reconnaissance» icon1. Evolution de la reconnaissance des ias 7

Veziers La «reconnaissance» iconFormulaire de demande de reconnaissance en polynesie fran

Veziers La «reconnaissance» iconDemande reconnaissance dégâts du gel sur cultures

Veziers La «reconnaissance» iconColloque sfer "La multifonctionnalité de l'activité agricole et sa...

Veziers La «reconnaissance» iconLe sujet au risque des nouvelles organisations
«Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît»

Veziers La «reconnaissance» iconNous tenons à remercier tout particulièrement et à témoigner toute...

Veziers La «reconnaissance» iconLe groupe nominal cp la reconnaissance du nom et de son déterminant prendra appui
«la phrase» et en dictée à l’adulte en utilisant les groupes nominaux recensés

Veziers La «reconnaissance» iconStratification chez Weber
«l'individu peut méconnaître ses intérêts» alors que la «classe» est «infaillible» dans la reconnaissance des siens






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com