Concours Sciences Sociales ens cachan 2008





télécharger 16.48 Kb.
titreConcours Sciences Sociales ens cachan 2008
date de publication05.06.2019
taille16.48 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > documents > Cours
Concours Sciences Sociales ENS Cachan 2008
Epreuve à option : oral

Economie



(Le rapport ci-dessous se fonde sur les prestations des seuls candidats à l’ENS Cachan interrogés : les statistiques ne sont pas directement comparables à celles des rapports précédents, qui portaient sur l’ensemble des candidats, ENSAE compris)
Guy Gilbert, Lionel Ragot, Yamina Tadjeddine et Caroline Vincensini

Durée de préparation de l’épreuve : 1 heure

Durée de passage devant le jury : 30 minutes dont 15 minutes d’exposé et 15 minutes de questions

Type de sujets donnés : question unique

Modalités de tirage du sujet : le même sujet est donné, au maximum, à quatre candidats successifs; pas de choix de sujet.

Ni calculatrice ni ouvrages ne sont autorisés


Afin de faciliter les comparaisons, un sujet identique a été proposé à chacun des candidats par groupe de 2 à 4 candidats selon le calendrier de passage. 21 candidats ont été interrogés, sur un total de 29 convoqués (85 candidats au total, ENSAE compris). Les résultats sont dans l’ensemble satisfaisants, en net progrès par rapport à ceux de l’an dernier (à l’effet de champ près). Les notes obtenues par les candidats examinés sont comprises entre 5 et 15 sur 20. La moyenne s’établit à 9,5 soit un point et demi au dessus de la moyenne du concours 2007. L’écart- type (2,5) est nettement inférieur à celui du dernier concours. Dix candidats, soit près d’un candidat sur deux, ont obtenu une note supérieure ou égale à 10. Cinq candidats se voient attribuer la note (modale) de 8 ; seuls trois candidats se situent à un niveau nettement insuffisant. Au total, les résultats sont en accord avec le niveau attendu, compte tenu de la qualité de l’ensemble des admissibles. Cette année encore, le jury a pris soin d’harmoniser les résultats des oraux en économie et en sociologie.

Comme les années précédentes, les sujets proposés aux candidats s’inscrivaient strictement dans le champ du programme officiel du concours. Leurs libellés étaient volontairement sans complications. Formulés sous forme de questions, souvent inspirées par l’actualité, ils invitaient les candidats à fournir une réponse à la question posée. Plus de 9 sujets sur 10 s’inspiraient de thèmes directement issus du programme. Dans ce cas, le jury attendait des candidats non seulement un exposé clair, concis et synthétique des raisonnements et résultats fondamentaux de la théorie économique dans le domaine, ainsi qu’une mise en perspective des enjeux et le cas échéant des controverses, mais aussi une prise de position personnelle et argumentée. Pour les sujets les plus proches de l’actualité (par exemple « Faut-il éviter un « déficit public excessif » ? » ou « Quelle est la politique monétaire européenne ? ») le jury attendait du candidat non seulement des connaissances institutionnelles précises (par exemple, les définitions du déficit public et du déficit excessif au sens de Maastricht, ou les instruments de la politique monétaire européenne), mais aussi la démonstration de sa capacité à mobiliser les éléments d’un raisonnement économique cohérent. D’une façon générale, ces attentes ont été souvent déçues. En particulier, les institutions, les mécanismes, ou les politiques européennes sont très mal connues des candidats. Plus généralement, si le programme du concours se situe majoritairement en économie fermée, la méconnaissance quasi-totale du contexte de l’économie ouverte est inacceptable à ce niveau. Depuis trois années, le jury met invariablement des notes punitives à certains candidats pour ce motif. Dans quelques rares cas, l’énoncé du sujet a pu sembler plus loin d’une lecture littérale du programme, mais le jury attend toujours que la question posée soit ramenée aux grandes notions du programme. Par exemple, « A quoi servent les politiques structurelles ? » pouvait être utilement replacé dans le cadre de la question des modalités de l’intervention de l’Etat dans l’économie (objectifs, instruments…), ou renvoyer au débat théorique entre l’économie keynésienne et l’économie de l’offre. Le jury a su tenir compte de l’apparente plus grande difficulté de certains sujets, les notes obtenues ne présentant d’ailleurs pas d’écart significatif avec les sujets plus classiques.

Comme les années précédentes, les questions qui ont suivi l’exposé se sont déroulées en deux temps. Le jury a d’abord a tenté de vérifier que les connaissances de base sur le sujet étaient correctement acquises, notamment lorsque l’exposé était déficient sur ce point. Le jury tend ainsi systématiquement à faire préciser les mécanismes économiques dont les résultats ont été évoqués sans être expliqués. Par exemple, citer le théorème de Coase à l’occasion du sujet « L’Etat est-il plus défaillant que les marchés ? » n’est valorisé par le jury que si le mécanisme de définition, d’allocation et d’échange des droits de propriété qui permet de retrouver un résultat optimal est explicité (même succinctement).

Dans un second temps, le jury a donné quelques « coups de sonde » sur l’ensemble du programme pour tenter d’apprécier l’étendue de la culture économique du candidat. Il a tenté également de mesurer jusqu’à quel point les candidats étaient en mesure d’associer des ordres de grandeur plausibles à des agrégats macroéconomiques (le montant du PIB, le taux d’épargne macroéconomique, le taux d’investissement, le taux de prélèvements obligatoires en France…). Sur ce dernier point, le jury se félicite des progrès faits par les candidats.
La maîtrise formelle des exposés est en progrès ; ceux-ci comportent en général une introduction, un plan assez équilibré, et une conclusion. De même, le jury se félicite de voir s’améliorer la qualité des interventions au tableau (correction dans le tracé et les commentaires des graphiques, dans l’établissement et le raisonnement sur des formules mathématiques). Comme l’an dernier, le jury se félicite des progrès affichés en moyenne, et notamment chez les meilleur(e)s dans la maîtrise des concepts de base en microéconomie. Enfin des défauts régulièrement pointés par les rapports du jury se raréfient : ainsi, l’usage généralisé du plan Keynésiens vs Néo-classiques est largement abandonné.
Au total, le jury se félicite d’enregistrer une amélioration significative du niveau moyen des prestations des candidats à l’oral. Les notes inférieures à la moyenne s’expliquent la plupart du temps soit par l’absence des éléments de réponse attendus, soit par un manque de précision dans l’explication des mécanismes économiques évoqués.
Liste des sujets


  1. Un équilibre est-il toujours optimal ?

  2. Les comportements de consommation et épargne vous semblent-ils relever de l’hypothèse du cycle de vie ?

  3. Le débat sur la valeur est-il toujours d’actualité ?

  4. L’éducation est-elle un bien public ?

  5. Le plein emploi, un objectif de politique économique ?

  6. Comment un monopole doit-il fixer ses prix ?

  7. Quels sont les déterminants de l’investissement en capital humain ?

  8. Que mesure le PIB ?

  9. Pourquoi le chômage peut-il être de longue durée ?

  10. Le concept de préférences est-il utile à la compréhension du comportement du consommateur ?

  11. Le risque modifie t-il le comportement des agents ?

  12. Existe-t-il des monopoles naturels ?

  13. Qu’est ce qu’une firme ?

  14. A quoi servent les politiques structurelles ?

  15. Faut-il éviter un « déficit public excessif » ?

  16. Faut-il craindre l’inflation ?

  17. A quoi servent les banques ?

  18. A quoi sert la Banque centrale ?

  19. Quelle est la politique monétaire européenne ?

  20. Les marchés des droits à polluer sont-ils efficaces ?

  21. Pourquoi existe-il une politique de la concurrence ?

  22. L’Etat est-il plus défaillant que les marchés ?

  23. A quoi sert la monnaie ?

  24. La monnaie influence-t-elle la sphère réelle ?

  25. Consommer davantage ou travailler moins ?

  26. Quel est l’apport des nouveaux keynésiens à l’analyse économique ?

  27. Quel est l’apport des nouveaux classiques à l’analyse économique ?

  28. Quels effets attendre d’une réduction des prélèvements obligatoires ?

similaire:

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconConcours Sciences sociales ens cachan 2014
«échelles» de la compétition (interindividuelle, intra-groupes, inter-groupes) ont trop peu souvent été distinguées, conduisant parfois...

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconParcours ens cachan (1987-1990)
«Incertitude, Institutions, Interactions» juillet 2008, Université Montpellier 1

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconParcours ens cachan (1987-1990)
«Incertitude, Institutions, Interactions» juillet 2008, Université Montpellier 1

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconRapport Concours Cachan 2008. Economie, épreuve écrite d’admission

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconResultats des étudiants du lycee louis pergaud en classe preparatoire ens cachan d2

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconResultats des étudiants du lycee louis pergaud en classe preparatoire ens cachan d2

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconResultats des étudiants du lycee louis pergaud en classe preparatoire ens cachan d2

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconLicence sciences humaines et sociales mention sociologie 2007-2008...

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconEpreuve orale de Sciences économiques et sociales (Enseignement de...

Concours Sciences Sociales ens cachan 2008 iconEpreuve orale de Sciences économiques et sociales (Enseignement de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com