Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d'enseignement et d'apprentissage, afin de favoriser les acquisitions des élèves dans le cadre de la mise en œuvre des programmes





télécharger 107.19 Kb.
titreMobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d'enseignement et d'apprentissage, afin de favoriser les acquisitions des élèves dans le cadre de la mise en œuvre des programmes
date de publication06.01.2017
taille107.19 Kb.
typeEssai
e.20-bal.com > comptabilité > Essai
Préambule : Deuxième épreuve écrite
Dissertation ou étude de cas sur l'enseignement de l'éducation physique et sportive faisant appel à des connaissances relevant des sciences de la vie, des sciences humaines et sociales et, parmi elles, des sciences de l'intervention. Il est également attendu l’usage de connaissances tout aussi actualisées, issues tant des champs techniques et technologiques propres aux activités physiques sportives et artistiques, que des champs institutionnels.

L'épreuve a pour but d'évaluer la capacité du futur enseignant à mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d'enseignement et d'apprentissage, afin de favoriser les acquisitions des élèves dans le cadre de la mise en œuvre des programmes d'éducation physique et sportive du second degré.

Durée : cinq heures ; coefficient 2.

L’enseignement de l’éducation physique dans le second degré :



  • Développement des ressources, acquisition de compétences et parcours de formation pour les différents élèves.

  • Prise d’information, contrôle moteur et posture.

  • Les processus d’interaction en situation d'enseignement - apprentissage.

L’artistique et le sensible en EPS : de l’apprentissage à la certification.

Sujet Capeps 2008 : Trop souvent les élèves restent "d’éternels débutants" de la 6ème à la 3ème, notamment en volley-ball et en natation. A partir de ce constat, montrez comment l’enseignant doit agir pour faire progresser ses élèves en éducation physique et sportive au collège.
Sujet Agrégation 2008 : (parce que la thématique est assez proche du sujet du capeps de cette année)

"Dans les collèges et les lycées, comment l'enseignant d'éducation physique et sportive peut-il concourir aux objectifs liés à la santé tout en tenant compte de la référence culturelles aux activités physiques sportives et artistiques."

Sujet 2009 : L'enseignement des techniques en EPS doit-il ignorer ou copier celle du sportif ou de l'artiste de haut niveau ?
Sujet 2010 : la contribution de l’EPS à la santé des élèves constitue un des objectifs que se fixe cette discipline d’enseignement. La question se pose t-elle de la même manière et aux lycées ?

Vous le justifierez et montrerez comment l’enseignant d’EPS peut répondre à la question tant dans la conception que dans la mise en œuvre de ses enseignements.


Commande N°1 :

  • analyser rapidement le sujet avec les étudiants pour qu’ils comprennent globalement ce que l’on pouvait attendre du libellé.

  • Lire les deux introductions et essayer de trouver la note

  • Reprendre une des deux introductions et leur faire remplir la grille méthodologique (structure de l’introduction)


Sujet (Agrégation 2008)

Intro n°1
"Dans les collèges et les lycées, comment l'enseignant d'éducation physique et sportive peut-il concourir aux objectifs liés à la santé tout en tenant compte de la référence culturelles aux activités physiques sportives et artistiques."
Sur les sept dernières années, au vu des campagnes publicitaires misent en place pour lutter contre le tabagisme, la mal nutrition ou les différentes maladies cancéreuses ou dégénératives, nous pouvons affirmer que la santé reste prioritaire à l'Etat National.

En éducation physique et sportive (EPS), la santé reste un objectif qui est persistant depuis sa participation à l'école obligatoire à la fin du XIXème siècle.

L'organisation mondiale de la santé (OMS) définit dès 1946 que "la santé est un état de bien-être physique, mental et social et qui ne consiste pas uniquement en une absence de maladie ou d'infirmité". Elle ajoute que "la santé est un ressources de la vie quotidienne et non le but de la vie. Que c'est un concept positif pour le développement des ressources sociales et personnelles et de capacités physique". La santé s'entend donc comme multifactoriel, ne pouvant dépendre uniquement d'une apparence générale. Elle se construit tout au long de la vie.

L'EPS, discipline scolaire, doit donc par la confrontation au monde physique des activités physiques et artistiques concourir aux objectifs de santé, solidarité, sécurité, responsabilité, autonomie et citoyenneté (Finalités de l'EPS – BO n°29 du 18 juin 96 – Texte de sixième). En fait, A Hébrard définit l'EPS comme "l'ensemble des enseignements d'APSA, visant la transmission d'une culture et le développement des conduites motrices considérées comme souhaitable et susceptible de procurées le bien-être" Revue EPS n°312 – 2005. Il vient faire le lien étroit entre le développement des conduites motrices que P. Parlebas définit comme "l'organisation signifiantes de l'action" – Lexique thématique de praxéologie motrice – Jeux, sport et société- 1999, et le bien-être de l'élève que nous rattachons à la définition de la santé.

Mais il rappelle surtout l'ambition culturelle de l'EPS, qui doit s'inscrire dans l'enseignement des APSA.

Nous notons donc que l'EPS ici se confronte à deux enjeux majeur que sont la santé et la culture au cœur de l'enseignement des APSA.

Afin de définir la culture, nous citons Sorokine qui définit "la culture comme l'ensemble des normes, des valeurs, des pratiques communément partagées par les membres d'une même société, ainsi que les institutions qui les véhiculent" – cité par A. Hébrard in EPS : réflexions et perspectives – 1986.

Néanmoins, l'EPS partie intégrante de l'institution scolaire est également bercée par la culture scolaire que JC Forquin définit comme "l'ensemble des biens culturels qui sont choisis, organisés, routinisés et normalisés et que l'on décide de mettre à la disposition de tous les élèves." – Ecole et culture – 1989. Il s'agit en EPS des contenus d'enseignement entendus comme les savoirs et savoir-faire que l'élève doit apprendre pour acquérir les compétences déterminées par les programmes de la discipline – Rapport du jury CAPEPS – 1996 .

L'enjeu de l'EPS est donc d'associer la pratique physique et sportive de référence aux acquisitions savantes des élèves, en choisissant et en organisant son enseignement pour le rendre accessible aux élèves. Encore faut-il décider de ce qui doit-être transmis à l'élève ?

En réalité les programmes de la discipline fixent les connaissances à acquérir et qui articulées développent la compétence des élèves. (Textes de seconde – BO HS n°6 du 29 août 2002). D. Bouthier précise que "on est compétent lorsqu'on met en jeu une expérience et une connaissance" – La compétence de l'entraineur de rugby – 1995. L'enseignant doit donc faire vivre des expériences corporelles à ses élèves. (BO n°6 op cité)

Mais ces expériences doivent-être suffisamment réalistes pour conserver l'essence culturelle de l'activité, et suffisamment adaptées aux ressources de l'élève pour qu'ils réussissent.

Comment alors afin d'adapter l'apprentissage des élèves aux ressources dont ils disposent, s'assurer de transmettre l'élément culturel de l'APSA ?

Nous pensons qu'en se prémunissant de conserver la logique interne de l'activité, l'enseignant garantit le lien culturel. Nous définissons la logique interne comme "un système de traits pertinents d'une situation motrice et des conséquences qu'ils entrainent dans l'accomplissement de l'action motrice correspondante" (Jeux, sport et société, op cité) P. Parlebas.

Ainsi, l'enseignant doit garantir la transmission de la culture des APSA au travers de leur enseignants et concourir au objectifs de santé des ses élèves. C Ganguilhem définit la santé comme "le risque assumé et affirmé de franchir ses limites pour s'ouvrir de nouveaux horizons…" Nous en déduisons donc que pour aboutir aux objectifs de santé, l'enseignant se doit de confronter l'élève à ses ressources pour en connaitre leurs limites et les franchir. Nous entendons par ressources "tous les moyens dont dispose un sujet pour réaliser une action" – B. During – Energie et conduites motrices – "ce sont toutes les connaissances, aptitudes, attitudes que l'élève ou le sportifs a à sa disposition et qu'il met en œuvre lors de la réalisation de la tâche." JP Famose – Dossier EPS n°1.

Nous en conclurons que travailler aux développements des ses ressources dans une activité physiques peut à la fois remplir une fonction culturelle par l'acquisition de connaissances spécifiques à l'APSA et une fonction sanitaire en fixant et franchissant les limites de l'élève.

Ainsi, ne peut-on faire le pari que l'acquisition de technique efficaces et efficientes (donc à moindre coût) permet d'être plus performants dans une activité spécifique et donc de développer un bien-être physique plus important ?

N'y a-t-il pas des APSA favorables de part leurs essences, au développement d'un bien-être social ?

Ne peut-on pas programmer prioritairement des APSA susceptibles de garantir un fond culturel et une meilleure connaissance de soi afin de développer un bien-être mental plus important ?

Nous tenterons de démontrer que c'est parce que l'enseignant adapte et associe la référence culturelle des APSA aux contraintes de la culture scolaire et de son enseignement qu'il peut prétendre concourir aux objectifs de santé de la discipline.

C'est donc en confrontant l'élève à ce qui fait la logique interne des APSA qu'il leur permet de développer des conduites motrices par l'acquisition de repères moteurs, sociaux et sur soi.

Il contribue ainsi au développement des ressources physiques, mentales et sociales de ses élèves, qui sont gagent d'une meilleure santé.

Pour cela, nous déclinerons notre analyse en trois parties. Dans un premier temps nous montrerons comment l'enseignant adapte son enseignement aux ressources de l'élève afin de développer et de construire un répertoire de techniques efficaces et efficientes pour l'engager dans un état de bien-être physique. Dans une seconde partie, nous montrerons que le développement d'un bien-être social passe par la confrontation aux règles des APSA et par un choix pertinent de la programmation des activités. Enfin, nous finirons en montrant qu'en confrontant l'élève aux différents environnements physiques des APSA, il se construit une meilleure connaissance de soi source de réussite et de progrès. En retour, il développe une estime de soi positive lui permettant le développement d'un bien-être mental.

Intro n° 2
Selon Yves TRAVAILLOT (Sociologie des pratiques d’entretien du corps-1998), une personne sur cinq en France déclare pratiquer une activité physique d’entretien entre 15 et 64 ans. Il semble selon lui que la préservation de la santé soit une préoccupation de notre société moderne, ce point de vue est partagé par Geneviève COGERINO (Apprendre à gérer sa vie physique – 1999).

La santé est définie en fonction du bien-être physique par la majorité de la population.

Pourtant, nous portons en tant qu’enseignant une vision bien plus large de cette notion.

A l’instar de C. DEJOURS, nous percevons la santé comme la possibilité pour un individu « de tracer un cheminement personnel et original en direction du bien-être physique, psychique, moral » sans oublier la dimension sociale. (C.DEJOURS- Les risques du travail-1995).

Notre vision de la santé est bien multidimensionnelle et se situe dans une temporalité relativement longue, puisqu’elle sera, à travers l’ensemble de ses caractéristiques, développée tout au long de la vie et par conséquent une préoccupation durant le cursus scolaire.
L’éducation physique et sportive (EPS), qui est une discipline d’enseignement visant simultanément le développement et l’enrichissement des ressources requises dans les situations motrices, l’appropriation des fondements de la culture sportive et la préparation à la gestion ultérieure de sa vie physique et sportive »

(Claude PINEAU-Introduction à une didactique de l’EP-Dossiers EPS n°8-1991), est la discipline scolaire la plus appropriée pour développer la santé au sens large selon nous. Nous rejoignons là les propos de DELIGNIERES (Libres propos sur la discipline -2004) lorsqu’il parle d’une éducation citoyenne.

En outre, nous considérons les objectifs liés à la santé comme des fondements de la discipline.

En effet, les objectifs généraux de l’EPS ne visent-ils pas le développement de «  la santé, la sécurité, la solidarité, la responsabilité et l’autonomie » (BO n°29 du 18/07/1996-programme de 6°) des élèves ?

Ces cinq principes éducatifs ne sont-ils pas tous dépendants de l’articulation des différentes dimensions de la santé ?

A en croire Yves TRAVAILLOT (ibidem) ce thème va occuper une grande place dans la vie de chaque individu, dans ces conditions pouvons nous uniquement nous préoccuper de la santé puisque c’est l’une des raisons historiques de notre existence à l’école ?

Une première piste de réponse nous est apportée par la définition de Claude PINEAU (ibidem).Notre discipline ne peut faire l’économie d’une transmission « des fondements de la culture sportive » selon lui.

Pierre ARNAUD parle lui de « représentativité culturelle de l’EPS à travers les activités sportives et artistiques (APSA) » (Les savoirs du corps -1983)

Les APSA, qui sont des pratiques physiques normalisées adaptées aux normes scolaires et s’appuyant sur une pratique sociale reconnue, sont une référence culturelle incontournable en EPS.

Si la culture est bien l’ensemble des connaissances, comportements, rites et habitudes qui fondent l’identité d’un groupe, la référence culturelle aux APSA pose la question des fondements de l’EPS.

Pouvait-on ignorer un tel point d’appui ?

Les textes nous rappellent que les élèves doivent être « confrontés à un grand nombre d’APSA qui sont un domaine de la culture contemporaine » (BO n°29 du 18/07/96- programmes 6°).

Par conséquent, la prise en compte de ce rapport à la culture est un incontournable, de plus les APSA sont le support de notre enseignement.

L’EPS vise la formation d’un «  citoyen cultivé, lucide, autonome » (BO HS n°6 du programme de seconde), l’articulation entre développement et appropriation culturelle est indéniable.

Dans ce cadre, développer les différentes dimensions de la santé est-il possible en utilisant toutes les APSA ?

 L’enseignant d’EPS qui construit, met en œuvre, régule, observe l’activité des élèves peut-il développer l’ensemble des ressources physiques, psychiques, cognitives, sociales en utilisant un tel support ?

En outre, l’aspect temporel dans la recherche de l’atteinte des objectifs de santé interroge sur le rapport des élèves aux APSA. L’adolescence est une période « complexe et marquante de la vie d’un individu » (RAYNAL et REUNIER – Pédagogie –dictionnaire des concepts clés-1997), elle marque le passage à la vie adulte et se compose de périodes de forts changements.

Les transformations physiques, psychiques, cognitives, sociales de la vie de l’adolescent au cours de son cursus dans le secondaire nécessitent des adaptations particulières.

Dans un tel contexte comment développer les facteurs de bien-être au contact d’un support normé ?

En effet, les difficultés rencontrées sont nombreuses d’un point de vue intrinsèque, le jeune élève de collège ou de lycée a un rapport au corps, aux autres, à ses émotions, particulièrement complexe.

Quels sont les repères que l’enseignant peut lui donner pour atteindre une forme de bien-être personnel ?

Il existe à priori autant d’états individuels de santé que d’élèves.

Quelles sont les armes dont dispose le professeur d’EPS pour adapter les contenus de formation à chacun ?

Comment leur permettre de développer et de gérer leur santé aujourd’hui et plus tard en utilisant un support commun ?

Quels sont les indicateurs communs et culturellement signifiants d’un apprentissage d’une santé citoyenne en EPS ?


Autant de questions qui alimenteront notre réflexion lorsque nous défendrons l’hypothèse selon laquelle l’enseignant d’EPS, par son action didactique et pédagogique, peut dans une certaine mesure s’appuyer sur la spécificité et l’originalité des APSA, afin de proposer un cursus de formation équilibrée et adaptée à chaque élève au regard de l’enrichissement des dimensions physiques, psychologiques, cognitives et sociales de la santé.

En d’autres termes, nous voulons montrer que l’utilisation des particularités des APSA donnent la possibilité à l’enseignant, tout en tenant compte des contraintes internes et externes à l’élève, d’atteindre des objectifs à court moyen et long terme concernant la santé. Cela en sollicitant l’ensemble des ressources et en permettant la construction de repères personnels précis au regard de la référence culturelle des APSA.

Pour cela, nous montrerons dans un premier temps que le développement de la santé physique à court et long terme durant le cursus scolaire repose sur une programmation et une adaptation des APSA au stade de développement des élèves afin de solliciter leurs ressources physiques de façon optimale.

De plus, la construction des repères personnels, d’une connaissance de soi plus juste donnera dans une certaine mesure la possibilité aux élèves d’exploiter leurs ressources physiques au sein de pratiques signifiantes.

Puis, dans une seconde partie, nous démontrerons que le développement et la gestion de la santé psychique passe par une connaissance de soi plus précise d’un point de vue émotionnel dans la pratique des APSA. Nous verrons qu’avec une adaptation des contraintes aux possibles de l’élève et un accompagnement vers l’autonomie dans la gestion du risque, l’enseignant se réfère à une culture commune visant le développement de chacun.

Enfin, nous montrerons que l’adaptation didactique des APSA, les formes de groupement dans la pratique permettent de construire des repères sociaux chez les élèves quant à leurs possibles, ceci sans nier les difficultés individuelles au regard de l’accès à une réelle culture commune.

Grille de structure et d’analyse sur le plan méthodologique d’une introduction



Accroche


Organiser la discussion
(identifier le thème du sujet, délimiter le champ d’analyse, définir les mots-clés du sujet , établir des mises en relation…)




Questionner

(trouver des tensions, interroger les relations…)




Proposer un axe de réponse (problématique)



Choisir un plan de réponse



Soulever les enjeux du devoir





Commande n°2 :

  • analyser avec les étudiants, faire ressortir les tensions, ce qui pose problème dans le libellé, envisage l’écriture d’une problématique

  • commenter avec eux le bandeau de correction. comprendre la logique de l’évaluation

  • écrire l’introduction à partir d’une structure pré-existante


Analyse d’un sujet :

Sujet : « Trop souvent les élèves restent « d’éternels débutants » de la 6ème à la 3ème, notamment en volley-ball et en natation. A partir de ce constat, montrez comment l’enseignant doit agir pour faire progresser ses élèves en éducation physique et sportive.

éléments de réflexions
Trop souvent :

Un Jugement de valeur ? Enjeux scolaires… identité de la discipline….

Pas tout le temps… donc quand ce n’est pas le cas…. Quelles sont les conditions qui permettent de ne pas l’être ? (il faudra se questionner sur les conditions de… et sur la nature de ces dernières)

Conditions interne ou externes… peut-on avoir une incidence sur celles-ci… peut-on les modifier ???
Les élèves :

Hétérogénéité et diversité

Genre. Filles / Garçons

Identification des ressources et nature de celles-ci

Croissance, maturation…. Caractéristiques de l’adolescence

Profils motivationnels, psychologiques, physiologiques, représentations et rapport aux pratiques sociales

Quel est le profil d’éternel débutant ???? (des garçons, des filles, des sportifs spécialisés, des élèves en difficulté vis-à-vis de l’institution scolaire ?

Groupe classe et individualisation du travail ???

Restent d’éternels débutants (oui mais à quels niveaux ?)… à renvoyer à la nature des acquisitions (moteur, méthodologique, social)… A relier donc à l’analyse de l’objet de la discipline

Qui débute, qui n’a pas d’expérience en la matière

Personne qui débute dans un domaine

Notion de permanence… absence d’évolution…

Niveau d’habileté

Absence de progrès ? De l’augmentation de performance ?De passage d’un niveau d’habileté à un autre (niveau de maîtrise) ?

Absence d’augmentation du niveau de coordination ? Reproduction à l’identique de ce que l’on fait… fonctionnement dans le registre initial ?

A relier à une norme éducative….. Aux programmes… eternels débutants au regard de la logique programmatique

Eternels débutants au regard de l’essence des APSA (dimension anthropologique des APSA) : élèves qui n’auraient pas construit les problèmes fondamentaux.

Nature des apsa

Nature des acquisitions

Temps d’apprentissage…
De la 6ème à la 3ème

Evolution des caractéristiques élèves… adolescence, filles- garçons

Croissance et développement, maturation…mobilisation de ressources.

Différenciation filles Garçons

Différenciation de la charge de travail
Notamment en VB et en Natation

Renforce et ouvre…en VB et Natation… mais pourquoi ??? Et dans les autres APSA ?

Identifier les causes, les conditions qui font que…. Les élèves restent d’éternels débutants ?

Identifier une analyse globale aux APSA…similitudes/différences

Entre autre ET de manière spécifique

Etre éternel débutant en natation (c’est quoi et pourquoi ?)
En relation au niveau exigible des programmes. On est toujours débutants vis-à-vis d’une norme.

En relation à la logique interne de l’APSA et à ses problèmes fondamentaux.

Si savoir nager c’est « utiliser de plus en plus efficacement les surfaces propulsives », alors être débutant c’est rester dans un registre de coordination motrice qui ne tend pas vers cette efficacité ou efficience propulsive.
Etre débutant en natation, c’est être en déficit d’organisation motrice sur le plan des problèmes fondamentaux (Respiration, Equilibration, Propulsion, Information)

Ambivalence de la définition du terme : une centration sur le registre de la motricité, une centration sur le registre de la nature de l’apsa.

Des causes internes (propres à l’élève et qui peuvent évoluer en fonction du cursus…

C’est-à-dire que si les causes peuvent être plurielles, elles peuvent se décliner de manière différentielle tout au long du cursus.) :

1/ Un problème de mobilisation de ressources (faire des efforts) : Il n’y a pas de développement sans apprentissage….Il n’y a pas d’apprentissage sans contraintes. Tension à relever : les élèves ne viennent pas forcément pour faire des efforts surtout, confrontés à des APSA à forte connotation énergétique…

Conséquences sur l’intervention du prof ? Variables didactiques ?... mode d’entrée ???

2/ un problème de compréhension… des exigences et des contenus de l’enseignant… (Exemple de l’alignement… sensation proprioceptives, intéroceptives) Déficit de traitement de l’information… représentation de son schéma corporel…

L’effort mental vise à concentrer les capacités de réflexion, d’analyse, de raisonnement sur le problème à résoudre. Tension à relever : construire un répertoire de sensations fines est très long et nécessite un guidage par le prof… ce n’est pas une activité naturelle de « ressentir »

3/ un problème affectif (eau et acceptation du déséquilibre avant)

Tension à relever…gestion du groupe classe et individualisation du travail et des consignes.

4/ un problème d’adaptation aux exigences du milieu (transformer sa respiration du terrien en respiration aquatique)

5/ un problème de gestion de ses ressources

6/ un déficit de sens que l’élève attribue aux propositions de l’enseignant

Des causes externes :

1/ un déficit de programmation (lié à la quantité de pratique sur le cursus et durant les leçons)

2/ un moment de programmation… natation tous les ans ? ou quatre cycle dans l’année ? Idée d’analyse à approfondir des groupements d’APSA…

3/ choix d’APSA au regard des groupements… Tennis de table ou badminton en 6ème et pourquoi ???

3/ une mauvaise perception du sens… que les élèves attribuent aux objets d’enseignement ?

4/ une inadéquation entre la difficulté de la tâche et les possibles élèves…

5/ des conditions d’enseignement qui n’individualisent pas assez le travail (attention ici à ne pas tomber dans la discussion de comptoir)

6/ un problème de traitement didactique de l’activité ? Ce même travail est à faire pour l’activité VB
Agir pour faire progresser

En relation directe à l’apprentissage (mais attention à ne pas tomber dans la dérive qui consiste à faire un devoir sur l’apprentissage)

Pour autant quelques lois ou conditions semblent incontournables…à la condition qu’elles justifient des choix de procédures d’enseignement.

Exemples :

Pour progresser du point de vue de la perception… et pour des élèves qui seraient en crise de temps (Bayer) on peut limiter la quantité d’informations à prendre en compte. Ex : Mariot J., Sports collectifs – Nouvelle approche didactique fonctionnelle, revue EPS n°258, 1996. Intégrer progressivement les éléments suivants : le ballon, la cible, l’adversaire direct, le partenaire proche, l’ensemble des adversaires et des partenaires.

Exemples :

Donner plus de temps pour traiter l’information. Ex En handball défenseurs bras au dessus de la tête pour donner plus de temps à l’attaquant. En tennis, balle molle pour ralentir la vitesse. Mettre en valeur une information pertinente. Ex : En natation, pour faire prendre en compte à l’élève ses sensations d’appuis au niveau de la main, les faire ressortir grâce au contraste nage poings fermés / nage complète.
Comment : quels points d’appui.

1/ référence aux textes pour structurer les « étapes » d’apprentissage.

2/ référence aux compétences didactiques

- choix des contenus d’enseignement (agencement, hiérarchisation, sélection)

- temporalité

- régulation

- choix des variables, des modes d’entrée…

- Organisation du cycle, trame de cycle, fil rouge

- analyse fine des profils élèves…

3/ références aux compétences pédagogiques…

4/ références aux structures (projet établissement, EPS, projet de classe, organisation des cycles, programmation

Attention à ne pas dissocier le pédagogique du didactique… modifier la position d’un plot sur un terrain de HB = dida + péda!!

Bandeau de correction du sujet

Champ d’analyse

Niveau de la copie

Eternels débutants

Vb & nat

Élèves / apsa

De la 6ème 3ème

Collège

Classe / établissement


Comment agir

Faire progresser

Enseignant /élèves


dépassement

Relie analyse débutant vb et nat à d’autres apsa pour exploiter en eps

Diff° vb, nat, groupement apsa

eps


Identifie évolution collégien

Continuité rupture

Positionnement des niveaux d’habiletés


Agir professionnel

Coll/ind

Program°

Organisat° cycle

classe


justificatif

Extrait caractéristiq et les généralise en EPS

-Absence e dpct associé

-Anticipation / engagement/ projet act°

Le clgien en eps

Identification étapes

Compétences

Indicateur de niveau d’habileté


Relations explicites et spécifiques entre constats et actions d’intervent°

Niveau de classe et mode entrée, type de guidage

explicatif

Caractérise débutant et l’illustre en vb + natation

Justifie/ ressources


Un enfant (6ème)

Ado (3ème) filles/ Garçons

Différenciation physiologique et psycho


Liste de procédés liés à l’A ou à l’enseignement sans distinction ou hiérarchisation


Descriptif / prescriptif

Traite exclusivement éternel débutant VB nat


Élève générique

Sans caractéristique sur le niveau de solarité


Simple confrontation à la tâche

Enseignement = lois de l’A


Anecdotique

Adhère au concept d’éternel débutant

Pas d’élèves

Défend une attitude résignée




Autre proposition (ré-écrire l’intro à partir de sa structure et de la lecture du bandeau de correction):
Ecrit 2: trame d’une copie au capeps 2008 (note 18)
Sujet capeps 2008 : Trop souvent les élèves restent "d’éternels débutants" de la 6ème à la 3ème, notamment en volley-ball et en natation. A partir de ce constat, montrez comment l’enseignant doit agir pour faire progresser ses élèves en éducation physique et sportive au collège.
Problématique axé autour de :

la natation et VB ne posent pas les mêmes problèmes dans l’organisation motrice, et pour dépasser le syndrome de l'éternel débutant, ces différentes APS peuvent être appréhendées et interprétées selon des théories de l'Apprentissage moteur différentes mais complémentaires. Quelle que soit la théorie explicative, l'Apprentissage exige du temps effectif de pratique qui doit être le plus important possible. Les degrés de développement et l’évolution de la 6ème à la 3° qui se traduisent par une forte hétérogénéité dans une même classe pose des problèmes professionnels. On va montrer comment lever ces obstacles….
Partie 1: VB --> APSA ouvertes --> le débutant a des pb informationnels et décisionnels (ressources) et ne rentre pas dans la logique du jeu (APSA) --> théories cognitivistes param perceptifs & décision (PDC).

Natation: tout d'abord pb affectif, pour l’acquisition du savoir nager en référence à la circulaire du 13 juill 2004 (norme institutionnelle). Ensuite, Natation --> APSA fermée --> pb de contrôle et de régulation du mvt (coordination sur le plan de l’organisation) --> théories écologiques avec comme implication pratique une intervention par aménagement du milieu.

quelle que soit APSA / théorie --> A moteur exige du tps effectif de pratique, répétition....:


Partie 2:- décision macros : programmer plusieurs fois mêmes APS au collège, augmenter durée cycle (Delignières, Kugler) surtout pour les classes sensibles, moins d'objectifs mais ciblé et réalistes (évaluation formative et sommative), traiter les APSA pour créer un rapport positif gage d’investissement, instaurer des routines dans la séance, utiliser des médias....

Partie 3:- Rendre la répétition possible (gestion des groupes, de l’espace, différenciation des interventions) et acceptable grâce au groupe: Natation: travailler en relais par équipe de 4 ....Rendre répétition acceptable grâce au plaisir (émotion): VB: format péda: championnat par équipe de 3 homogènes entre elles, poules avec classement....'confrontation collective', 'défi' source de plaisir...


Commande n° 3 : analyse du sujet pas à pas avec le formateur et écriture de l’introduction en utilisant les éléments donnés (formule bric à brac = retenir ce qui paraît essentiel pour que le correcteur puisse situer le niveau de l’analyse)

Sujet : L'enseignement des techniques en EPS doit-il ignorer ou copier celle du sportif ou de l'artiste de haut niveau)
Eléments du rapport de jury.
Mettre en relation les trois repères issus de l’analyse du sujet ont incontestablement proposé des prestations au-dessus de la moyenne. Cette mise en relation ne pouvait se réaliser sans un engagement réel du candidat fait de l’explicitation de choix didactiques et pédagogiques personnels. Ainsi, énoncer le processus de transposition didactique comme un moyen d’adapter l’enseignement des techniques au contexte scolaire ne devenait réellement pertinent que lorsqu’il était mis en relation avec les compétences attendues spécifiées dans les programmes de la discipline pour un niveau de scolarité donné.
Les meilleures copies se caractérisent par la capacité à cerner véritablement les approches didactiques de la technique afin de les mettre en relation notamment avec la notion de compétence et résoudre ainsi, d’une certaine façon, les contraintes de temps dont l’apprentissage moteur est l’objet en EPS.
Il s’agit alors de proposer des solutions pour permettre aux élèves de réaliser des progrès significatifs (et en cela la technique motrice en est un) sans pour autant que cela soit au détriment de l’exploration des différentes familles motrices actuellement répertoriées dans les programmes. Une réflexion transversale menée au plan didactique était à même de permettre cela.
Un des facteurs essentiel de réussite réside dans la capacité à dépasser l’opposition des deux termes « ignorer » et « copier ». La mise en œuvre de cette démarche corrélée à une approche ouverte de la notion de technique a été à l’origine de propositions qui ont dépassé les seuls aspects formels du geste (forme à reproduire) et ont pu resituer la technique dans différents champs (dimensions culturelle, anthropologiques, sociologiques) permettant ainsi d’en avoir une vision plus dynamique.



Eléments supports pour construire l’introduction (bric à brac)

- Quelle place l’enseignement de la technique doit s’efforcer de tenir (trouver ou retrouver) en EPS, à la fois pour rendre l’enseignement plus attrayant et faire progresser les élèves ?

Un savoir technique dynamique :

  • un savoir émancipateur (qui donne du pouvoir et libère)

  • un savoir transformateur (qui rend l’élève actif et acteur)


Un savoir technique adaptatif : un savoir utile (qui répond à un problème d’élève)




  • «ensemble des moyens transmissibles à mettre en œuvre par l’homme pour effectuer le plus efficacement une tâche motrice donnée ».


  • G. Vigarello (Techniques d’hier et d’aujourd’hui. R. Laffont 1988) « la technique corporelle correspond au moyens physiques transmissibles jugés les plus adéquats pour satisfaire un but dans une situation donnée ».

  • Vigarello : C’est un savoir sélectif basé sur 4 critères

* scientifique : évolution des matériaux, connaissances biologiques, biomécanique

* économique : diversification du matériel en fonction des possibilités financières

* culturel : représentation des facteurs de l’efficacité motrice (force-souplesse-fun)Ex Danses rigides, corset et marquage social (XVII)

* réglementaire : (orientation + ou - contraignante des possibilités motrices, pression des média)

  • Pour Philippe Meirieu (Revue Sciences Humaines n°130. 2002) c’est une sélection basée sur une légitimité éducative , en particulier , « Les savoirs à valeur intégrative » (code de communication, règles à respecter, de connaissances à partager dans un groupe, une institution, l’arbitrage …)Pour l’auteur, il est du devoir de la part de l’enseignant d’enseigner ces savoirs, « devoir d ’antécédence » (l’expérience de l’enseignant lui donne le devoir de transmettre ce qu’il sait ). Ex. savoirs sécuritaires : chuter, parer,…

  • Pour Olivier Reboul : (La philosophie de l’éducation. PUF. Que sais-je. 1994) :

« Les savoirs qui « unissent» (s’approprier la meilleure part possible du patrimoine humain). On y retrouve en EPS, la connaissance des techniques jugées les plus efficaces (ex. en saut en hauteur, n’enseigner que le fosbury à ses classes).




J. Gaillard (Revue EPS N° 256. 1995)

- Cite et partage la conception du chorégraphe Suzan Holzer qui dit : « la technique est le chemin par lequel on passe pour se rendre libre ».

- L’apprentissage par la technique pour donner du pouvoir à l’élève. « La technique est une appropriation de moyens ouvrant à de nouvelles disponibilités ». J. Gaillard


- Les différentes techniques propres à chaque APSA, n’ont de finalité que de nourrir l’élève du vécu des expériences corporelles pour augmenter encore plus les potentialités de son corps.

Nathalie Gal Dossier EPS n°29 (1995

  • « Un savoir technique c’est un savoir qui sert, qui aboutit à une efficacité pratique, qui donne des solutions pour faire. On peut y inclure des savoirs méthodologiques (pour travailler, s’entraîner…) »


  • Promouvoir une « culture technique en EPS » entendue comme la diffusion d’un savoir utile.

  • En conséquence, « il faut en EPS clarifier la nature des apprentissages à promouvoir »


C. Amade Escot (Dossier EPS n° 19. 1994)

- La technique n’existe pas en dehors de celui qui la produit

- Considérer les techniques « comme des productions adaptatives d’élèves » et non comme des prescriptions extérieures


C’est à l’enseignant de guider l’élève sur le chemin de cette adaptation





similaire:

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Programme-seminaire-national Atelier orienté «programmes : de stg à stmg, quelles évolutions ?»
«Il s’agit de mobiliser les concepts pour qualifier des situations, déterminer les règles applicables et proposer leur mise en œuvre...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Début de l’article : Peut-on s’inspirer de la théorie des intelligences...
«l’école bienveillante», ou les approches par différenciation qui permettent de mobiliser sur des séances successives différentes...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\1. Des conditions d’enseignement qui semblent se dégrader
«effectifs réduits» jamais respectés sauf à pergaug (Besançon) (26 élèves par groupe). Ces conditions rendent cet enseignement difficile...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\= Recherche documentaire
«Rechercher et exposer les connaissances nécessaires à la compréhension des enjeux de la cop 21»

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\L'articulation entre bep et baccalauréat professionnel
«compétences professionnelles» en droit et en économie. En revanche, l'acquisition et la mise en pratique des compétences professionnelles...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Bibliographie : F. Ruze et M. C. Amouretti
«techniques d’apprentissage» a pour but d’aider les étudiants de première année à acquérir les outils méthodologiques, techniques...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Conditions démographiques L’après guerre
«redresser» les corps. L’ep va redevenir totalement d’inspiration médical. Les médecins vont prendre en charge l’écriture des programmes...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Alain gras, ou le feu de la technoscience. Un hommage au fondateur...
«expérience quotidienne, concrète et intuitive […] de la religiosité cosmique»; qui a souligné «les «gigantesques efforts et, avant...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Pour la langue béarnaise/gasconne/ occitane dans le Département des...
«Enseignement» les opérations et les actions reposeront prioritairement sur la mise en œuvre des dispositions prévues dans la convention...

Mobiliser les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles nécessaires à la compréhension des conditions d\Calendrier de l’alternance
«alternance» dans les études d’ingénieur, entend participer à l’effort national de développement des formations par apprentissage...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com