En littérature, à un discours abrégeant un autre discours





télécharger 246.05 Kb.
titreEn littérature, à un discours abrégeant un autre discours
page1/28
date de publication03.02.2018
taille246.05 Kb.
typeLittérature
e.20-bal.com > documents > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

Argument




D'après A. Rey, le mot “argument” n'est devenu courant qu'au 19e siècle “ avec des applications particulières à la publicité et à la vente ” (1998 : argument). Il est utilisé dans trois domaines, avec des acceptions différentes. En logique, il correspond à un terme désignatif ; en littérature, à un discours abrégeant un autre discours ; en rhétorique argumentative, il se définit comme un énoncé légitimant une conclusion.

En logique


On désigne par argument d'une fonction chacune des places vides ou variables (notées x, y, z…) associées à cette fonction. En grammaire de la langue naturelle, la fonction correspond au verbe (prédicat) ; ainsi le verbe “donner” correspond à un prédicat à trois arguments “x donne y à z”. Le nombre d'arguments correspond à la valence du verbe. Lorsque des noms d'objets convenablement choisis (respectant les relations de sélection imposées par le verbe) sont substitués à chacunes des variables on obtient une phrase, exprimant une proposition (vraie ou fausse) : “Pierre donne une pomme à Jean”.

En littérature


L'argument d'une pièce de théâtre ou d'un roman correspond au schéma, au résumé ou au fil directeur de l'intrigue. La critique littéraire n'utilise pas les dérivés “argumenter”, “argumentation” avec les sens correspondant à cette acception, qui, par ailleurs, ne s'oppose pas à “conclusion”.

En rhétorique argumentative


La théorie rhétorique argumentative distingue traditionnellement trois types d'arguments (ou preuves*) : les arguments éthiques, pathétiques et logiques. Les arguments éthiques, liés à la personne du locuteur (son autorité*, son éthos*) ainsi que les arguments pathétiques, d'ordre émotionnel* (pathos*), ne s'expriment pas forcément par un énoncé. Pour inspirer la confiance ou émouvoir la meilleure stratégie n'est pas forcément de dire qu'on est une personne de confiance ou qu'on est ému, il est préférable d'agir dans des registres sémiotiques non verbaux.

Seul l'argument dit logique est propositionnel : c'est un énoncé (ou un fragment de discours) vraisemblable* qui exprime une raison avancée pour accréditer une proposition controversée, ayant le statut de conclusion. Pour exprimer la relation argument / conclusion, on a également recours aux oppositions suivantes :

— énoncé consensuel / énoncé dissensuel, contesté, disputé ;

— énoncé relevant de la doxa* / énoncé exprimant un point de vue spécifique ;

— énoncé plausible / énoncé douteux ;

— énoncé sur lequel ne pèse pas la charge de la preuve* / énoncé qui supporte la charge de la preuve ;

— du point de vue fonctionnel, énoncé légitimant / énoncé légitimé ;

Si l'argument est contesté, il doit alors être lui-même légitimé. Au cours de cette nouvelle opération, il a le statut de conclusion avancée par un locuteur et soutenue par une série d'arguments, qui sont des sous-arguments par rapport à la conclusion primitive). Si l'accord ne se réalise sur aucun énoncé, la régression peut être infinie et la dispute éternelle.

L'accord du public* sur les énoncés stables, susceptibles de servir de support à la conclusion, n'est pas forcément assuré, celui de l'adversaire encore moins. Le choix de ce qui sera retenu comme vraisemblable est donc une affaire de stratégie, adoptée en fonction des circonstances.

“Argument” est parfois pris au sens de “argumentation”. Appartiennent à la même famille conceptuelle les mots argumentateur, celui qui argumente et argumentaire, ensemble d'arguments mobilisables en vue d'un objectif particulier (“argumentaire d'un parti politique, argumentaire de vente…”). Le mot est récent, 1960 (Rey 1998 : argument). Par extension, l'argumentaire attaché à une question est constitué par l'ensemble des arguments mobilisés par l'une ou l'autre partie lorsque la question est débattue.
(Voir Argumentation, Doxa, Preuve, Probable)


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

similaire:

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconReprésentations de la famille en Jordanie Discours politique, discours...

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconDiscours Discours
«route sans retour», avec des conséquences personnelles irréparables en cas d’échec

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconDiscours de Suède lors de la remise du prix nobel de littérature 1957

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconThèse de doctorat 24
«mcf littérature française du xviiième siècle» et «mcf analyse des discours» en 2013; «mcf littérature française du xxème siècle»,...

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconDiscours normatifs et discours descriptifs
«droit de cité» (IX, 34), ce qui signifie que les droits individuels du citoyen ont été définis avant la conceptualisation du régime...

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconBetillon Jacques (Danse et Cirque)
«l'autre» dans le discours médiatique, exemples appliqués au sport, à la justice, à la politique

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconEtats-Unis / Obama / Monde arabe / Proche-Orient Barack Obama : Un...
«Bibi» Netanyahu pour prononcer un discours qui donne l’impression de faire plus pression sur Israël que sur les Palestiniens

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconDiscours jean claude mailly
«plombante». On assiste en effet à une accélération et succession d’événements dans tous les domaines à tel point qu’une actualité...

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconDiscours des sciences, discours sur les sciences
«a de la gueule», si vous me permettez l’expression. Le Cern, c’est l’endroit où l’Europe apparaît vraiment, non pas comme une réalité...

En littérature, à un discours abrégeant un autre discours iconRésumé : En Espagne, à l’époque des Lumières, le discours éthique,...
«empiriques», dans le sens où ils relèvent souvent plus de la catégorie administrative que littéraire, mériteraient, à titre d’hypothèse,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com