Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul





télécharger 32.08 Kb.
titreAdresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul
date de publication22.10.2017
taille32.08 Kb.
typeAdresse
e.20-bal.com > documents > Adresse
RMT « Biodiversité et Agriculture »

Fiches de présentation des structures partenaires

Juillet 2015

Présentation de la structure :

Nom :

INRA Unité 1115 PSH (Plantes et Systèmes de culture Horticoles)

Coordonnées :

228 route de l'Aérodrome

Domaine Saint Paul - Site Agroparc, CS 40509

84914 Avignon cedex 9

https://www4.paca.inra.fr/psh

Description :

L'unité PSH (Plantes et Systèmes de culture Horticoles) – environ 50 permanents - travaille sur les productions horticoles alimentaires, et principalement les fruits et légumes consommés en frais. Ses objectifs finalisés sont de contribuer à la mise au point de scénarios techniques et paysagers permettant de promouvoir la qualité des produits récoltés et le respect de l'environnement.

Personne(s) contact(s) : Nom(s) et coordonnées

Claire Lavigne, claire.lavigne@avignon.inra.fr

Yvan Capowiez, yvan.capowiez@avignon.inra.fr

Pierre Franck, pierre.franck@avignon.inra.fr

Adresse : INRA, PSH, Domaine Saint-Paul,

site agroparc, 228 rte de l’aérodrome, 84914 avignon cedex 9

Place dans le RMT : répartition dans les GT et attentes (travaux collectifs à engager, questions à traiter, outils/méthodes à tester…)

NB : pour rappel la liste des GT et leur description se trouve ci-dessous (pages 2-4).

Noms

Coordonnées

GT 1

GT 2

GT 3

GT 4

GT 5

P. Franck

C. Lavigne

Y. Capowiez




Partage de protocoles et sites expérimentaux pour mesurer la régulation des bioagresseurs.

Tests des liens entre parasitisme, prédation et régulation/ diminution des dégats.














Y. Capowiez










Les approches « traits »







Lister les attentes dans les cases qui vous concernent.

L’appartenance à des réseaux :

Est-ce que la structure appartient déjà à un ou des réseaux ? Lesquels

-Aucun autre RMT

-Réseau SEBIOPAG (Un réseau de sites d’observation à long terme des Services Ecosystémiques assurés par la BIOdiversité dans les Paysages Agricoles)

Les compétences (ex : connaissance de l’enseignement agricole, du conseil agricole,...) :

Les domaines d’intérêt et d’expertise

Précisez le cas échéant les compétences par personne ressource nominative (groupes biologiques étudiés, taxonomie, biologie, écologie du paysage….)

Carpocapse, puceron cendré, prédateurs généralistes (dont forficules, araignées) et parasitoïdes

Taxonomie, traits écologiques,

Lutte biologique par conservation, écologie du paysage

Les projets menés sur la thématique (à distinguer clairement des réseaux de partenaires, cf. définition des « projets » du Casdar), en cours ou terminés, et les principaux livrables produits :

  • Projet ‘Pour et Sur le Plan Ecophyto’ IndRegArb (Indicateurs de Régulation Biologique en Arboriculture) (en cours)

  • Projet Ecophyto/ FRB 2013 : RéPARe (Régulation Par les Araignées des Ravageurs en vergers) (en cours).

Les ressources et les moyens mis à disposition du RMT :

Les méthodes et outils : taxons, utilisations…

Suivis de ravageurs et d’auxiliaires, mesures de parasitisme et prédation (proies sentinelles)

Déterminations, SIG, statistiques, biologie moléculaire

Les sites expérimentaux : localisations, surfaces, systèmes de cultures, types d’expérimentation…

  • Vergers expérimentaux de l’INRA (domaine Saint-Paul) – pommiers, pêchers

  • Suivis chez des producteurs dans la zone d’étude « basse vallée de la Durance » (env. 80 km2).

La bibliographie :

Ressources bibliographiques produites et modalités d’accès (liens, accès libre ou payant).



  • Quelques références de l’unité (à demander directement aux auteurs) :

Boreau de Roince, C., Lavigne, C., Mandrin, J. F., Rollard, C. and Symondson, W. O. C. (2013). Early-season predation on aphids by winter-active spiders in apple orchards revealed by diagnostic PCR. Bulletin of Entomological Research. 103, 148-154

Dib H, Simon S, Sauphanor B and Capowiez Y (2010) The role of natural enemies on the population dynamics of the rosy apple aphid, Dysaphis plantaginea Passerini (Hemiptera: Aphididae) in organic apple orchards in south-eastern France. Biological Control; 55(2): 97-109.

Maalouly M, Franck P, Bouvier J-C, Toubon J-F, Lavigne C (2013) Codling moth parasitism is affected by semi-natural habitats and agricultural practices at orchard and landscape levels. Agriculture, Ecosystems & Environment 169: 33-42

Pey et al. (2014) Current use of and future needs for soil invertebrate functional traits in community ecology. Basic and Applied Ecology 15: 194-206.

Boreau de Roincé C., Lavigne C., Ricard J.-M., Franck P., Bouvier J.-Ch., Garcin A., Symondson WOC (2012) Predation by generalist predators on the codling moth versus a closely-related emerging pest the oriental fruit moth: a molecular analysis. Agricultural and Forest Entomology. 14, 260–269.

Rappel des groupes de travail du RMT « Biodiversité et Agriculture »

L’enjeu de ce RMT est de contribuer au développement et à la promotion de systèmes agricoles fondés sur la biodiversité et les régulations naturelles qu’elle favorise, afin de répondre aux grands principes de l’agroécologie.

Pour ce faire, le RMT s’organise en 5 groupes de travail (GT), 3 à vocations méthodologique et technique et 2 à visées de valorisation, communication et diffusion des livrables et connaissances produites.

Les 3 groupes « méthodologiques et techniques » sont les suivants :

GT 1 : Régulation des bioagresseurs

GT 2 : Service de pollinisation et insectes pollinisateurs

GT 3 : Méthodes d’évaluation globale de la biodiversité

Les 2 groupes « communication, valorisation et diffusion » sont les suivants :

GT 4 : Conception et mise à l’épreuve de ressources pédagogiques

GT 5 : Conception et animation d’un site internet

GT 1 : Régulation des bioagresseurs

L’objectif de ce groupe est de proposer des méthodes pour appréhender et quantifier les processus de régulation biologique des bioagresseurs et l’impact de certaines pratiques et certains aménagements sur celle-ci. Ce travail de compréhension et de quantification doit permettre d’éclairer s’il est raisonnable et pertinent (en termes d’économie, d’efficacité…) de promouvoir des pratiques et aménagements et dans quel(s) contexte(s).

Ce groupe se centre autour de deux questions :

1. Comment évaluer et quantifier la régulation effectivement apportée par la biodiversité ?

2. Comment mesurer (en s’appuyant sur des données bibliographiques et expérimentales, et sur des plans expérimentaux fractionnaires), l’impact des pratiques et des aménagements sur la régulation naturelle des bioagresseurs ?

Au-delà de la description d’une situation dans un contexte donné, l’enjeu est de mieux comprendre les facteurs explicatifs afin de questionner la généralisation et la mise en application des méthodes et des résultats produits. En effet les questions concernant la conception d’aménagements favorisant le service de régulation, les manques de connaissance pour y parvenir, la généricité des résultats obtenus dans un système (de culture) donné à d’autres contextes pédo-climatiques et entre filières restent entières. Il en est de même de l’impact des pratiques et des interactions pratiques/aménagements et entre cultures.

GT 2 : Service de pollinisation et insectes pollinisateurs

Ce groupe de travail s’inscrit en complémentarité avec les nombreux dispositifs et groupes de travail qui se mettent en place et/ou se redéfinissent autour de ce thème (comité de pilotage du futur Plan National d’Action en faveur de pollinisateur piloté par le ministère de l’écologie, groupe de travail « Pollinisation et ressources » du comité apicole animé par FranceAgriMer, renouvellement de l’UMT PrADE…). Ce GT vise alors à :

1. élargir les partenariats et les compétences :

  • Etendre les réflexions menées par l’ITSAP et l’UMT PrADE à des cultures et systèmes de production peu explorés jusqu’alors (arboriculture, maraîchage…) ;

  • Confronter aux réalités agronomiques et économiques des mesures proposées dans les groupes de travail composés essentiellement d’écologues et de systématiciens (groupe Plan National d’Action « pollinisateurs sauvages » par exemple).

2. transférer, opérationnaliser et « contextualiser » les connaissances produites par les différentes dispositifs évoqués ci-dessus.

Au-delà de la prestation de service de pollinisation apportée par les apiculteurs ou les fournisseurs de bourdons terrestres, déjà connu et relativement bien étudié, ce groupe de travail s’attachera à étudier le service écosystémique de pollinisation de manière globale. Il s’agira de prendre en compte l’ensemble de l’entomofaune pollinisatrice, ou encore connaitre les relations plantes-insectes (synergie et/ou complémentarité). Le groupe de travail proposera également des solutions pour assurer une pollinisation durable et raisonnée et le maintien des pollinisateurs dans les agroécosystèmes.

GT 3 : Méthodes d’évaluation globale de la biodiversité

Ce groupe, se centre sur les méthodes et les indicateurs d’évaluation de la biodiversité. Son objectif est de passer d’évaluations d’un service et/ou de taxons, à l’échelle de la parcelle et de son environnement proche, à des mesures plus territoriales, opérationnelles pour les acteurs de terrain.

Ce groupe n’a pas pour objectif de créer de nouveaux indicateurs mais :

1. de tester, simplifier, articuler, discuter…les méthodes et indicateurs déjà existants dont ceux produits dans le cadre des travaux des GT 1 et 2 du RMT ;

2. d’établir le lien entre les mesures obtenues via les indicateurs et les « leviers d’action » à savoir les pratiques agricoles et les aménagements inter-parcellaires ;

3. de simplifier les protocoles afin de les rendre opérationnels à des « non-experts » dans leurs activités courantes en réponse à leurs objectifs, situations, contraintes…propres.

Les travaux de ce groupe doivent également permettre d’identifier et d’expliciter les manques de connaissances et de méthodes, ainsi que les difficultés d’accès à certaines bases de données (éléments de biodiversité « non agricole » comme les forêts, le bâti…par exemple).

GT 4 : Conception et mise à l’épreuve de ressources pédagogiques

Le GT 4 travaillera à la production et/ou à la valorisation de ressources cherchant à sensibiliser et former différents publics, en particulier à travers leur mise en œuvre par des applications et observations concrètes sur le terrain. Ce groupe a deux tâches principales :

1. Choisir les connaissances et documents à valoriser sous forme pédagogique ;

2. Concevoir les supports pédagogiques.

Les connaissances et les documents à valoriser pédagogiquement seront en priorité ceux produits dans le cadre du RMT. Cela n’empêchera toutefois pas le groupe de travailler également sur les productions spécifiques d’un partenaire, si celles-ci complètent les productions du RMT et/ou répondent particulièrement à un besoin de formation identifié.

Les publics visés sont :

- les apprenants en formation initiale et continue dans l’enseignement agricole technique et supérieur (bac pro, bac techno, BTS, ingénieurs, apprentis, adultes en formation) ;

- les conseillers et techniciens (chambres d’agricultures, coopératives, structures privées…) ;

- les agriculteurs.

Les besoins entre ces groupes et au sein de ces groupes peuvent être très différents. Les outils et ressources à concevoir seront plus ou moins complexes en fonction du public visé.

Dans une optique de formation dans l’action souhaitée ici, les « apprenants » constituent aussi des observateurs et des expérimentateurs dont les savoirs et savoir-faire peuvent nourrir la connaissance et la recherche. Le GT 4 ne travaillera donc pas en aval des GT 1, 2 et 3 mais dans une logique d’allers et retours

GT 5 : Conception et animation d’un site internet pour le RMT

L’objectif de ce groupe de travail est de faire connaître à tous les acteurs intéressés le réseau, ses projets et les connaissances et outils produits. L’enjeu est de répondre à la volonté de faire du site du RMT l’interface intégrative des relations « Biodiversité et Agriculture ».

Au sujet du choix des supports mis en ligne, seul les supports, informations…créés par le RMT lui-même et par les différents partenaires seront intégrés. En ce qui concerne les éventuelles sollicitations extérieures de mise en ligne de documents, d’annonces d’évènements… des liens pourront apparaître sur le site, si les informations sont estimées particulièrement intéressantes par les membres du GT 5, mais le bénéfice apporté par une mise en avant sur le site du RMT doit être réservé à ses partenaires.

Le site comprendra six modules :

1. Un module « connaissances » qui donne accès (soit directement, soit via des liens) aux livrables produits et aux autres supports choisis par le GT 5 ;

2. Un module « projets » : liste des projets (CASDAR, thèses…) achevés ou en cours menés par les membres du RMT ou en lien avec les activités de celui-ci ;

3. Un module « compétences », c’est-à-dire un annuaire des partenaires avec leurs domaines de compétences ;

4. Un module « sites expérimentaux » à savoir la présentation et la description des sites expérimentaux et réseaux de parcelles ;

5. Un module « informations » : actualités du réseau (parution de livrables, colloques et séminaires…), diffusion des appels à projets… ;

6. Un module « forum » : ce module constituera un espace où des acteurs « de terrain » pourront soumettre des questions, proposer des pratiques innovantes qu’ils souhaitent discuter… Le groupe de travail sera chargé de traiter les retours et d’identifier d’éventuels questions ou sujets à travailler au sein du RMT ou par certains partenaires.

La conception et l’animation du site du RMT se fera en synergie avec le projet « 65 millions d’observateurs » porté par le MNHN et la plate-forme « biodiversité et agriculture » prévue par le MAAF.


similaire:

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconJ’engage mon autorité d’évêque en promulguant notre charte diocésaine...

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconAdresse : 174, rue Saint-Paul 75021 Paris
«randonnée» dans le Haut Atlas. Nous avons été frappés par la tranche d’âge à laquelle appartenaient les participants, 25-35 ans,...

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconAvis d’appel a candidature pour une occupation temporaire du domaine public
«Monsieur le Maire de Brison-Saint-Innocent Chef-lieu – 73100 Brison-Saint-Innocent» avec la mention «aot – Bar-restaurant Base de...

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconFondée par saint vincent de paul
«qu’ils prieront Dieu pour lui et ses successeurs, ensemble pour la paix et tranquillité de l’Église et de l’État»

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconAdresse : Représenté par En sa qualité de habilité à engager la société...

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconDécret n° 2011-174 du 11 février 2011 relatif à l'appellation d'origine...
«Saint-Emilion», «Saint-Emilion grand cru», «Puisseguin-Saint-Emilion», «Lussac-Saint-Emilion», «Canon Fronsac», «Fronsac», «Lalande-de-Pomerol»,...

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconBenoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance
«spe salvi facti sumus» dans l'espérance nous avons tous été sauvés, dit saint Paul aux Romains et à nous aussi

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconAdresse : 2 Avenue François Mitterrand 93200 Saint-Denis, France

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconAdresse postale : 210 rue Saint Maur, 75010 Paris

Adresse : inra, psh, Domaine Saint-Paul iconRapport du jury 1 er oral d’admission «Mise en situation professionnelle...
«maîtrise encyclopédique de connaissances» supposées sans que le lien avec la mise en œuvre ne soit opéré






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com