Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir)





télécharger 29.23 Kb.
titreLeçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir)
date de publication11.10.2017
taille29.23 Kb.
typeLeçon
e.20-bal.com > documents > Leçon



L’Etat – le molosse qui mange ses enfants


M. ERTL Août 2001

Introduction

  1. Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir)

  1. Dysfonctionnements à supporter par le citoyen

  2. Absence du droit de recours contre l’administration

  3. Recrutement de l’élite (aristocratie de l’Etat)




  1. Leçons à tirer de l’inefficacité économique d’un Etat mal organisé (économie)

  1. Un trop de règles sans importance

  2. Un dédoublement des responsabilités entre individualisme et collectivité

  3. L’état corporatiste se protège derrière des règles sacro-saintes




  1. Leçons à tirer d’un état qui risque de torpiller une civilisation nationale (démocratie, éthique)

  1. L’insécurité : absence de respect de la loi

  2. L’inégalité : l’ascenseur social en panne

  3. De la démocratie (libéralisme constitutionnel) à la gouvernance

Conclusion


Introduction



Depuis que Louis XIV. a déclaré « l’Etat c’est moi », on sait que (qu’en France) l’Etat est une vache sacrée en France. Le cumul des fonctions de l’autorité suprême s’est perpétué jusqu’à nos jours par exemple dans la possibilité de cumuler les fonctions de gestion et de contrôle dans la SA française. Ni la Révolution, ni les Empires, ni les Républiques modernes n’ont dérogé du principe de « l’unité du pouvoir », étroitement lié au légendaire centralisme français. Tous les réseaux de transport restent organisés en étoile à partir de Paris. La France promeut toutes les structures centralisatrices qui s’opposent au principe de la subsidiarité. A commencer par les écoles d’élites pour finir par la nomination récente d’un « Monsieur crises » à la Poste.

Cependant, ce mode de fonctionnement a fait beaucoup de victimes (populaires) aussi bien dans l’histoire que de nos jours. Nous pensons notamment aux élites provinciales sacrifiées comme les jansénistes, les huguenots sur l’autel de la toute-puissance de Paris. Pourtant ces esprits comme d’autres minorités écartées du centre font partie intégrale de la culture française. En dernier ressort seul la « jaqueries » permet de résister à l’autorité envahissante de la capitale. A titre d’exemple récent : les camionneurs, les sages-femmes et les obstétriciens, les viticulteurs du Languedoc, mais aussi les avocats ou les Bretons qui montrent à l’Etat (au gouvernement) « parisien » son ignorance à l’égard des problèmes sur le terrain et dans le pays. L’absence de toute politique de subsidiarité a pour conséquence de permettre aux mouvements d’intérêts particuliers qui réussissent à prendre tout ou partie de la nation en otage, d’obtenir en règle générale gain de cause – une injustice de plus face à d’autres minorités qui subissent les difficultés budgétaires induites par ses rapports de force.

C’est pourquoi nous considérons que l’organisation de l’Etat français a vieilli (cf. fonds secrets etc.) et mérite une réflexion sur ses dysfonctionnements et les domaines de réforme. Nous procédons à ce dessein en trois étapes qui mettent en exergue le pouvoir, l’économie et la démocratie dans l’Etat français.


  1. Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir)




  1. Dysfonctionnements à supporter par le citoyen


Chaque année le formulaire pour la déclaration d’impôt ainsi que les avis de paiements ne sont expédiés que (p) quelques jours avant l’échéance. Personne ne s’offusque de ce manquement de l’administration fiscale et le citoyen en supporte les frais en cas de retard de déclaration ou de paiement.

Tous les ans des copies de concours de recrutement de fonctionnaires d’état se perdent (p), ce qui entraîne l’annulation de l’épreuve. De nouveau l’inadvertance de l’administration à propos des moyens d’expédition fait payer au citoyen les pots cassés en cas de défaillance.


  1. Absence du droit de recours contre l’administration


Bien entendu, face à un Etat omniprésent les moyens de recours du citoyen (p) en cas de préjudice sont réservés aux cas graves (poursuite/réclusion abusive, imposition erronée etc.). Toutes les autres « bavures » de l’administration restent quasi impunies et non-dédommagées. Ainsi celle-ci n’a guère de raison d’améliorer ses prestations.

L’état français n’a pas développé un droit public fort capable de défendre les intérêts du citoyen. Tout repose sur les décisions administratives de l’Etat.


  1. Recrutement de l’élite (l’aristocratie de l’Etat)


Le gouvernement républicain – contrairement à d’autres pays – a recréé les élites monarchiques ou aristocratiques dans l’élite des corps d’état ?. De surcroît, celles-ci affichent leur goût pour la hiérarchie étatique avec la nuance non-négligeable que le critère de sélection des élites n’est plus depuis longtemps la naissance aristocratique et/ou la puissance économique mais le capital culturel et/ou relationnel.

Bien entendu, de fait il y a correspondance entre les anciens et les nouveaux critères de sélection. Mais désormais des enfants « intelligents » de tous les états pourraient prétendre à intégrer une des grandes écoles créées par Napoléon I. pour former les élites de l’Etat. Jusqu’à présent la majorité des postes à responsabilité dans l’Etat et même dans l’économie privée sont pourvus par les seuls étudiants issus de ces écoles d’élite. L’ingénuité/l’inexpérience de la plupart des jeunes dirigeants français s’explique par le fait qu’ils ont dû sacrifier leur jeunesse, voire l’enfance à préparer les concours d’entrée dans des grandes écoles (ENA, Polytechnique, HEC, ENS…).
L’arrogance de l’état français est donc fondée sur la sélection de ses cadres, mais aussi sur le recrutement de la plupart de ses fonctionnaires qui subissent des concours d’entrée. Ces concours d’état tendent au même objectif que les concours d’entrée des grandes écoles à savoir, tester la capacité du candidat à rentrer dans un moule et constituent à la fois un rite d’initiation. Or, la « tribu » des fonctionnaires possède une forte conscience et un esprit combatif développé en ce qui concerne la défense de leur « acquis » (en clair : privilèges).



  1. Leçons à tirer de l’inefficacité économique d’un Etat mal organisé (économie)




  1. Un trop de règles sans importance


On se passe un mot entre expatriés (de provenance) de pays anglo-saxons ou nordiques qui dit qu’en France il faut au moins trois fois plus de paperasseries administratives qu’ailleurs. Le prototype de l’application abstraite de la tradition et de l’inefficacité étatique est la taxe d’habitation. Sa collecte coûte plus d’argent au fisc qu’elle ne lui en rapporte. Certes, les fonctionnaires qui s’en occupent ne subissent pas le chômage technique dû à l’application de l’informatique. Plus de 50% de la population active en France travaille pour l’état ! Mais de ce fait les salaires de la fonction publique n’évoluent guère et provoquent un décalage grandissant avec ceux du secteur privé.


  1. Un dédoublement des responsabilités entre individualisme et collectivité


A priori le premier/principal objectif de l’éducation française consiste à encourager l’individualisme de l’enfant et l’assouvissement de ses choix personnels. Les enfants sont aujourd’hui choyés par beaucoup d’annonceurs ayant compris leur rôle de/en tant que prescripteurs de marques ou de produit (pour les parents). A contrario la nation/la République demande la soumission incontestée du citoyen. La conscience du citoyen n’est guère prise en compte par la constitution française (état laïc, pas d’objecteurs de conscience morale) ou par la politique (éléments plébiscitaires : référendum, proximité locale : subsidiarité).

En conséquence une certaine schizophrénie s’est instaurée dans la vie des Français qui séparent strictement « l’anarchisme » dans la sphère privée de l’ordre étatique (abstraite) dans la vie publique. Quand la « discipline publique » devient trop contraignante, la liberté du prive prend le dessus sous forme de jacqueries ou de vandalisme (prise d’otage, entrave collective à la loi etc.).


  1. L’état corporatiste se protège derrière des règles sacro-saintes


Les rapports du citoyen avec l’Etat ressemblent souvent aux relations que les protagonistes chez Kafka entretiennent avec le pouvoir insaisissable. Le château se barricade derrière des règlements vieillis et/ou opaques qui le rendent invulnérable contre toute tentative d’introduire plus de transparence dans son fonctionnement. Ou comment pourrait-on expliquer le cran du préfet de police de Paris qui admet ouvertement lors d’un entretien télévisuel que l’on pratique toujours l’annulation des « PV » pour des personnes proches des agents de police. On fait ainsi « sauter » plus de 50% des PVs émis en France.

Nous nous gardons de parler de l’usage obscur des fonds secrets ou des scandales autour de Jaques Chirac ou de Charles Pasqua. Ceux qui sont à l’intérieur du château se trouvent souvent au-dessus de la loi et quant à leur rôle de gestionnaire d’entreprise celui-ci devient très coûteux pour le citoyen français (1.400 F pour chacun seulement pour éponger la dette du Crédit Lyonnais, et davantage pour Elf, …).
L’Etat français se défini davantage à partir de son rôle d’administrateur et de législateur qu’à partir de son rôle d’arbitre et de régulateur dans la vie sociale et économique. L’économie n’a que très récemment réussi à se libérer du tabou catholique qui a collé pendant des siècles à toutes les transactions financières et l’argent en particulier. La laïcisation n’en a guère changé la donne.



  1. Leçons à tirer d’un état qui risque de torpiller une civilisation nationale (démocratie, éthique)


Les grands maux du 21ème siècle restent jusqu’ici sans réponse (ou du moins d’une prise de conscience) de l’Etat français : l’insécurité, l’inégalité (dans un contexte de richesse grandissante), la gouvernance.


  1. L’insécurité : absence de respect de la loi


La France figure parmi les pays qui compte le plus de policiers par habitant. Pourtant elle est aussi l’un des pays qui affichent le plus grand laxisme policier (taux de poursuite par délit). En outre la criminalité s’accroît plus vite qu’ailleurs. L’inefficacité de la police (trois régimes : nationale, municipale, gendarmes) ou la ghettoïsation des cités n’expliquent qu’une partie du problème. A notre avis le principal responsable de l’insécurité est une profonde mutation culturelle : la transformation d’un système d’éducation très traditionnel en un système d’éducation respectant l’enfant s’est transformé en un laxisme à tout va. De surcroît les familles (nord-)africaine déracinées de leur contexte traditionnel (multi-générationelle, villageois) n’assurent guère l’éducation (civilisation) de leurs rejetons. Or, leurs pairs (Altersgenossen) de souche française se trouvent souvent contaminés par une liberté précoce et une absence de surveillance. Le taux d'activité élevé des femmes (surtout de couches populaires) et « l’absence du père » aggravent les défaillances éducatives. Par ailleurs, tout étranger en provenance des pays anglo-saxons ou d’Europe du nord est perplexe face au paradoxe entre la sévérité formelle des règlements et le laxisme dans leur application. Très souvent il se trouve même que des contraventions ? ? ? dérisoires sont sanctionnées avec plus de rigueur que ceux de relative gravité.


  1. L’inégalité : l’ascenseur social en panne


Le républicanisme omniprésent en France ne connaît que (le principe de) l’égalité des chances entre (des) citoyens. Mais la réalité n’est guère à la hauteur du noble principe du recrutement des élites. La majorité des élèves des grandes écoles provient de parents qui sont passés eux-mêmes par ces écoles ou qui sont des enseignants. Il n’y a encore guère de domaine (start-ups informatique ?) où ne prévaut pas l’aristocratie des diplômes instaurée par le système (des grandes écoles) de Napoléon I. Cette formation des futures élites dans un même moule n’est pas favorable à la variété des talents et présente un certain frein à la modernité et pour les réformes nécessaires. La reproduction presque à l’identique de la même élite d’une promotion à l’autre permet à ces gens de se reconnaître entre eux (copinage) malgré l’impopularité des corps intermédiaires (corporation) en République. Elle est par ailleurs un formidable levier pour développer une attitude conservatrice qui domine la « bonne » société française contre toute expérience étrangère contaminant : gouvernance, précaution, démocratie locale, écologie…


  1. De la démocratie (libéralisme constitutionnel) à la gouvernance


Le Républicanisme/libéralisme français connaît beaucoup d’institutions qui fonctionnent davantage selon un régime monarchique que démocratique (gouvernement du peuple) : le Président, le Conseil de l’Etat, la cour constitutionnelle, l’établissement scolaire, le conseil d’administration de l’entreprise (SA)… Beaucoup de français approuvent le centralisme lié à l’élitisme personnel et rejettent un égalitarisme pratiqué par la subsidiarité d’une démocratie représentative. Si cette attitude demeure pertinente pour le centralisme politique, elle ne s’applique pas à la cohabitation entre citoyens d’origines culturelles différentes.

Le pays des droits de l’homme propose une législation antiraciste très progressiste et de larges possibilités de participation à la politique locale sont offertes aux communautés étrangères. Cependant, la hiérarchie, omniprésente dans une société aux allures (plutôt) aristocratiques mal dégrossies, empêche le développement de nouvelles formes de démocratie plébiscitaires (tables rondes, agendas 2000, parlement de citoyen comme à Lille ou cyber-démocratie comme à Issy-les-Moulineaux…).

Un monde de plus en plus complexe à administrer oblige à expérimenter de nouvelles formes politiques pour maintenir/conserver la gouvernance à moins que l’on accepte de concéder à l’économie privée (au libéralisme sauvage) le monopole (de la) politique. Faute d’initiative à résoudre les problèmes de gouvernance, malgré les propositions constructives de J. Fischer pour une constitution et une fédération européenne, la France est actuellement à la dérive vers un régime américain… ou est-elle peut-être rattrapé par son propre libéralisme sous Napoléon III ?
Le refus de réformer l’Etat « corporatiste » français crée un décalage grandissant avec la société et les mœurs qui évoluent sans cesse. Sans plus d’efforts d’adaptation nous craignons que la spécificité culturelle française (républicanisme) soit à terme en danger.

Conclusion



Nous avons constaté que l’Etat français néglige ses responsabilités administratives (mauvaise gestion aux dépens du corporatisme des fonctionnaires), économiques (absence de l’état régulateur) et enfin politiques (refus d’auto-réforme). Les raisons de ces défaillances sont multiples et profondément enracinées dans la culture française – (comme démontré). Toutefois, cette même culture est paradoxalement mise en danger par un état trop « français ».

La République – terme dérivé de « res-publica » ou « chose publique » - appartient formellement à tous mais n’est guère gérée par tous. Le centralisme démocratique également pratiqué par les régimes communistes empêche ? ? de faire évoluer la démocratie. Dans plusieurs domaines la société et l’économie sont plus démocratiques (famille, participation des salariés…) que la sphère de l’Etat.

La grande question de prospective qui se pose aujourd’hui est de savoir si l’Etat français peut être sauvé par une accélération du processus politique de l’Union Européenne. Beaucoup de politiciens abusent de cette perspective moins que certaine pour introduire en douce des réformes impopulaires. Ou si, selon J.P. Chevènement la spécificité française nécessite de maintenir, à savoir de réformer la République française.

similaire:

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconQuelles leçons tirer de la culture cotonnière de haute technologie...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconÉtat, gouvernement et administration de la France de 1946 aux lois...
«gouverner autrement» émerge avec l’avènement de la Ve République. A compter de 1981, le pouvoir en place réaffirme le rôle de l’Etat...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconLa réforme de l'administration
«gérer l’Etat comme une entreprise», qui veut donc appliquer à l’Etat une opération de réduction des coûts, et pour lequel une réforme...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconSerrand pierre Formation
«Le contrôle juridictionnel du pouvoir discrétionnaire de l’administration à travers la jurisprudence récente», Revue du Droit Public,...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconLes ingénieurs, groupe phare d’une catégorie
...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconLa coopération militaro-technique entre la Russie et l'Inde a atteint un nouveau niveau
«une tentative éhontée de blanchir le Japon de son histoire militariste d'agression et une remise en cause des leçons de la seconde...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconLes pays qui composent l’Europe connaissent une histoire relativement...
«Barbares». Un modèle culturel et politique s’élabore : la tyrannie (pouvoir d’un homme), puis l’oligarchie (pouvoir de plusieurs...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconCe texte est la présentation que Jane Burbank et Frederick Cooper ont faite de leur ouvrage
«État» dans un sens général – faisant référence à l’institutionnalisation du pouvoir – pour permettre une discussion comparative...

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) iconCaractéristiques essentielles d’une stratégie
«C’est continuer à tirer lorsque l’on a plus de munitions pour faire croire à l’ennemis qu’on en possède encore»

Leçons à tirer de l’arrogance d’une administration cynique (pouvoir) icon1. Définition 1Générale
«dispensation» comme une économie, une administration, une intendance ou une gérance de la propriété d’autrui, entraînant la responsabilité...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com