Cours II – Le domaine de la comptabilité financière





télécharger 156.03 Kb.
titreCours II – Le domaine de la comptabilité financière
page1/2
date de publication08.02.2017
taille156.03 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > comptabilité > Cours
  1   2

Comptabilité financière


Introduction

I – Présentation et intérêt du cours

II – Le domaine de la comptabilité financière

Il existe plusieurs formes de comptabilité.

Comptabilité publique : ensemble des règles qui concernent la gestion des finances publiques. LOLF.

Comptabilité nationale : ensemble des informations chiffrées relatives à l’économie nationale (PIB, valeur ajoutée).

Comptabilité financière ou générale: destinée aux tiers qui ont a travailler sur les finances de l’entreprise, les anglos saxons parlent de financial accounting. Mesurer le résultat de l’activité d’une entreprise (bénéfices ou pertes) et de présenter sa situation patrimoniale.

Comptabilité de gestion ou analytique/ industrielle: l’entreprise a-t-elle fait un bénéfice et comment elle l’a réalisé ? (Locaux, matériels utilisés, coût …) comparaison prix de vente et coût de revient.
Managenial accounting Cost accounting
La comptabilité financière présente un caractère obligatoire alors que la comptabilité de gestion est purement facultative. Peu d’entreprise en France sont dotées de comptabilité de gestion peut évoluée.

III – Bref historique

Depuis l’apparition de l’économie les hommes ont démontré la volonté de protéger leur bien et de conserver une trace de leurs échanges commerciaux. On considère que l’histoire de la comptabilité remonte à la plus haute antiquité puisqu’elle se confond avec l’histoire économique.

La première preuve de l’existence de compte remonte à 2000 ans avant JC. On l’a trouve dans le Code d’Hammourabi (code civil, du commerce, maritime, pénal et de procédure). Ce document historique contient la preuve d’une obligation légale faite aux parties prenantes d’un contrat d’être capable de rendre compte des transactions qu’elles réalisent.

Toutefois la création d’une forme plus évoluée de comptabilité semble être attribuée aux romains « expansa » dépense, « accepta » recette, « utraque pagina » double colonne, « codex accepti et expansi » le livre des dépenses et des recettes.

Evolution de la comptabilité au Moyen-âge qui se concrétise par l’apparition du concept de la partie double à Gênes en 1340. Moine Italien Luca Paccioli rédige en 1494 un ouvrage traitant essentiellement de mathématique et statistique à l’origine de la comptabilité moderne.

En 1673 le Code Colbert oblige les commerçants à tenir des livres comptes utilisés comme moyen de preuve.

En 1807 le Code de commerce de Napoléon confirme le rôle de la comptabilité en tant que moyen de preuve.

En 1867 première loi sur les sociétés commerciales avec obligation pour les commerçants de présenter une comptabilité. Réformé en 1966. 19ème siècle marqué par le développement de la comptabilité avec première apparition de manuel de comptabilité et d’Ecole de comptabilité/ commerce.

Fin 19ème siècle capitalisme en plein essors, le rôle de la comptabilité s’élargie, utilisé par le chef d’entreprise mais aussi les particuliers (actionnaires …). L’élargissement va aboutir à une nécessité, la normalisation, apparition de normes contraignantes afin d’obtenir une harmonisation. Après la seconde GM besoin de reconstruire l’économie française, en 1947 on rédige le premier plan comptable : ensemble des procédures comptables que l’on doit appliquer (on y trouve la liste des comptes qu’il faut appliquer). Evolutions 1957, 1982 grosse révision, 1999 harmonisation européenne.

1er janvier 2005 obligation pour les grosses sociétés de présenter des comptes consolidés (qui regroupe tous les comptes de l’entreprise + sous traitant) en respectant les normes IFRS (International Financial Reporting Standards).

Conséquence, le 30 avril 1983 et décret d’application 27 novembre premier plan comptable par le législateur.

IV – Le rôle de la comptabilité

1 - Le rôle de la comptabilité correspond à des obligations d’ordre juridique et économique :

  • Obligations d’ordre juridique : ces obligations ont leur origine dans le Code de commerce, la loi sur les sociétés et le Code général des impôts.

    • Code de commerce : la tenue d’une comptabilité est une obligation légale au regard du Code de commerce qui précise dans ses articles L123-12 à L123-24 les obligations légales des commerçants en matière de comptabilité.

    • Loi sur les sociétés : du 29 juillet 1966 modifiée par la loi du 30 avril 1983 et le décret d’application, comprennent les dispositions applicables à toutes les sociétés commerciales concernant les comptes sociaux.

    • Code général des impôts : article 54 : « toutes entreprises doit fournir aux services fiscaux un état exact de son activité et de sa situation patrimoniale sur des imprimés spéciaux. »

Peu de différences entre ces obligations d’ordre juridique.

  • Obligation d’ordre économique : la comptabilité financière permet de présenter les documents de synthèse de l’entreprise, le bilan et le compte de résultat, et ainsi de déterminer le résultat de l’exercice et de présenter la situation patrimoniale de l’entreprise.

    • Bilan : situation patrimoniale

    • Compte de résultat : charges des ses produits (toutes les dépenses qu’elle a due faire pour son activité).

    • Résultat de l’exercice : bilan + compte de résultat (31 décembre sur un an) il faut 12 mois d’activités. Une entreprise doit savoir si son activité se traduit par un déficit ou un bénéfice.



  • Exemple 1 Bilan: Mr Martin commerçant décide de créer une entreprise. Il dépose sur un compte bancaire 5000 euros, il met à disposition de son entreprise du matériel d’une valeur de 10000 euros au 1er janvier de l’année.

    • Bilan au 1er janvier N :

ACTIF (emploi)

PASSIF (ressources)

Matériel : 10000 euros

Banque : 5000 euros

Total : 15000 euros

Capital : 15000 euros

15000 euros



  • Inventaire au 31 décembre N :

Matériel 12000 euros

Stocks de marchandises 3000 euros

Dettes/ Fournisseurs 2000 euros

Créances/ clients 2500 euros

Banque 1500 euros

Caisse (espèces) 1000 euros



  • Bilan au 31 décembre N :

ACTIF (emploi)

PASSIF (ressources)

Matériel : 12000 euros

Stocks de marchandises 3000 euros

Créances/ clients 2500 euros

Banque 1500 euros

Caisse (espèces) 1000 euros

Total : 20000 euros

Capital : 15000 euros

Dettes/ Fournisseurs 2000 euros

Résultats (bénéfices) 3000 euros

20000 euros



  • Exemple 2 Compte de résultat :

Achat de marchandises 20000 euros

Vente de marchandises 30000 euros

Charges financières 5000 euros

Salaires 5000 euros

Produits financiers 3000 euros



    • Compte de résultat :

CHARGES

PRODUITS

Achats marchandises 20000 e

Charges de personnels (salaires) 5000 e

Charges financières (intérêts payés) 5000 e

Total : 30000 e

Résultat de l’exercice (bénéfice) 3000 e

33000 e

Ventes marchandises 30000 e

Produits financiers (intérêts perçus) 3000 e

33000 e

Produit > charges  bénéfice = 33000 – 30000 = 3000

  • Exercice 3 : 31 décembre N

    • Bilan :

Matériel 12000 e

Capital 15000 e

Frs (dettes) 2000 e

Stocks 500 e

Clients 1500 e

Banque 1000 e

Caisse 1000 e

  • Compte de résultat :

Achats marchandises 20000 e

Ventes marchandises 30000 e

Produits financiers 3000 e

Charges financières 4000 e

Charges de personnels 10000 e



  • Bilan au 31/12/N

    ACTIF (emploi)

    PASSIF (ressources)

    Matériel : 12000 euros

    Stocks de marchandises 500 euros

    Créances/ clients 1500 euros

    Banque 1000 euros

    Caisse (espèces) 1000 euros

    Total : 16000 euros

    Capital : 15000 euros

    Dettes/ Fournisseurs 2000 euros

    Résultats (pertes) -1000 euros

    16000 euros

  • Compte de résultat

CHARGES

PRODUITS

Achats marchandises 20000 e

Charges de personnels (salaires) 10000 e

Charges financières (intérêts payés) 4000 e

Total : 34000 e



Ventes marchandises 30000 e

Produits financiers (intérêts perçus) 3000 e

33000 e

Résultat de l’exercice (pertes) 1000 e

34000 e

Charges > produit  perte : 33000 – 34000 = - 1000

2 – La comptabilité est un moyen de collecte d’informations à usage externe et interne :

  • La comptabilité externe : fournie des informations fiables aux partenaires extérieurs de l’entreprise tel que les banquiers, les clients, les fournisseurs ou les pouvoirs publics. L’information comptable est censée permettre aux investisseurs boursiers actionnaires éventuels ou potentiels de formuler un jugement sur les évènements passés, présents et futurs de l’entreprise et ainsi de pouvoir confirmer ou réviser leurs anticipations. D’autres parts la comptabilité est un moyen de preuves selon l’article L123-23 du code de commerce. L’administration fiscale et les organismes sociaux utilisent d’ailleurs l’information comptable pour déterminer l’assiette de certains impôts et des cotisations sociales auxquelles l’entreprise est soumise. Le contrôle se fait d’ailleurs sur la base des documents comptables.

  • La comptabilité interne : sert à contrôler la gestion de l’entreprise par la surveillance de certains poste tels que le compte client, les dettes vis-à-vis des fournisseurs, les comptes banques, les différents comptes de charges. C’est ainsi un outil d’aide à la décision absolument primordial. Des tableaux de bord pour le pilotage de l’entreprise seront construis à partir des données comptables.

V – Définitions de la comptabilité financière

  • Jean Fourastié 1948 (1er plan comptable en France): « la comptabilité à pour but l’enregistrement en unité monétaire, de mouvements de valeur économique en vue de faciliter la conduite des affaires financières et commerciales. »

    • Mouvement de valeur économique

    • Rôle de la comptabilité en tant qu’outil de gestion d’une entreprise

  • Encyclopédie Hachette : « la comptabilité financière désigne l’ensemble des méthodes permettant d’enregistrer de manière systématique et ordonnée les données quantitatives correspondant à toutes les activités de l’entreprise. »

    • Comptabilité ensemble de méthode.

    • Enregistrement systématique de données.

  • Définition du plan comptable générale PCG : article 120-1 « la comptabilité est un système d’organisation de l’information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine de la situation financière et du résultat de l’entité à la date de clôture de l’exercice. »

    • Entité : ensemble de moyens mis en œuvre pour exercer une activité.

  • La comptabilité financière est une technique qui permet d’enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise afin de déterminer le résultat de l’exercice et de présenter la situation patrimoniale de l’entreprise.

Chapitre 1 : L’enregistrement comptable des flux économiques

I Le concept de flux

A Définition

Les économistes désigne sur le terme de flux les mouvements de biens et de valeurs qui se produisent dans un intervalle de temps déterminé entre les agents économiques. Il peut s’agir de mouvement de bien matériel tel que les matières premières, les marchandises, l’outillage, le mobilier. Il peut s’agir également de prestation de service fourni à l’entreprise par des agents extérieurs, service procuré par l’entreprise à d’autres agents. Enfin il peut s’agir de mouvement d’espèce ou de moyen de règlement (chèque, effet de commerce, crédit obtenu ou octroyé).

B Analyse des flux

  • Sens et valeur : tous flux économique peut-être caractérisé par son sens et sa valeur

    • Sens : tous flux du point de vue de l’entreprise est entrant (il a sa destination dans l’entreprise) ou sortant (il a son origine dans l’entreprise).

    • Valeur : les flux économiques ont une unité de valeur commune, leur valeur économique et dévalué en valeur monétaire.

Ex : entreprise d’ébénisterie a pour objet la fabrication de meubles « toutenbois ».

Opération : achat d’un camion pour les livraisons : 50000 euros.


Entreprise Toutenbois

Fournisseur Renault

Sortant

Entrant

Camion 50000 euros





Sortant

Entrant


Dette/créance


Sens et valeur

O
Entreprise Toutenbois

Fournisseur Renault

Meubles de 15000 euros

Chèque de 15000 euros

Sortant

Entrant

Entrant

Sortant
pération 2 = Toutenbois vend des meubles à Roche pour 15000 euros (paiement par chèque)

Flux réel

Flux financier


  • Flux réel et flux financier : les flux réels sont les flux qui constatent des mouvements de biens et de services. Les flux financiers sont les flux qui constatent des mouvements de monnaie et d’autres moyens de règlement. Il peu donc s’agir de flux monétaires sous forme d’espèce ou de chèque ou de flux de créance/dette.

  • Flux externes/ internes : les flux internes se passent à l’intérieur de l’entreprise (mvt de matière première) les flux externes concernent en général deux agents économiques, l’entreprise et son client, l’entreprise et son fournisseur, l’entreprise et l’Etat. Toutes opérations économiques réalisées par une entreprise avec un agent extérieur donne naissance à deux flux externes de sens contraire. Un flux sortant qui a son origine et sa ressource dans l’entreprise et un flux entrant qui à sa destination et donc son emploi dans l’entreprise. Il y a égalité en valeur des deux flux, selon le principe économique qui veut que emploi = ressource. La comptabilité financière à pour objectif de saisir ces flux économiques qui peuvent donc être réels ou f
    Entreprise

    Clients

    Fournisseurs

    Etat

    Personnels

    Banque + institutions financières

    Bien + services

    paiement

    Impôt

    SP

    Bien + services

    paiement

    Service financier

    intérêts

    salaire

    travail
    inanciers, entrant ou sortant.


II La saisie des flux

A Le compte

La comptabilité consiste à enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise. Chaque opération est analysée en terme d’emploi et de ressource à partir du sens du flux. Cela se traduit en terme de débit et de crédit pour les comptes. La comptabilité saisira les flux uniquement par rapport à elle-même. Tous flux sortant qui a son origine dans l’entreprise correspond à une ressource et se traduit par un crédit du compte concerné. Tous flux entrant qui a donc sa destination dans l’entreprise se traduit par un emploi et correspond donc à un débit du compte concerné.

Flux sortant = origine = ressource = crédit.

Flux entrant = destination= emploi = débit.


Entreprise Toutenbois

Compte Matériel de transport = débit 50000

Sortant

Dette/créance

Entrant

Camion 50000 euros

Compte fournisseur d’immobilisation = crédit 50000


E
Entreprise X

Client Y

Produit 5000 euros

Espèces 5000 euros

Compte vente de produit = crédit de 5000

Compte caisse = débit 5000

Sortant

Entrant
x 1 : l’entreprise X vend des produits à un client Y = 5000 euros paiement en espèces.

E
Entreprise X

Fournisseur

Règlement par chèque, matière 1ère.

chèque

Compte achat de M 1ère = débit de 1500

Compte banque = crédit de 1500

Sortant

Entrant
x 2 : l’entreprise X achète au comptant des matières premières pour 1500 euros règlement par chèque bancaire.

E
Entreprise X

Fournisseur d’immobilisation

Machine de 10000 euros

Dette 10000 euros

Compte matériel industriel = débit de 10000

Compte fournisseur d’immobilisation = crédit de 10000

Sortant

Entrant

Entreprise X

Fournisseur

Annulation de la dette

chèque

Compte banque = crédit de 10000

Compte fournisseur d’immobilisation = débit de 10000

Sortant

Entrant
x 3 : l’entreprise X achète un matériel industriel 10000 euros, le règlement se fera dans trois mois par chèque bancaire.

3 mois après

Exercice dossier : cas Rembrant




Flux entrant

Flux sortant

3 mai

5 mai

7 mai

10 mai

15 mai

18 mai

19 mai
21 mai

22 mai

26 mai

28 mai

31 mai

Marchandise (achat 12543e)

Services de transport = 230e

Service d’assurance = 8540

Marchandise (achat 3210)

Clients 4518

Fournisseurs 12543

Photocopieuse

Matériel de bureau 1660

Fournitures de bureau 54

Espèces (caisse) 865

Espèces (caisse) 1287

Banque 4518

Salaires 16400

Fournisseurs = 12543e

Espèce (compte caisse 230e)

Banque = 8540e

Banque 3210

Marchandises (vente 4518)

Chèque (Banque) 12543

Crédit (frs immob) 830

Chèque (banque) 830

Espèces (caisse) 54

Marchandises (vente) 865

Banque 1287

Clients 4518

Banque 16400


Conclusion

En pratique le compte est l’instrument de mesure des flux, c’est un tableau en 2 parties :

Débit

Crédit







Enregistrer une somme en débit c’est débiter le compte, à l’inverse, créditer. Si total débit> total crédit = solde débiteur. Si total crédit> total débit = solde créditeur.
Compte banque

500 100

1300 400

600 600

200
2600 1100

Solde débiteur 1500

2600
Compte fournisseur

1000 3000

200 1000

2000

1200 6000

4800 Solde créditeur

6000
Compte caisse

1000 100

200

1200 100

Solde débiteur 1100

1200
Exercice 1 : compte caisse à colonnes séparées.
Débit 53 Compte caisse Crédit

Dates

Libellés

Montant

Dates

Libellés

Montant

1_06

5_06

10_06

21_06


Solde précédent

Vente

Règlement Marcel

Vente

7357€

946€

852€

729€

3_06

6_06

15_06

19_06

25_06

30_06

Achat timbres

Achat frs bureau

Banque

Règlement annonce

Règlement transport

Banque

660€

745€

3000€

120€

345€

2000€

total




9886€

total




6870€










30_06

Solde débiteur

3016€










Total




9886€


Exercice 2 : comte bancaire à colonnes mariées avec détermination du solde.
Débit 512 Compte banque

Dates

Libellés

Montants

Soldes

Débits

crédits

Débiteurs

créditeurs

1_09

3_09

8_09

12_09

15_09

19_09

20_09

24_09

30_09

Solde à nouveau

Versement d’espèces

Règlement Thierry

Règlement publicité

Remise chèques

Achat d’actions

Retrait d’espèces

Vente d’actions

Règlement loyer

Règlement salaires

43157€

10000€

84127€

2688€



65229€

12452€
3505€

5000€
18000€

28550€

43157€

53157€

59603€

56098€

51098€

53786€

35786€

7236€



12072€

24524€

total




139972€

132736€









B Le principe de la partie double

C’est le principe fondamental de la comptabilité financière, toutes les opérations faites par l’entreprise se traduisent par le débit d’un ou plusieurs comptes et par le crédit d’un ou plusieurs comptes. Mais en valeur la somme des débits constatés pour une opération déterminée est égale à la somme des crédits constatés. Le principe de la partie double peut-être définie comme l’équilibre en valeur des comptes débités et crédités pour une même opération. Cela traduit l’égalité de caractère économique, total des emplois = total des ressources. Somme des débits = somme des crédits.
1/ L’entreprise X acquiert un matériel d’une valeur de 12000 euros, elle règle la moitié au comptant par chèque bancaire, moitié à crédit.

D matériel Banque Fourniture immobilière




12000 6000 6000


2/ L’entreprise X vend des marchandises d’une valeur de 15000 euros, paiement un tiers au comptant en espèce, un tiers au comptant par chèque bancaire, un tiers à crédit.
Ventes marchandises Caisse Banque Clients




15000 5000 5000 5000

C Les systèmes comptables

Un système comptable est l’ensemble des procédures qui décrivent les contraintes pratiques de la tenue d’une comptabilité. L’organisation comptable découle de l’application du principe de la partie double. Le système classique est à la base de tous les autres systèmes ou procédés comptable. Le décret d’application du 29 novembre 1983 de la loi comptable du 30 avril 1983 décrit les documents comptables qui sont obligatoire et leur mode de présentation.
Le journal est le livre comptable dans lequel les opérations de l’entreprise sont enregistrées au jour le jour chronologiquement. Pour chacune d’elles ont précise le ou les comptes débités, le ou les comptes crédités. On indique également les pièces justificatives.


Débit Crédit




10/02/2010

Caisse 53 5000

Banque 512 5000

Clients 411 5000

Ventes de marchandises 707 15000

Facture n° X2A0




Le grand livre est constitué de l’ensemble des comptes ouverts par l’entreprise, on report dans ces comptes tous les mouvements enregistrés au journal.
Caisse Banque Clients Ventes

5000 5000 5000 15000

Le livre d’inventaire, il regroupe l’ensemble des données d’inventaires présentées le plus souvent sous la forme d’étape d’inventaire. On réalise ainsi un état des créances et des dettes, un état des immobilisations, des étapes de rapprochement bancaire.
La balance des comptes est un tableau récapitulatif qui reprend l’ensemble des comptes utilisés par une entreprise et qui précise pour chacun d’eux son numéro dans le plan comptable, son intitulé, le total des débits du compte, le total des crédits du compte, le solde du compte débiteur ou créditeur. La balance permet de contrôler les enregistrements comptables et en particulier que pour chaque opération total des débits = total des crédits. C’est une représentation synthétique des comptes de l’entreprise, on y trouve toutes les informations concernant les activités de l’entreprise dont les gestionnaires ont besoin.

Ex de l’entreprise Alexis.
Balance au 31/12



INTITULE

SOMMES

Débit

SOMMES

Crédit

SOLDES

Débit

SOLDES

Crédit




Capital

Emprunts

Terrain

Construction

Mat indus

Mat de transport

Mat de bureau

Mobilier

Titres

Prêts

Frs

Clients

Personnel

Etat

SS

Bq

Caisse

Achats

Services ext

Impôts

Charge de perso

Charges finan

Charges except

Ventes

Produit finan

Produit Except


5000

25000

100000

33250

45791

3400

1820

3399

970

60723

209729

62510

525

21156

137050

20617

122286

150000

20000


18666

243

122

103344

182412

64219

3669

22271

123123

18994

13245
257092



25000

100000

33250

27125

3450

1820

3156

848
27317


13927

1623

109041

14523

3046

85221

2688

614


150000

15000

42621
1709

3144

1115

237418

1517

345

TOTAUX




979262

979262

452599

452599


Chapitre 2 Des flux au compte de résultat et au bilan : les documents de synthèse
I La division comptable des flux

A Emplois définitifs – emplois temporaires

Les emplois définitifs sont ceux qui se traduisent par un appauvrissement de l’entreprise, ce sont par exemple les achats de matières premières, de fournitures de bureau, les salaires, les impôts, les intérêts versés par l’entreprise. Il s’agit d’emplois consommés qui dans le vocabulaire comptable sont appelés des charges.
Les emplois temporaires ou provisoires ou intermédiaires sont des affectations de ressource qui subsistent dans l’entreprise. Par exemple l’achat d’un matériel de transport, l’achat d’une machine outil, un crédit accordé à un client, un dépôt d’espèce sur un compte bancaire. Du point de vue comptable, ces emplois temporaires constituent l’actif de l’entreprise.
Les emplois définitifs vont être considéré par la comptabilité comme des charges définitives.
B Ressources définitives – ressources temporaires

Les ressources définitives sont celles qui résultent de l’activité d’une entreprise et qui ne seront jamais restituées. Par exemple la vente d’un produit finit, d’un service, des produits financiers tels que des intérêts perçus. Dans le vocabulaire comptable ces ressources définitives créées du fait de l’activité de l’entreprise sont appelées des produits.
Les ressources temporaires sont des ressources laissées à la disposition de l’entreprise sur décision ou acceptation d’un tiers. Elles seront restituées à un terme plus ou moins éloigné. Par exemple le capital individuel ou social, les emprunts, les dettes vis-à-vis des fournisseurs. Du point de vue comptable ces ressources constituent le passif de l’entreprise.
Compte de résultat
Charges Produits

Résultat = produits – charges


Bilan
Actif Passif Résultat = Actif – Passif


II Le compte de résultat page 5 dossiers 2

Compte de résultat




Charges d’exploitation Produits d’exploitation

Charges financières Produits financiers

Charges exceptionnelles Produits exceptionnels

Achat net des RRR

(rabais, remises,

Ristournes obtenues)

Charges d’exploitations : ensembles des coûts servant au fonctionnement de l’entreprises (matières premières, …)

Charges financières : impôts ; taxes …

Charges exceptionnelles : pénalités à payer …
Système de référence = modèle page 6 du dossier 2.

Choses à remarquer :

Charges :

  • Toutes les informations sont données hors taxe.

  • Une colonne pour l’exercice N, et une pour l’exercice N-1, permet aux entreprises de faire des comparaisons suivant les années.

  • Dans colonne de droite se trouvent des tas de numéros, ce sont les n° de compte dans le plan comptable.

  • RRR = achat de marchandise : 607 - 6097, remise accordée en fonction de la qualité du client, ristourne accordée sur le montant du chiffre d’affaire obtenu avec un certain client.

  • Pour les achats, que se soit les marchandises ou les matières premières il y a une ligne variation des stocks et une ligne « b » qui renvoi à « stock initial - stock final ». on retrouve dans le compte charge toutes les consommations de l’entreprise dans le but de produire, si l’on veut déterminer sa consommation de matières premières = achat + (stock initial - stock final).

  • Production de l’exercice, On veut faire apparaître ce que l’entreprise a pu obtenir, et ce qu’elle a pu produire et ce qui lui reste en stock. = production vendue – stock initial + stock final

Produits :

  • Au niveau des ventes de marchandises elles seront aussi nettes mais des RRR accordés.

  • Production vendue (vente de produit fini) opération commerciale.

  • Production stockée renvoi « b » = stock final – stock initial.


Cas pratique page 9 : possibilité d’exercice de compte de résultat à l’exam
Bilan

ACTIF (emploi)

PASSIF (ressources)

Matériel : 12000 euros

Stocks de marchandises 500 euros

Créances/ clients 1500 euros

Banque 69040 euros

Caisse (espèces) 33272 euros

Total : 16000 euros

Capital : 15000 euros

Dettes/ Fournisseurs 2000 euros

Résultats (pertes) -1000 euros

16000 euros

Compte de résultat

CHARGES

PRODUITS

Achats d’autres approvisionnements 16904 e

Achats marchandises 275888 e

Charges de personnels (salaires) 119696 e

Charges financières (intérêts payés) 21675 e

Total : 34000 e



Ventes marchandises 30000 e

Produits financiers (intérêts perçus) 3000 e

33000 e

Résultat de l’exercice (pertes) 1000 e

34000 e


COMPTE DE RESULTATS DE L’ENTREPRISE BARTHES

CHARGES PRODUITS
  1   2

similaire:

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconCours de bourse : 8 Euros
«Comptabilité – Cours et applications», 5ème édition, Vuibert. Collection expertise comptable et financière. Chapitres : 1, 2, 3,...

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconCours cnam comptabilité Financière S2

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconLicence 1ère année Economie Gestion
«Comptabilité – Cours et applications», 5ème édition, Vuibert. Collection expertise comptable et financière. Chapitres : 1, 2, 3,...

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconLicence 1ère année Economie Gestion
«Comptabilité – Cours et applications», 5ème édition, Vuibert. Collection expertise comptable et financière. Chapitres : 1, 2, 3,...

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconCnam comptabilité Financière – Séance 1

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconDomaine d’activité du titulaire du bts eec
«l’enveloppe financière» que le maître d’ouvrage public ou privé va décider d’affecter aux travaux

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconC’est toujours avec émotion que je rentre dans ces locaux de l’ens...
«principe de régularité». Mais, malgré ces interférences, parce qu’il faut bien se limiter, nous ne traiterons que de l’évolution...

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconCours en ligne domaine forestier

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconProgramme en cours de démarrage dans le domaine du financement rural, le

Cours II – Le domaine de la comptabilité financière iconRapport Moral sur l’Argent dans le Monde 2006, édité par l’Association...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com