L'approche méthodologique de l'écrit 1





télécharger 338.61 Kb.
titreL'approche méthodologique de l'écrit 1
page3/7
date de publication06.06.2019
taille338.61 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Texte de 1945 :



-liberté aux enseignants, travailler sur des dépassements de l’eps.
-c'est l'époque où le caractère obligatoire de l'éducation physique prend forme.
-l'éducation physique apparaît comme les disciplines d'enseignement, elle commence à être une matière classique et la qualité de formation des enseignants augmente.
Côté négatif des textes de 1945 :
- ils entérinent une méthode de l'éducation physique nouvelle (l'éclectisme) depuis 20 à 25 ans. Ce n'est pas un texte de révolution, ni d'évolution mais de maintien voir de régression.
-Arnaud « les textes de 1945 sont les héritiers de conception pédagogique du premier quart de siècle ». Le plan de la leçon n'a pas bougé depuis 40 ans (maintien...).
-Thébault, les textes de 1945 régressent car il y a suppression de l'éducation générale et ces textes fonctionnent sur des a priori théoriques.
-c'est aussi un découpage artificiel de l'activité humaine.
-la conception de la leçon n'a pas changé.
Pourquoi avoir créé un texte aussi faible ?
l'éducation physique ne pas une priorité.
Pierre Seurin 1949, il fait un effort de proposer un dépassement de l'éducation physique classique. Processus d'unification de l'éducation physique, une éducation physique structurée (« vers une éducation physique méthodologique »).

Cet auteur propose :
-son effort est pour mettre fin aux inquiétudes des enseignants (les enseignants ont du mal avec une multitude de systèmes).
-tenter de déterminer une méthode éclectique de l'éducation physique (donner des sens). C'est une méthode tentant de fonder, réunirent différents systèmes en choisissant les options qui semblent plus près de la vérité (éclectisme).
-il y a une mauvaise coordination entre la morale et la science. En éducation physique, on n'est plus sur le moral.
Principes généraux : santé, force sociale, force morale.

Buts spécifiques à l'éducation physique : on physiologique, souplesse, vitesse, adresse, résistance et force.



Seurin, premier texte parlant de la physiologique et mélange physiologie et anatomie (ceci est positif dans les textes) et il n'y avait pas référence aux sports et aux activités sociales corporelles (ceci est négatif).

On vit une éducation physique formelle éloignée des réalités sociales, elle tente de se structurer mais elle s'éloigne ces réalités sociales.
Cet auteur pour lui :
-une éducation physique de formation : elle comprend la gym morphophysiologique et la gym psychomotrice.
La première sorte de gym comprend la gym analytique et la gym synthèse. La gym analytique est un découpage des mouvements généraux en mouvement particulier (travail de précision et de maintien). La gym synthèse regroupe les différents éléments apprise dans une perspective de motricité globale (comme Demeny).
La deuxième sorte de gym (la gym psychomotrice) synchroniser, assemble les éléments développés dans la gym morphophysiologique . Elle favorise l'accomplissement des gestes complexes. Il y a deux dimensions :

  • la gym éducative (Hébert).

  • La gym globale (combinaison d'exercice mobilisant des mouvements élémentaires et associant différentes parties du corps).


On reproche à l'éducation physique qui a existé jusque-là d'avoir été de type analytique. Donc, il faudra concevoir une éducation physique plus globale que propose Seurin. Dans cet auteur, il y a les préalables de Leboulche.

La gym éducative d'Hébert est dans le moral et la virilisation de l'individu.
-une éducation physique d'application : elle est du type utilitaire, comment adapter l'homme à son environnement. Elle est du type récréative avec les jeux, le sport, la gym rythmée (ce sont des activités sociales qui s’y développent).
Il y a une volonté de scolariser l'éducation physique, donc il faut baisser tous les caractères sociaux d'éducation physique. Il y a également pour Seurin une volonté d'unifier mais qui est raté, mais cet auteur a fait avancer les choses.
Effets des propositions de Seurin :
-permettent pour les politiques de positionner l'éducation physique institutionnellement. Cela permet donc de défendre l'éducation physique éclectique. Il permet de redonner 10 ans de vie à l'éclectisme. Seurin sert de prétexte au politique de reculer le changement.
Seurin est le père des textes de 1959 : nouvelle réforme de l'éducation physique pour 1960. C'est une annonce politique du nouveau texte de 1959 avec la hausse des activités physiques sportives.
Les textes de 1959 sont écrits car :
-devant le changement de constitution en 1958, on c'est pas beaucoup intéressé à l'éducation physique.
-il y a naissance de débats en éducation physique dont l'État ne souhaite pas trancher.
-il y a une conception de l'école assez traditionnelle, encore élitiste, alors que l'école se démocratise. En 1960, il y a un enjeu sur l'école. Il y a rupture de l'école traditionnelle (l'information) et toute la démocratisation scolaire aidant l'école à renaître (école moderne) en 1960. Cette difficulté effraie les politiques donc il y a conservation pour ne pas avoir de contestation.
Les textes de de 1959 sont un complément de ceux de 1945. Ainsi, les textes de 1945 sont toujours applicables, les textes de 59 précisent ce de 45.
Il y a deux sortes de gymnastique : la gym construite (la gym de formation) et la gym fonctionnelle (la gym d'application). La première consiste en une gym de maintien car l'utilité sociale est de former des corps en bonne santé (la perspective est corps-santé-hygiène). La seconde quant à elle correspond aux gestes naturels, aux jeux et gestes sportifs. C'est l'application de la base proposée par la gymnastique construite. On retrouve Hébert avec le geste naturel, culture française avec des jeux. Les gestes sportifs c'est de l'initiation sportive sans la pratique réelle.
La leçon : elle commence par la prise en main, les exercices de maintien (gym construite), les exercices fonctionnels (marcher, grimper, lancer) et le retour au calme. Il y a apparition de rythme. Les exercices sont toujours vivants et efficaces ayant comme valeur l'éducation.
Les textes de 1959 donnent naissance au corps d'inspecteurs ayant comme rôle principal de surveiller le bon déroulement des leçons.

Les ruptures :
C'est la période de rupture car fait balancer l'éducation physique dans la mono discipline, c'est la fin de l'éclectisme. Il y a création d'une éducation physique moderne.
1959-1967 : c'est une période de bouillonnement avec cette rupture.
Les indicateurs de la rupture (les prémices de rupture) :
-il y a une transformation politique et sociale ; il y a une nouvelle constitution, il y a du travail pour tous, il y a augmentation de la consommation, des loisirs, du sport. En 1958, il y a la nouvelle constitution française qui met fin à la quatrième république qui était instable. C'est une période de décolonisation (période rude avec beaucoup de violence). Aujourd'hui, la cinquième république a un président qui nomme le premier ministre qui lui à son tour nomme les autres ministres. Donc le président a les pleins pouvoir, pas comme avant. La cinquième république est forte, elle reprend en main toute la politique de la France et donne une direction politique à celle-ci.
-dans les années 60, il y a l'emploi pour tous, tout va bien, mais à l'horizon tout n'est pas bleu (car dans le futur il y a beaucoup de monde sur le marché de travail).
-la concurrence internationale se renforce sur le plan économique. La France prend du retard sur l'innovation technologique car elle s'endort.
-le plein emploi entraîne loisirs, on s'installe dans une société de loisirs. Avant on travaillait pour le travail et maintenant on travaille car c'est nécessaire mais aussi pour les loisirs. Ceci a eu de grosses conséquences comme l'individualisme (il y a abandon de l'utilité sociale (avant on travaillait pour l'État), maintenant on travaille pour soi).

L'éducation physique est formelle (travail sur la forme). L'éducation physique a du mal à trouver son lieu d'influence donc il y a un danger car la discipline est faiblement scolaire, elle n'est pas réellement installée dans l'école, mais elle ne risque pas de disparaître quand même car elle est structurée mais il y a quand même un décalage entre la vie sociale et l'éducation physique car la vie sociale demande du sport et l'éducation physique est mal installée. Ceci est une grosse rupture avec changement.
Les précurseurs de changement en éducation physique : Seurin qui défend l'éclectisme.
-il y a apparition d'une éducation physique sociale, elle est utilitaire, elle sert à quelque chose, dans cette notion utilitaire il y a le mot immédiat, pour former tout de suite.
-L'éducation physique est plus individuelle, elle se préoccupe plutôt de l'individu comme entité, accomplir le développement de chaque homme = autre conception qu’est l'école.
Tessié 1958 : il publie un article dans EPS « méthode sportive » essaie de systématique.

C'est un modèle de mise en pratique d'une forme d'éducation physique. Une systématique, c'est une mise en système. S'en essaie de systématique a été construites par l'observation de la pratique dans la classe et organise les pratiques (ce n'est pas l'oeuvre des théoriciens).
Place du sport : Tessié « le sport est un facteur essentiel de l'activité physique humaine ». Il montre que le sport est devenu incontournable dans l'analyse de la société des années 1960.

Le sport est devenu est un phénomène de loisirs dans la société.
Le sport est synonyme de dépassements et de compétition, toutes les raisons sont là pour faire de l'éducation.
Il définit les rapports de l'éducation physique au sport :
Il dit qu'il n'y a pas de différence entre la pratique scolaire et l’éducation sportive de club. Pour lui les objectifs sens communs.

Merrand dit que l’éducation physique a scolarisé le sport. Ainsi Tessié dit qu'il n'y a pas de différence entre la pratique scolaire et l'éducation sportive de club. Les buts sont identiques ; gôut pour l'effort, activités hygiéniques et développement de la maîtrise corporelle pour le sport. Il dit que le sport c'est la mise en pratique d'un bon équilibre entre les fonctions de l'individu = on peut transférer l'enseignement des pratiques civiles dans l'école.
Le but particulier de l'éducation physique scolaire :
-pour lui, à l'école il faut utiliser des activités physiques sportives sous les formes sociales d'expression (arrêt des gestes sportifs, utilisons l'est sous leur forme d'expression sociale, apprentissage de la réalité sportive comme tel).
-l'éducation physique à l'école donne le temps de connaître de manière juste et évoluée les techniques et tactiques des activités physiques sportives = le but est d'apprendre les techniques et tactiques = idée que tactique sportive est de l'élaboration. L'éducation physique développe l'attention et maîtrise des émotions, développe le goût du beau par précision du geste. Le sport aide à contrôler les émotions. Le sport développe un haut niveau de réflexion.
Tessié observe les pratiques et cherche à déterminer un classement de la motricité humaine ; catégories de la motricité humaine :


  • Maîtrise des déplacements : Courir, lancer, sauter, escalader…




  • Maîtrise des engins : Tous les éléments extérieurs au corps.




  • Maîtrise de l’opposition : D’abord opposition sportive, mais aussi sous jacent le transfert dans la vie sociale.




  • Maîtrise du corps propre : La seule qui ne soit pas visible. C’est tout ce qui se passe à l’intérieur de soi. Rapport intime entre pensée et action. Pour lui, il y a bcp d’invisible dans les mouvements = ce qu l’on peut voir est une petite parie de la réalité (image de l’iceberg de Piaget). Il y a des facteurs internes pour participer au dvpt de l’individu. Anatomie et physiologie ne suffisent pas explication du mouvement = prémice de l’idée de « schéma corporel » (dvpé par Le Boulch). On est bien en face d’un praticien éclairé, car sur les quatre maîtrises, trois sont de l’ordre de l’observation pratique. Petite lueur d’une théorisation de l’ep.


Effort intelligent de quatre types de maîtrise, même si sur le plan conceptuel ils ne sont pas de même niveau.
Il veut construire un plan d’ensemble de l’ep sur la totalité du cursus. Distinction entre objectifs actuels et objectifs lointains.
Il faut assurer le dvpt psychomoteur de l’élève (court terme) et l’ep doit contribuer à une éducation sociale (long terme).
Les séances de plein air correspondent à l’éducation sportive (un sport individuel, un collectif et un de plein nature).
Tessié a l’idée de poursuivre les apprentissages d’une séance sur plusieurs séances. Progression sur un cycle.
Baquet :année 1950
Baquet est un enfant issu des classes populaires bénéficiant des 1ères lois de démocratie scolaire, il se hisse culturellement. De +, il est bon athlète = entraîneur sportif et concepteur de l’ep.
Rapport entre l’ep et sport se confonde, défend l’idée qu’il n’y a pas de séparation --) éducation sportive (nié par T.O).
Il y a des effets pervers, mais ne gâchent pas l’intérêt sportif. On peut éduquer par le sport = position nuancée sur l’idée et de l’éducation. Ce sont deux activités qui se complètent. L’ep est généraliste et elle reste la base de l’éducation sportive. Elle développe les qualités morales et physique des élèves. Le sport est présenté par Baquet comme l’utilisation des qualités physiques et morales comme la solidarité développées par l’ep = complémentarité, et on retrouve gym de formation et d’application = éclectisme ? Mais pas du même niveau que l’éclectisme « reconnu ». L’ep travail la force et les moyens d’action et le sport extériorise les qualités innées ou acquises de l’individu.
Il existe une distinction fondamentale entre le sport individuel et le sport collectif qui développent des compétences différentes.


  • Individuel : Développe les qualités de personnalité, de responsabilité par rappport à ces propres engagements (force, vitesse, coordination et adresse pour le physique et persévérance, confiance en soi et volonté pour le moral).


- Collectif : Développe les qualités de responsabilité par rapport à un collectif, de solidarité ( développe la pensée tactique et technique, morale = règle, respect d’autrui, sens social).
Le sport a des vertus qui s’enseignent = perspective d’éducation par un sport maîtrisé et conçu (contre pied des thèses De Coubertain : le sport est éducatif par nature).
Le sport est un fait social = il est porteur d’aspects positifs et négatifs et si on veut en faire un domaine d’enseignement on ne peut pas le prendre comme tel.
Le sport, c’est surtout l’action morale, éducation générale de la vie = « L’initiation sportive est le prolongement normal de l’ep de base ». L’initiation sportive est la prolongation de l’ep, il est plus réservé sur les vertus éducatives de la compétition.
Comment enseigner ?
C’est ce qu’il appelle la pédagogie sportive : Elle doit reposer sur l’automatisation des gestes, c’est une condition indispensable à la détermination d’une pensée tactique. Il précise et définit toute l’importance qu’il y a à penser le geste. « Il faut faire passer le conscient dans l’inconscient ». Il faut voir le geste et se le représenter et tout cela nécessite un travail cérébral intense.
Idée forte : Apparition de la pensée en ep. Importance du voir et de se représenter.
La pensée exige :


  • De développer des capacités d’observation (app à observer), on arrête de faire pour regarder et apprendre (on entre dans la modernité de l’ep), importance de la démonstration du geste juste, proposer un exécution globale du geste, décomposer le geste en éléments ( il y a alternance entre globale et découpage), exécution synthétique du geste = AUTOMATISATION DU GESTE.

  • Comprendre :

        • Automatiser pour libérer la pensée.

        • Automatisation des gestes et des rythmes d’exécution (rapport espace / temps = coordination).

        • Penser = arriver à l’exécution inconsciente (automatique).

FAIRE DE L’EP, C’EST ASSOCIER EN PERMANENCE MUSCLE ET PENSEE.
« Il définit quelques règles pédagogiques qui sont des conditions d’une bonne observation pour l’enseignant = il faut :


  • Connaître très précisément les techniques des activités physiques

  • Avoir des connaissances en anatomie et physiologie devant être appliquées aux exercices physiques.

  • Bien connaître les mécanismes des mouvements et des forces en présence.

  • Avoir des connaissances sur les valeurs physiques et intellectuelles des élèves ».


Il a permis d’avancer sur les conceptions éducatives du sport, d’avoir positionner un rapport intelligent entre muscle et pensée et d’avoir caractérisé des compétences d’enseignants. Avant le sport était que moteur , pour Baquet on ne peut pas être sportif sans être intelligent ( niveau conscient).
Points communs entre Tessié et Baquet :
Ils mettent fin à l’ostracisme (grosse méfiance) concernant le sport et l’ep. Le sport présente des valeurs éducatives. Ceux sont les 1ers qui proposent de réfléchir à l’eps « maîtrisée ». Ils abandonnent l’idée que le sport est éducatif en lui (s’opposent à la thèse De Coubertain). On est en face des 1ères perspectives de traitement didactique des pratiques.
Ils sont dans la perspective de différencier l’utilisation des sports à l’école. Cet aspect dvpe l’idée que peut exister des sports plus fondamentaux que d’autres pour l’éducation = sport de base = éducation sportive de base.
Souci de rationaliser l’ep, lui donner une structure, une cohérence interne. Dépasser l’associationnisme qui caractérise l’éclectisme = travail sur l’unité de l’ep. Cela se manifeste par une présentation de buts puis d’objectifs puis des analyses motrices puis théorisation de mouvements puis organisation concrète à court et long terme de l’ep.
Ceux sont des hommes d’influence, mais des hommes de l’ombre car ce ne sont pas des « penseurs officiels ».

= FIN DE 40 ANS D’ELECTISME.
Différence entre ces deux auteurs :
-Chez Baquet : Idée d’éducation sportive, morale, utilitaire et sociale des élèves par la pratique sportive. L’ep participe, par le moyen d’un sport maîtrisé, à l’éducation sociale. Il s’inscrit dans les perspectives que Wallon dvées dans les années 50 = perspectives de socialisation.
Plan Langevin-wallon très original sur le plan de la formation aux élèves de maternelle au lycée. Inspirateur de Mérand. Sert d’appui aux io se 1967.
-Chez Teissié : La centration essentielle est la compréhension de l’être humain, surtout l’individu (présentation des différentes maîtrises devant dvper la maîtrise de soi comme individuelle). Perspective de rationalisation. S’appuie plus sur des données scientifiques et perspectives bcp plus individuelles, connaissance approfondies de la motricité humaine. L’ep scientifique ou pour moins rationnelle, s’appuie sur la science pour mieux comprendre comment l’individu fonctionne = Jean Le Boulch va poursuivre tout à fait ces perspectives là. Prise en considération de la « partie invisible » du mouvement.
Début de l’ep contemporaine.

Facteurs externes qui pèsent sur la transformation de l’eps de 1945 à 1960 : vers une eps moderne.

L’école subit les transformations économiques, politiques et sociales, mais elle les fait siennes, les travaille pour les intégrer ( elle s’approprie les transformations).

Texte de 1962 : Circulaire qui précise l’utilisation du sport en ep. Le texte de 1959 passe donc mal s’il doit être précisé 3 ans plus tard (un bon texte s’appuie sur le réel et propose un pas en avant acceptable aux enseignants).
Le texte de 1962 correspond à trois temps qui sont l’initiation sportive, l’entraînement sportif et la pratique des compétitions sportives.


  • L’initiation sportive : Elle fait partie des séances d’ep. Cet enseignement repose sur l’enseignement d’un geste sportif. Pour les jeunes filles, elles peuvent apprendre les gestes sportifs si elles montrent de l’intérêt pour cette pratique. Pour les autres, la part réservée à l’initiation sportive s’efforcera de répondre à leur goût pour l’esthétique et l’expression corporelle.




  • L’entraînement sportif : Demi journée de sport, modification dans les textes (datant de 1961, demi journée de plein air remplacée par la demi journée de sport). Préparation des épreuves sportives pour les examens. On y fait les évaluations de l’ep + initiation et entraînement aux activités sportives et organisation d’épreuves inter-classe (quand c’est possible, on passe d’inter-clasee à inter-établissement). Pas véritablement de travail pédagogique d’enseignement des activités sportives (soit la perf pour réussir les examens, soit la compétition = a-didactique). Il y a au moins un rapport positif étroit avec les pratiques sociales.


Les compétitions : Elles sont assurées par les AS des établissements. Perspective de participation active des élèves à l’AS affiliée à l’ASSU. Perspectice éducative de l’AS.

Instructions officielles de 1967 :
il faut une analyse externe et interne. Période de construction d'une éducation physique moderne.
Analyse externe :
Sur le point Politique, il y a changement brutal de constitution avec l'affaire de décolonisation en 1958. C'est une époque où tous les pays européens perdent leur colonie. On pense notamment à la guerre d'Algérie où il y eut comme conséquence que le président de la quatrième république (Cotti) fit appel en ultime secours à De Gaulle. De Gaulle mis en place une nouvelle constitution car il avait ras-le-bol d'une politique instable, ce fut la naissance de la Ve république. Il régla la décolonisation et mis au point une politique interne stable.
Les instructions officielles de 1959 n'intéressaient personne à ce moment car il y avait d'autres soucis.
1960, réapparition des préoccupations des questions sportives.
1960, jeux olympiques de Rome avec une grande médiatisation du sport puis une démocratisation des activités physiques avec l'arrivée de plus en plus de pratiquants.
Décisions politiques à partir de 1960 en matière sportive :
1960, création du comité national du sport qui réfléchit sur la politique sportive.
1961, plan de rénovation des sports, surtout en ce qui concerne les installations sportives qui sont insuffisantes avec l'arrivée de plus en plus de sportifs.

1962-1965, création de doctrine de sport (détermine une doctrine d'État sur le sport, c'est la théorie sportive pour la France).
1965, « essaie de doctrine du sport », c'est un document dont voici les grandes lignes.
Objet : place que le sport a dans la vie de chacun et dans la nation, perspectives politiques.
Sports de masse : on n'y distingue le sport éducatif (sport à l'école) et le sport loisirs. Le sport de masse est au service de la société. En ce qui concerne le sport loisirs, on parle de détente, de divertissement et de dépassement Dumazdier. Le sport sert à grouper la nation et est un moyen d'expression personnelle. Il y a aussi un aspect de formation de la jeunesse comme les jeux pour enfants mais c'est aussi un moyen de formation de développement des qualités de courage, de volonté ou encore de bonheur. Il assure un développement harmonieux. Il est source de fair-play, le respect de l'amateurisme et de l'harmonie de l'être, ce qui est proche de De Coubertin.
Intégration, activités obligatoires pour les jeunes ; le sport doit être obligatoire dans l'enseignement inscrit dans les programmes établissements. Le sport de compétition doit échapper au caractère obligatoire.
Sport de compétition :
-c'est un rôle au service de l'État ou de la nation car le sportif est un représentant de la nation, responsabilité nationale pour chacun des athlètes.
-le sportif doit être un exemple pour les jeunes.
-le sport de compétition a aussi un rôle de société civile car le sport développe l'idée de solidarité entre les individus.
-c'est aussi un danger car le sportif de haut niveau néglige son avenir ; apparition des premières bourses.
-le sport de compétition entraîne la soif de victoire avec son excès et son mensonge ; c'est le début et de la fin du sport amateur ; il y a augmentation du sport de haut niveau avec de plus en plus d’entraînement et avec le gain d'argent ce qui peut entraîner tricherie...
1965 : les filles doivent s'engager dans les activités physiques en ménageant leur effort avec des activités physiques spécifiques comme la gymnastique, la natation, la piscine ou encore le tennis. Il faut qu'elles évitent les activités de force ou encore de résistance.
Conclusion de cet article : les liens entre sport école et sport de compétition ; avant l'idée c'était que si on développait la masse on avait de bon compétiteur. Maintenant, les bons compétiteurs sont ceux qui arrivent à s'entraîner beaucoup et à sortir du lot.
La place de l'État dans le système sportif ; un pays devient sportif que si l'école s’y met et les clubs sportifs sont le prolongement naturel de l'éducation physique sportive (il n'y a pas de différence).
De Coubertin ; humanise spor pas tif, faire par le sport un homme accompli.
1965 : rôle de l'État : fin de la doctrine

l'éducation physique est de lieu d'initiation du sport de masse et il faut minorer l'aspect compétitif.
L'éducation physique/doctrine du sport :
Seurin Tessié

Baquet Le Boulch et Merrand
Leboulch :
C'est un enseignant d'éducation physique de la première génération de l’ENSEP et c'est le contemporain de Merrand. Il est nommé au crepd de Dinard (qui est un haut-lieu de formation autrefois). Il y a un décalage entre la formation qu'il reçoit et celle qu'il donne. Il veut améliorer sa formation et pour ça il va en études de médecine sur Rennes. En 1960 il écrit « psychomotricité du mouvement », puis il fait des études psychologie et de sociologie, il écrit le livre « vers une science des mouvements humains ».
Sa critique de l'éducation physique : elle n'a pas de structure scientifique sérieuse.
-il propose donc un travail sur l'adresse : déterminer comment l'adresse fonctionne. Ses premiers travaux montrent que dans l'adresse il y a des mouvements visibles et des mouvements invisibles. Il y aurait aussi des chaînons effecteur permettant l'exécution et pour les mouvements invisibles un chaînon qui commande (double aspect).
Pour lui « l'éducation physique doit avoir pour objet de faire du corps un fidèle instrument d'action et d'adaptation au milieu biologique et social compte tenu des impératifs moraux et de l'hygiène ». Pour lui, le but éducation physique n'est pas que de faire bouger l'individu mais de développer un homme total pouvant s'adapter à toutes circonstances de vie.
Pour Leboulch, c’est une méthode proposant une ep idéale, qui confère tous les mérites à certains principes abstraits, faits d’idées a priori et de référant à des connaissances de plus de 50 ans = elle fonctionne dans l’abstrait, NI SENS SOCIAL ET NI SENS SCIENTIFIQUE. L’ep éclectique fonctionne sur le dualisme car gym de formation et gym appliquée. Au niveau des pratiques, elle correspond à un ensemble hétéroclite qu’aucun fondement ne rassemble = c’est une addition sans justification d’ex.
Oppositions : les hygiénistes s'opposaient à lui sous prétexte que le mouvement est d'abord une maîtrise précise du geste. Ensuite, les dualistes le critique car ils sont attachés à la séparation de corps et de l'esprit et enfin les sportifs qui lui disaient que l'éducation physique ne donne pas de sens aux élèves, c'est une éducation physique de laboratoire, elle est trop scolaire. Pour Leboulch les sportifs manquent de patience.

-- il faut assigner l'éducation physique à un but précis comme la maîtrise corporelle.

-- il faut formuler un réseau conceptuel cohérent (construire une théorie de l'éducation physique solide).

-- classer les exercices physiques pour avoir toute l’étendue de la motricité humaine et avoir un catalogue de gestes utilisables en éducation physique.

-- réfléchir sur les moyens propres à mettre en jeu pour développer efficacement la motricité.
Pour lui « il faut que ce soit des personnes qualifiées qui trouvent des méthodes pour l'éducation physique ».
Trois points essentiels de ses travaux :
-situer l'éducation physique dans un système conceptuel intégré (accéder à de nouvelles connaissances).
-déterminer des bases méthodologiques claires pour l'éducation physique.
-recourir à l'expérimentation.
Sa thèse de 1960 : Un travail nécessaire à faire est celui de définition et caractérisation de la motricité humaine. Approfondir par le biais des études médicales les connaissances du mouvement humain = Thèse : « Les facteurs de la valeur motrice ». 1960. Pour lui, « c’est la capacité à mettre en jeu tous les facteurs qui permettent l’efficacité gestuelle ». Il met en évidence que l’homme fonctionne avec des facteurs d’exécution et des facteurs psychomoteurs.
Le Boulch tente de les caractériser :
* Les facteurs d’exécutions : Facteurs morphologiques (taille, poids, rapports segmentaires), la souplesse articulaire, la force musculaire (tonus, force statique, force dynamique), vitesse segmentaire, la résistance organique. = FACTEURS DE BASE DE LA MOTRICITE. On voit déjà apparaître le rapport entre espace et temps ;
* Les facteurs psychomoteurs : Capacité à réaliser un juste geste. La justesse de la réponse motrice caractérise la qualité de la réponse, liée aussi à l’économie d’énergie. La justesse de la réponse est un chaînon (ensemble de gestes organisés) perceptif + un chaînon effecteur. Deuxième point ; rapidité et adaptation. Troisième point ; résistance centrale à la fatigue.
* Chaînon perceptif : Finesse d’analyse des signaux extéroceptifs et proprioceptifs. Donc nécessité d’assurer une éducation à la proprioception = Feedback et mémoire motrice.
* Chaînon effecteur : Dépend de la richesse des stéréotypes moteurs = justesse du choix des stéréotypes, facilité de remaniement des stéréotypes, facilité d’invention de réponses nouvelles.

LE BOULCH TRAVAILLE AUTOUR DE LA QUESTION DE LA PLASTICITE DE LA REPONSE MOTRICE. Pour lui, on invente de nouveau mouvement que si on possède un bagage suffisant = plus la motricité est affinée, plus on développe l’invention, la création.
On est sur les premiers aspects de la commande motrice (double aspect : ressources naturelles et commande).
Il propose des exercices pour améliorer les facteurs de commande :
-exercices améliorant les facteurs d'exécution.
-les exercices perceptifs (perception du corps propre, des signaux textes extéroceptifs).
-exercices de coordination de la plasticité des automatismes et des transferts.
-exercices problèmes (élaboration et programmation mentale).
Facteurs de coordination générale et plus spécifique ; générale = mettre en synergie des groupes musculaires différents = développer l'automatisme ce qui développe l‘idée de l'économie des mouvements et libération des mécanismes de contrôle pour d'autres tâches. Quand on développe l'automatisme on peut réfléchir au transfert moteur.
Apparition de la mémoire motrice.
Pour lui le schéma corporel c'est « il faut considérer le schéma corporel comme l'image du corps, c'est une intuition d'ensemble ou une connaissance immédiate que nous avons de notre corps à l'État statique ou en mouvement dans le rapport de ces différentes parties entre elles et surtout dans ses rapports avec l'espace et les objets qui nous environnent ». C'est la capacité d'action
La psycho cinétique est selon lui une théorie générale du mouvement qui débouche sur l'énoncé principes méthodologiques permettant d'utiliser comme moyen de formation. Cela débouche sur les pratiques sportives dans la mesure où le sujet se sent attiré pour l'activité de loisir. La psycho cinétique permet aux élèves d'aborder sans difficulté la pratique sportive.
Sur ces aspects il présente :
-une éducation physique fondamentale ayant comme objet d'aboutir à la maîtrise corporelle.
-des activités physiques ludiques (distraction, délassement (basse tension avec jeu et sport), activité de perfection (sport de compétition, plein air, esthétique), activité de compensation (jeu, sport, plein air))
-activité physique hygiénique et thérapeutique (maintenir ou restaurer la santé avec des activités de gym de pose ou encore de relaxation).
Ces trois points mettent en jeu la motricité.
Ces trois points montrent la sou valorisation du sport et en ce qui concerne le sport, la différence entre le loisir et la compétition. Pour lui le loisir c'est le jeu. Il y a un aspect d'intégration de la thérapie et de l'hygiène dans la motricité.
Il présente donc « vers une science du mouvement humain », il a travaillé sur le relationnel (perception de l'individu vers un autre individu et l'environnement).
Intérêt de tous les travaux de Leboulch : compréhension des mécanismes internes (vue intérieur) et c'est une éducation physique moderne car elle est construite sur des connaissances scientifiques.
Limites : pour certains c'est la recréation de l'éclectisme, c'est une éducation physique coupée et sociale, c'est une éducation physique de l'individu ou l'autre n'est guère présent.
Ses travaux ont eu un gros impact en école primaire, mais il y a eu une faible diffusion chez les enseignants d'éducation physique. C'est la sportivisation de l'éducation physique.

Mérand :
C'est un contemporain de Leboulch qui sort dans les premières générations post-guerre.
Sa position sur l'éducation physique : l'éclectisme est une méthode sans théorie, c'est une éducation physique formelle, il y a séparation entre le fonctionnelle et l'application. Pour lui, l'éducation physique est coupée du social, elle ne tient pas compte des évolutions corporelles de la société.
Il s'appuie sur Lèontiev : « homme et la culture ».
C'est un auteur marxiste développe développant des thèses culturalistes. Il écrit dans ses textes que les lois biologiques ont dominé les connaissances de l'homme. Pour lui, il faut passer d'une concentration biologique à une centration sur l'homme comme être social arrivant à créer une dépendance par rapport aux lois biologiques (créer sa survie). L'homme a toujours besoin de l'autre pour se développer, l'individu est doué d’une activité créatrice (intellectuelles) dont que de transformations du monde. Les hommes ne s'adaptent pas à la nature mais la transforme = l'homme est en continuelle transformation.
= c'est un système de progrès sans fin. Chaque individu est porteur de culture de l'humanité.
Le rôle de la transmission culturelle est essentiel = donc le rôle de l'école est important et pour transmettre une culture il faut être au plus près de la société d'aujourd'hui.
Perspective d'une éducation physique pragmatique, proche des réalités sociales pas comme Leboulch.
Comment transmettre des connaissances permettant à l'enfant d'acquérir tous les savoirs ? = rapport ontogenèse/phylogenèse.
Pièglin « dévoiler la planche » (autrefois quand le vent était dans de face on ramait et quand il était dans le dos on mettait les voiles, maintenant on fait des bords).
Mérand = perspective du progrès de tous ; inscrire l'élève dans l'histoire de l'humanité.

Il existe des activités physiques et sportives du débutant au haut niveau pour Mérand.

Le haut niveau = ce sont les circonstances la vie qui font que certains sont au haut niveau et d'autres ne le sont pas. C'est le bain culturel qui fait arriver au haut niveau et non pas la génétique. Il y a une continuité entre le débutant et l'athlète de au niveau = noyau fondamental de la discipline (règles de base de l'activité). Il faut essayer de chercher ce qui est permanent dans la conquête de l'homme.
Mérand développe l'idée que la pratique, l'activité humaine modifie les règles qui elle-même modifie l’activité, se transformant lui-même.
Un débutant peut devenir un athlète de haut niveau si la culture ou la société y permet.
Bernard Jeu : c'est un philosophe qui a écrit « sport/émotions, espace ». Dans ce livre, il s'intéresse aux activités physiques et à leurs existence dans l'histoire de la mythologie antique. Pour chaque activité physique et sportive il y a correspondance avec un mythe grecque antique = l'inscription de chacun d'entre nous dans les activités physiques et sportives se fait par rapport à l'émotion (esthétique...). Les activités physiques et sportives sont classées au travers de trois dimensions associant espace et émotion :
-le rapport à la mort (émotion de la vie).
-citius (dépassement permanent de soi).
-comparaison (égalité des chances à l'inégalité du résultat = on est identique mais l'un d'entre nous va gagner).
Wallon : la psycho génétique =
-la motricité est essentielle au développement de l'homme. La motricité est liée à l'affecte de l'individu (émotion, intérêt, motivation) suscitant un intérêt chez les élèves créé par la mise en relation positive entre un enfant et un objet.

Les objets à apprendre ne présente pas d'intérêt (lancé de poids n'est pas plus intéressant que le sport collectif).

Il y a pas d'élèves doués pour s'intéresser à quelque chose.
Ce qui créé des l'intérêts c'est la mise en relation positive entre l'élève et l'objet (objet = discipline).
-on apprend par relation avec autrui = perspective sociale.
République de des sports : repose sur l'idée d'une alternance entre compétition et entraînement (on regarde les effets de l'entraînement sur la compétition), sur l'homogénéité des groupes (chaque classe est séparé en deux équipes et chaque équipe en deux niveaux ; l'équipe première et l’équipe réserve) et sur la responsabilisation des élèves (les élèves sont arbitres, responsable entre eux ou encore secrétaire).
Pour créer de la motivation chez l'élève il faut des groupes homogènes. On peut passer de l'équipe première à l'équipe réserve = s’il y il y a pas de progrès ou inversement s'il y a progrès on peut passer l'équipe réserve à l'équipe première. Rien ne se fait sans responsabilisation des élèves (ils gèrent tout) = il y a apprentissage de responsabilité civile par l'école.
Stage FSGT : (fédérations sportives gymniques du travail) = recrute le monde ouvrier = éducation populaire avec perspective d'enrichissement culturel.
Mérand ; limites par rapport à la motricité humaine ; comment fonctionne système ? pour Mérand la motricité est déterminante. Il s'appuie sur Piaget (liaisons motricité/cognition).
Piaget 1970 : il travail sur le mouvement et l'intelligence, les deux sont liés. Il y a un continuum dans le développement de l'enfant jusqu'à l'âge adulte. Pour lui, à cinq ans on est comme ça alors que de nos jours un enfant de cinq ans peut avoir l'intelligence d'un enfant de huit ans...
Ce qui intéresse Mérand c'est le continuum et non les ruptures. Piaget parle des schèmes moteurs qui sont les organisations de plusieurs gestes pour réaliser un mouvement = coordination des gestes différents pour réalisation motrice = coordination des schèmes moteurs.
Gestes schèmes mouvement complexe
Pour Mérand, il y a pas de coordination artificielle des gestes. Tout apprentissage analytique est un apprentissage formel qui ne marche pas. Apprendre, c'est se placer dans une situation globale aménagée ou le sens de l'action est important. On passe du découpage analytique à un geste global.
Apprendre :
-on ne peut pas apprendre quand il y a pas de situation de mise en problème (apprendre c'est mettre en problèmes) = suscité de l'intérêt pour apprendre.
-aménager des situations.
-maintenir une globalité pratique en créant des situations possibles pour l'élève.
-faire chercher des réponses par les élèves.
-sélectionner les réponses les plus opérantes et faire apprendre les inventions de chacun.
-réinvestir les apprentissages réaliser (situation proche).

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

L\Guide méthodologique pour l'élaboration
«appauvrissement méthodologique de la réalité» et qui, ne pouvant supporter l'existence de ce qu'elle a décidé de ne pas prendre...

L\La validation des pfe – S/e- e31 : guide methodologique

L\Synthèse méthodologique pour la réalisation du diagnostic territorial 12

L\Cette approche analytique, structurelle et matérielle, n’a donc pas de valeur formative perenne
«qualité». L’approche systémique est désormais utilisée comme outil de prévision dans les domaines les plus variés: psychologie sociale,...

L\Guide methodologique pour la constitution d'un dossier de demande...

L\Maucourant J., «Au cœur de l'économie politique, la dette l'approche de J. R. Commons»
«Au cœur de l'économie politique, la dette l'approche de J. R. Commons», Revue du Mauss, Deuxième semestre 1993, pp. 209-218

L\Ce cours est à orientation méthodologique
«construction humaine, institution progressivement élaborée, historiquement conditionnée et inséparable des autres institutions et...

L\Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique...

L\Adresse : 202 bis rue Louis Braille bp 3 59790 Ronchin Mail : Téléphone...
«augmenter le nombre de parcours intégrés dans une approche globale de la personne»

L\Résumé Quoiqu’un consensus commence à se dégager en faveur d’un pluralisme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com