Les compétences que je souhaite leur faire acquérir





télécharger 63.27 Kb.
titreLes compétences que je souhaite leur faire acquérir
date de publication04.01.2017
taille63.27 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
Le titre de la séquence, numéro de séance

Titre de la séance

  1. Présentation générale de la séance

Objectif disciplinaire/scientifique : Connaitre les conditions et conséquences des voyages de découvertes de Christophe Colomb. On s’interroge : Christophe Colomb a-t-il découvert l’Amérique ?

  • Voyage réalisé pour des raisons stratégiques

  • Voyage basé sur une erreur de calcul de Colomb

  • Voyage possible grâce aux avancées techniques

Objectif civique : Remettre en perspective cette date et cette appellation de « grande découverte » (surtout vis-à-vis des Amérindiens)

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir

  1. Etude critique d’un document d’archive (courrier de Colomb) + étude d’un film de fiction

  2. Rédigé un écrit argumenté

  3. Confronter des documents de source différente

  1. Démarche

Document(s) exploité(s) : Extraits des lettres de Colomb et de son journal de bord + extrait d’un film de fiction (Bande Annonce de 1492)

Le type d’activité que je souhaite mener : Etude d’un corpus doc, élaboration d’une réponse développée. Analyse à l’oral de l’extrait vidéo.

  1. Déroulé de la séance

Type d’activité

Document

Activité élève

Activité prof

Accroche

Rappeler que Amérique vient du nom d’Amerigo Vespucci, découvreur de l’Amérique. Donc quel rôle de Colomb ? A-t-il découvert l’Amérique ?




Analyse de doc, activité individuel

Distribution de plusieurs extraits de courriers et journaux de bord de Colomb

Réponse aux Questions

Reprise collective

Confrontation avec un autre doc, activité en groupe classe

Bande Annonce du film 1492

Réponse aux questions à l’oral

Bilan => importance d’avoir une analyse critique du doc pour repérer lequel est le plus utile à l’historien. Intérêt de ce doc = connaitre l’opinion pub sur cet évènement.



  1. Les pistes d’évaluation de la séance

Analyse de doc = étude d’un autre voyage avec des extraits de doc (Magellan ou Vasco de Gama par ex) ; rédaction d’un paragraphe sur les « grandes découvertes » (on explique la manif des amérindiens qui conteste l’idée de « découverte » du Brésil).

LES CARNETS DE VOYAGES DE CHRISTOPHE COLOMB

Christophe Colomb est né à Gênes (Italie) en 1451. Vers 1484, il est convaincu que l’on peut éviter le voyage vers les Indes par l’Afrique, en coupant par l’Atlantique. Il croit en un voyage court. Il propose son projet au roi du Portugal, qui le refuse, avant d’obtenir le soutien des rois d’Espagne. Il accomplit 4 voyages de 1492 à 1504. Il meurt en 1506.

Remarque : ces extraits de récits de voyages sont soit écrit au jour le jour (journal de bord) ou a posteriori (mémoires).

« En 1492, suite aux informations que j’avais données à vos Altesses, Roi et Reine d’Espagne, elles pensèrent m’envoyer aux Indes, pour y voir comment on pourrait y convertir les peuples à notre Sainte Foi. Elles m’ordonnèrent de ne pas y aller par la terre mais d’emprunter le chemin par l’Ouest par où nous ne savons pas si quelqu’un y est jamais passé. Je quitte le port de Palos. »

« Plus les indices de la terre se révélaient vains, plus la peur des marins grandissait ainsi que les occasions de murmurer. Ils se retiraient à l’intérieur des navires et disait que l’Amiral [Christophe Colomb], pas sa folle déraison, s’était proposé de devenir grand seigneur à leurs risques et périls et de les vouer à une mort abandonnée. »

« Ils virent des pétrels [oiseau de mer] et un jonc vert tout près de la nef amirale. (…) Ceux de la caravelle Nina virent aussi d’autres signes de terre et un rameau d’épine chargé de ses fruits. A cette vue, ils respirèrent tous et se réjouirent. Ce fut un marin nommé Rodrigo de Triana, qui vit cette terre le premier […]. Le lendemain, l’Amiral se rendit à terre dans sa barque armée. [Il] déploya la bannière royale […], prit possession de ladite île au nom du Roi et de la Reine, ses Seigneurs. » [le 12 octobre]

« Ensuite je veux partir pour une autre île, très grande, qui doit être Cipango [Le Japon] si j’en croit les indications que m’en donnent les Indiens que j’emmène avec moi, laquelle ils nomment Colba [Cuba] »

« Que vos Altesses veuillent croire que les terres sont bonnes et fertiles. Les Indiens n’ont pas d’armes, sont tous nus, n’ont pas le moindre génie pour le combat et sont si peureux qu’à mille, ils n’oseraient pas combattre trois des nôtres. Ils sont donc propres à être commandés et à ce qu’on les fasse travailler, semer et mener tous autres travaux dont on aura besoin, à ce qu’on leur fasse bâtir des villes, à ce qu’on leur enseigne à aller vêtus et à prendre nos coutumes » [Sur l’île d’Hispaniola = Saint Domingue]

« 15 février : quand le soleil se fut levé, ils virent la terre. Certains dirent que c’était l’île de Madère, d’autres que c’était le roc de Cintra en Portugal. L’Amiral, d’après le pointage de sa navigation, se situait aux îles des Açores. Les pilotes et les matelots croyaient être déjà devant la terre de Castille. » « 3 mars : On vit des signes de la proximité de la terre. Ils se trouvaient tout près de Lisbonne »

  1. Connaitre les conditions du voyage de Christophe Colomb.

  1. Quelles raisons ont poussé Christophe Colomb à entreprendre ce voyage vers l’Ouest ?

  2. Quelles sont les principales difficultés rencontrées durant ce voyage ?

  3. Relisez le passage souligné : Christophe Colomb envisage-t-il la conquête des terres découvertes ou la colonisation des peuples rencontrés ? Expliquez.

  1. Analyse critique du document.

  1. Que cherche à mettre en valeur C. Colomb dans ce récit ?

  2. Ces documents vous paraissent-ils objectifs ? Expliquez.

  3. Pourquoi ce document est-il intéressant pour l’historien ?

  1. Bilan.

  1. Christophe Colomb a-t-il découvert l’Amérique ? Expliquez.

2. Les « Grandes découvertes » Européennes

A. Partir vers l’Ouest : les voyages de Christophe Colomb

Correction du travail

  1. Connaitre les conditions du voyage de Christophe Colomb.

  1. Quelles raisons ont poussé Christophe Colomb à entreprendre ce voyage vers l’Ouest ?

Volonté de découvrir de nouvelles terres ; ordres des rois d’Espagne ; convertir les peuples au catholicisme.

+ On peut ajouter = stratégie économique, la route de l’est est bloquée.

  1. Quelles sont les principales difficultés rencontrées durant ce voyage ?

Voyage plus long que prévu, mécontentement des marins qui n’y croient plus.

  1. Relisez le passage souligné : Christophe Colomb envisage-t-il la conquête des terres découvertes ou la colonisation des peuples rencontrés ? Expliquez.

Conquête (montre que l’Espagne entend posséder ses terres => « terres bonnes et fertiles » + drapeau espagnol planté) mais surtout colonisation = volonté de convertir les autochtones aux coutumes occidentales.

  1. Analyse critique du document.

  1. Que cherche à mettre en valeur C. Colomb dans ce récit ?

Il veut montrer qu’il avait raison, et que le voyage est une réussite (certain d’être près du Japon, il aurait donc atteint son but ; insiste sur les richesses de la terre, etc)

  1. Ces documents vous paraissent-ils objectifs ? Expliquez.

Ecrit par Christophe Colomb lui-même, donc dans le but de mettre en valeur son voyage, ses résultats. Il n’est donc pas objectif puisque ces documents ont vocation à être publié.

  1. Pourquoi ce document est-il intéressant pour l’historien ?

Doc d’archive, témoignage assez proche de la vérité, puisque Colomb raconte et décrit ce qu’il a vu. Permet de connaitre son état d’esprit. Peu d’autres documents.

  1. Bilan.

  1. Christophe Colomb a-t-il découvert l’Amérique ? Expliquez.

Il n’a jamais mis les pieds sur le continent mais seulement sur des îles + jusqu’à sa mort, il est convaincu d’être allé en Asie (pense à un moment être au Japon)

+ C’est Amerigo Vespucci qui est le premier à identifier ces terres comme un nouveau continent. C’est donc lui qui lui donne son nom.

A l’oral : Projection de l’affiche du film 1492.

  • Description de ce doc : Nature ? Que voit-on sur cette affiche ? Pourquoi est-ce représenté ainsi ?

  • Ce film peut-il être considéré comme un document historique ?

  • Il a été réalisé en 1992 => Que peut-on en déduire ?

L’élargissement du monde, séance 4

Une nouvelle vision du monde pour les Européens.

  1. Présentation générale de la séance

Objectif disciplinaire/scientifique : Savoir que la conception du monde par les Européens a évolué au fur et à mesure des voyages de découvertes. Connaitre les grands voyageurs du XVe – XVIe siècle.

Objectif civique : Interroger sur la position centrale de l’Europe, même encore dans les représentations cartographiques actuelles => vision biaisée.

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir

  • Participer à l’oral pour faire avancer le cours ensemble

  • Confronter des documents de dates différentes

  • Replacer un document dans son contexte historique



  1. Démarche

Document(s) exploité(s) : Carte de la vision du monde par Ptolémée, globe de Behaïm, carte de Agnese (postérieur à Magellan)

Le type d’activité que je souhaite mener : Etude en groupe classe de différentes cartes du monde. + Croquis à compléter, première partie : Les voyages des explorateurs européens du XVe et XVIe siècle.

  1. Déroulé de la séance

Pour chaque carte, on complète un tableau (présentation, description, analyse => Mettre en avant le contexte) puis éventuellement, indiquer le voyage de découverte qui explique l’évolution des représentations sur le croquis (en s’aidant de la carte p. 161).

  1. Les pistes d’évaluation de la séance

Rédaction d’un paragraphe expliquant comment les voyages de découverte ont modifié la vision du monde des Européens, en donnant des exemples précis de voyage.

B. Une nouvelle vision du monde pour les Européens

Copie d’une carte du monde selon Ptolémée, copiée par G. Roso vers 1450

Europe assez justement représenté ; Mais le reste est un peu faussé, surtout l’Afrique.

La vision antique de la cartographie est plus pratique que scientifique. Ainsi les distances entre différents points et les lieux stratégiques sont privilégiées à la justesse du chemin emprunté.

Planisphère d’Henricus Martellus, 1489, Londres.


Ressemble à la première carte, mais l’Afrique est mieux représentée

On se fonde encore beaucoup sur la géographie antique, mais les explorations portugaises du XVe siècle ont prouvé que l’on pouvait contourner l’Afrique pour atteindre l’Océan Indien.

Globe de Behaïm, 1491

Représentation assez précise de l’Europe et de l’Afrique. La connaissance de l’Asie est approximative. La place des océans est largement sous-estimée et il manque l’Amérique

Rappel que dès l’Antiquité, on sait que la terre est ronde. Permet de comprendre les ambitions de Colomb (Europe et Asie apparaissent très proche par l’Ouest).

Planisphère de Battista Agnese, 1543

Tous les continents sont représentés. Il manque une grande partie de l’Amérique du Nord, l’Australie. L’Afrique est précise, de même que l’Amérique du Sud

Les voyages de découvertes ont permis d’avoir une vision plus précise du monde (Christophe Colomb, puis Vasco de Gama, Magellan)

A l’aide de la carte 2 p. 161, compléter la première partie du croquis.

Description du document

Analyse => Que nous apprend cette carte de la connaissance du monde par les Européens ?

Copie d’une carte du monde selon Ptolémée (astronome grec, 90 - 168), copiée par G. Roso vers 1450




Planisphère d’Henricus Martellus, 1489, Londres.




Globe de Behaïm, 1491




Planisphère de Battista Agnese, 1543




Un planisphère est une projection plane des deux hémisphères du globe terrestre. Les planisphères ne représentent pas uniquement une surface physique mais sont souvent au centre d'enjeux géostratégiques. Ils représentent la vision de l'auteur et ne sont donc pas seulement issus d'une technique de représentation géométrique.

Document de travail réalisé par Elise El Meknassi, professeur d'histoire-géographie au collège Renoir d'Angers.

L’élargissement du monde, séance 5

Le monde à la fin du XVe siècle : des civilisations variées

  1. Présentation générale de la séance

Objectif disciplinaire/scientifique : Connaitre les différentes civilisations du XVe siècle, notamment les Empire, connaitre la localisation de trois des plus grandes villes de l’époque (Pékin, le Caire, Tenochtitlan). Connaitre la civilisation Aztèque.

Objectif civique : Avoir en tête que les « Grandes découvertes »n’ont sont que pour les Européens, le monde est déjà peuplé.

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir

  • Réaliser un croquis

  1. Démarche

Document(s) exploité(s) Etude d’une carte des global studies.

Le type d’activité que je souhaite mener : Réalisation du croquis. CM sur la civilisation Aztèque (sauf 2D => reprise par les élèves du contenu de leurs recherches)

  1. Déroulé de la séance : Réalisation du croquis en groupe classe. On choisit quelques civilisations à représenter. On peut s’aider également de la carte p. 158-159, notamment pour situer les villes.

  2. Les pistes d’évaluation de la séance : Réutiliser les informations apprises sur les Aztèques pour réfléchir aux conséquences de la colonisation dans la séance 6.

3. Les Européens et le monde au XVIe siècle

  1. Le monde à la fin du XVe siècle : des civilisations variées

Voir carte.

La civilisation Aztèque : Ils se sont installés dans la vallée de Mexico au XIVe siècle. La cité de Mexico-Tenochtitlan est fondée par une tribu de guerriers nomades, les Mexicas. C’est une cité d’au moins 150000 habitants. Les traces qu’on a de l’errance de cette tribu sont très partielles, les textes sont postérieurs et laissent beaucoup de place à la légende. La société aztèque est organisée un peu comme les seigneuries occidentales. Une double autorité => un chef domine et élu à vie + les autorités religieuses (des prêtres). Tenochtitlan domine progressivement les cités voisines, (un peu comme les Républiques italiennes).

Développement d’un mode de vie raffiné, beaucoup de commerces sous l’impulsion de marchands. Les Espagnols nomment alors la ville la « Nouvelle Venise ». Une ville-palais construite sur l’eau. L’urbanisme est supérieur à celui de l’Europe : grâce à un aqueduc, l’eau potable arrive dans tous les quartiers, larges chaussées.

Une croyance particulière : pour les Aztèques, l’univers est en instabilité permanente : pensent qu’on est dans le « 4e monde », dominé par deux divinités. Ce monde est alors appelé à s’achever dans un tremblement de terre. Il faut nourrir le soleil du sang des hommes => de nombreux sacrifices, environ 20000 lors de la rénovation du grand temple. La plupart sont des guerriers ennemis fait prisonniers. D’où l’importance d’entretenir un état de guerre permanent.

L’élargissement du monde, séance 6

De la conquête des territoires (…) – La conquête de Tenochtitlan

  1. Présentation générale de la séance

Objectif disciplinaire/scientifique : Comprendre le concept de guerre, faire le récit de la conquête de Tenochtitlan par les Espagnols.

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir

  • Prélever et hiérarchiser des informations dans un corpus documentaire

  • Mettre en récit un évènement historique



  1. Démarche

Document(s) exploité(s) Lettre de Cortés à Charles Quint de 1921, extraits de Bernard Diaz del Castillo (dans le manuel, p. 166 – 167)

Le type d’activité que je souhaite mener : Parvenir à une grille de lecture des guerres en général/ A partir de documents sur la conquête de Tenochtitlan, on s’interroge sur le concept.

  1. Déroulé de la séance :









Travail du concept de guerre

Les élèves répondent à la question : qu’est-ce qu’une guerre ? On écrit la définition classique. (conflit entre deux Etats).

Une conquête est-elle une guerre ? Projection de la grille de lecture du concept de guerre.

Consigne (travail individuel) : A partir du corpus documentaire, remplir la grille d’analyse pour identifier les caractéristiques de la « guerre » abordée. Un document à lire par élève. Correction à l’oral.

Bilan : pourquoi la conquête de Tenochtitlan est-elle une guerre particulière ? Car c’est une conquête (= volonté de s’approprier le territoire) + inégalité (armes, hommes, on s’en prend à à la population civile…) entre les deux protagonistes.

Mise en récit du schéma = raconter la conquête de Tenochtitlan avec les éléments du schéma.

Travail individuel, rappel de l’organisation d’un paragraphe de composition.



  1. Les pistes d’évaluation de la séance : Faire le récit d’une autre conquête à partir de documents ; réutiliser la grille de lecture de la guerre pour la Révolution.



  1. De la conquête des territoires…



  • La conquête de Tenochtitlan, une guerre particulière.

Guerre au sens classique : conflit armé opposant deux Etats

Grille de lecture de la guerre :

  • Origines : Arrivée des Conquistadores Espagnols qui cherchent à entrer en possession de terres (voir cours sur C. Colomb)

  • Acteurs : Les Espagnols (troupes de Cortés), les habitants de Tenochtitlan, (frise chrono) d’autres indiens (doc 3)

  • Déroulement :

    • Utilisation de la frise chrono ;

    • Alliance avec les indiens ennemis des Aztèques (Doc 3) ;

    • Siège de Tenochtitlan par les troupes de Cortès (doc 4)

  • Conséquences :

    • Tenochtitlan est conquise par les Espagnols (Doc 4)

    • Beaucoup de Mexica sont morts, surtout pendant le siège de la ville (Doc 4)

    • Construction d’une nouvelle ville, Mexico (doc 5)

Bilan : pourquoi la conquête de Tenochtitlan est-elle une guerre particulière ? Car c’est une conquête (= volonté de s’approprier le territoire) + inégalité (armes, hommes, on s’en prend à la population civile…) entre les deux protagonistes.

Conquistadores : Ensemble des aventuriers espagnols et portugais partis conquérir et exploiter les terres nouvelles d’Amérique.

  • La soumission du nouveau monde

Dès la découverte du continent américain en 1492, les Européens entreprennent d’en faire la conquête. Espagnols et Portugais se partagent alors le « nouveau monde » par le traité de Tordesillas de 1494. (voir carte 2 p. 161). Le pape donne son accord à condition d’évangéliser les populations (=convertir les populations au christianisme).

Les conquêtes sont facilitées par leur supériorité technique, les divisions entre Amérindiens et le choc microbien qui décime les populations : 80% des Amérindiens sont morts (sur une population estimées entre 5 et 100 millions – probablement autour de 60 millions). En trois générations, des centaines de langues et de peuples disparaissent.

Photographie aérienne du quartier de Tlatelolco

On distingue trois types d’édifices nettement distincts :

  • Les tours et les barres sont des logements sociaux construits dans les années 1960, c’est la ville contemporaine. La grande tour située au pied du site archéologique correspond au ministère des Affaires Étrangères, site abandonné en 1985 suite au tremblement de terre.



  • L’église, le monastère et le cloître ont été édifiés quelques années après la conquête ; cet ensemble représente la période coloniale. On remarque que l’église est pourvue d’éléments défensifs (créneaux, murs épais, tours et clocher à la base renforcée) : c’est une église forteresse. Cet urbanisme militaire espagnol en dit long sur la peur encore diffuse d’attaques ou de révoltes indigènes, quinze ans après la conquête.




  • les ruines de l’ancienne enceinte sacrée de la cité de Tlatelolco, érigée au cours des XIVe et XVe siècles, ont été recouvertes par le monastère franciscain. Le site a seulement été exhumé à partir des années 1940. Au centre des ruines, en face de l’église, une pyramide est surmontée d’une plateforme : c’est le Templo mayorde Tlatelolco. Ce temple était consacré aux deux divinités tutélaires de la ville, au dieu de la guerre (Huitzlipochtli) et au dieu de l’eau (Tlaloc), soient les deux mêmes divinités qui étaient célébrées à Tenochtitlan. On remarque devant le Templo mayor une série de murs parallèles. Ces murs en escaliers correspondent aux parois des pyramides successivement bâties, par-dessus la première, par les différents dynastes de Tlatelolco. Chaque prince marquait en effet son règne par la construction d’un nouveau temple, plus grand et plus haut que celui de son prédécesseur. Les archéologues estiment que le Templo mayor de Tlatelolco était aussi haut que le sommet de l’église.



  • Cette image nous renseigne sur les stratégies colonisatrices utilisées par les vainqueurs. D’une part, on constate que l’église a été édifiée avec la même pierre (basalte) qui a servi deux siècles plus tôt à construire leTemplo mayor. On peut en conclure qu’une fois la ville soumise, les Espagnols ont procédé à un véritable « dépeçage » de la cité aztèque : les principaux monuments qui rappelaient l’autorité ancienne ont été démantelés et les matériaux ainsi dégagés ont été récupérés pour servir à l’élaboration du monastère. D’autre part, la proximité spatiale entre les ruines et l’église témoigne d’une volonté affichée de récupérer la charge symbolique du lieu. Dans la ville de Mexico, on retrouve de nombreux exemples de cette colonisation par superposition : le palais de Cortés se superpose à celui de Moctezuma ; la cathédrale, construite avec les pierres du Templo mayor de Tenochtitlan, a été surimposée sur l’enceinte cérémonielle, etc.

  • L’exploitation du nouveau monde



  • Des administrateurs viennent organiser les immenses empires coloniaux.

  • Evangélisation des Amérindiens, confiée à des missionnaires européens, dans un contexte de division des chrétiens en Europe.

  • Exploitation économique : de nouveaux produits sont exploités par les colonisateurs : cacao, maïs, pomme de terre, tomate… Le blé et le cheval sont introduits en Amérique.

  • Exploitation des populations : les Amérindiens, mais aussi des esclaves déportés d’Afrique = organisation de la traite négrière.

Traite négrière : commerce organisé des esclaves sur de larges distances, dont les principales victimes sont les noirs africains.

Conclusion : Une première mondialisation aux XVe et XVIe siècle.

  • Au XVe, des civilisations variées, de nombreux empires puissants. L’Europe, qui s’est lancée dans de grandes explorations, sorts gagnantes de cette vague d’échanges à l’échelle mondiale.

Cette première mondialisation provient de la montée des échanges à l’échelle mondiale. « le Grand échange » : brassage génétique inégalé lors de la mise en contact du Nouveau et de l’Ancien Monde. Des échanges qui concernent les hommes, les plantes, les animaux mais aussi les microbes.

Le commerce des esclaves est l’un des moteurs de la nouvelle économie des Européens

  • Quels liens peut-on faire entre cette première mondialisation et la mondialisation actuelle ?

Caractéristiques de l’élargissement du monde

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Des navires de plus en plus gros circulent sur les océans (nefs et caravelles)

Les porte-conteneurs et les pétroliers géants. Ex : le Marco-Polo, le plus grand porte-conteneurs du monde (nov 2012), près de 400m de long.

Des produits circulent à l’échelle de la planète (les plantes)

Toujours le cas, même de plus en plus.

Des pays colonisent des terres et soumettent des populations

Ce n’est plus une tendance de la mondialisation ; mais des nouvelles formes d’impérialisme. Voir la caricature sur l’américanisation du monde d’Andy Singer.

Exploitation des populations dans le reste du monde par les pays les plus riches




Des échanges permettent les progrès scientifiques




Certaines sociétés très influencées par d’autres perdent leur culture










Et des choses en plus => Aujourd’hui mondialisation pas seulement le commerce et l’exploitation, mais aussi la communication.

similaire:

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconLe programme et les compétences à acquérir pour chaque diplôme de...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconRendre les individus responsables de leurs actes et de leur environnement,...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir icon2de technologies S
«Architect i/o» souhaite connaître les étapes de construction d’une habitation et faire en sorte qu’elle consomme le moins d’énergie...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir icon2de technologies S
«Architect i/o» souhaite connaître les étapes de construction d’une habitation et faire en sorte qu’elle consomme le moins d’énergie...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir icon2de technologies S
«Architect i/o» souhaite connaître les étapes de construction d’une habitation et faire en sorte qu’elle consomme le moins d’énergie...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconDepuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je...
«facebook» et si je ne souhaite pas qu’ils lisent maintenant les lignes qui vont suivre car ils ne sont pas assez mûrs pour les comprendre,...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconBibliographie : F. Ruze et M. C. Amouretti
«techniques d’apprentissage» a pour but d’aider les étudiants de première année à acquérir les outils méthodologiques, techniques...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconGestion Électronique des Documents
«d’acquérir» ces différents fichiers en les convertissant soit sous forme de fichier pdf ou tout autre format qui permettra leur...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconProgramme-seminaire-national Atelier orienté «programmes : de stg à stmg, quelles évolutions ?»
«Il s’agit de mobiliser les concepts pour qualifier des situations, déterminer les règles applicables et proposer leur mise en œuvre...

Les compétences que je souhaite leur faire acquérir iconTexte à l’origine de la création du gniac en février 2014 ( Groupement...
«codes» que les jeunes des banlieues sont censés acquérir pour pouvoir prétendre intégrer le monde du travail : «costard-cravate...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com