A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs





télécharger 106.51 Kb.
titreA1 : etude des objectifs de l’agv objectifs
date de publication07.10.2017
taille106.51 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > comptabilité > Documentos
PARTIE A




ETUDE COMPARATIVE DES CHAINES CINEMATIQUES DE L’AGV ET DU TGV
Le transport passager, en dehors des critères de confort de voyage ou d’agréments, doit se plier à des contraintes techniques, commerciales, économiques et écologiques notamment en terme d’énergie consommée.
Le transport ferroviaire à grande vitesse, à travers le T.G.V., se pose comme un moyen de satisfaire le marché du transport passager sur de longues distances.

Une alternative au T.G.V. est désormais possible, il s’agit de l’A.G.V. (Automotrice à Grande Vitesse)
Problématique :

Concernant ces contraintes,
en quoi la rame A.G.V. s’inscrit-elle dans cette démarche et améliore-t-elle l’offre T.G.V.?





Ce dossier est constitué de :
- 16 pages numérotées A1 à A16

Titre de la partie
Temps maximum conseillé : 2 heures

A1 : ETUDE DES OBJECTIFS DE L’AGV

Objectifs :


Vérifier si les objectifs de l’AGV en termes de consommation d’énergie et de respect de l’environnement sont remplis et calculer la vitesse moyenne à laquelle le train devra rouler pour concurrencer l’avion.
À l’aide du dossier présentation page PG2,


  1. Donner succinctement les avantages de l’AGV sur le TGV (trois critères suffisent).


+ De passagers par trajets donc plus rentable

+ Rapide donc concurrentiel par rapport à l’avion

- De maintenance

- De consommation donc plus rentable


Travaillons maintenant avec un exemple simple : vous êtes parisien et souhaitez vous rendre à Marseille.

Le trajet Paris-Marseille nécessite trois heures et la production d’énergie électrique engage 50 grammes de CO2/kWh produit.

Comparons l’impact carbone d’un TGV et d’une AGV roulant à la même vitesse de 320 km/h


  1. Calculer la consommation en kWh d’un TGV sur ce trajet.



E = 8800 kW x 3 heures = 26400 kWh


  1. Calculer la consommation en kWh d’une AGV sur ce trajet.



E = 7300 kW x 3 heures = 21900 kWh


  1. Calculer pour le TGV l’équivalent carbone de ce trajet.



M = 26400 x 50 = 1320000 grammes de CO2 soit 1320 kg de CO2


  1. Calculer pour l’AGV l’équivalent carbone de ce trajet.



M = 21900 x 50 = 1095000 grammes de CO2 soit 1095 kg de CO2


  1. Comparer les valeurs obtenues et expliquez si les objectifs de l’AGV en termes de consommation d’énergie et de respect de l’environnement sont remplis vis à vis du TGV.



21900 kWh < 26400 kWh donc l’AGV est moins énergivore que le TGV
1095 kg de CO2 < 1320 kg de CO2 donc l’AGV respecte plus l’environement que le TGV

Poussons la comparaison plus loin. Une voiture compacte moderne rejette 140 grammes de CO2/ km. Pour elle l’équivalent carbone de ce trajet est de l’ordre de 130000 grammes de CO2.

Si elle transporte 5 personnes à son bord,


  1. Calculer pour l’automobile l’équivalent carbone/passager de ce trajet.



130000 / 5 = 26000 grammes de CO2 / passager


  1. Calculer pour l’AGV (avec le maximum de passagers) l’équivalent carbone/passager de ce trajet.



1095000 / 466 = 2350 grammes de CO2 / passager

  1. Comparer les valeurs obtenues et expliquer si les objectifs de l’AGV en termes de consommation d’énergie et de respect de l’environnement sont-ils remplis vis-à-vis de l’automobile.



26000 / 2350 = 11, l’AGV rejette 11 fois moins de CO2 par passager donc l’AGV
respecte plus l’environement que l’automobile


Laissons de côté l’impact carbone et intéressons nous maintenant à la durée du trajet. Dans cette partie l’auto n’est plus concurrentielle…

Ce trajet en avion vous prendra 1h15 d’aéroport à aéroport. Ceux-ci étant généralement à l’extérieur des villes, il vous faudra en plus 35 minutes de navette pour aller de Paris gare de Lyon à Orly et 25 minutes de navette pour aller de l’aéroport de Marseille à la gare Saint-Charles. A ceci s’ajoute une petite marche intra aéroport voire un éventuel enregistrement de bagage : 10 min.

La ligne Paris-Marseille est longue de 863 kilomètres.


  1. Calculer la vitesse moyenne à laquelle devra rouler un train de gare à gare pour concurrencer l’avion.



Temps Total du trajet en {avion + navette} :
t = 1h15 +0h35+0h25+0h10 = 2h25 soit 2,42 heures
Vitesse moyenne du train pour concurrencer :
Vmoy = d/t = 863/2,42 = 357 km/h

A2 : ETUDE DE LA CINEMATIQUE DE L’AGV, OBJECTIF 360 km/h

Objectifs :


Vérifier si les temps et les distances pour sortir de gare de 0 à 360 km/h sont raisonnables et compatibles avec les infrastructures.
On admet que la sortie de gare s’effectue en 3 phases. Le mouvement retenu pour l’AGV est un mouvement de translation rectiligne caractérisé par l’allure du graphe d’accélération ci-dessous.
0,5
0
t1
t (s)
a (m/s²)
0
0,35
0,2
t2
t3






On précise également les vitesses atteintes aux différents instants :
V(0) = 0 ; V(t1) = 36 km/h ; V(t2) = 144 km/h ; V(t3) = 360 km/h
La phase 1 est caractérisée plus précisément par les équations horaires de mouvement :

et pour :
La phase 2 est caractérisée par des équations horaires de mouvement de la forme:

et pour :
La phase 3 dure 5 min et la distance parcourue pendant cette phase est de 21 km.


  1. Déterminer la durée et la distance parcourue pendant la phase 1 : t1 et x(t1).



36km/h => 10m/s ; => t1 = 20 s

=> x(20) = 100 m



  1. Déterminer pour la phase 2,les constantes V02,x02 et t2.



144km/h => 40m/s 
Si origine des temps inchangé:

=>
Si origine des temps ramené en début de phase 2:

=>


  1. Ecrire les équations horaires de mouvement pour cette phase 2.


Si origine des temps inchangé:

pour :

Si origine des temps ramené en début de phase 2:

pour :


  1. Déterminer le temps total en heure/minute/seconde pour atteindre la vitesse maximale désirée ainsi que la distance totale nécessaire en km, soient : t3 et x(t3).


Si origine des temps inchangé:

=> =>

Si origine des temps ramené en début de phase 2:

=> =>

A3 : RESISTANCE A L’AVANCEMENT

Objectifs :


Comparer AGV et TGV en terme de résistance à l'avancement.
L’efficacité d’un train se mesure aussi par une faible résistance à l’avancement. Plus celle-ci est petite, moins sa consommation d’énergie est grande.

Cet effort résistant, FRAV, s’oppose à l’avancement du train et s’exprime en fonction de la vitesse V du train par une équation du type :

FRAV = A + B.V + C.V2

avec FRAV en N et V en km/h

Et pour une AGV :

  • A : frottements dans les paliers et résistance au roulement et A = 2500

  • B.V : frottements des roues sur les faces latérales des rails et B = 29

  • C.V2 : résistance aérodynamique du train, pénétration dans l’air et C = 0,45



  1. Tracer le graphe FRAV =f(V) pour V allant de 0 km/h à 360 km/h sur le fond quadrillé prévu à cet effet sur la feuille suivante.






Ci-dessous la courbe obtenue pour une rame TGV (attention à l’échelle).







FRAV en daN



  1. Comparer votre FRAV d’AGV à 320 km/h avec celui donné ci-dessus par la SNCF pour un TGV. L’objectif de réduction de la FRAV du TGV de 15 % est-il atteint ? (justifier)



FRAV AGV à 320 km / h = 57860 N soit 5786 daN et FRAV TGV à 320 km / h = 6750 daN.

Donc FRAV = 964 daN soit 14,28 % de 6750 daN donc objectif quasi atteint suivant précision de lecture du graphe du TGV

A4 : ETUDE DYNAMIQUE DE L’AGV

Objectifs :


S'approprier la relation effort de traction / accélération.
En traction ferroviaire, l’équation fondamentale de la dynamique en projection sur l’axe de la voie appliquée à un train de masse M et d’accélération a, sur une voie inclinée d’un angle  (montée ou descente) s ‘écrit :

FT  M.g.sin - FRAV = M.a
avec FT la force de traction (cf. illustration ci-dessous)


y




x





Hypothèse : on néglige l’inertie des masses tournantes rapportées à leurs axes de rotation car elles sont très inférieures à l’inertie de la caisse.



  1. Définir le terme " M.g.sin " ? Expliquer son influence sur le mouvement (montée, descente, plat…) du train ?



M.g.sin est la projection du poids du train sur l’axe des X.

En montée - M.g.sin donc le poids freine le train comme FRAV

En descente + M.g.sin donc le poids aide le train

A plat, pas d’influence

En admettant que le train sorte de gare (cf. graphe partie A2) et se trouve sur une voie ferrée horizontale,


  1. Calculer la force de traction FT nécessaire pour faire avancer le train à
    36 km/h (utiliser la phase 1).



FT - FRAV = M.a donc FT = FRAV + M.a = (2500+29x36+0,45x36x36) + 416000x0,5

FT = 212127 N

  1. Calculer la force de traction FT nécessaire pour faire avancer le train à
    360 km/h (utiliser la phase 3).



FT - FRAV = M.a donc FT = FRAV + M.a = (2500+29x360+0,45x360x360) + 416000x0,2

FT = 154460 N

  1. Comparer les deux résultats précédents et conclure.



Le démarrage nécessite une force motrice plus importante car il faut « lancer » le train, après l’inertie acquise par la rame fait le travail et la force nécessaire pour maintenir une vitesse élevée peut être plus faible


A5 : ETUDE DE L’ADHERENCE ROUE-RAIL

Objectif :


Calculer le coefficient d'adhérence nécessaire pour assurer l'effort de traction étudié précédemment et comparer AGV et TGV.
Pour chacun des cas : TGV et AGV on retient les indices du même nom.
Hypothèses :


TGV actuel

un niveau (200m)



Transformateur

Compresseur

Traction

Essieu moteur


13 bogies - 8800 kW à 320 km/h - 430 tonnes – 370 places


AGV 11

un niveau (200m)




12 bogies - 7300 kW à 320 km/h - 416 tonnes – 466 places

Un bogie comporte 2 essieux et 1 essieu comporte 2 roues.
L’étude se fait au démarrage, en fin de phase1 de l’étude cinématique.

Sens du

mouvement

Rail

Roue motrice











-




B

A
B


L’effort de traction FT nécessaire retenu est de :

  • FT.TGV = 220000 N pour le TGV

  • FT.AGV = 212200 N pour l’AGV.

Accélération de la pesanteur retenue :

  • g = 9,81 m/s²


Pour une roue motrice, on modélise ci-contre

Le contact roue motrice / rail.

Liaison essieu-bogie : pivot (B, ).

Problème plan .

Poids propre de la roue négligé.

Bilan des actions mécaniques appliquées à une roue motrice :
Au point A : Frail/roue = FTr - Pr : action du rail



Au point B : Cerm : couple d’entraînement roue motrice
Fpivot/roue = - FTr + Pr : action à travers la liaison pivot (B, )
Avec : Pr : action du poids supportée par roue (motrice ou non)

FTr : effort de traction par roue motrice


  1. Calculer le poids supporté par roue : Pr.AGV.



Pr.AGV = 416000x9,81/(12x2x2) => Pr.AGV = 85000 N



  1. Donner le nombre de roues motrices : Nbrm.AGV.



Nbrm.AGV = 10x 2 => Nb.AGV = 20

L’effort de traction FT est assuré par l’ensemble des roues motrices.


  1. Calculer l’effort de traction maximum par roue motrice : FTr .AGV.


FTr.AGV = 212200 / 20 => FTr.AGV = 10610 N

Coefficient d'adhérence pour assurer la motricité : (tan)


  1. Déterminer le coefficient d’adhérence roue-rail nécessaire .AGV.


:
.AGV = 10610 / 85000 => .AGV = 0,125



  1. Inscrire vos résultats concernant l'AGV dans le tableau récapitulatif suivant.







TGV

AGV

Poids / roue (en N)

Pr.TGV = 81100 N

Pr.AGV = 85000 N

Nombre de roues motrices

Nb.TGV = 16

Nb.AGV.= 20

Effort de traction maxi par roue motrice (en N)

FTr TGV = 13750 N

FTr AGV = 10610 N

Coefficient d’adhérence motricité

.TGV = 0,17

.AGV = 0,125


Les constructeurs de matériel moteur fournissent un coefficient d’adhérence pour les conditions normales du rail : propre et sec. On considère généralement le coefficient d’adhérence maximal utilisable au démarrage du train, phase la plus difficile à réaliser.

Il apparaît cependant que l’adhérence maximum sollicitable  diminue avec la vitesse et l’état du rail (sec ou humide). Des formulations expérimentales sont proposées pour estimer cette adhérence, on peut les caractériser par le graphe ci-dessous.








V (km/h)


350


300


250


200


150


100


50


0


0


0,5


0,4


0,3


0,2





Rail Sec

Rail Humide



0,1




  1. Interpréter vos résultats.


V (km/h)

TGV  :0,17
36
AGV : 0,125

Rail sec ou humide: La motricité des roues est assurée dans

les deux cas TGV et AGV , en effet, les coefficients d’adhérence

restent inférieures à la limite jusqu’à la vitesse désirée de 36 km/h.

A6 : ETUDE DE LA CHAINE DE TRANSMISSION DE PUISSANCE

Objectif :


Effort de traction (N)

Vitesse d’avancement (km/h)

Equipuissance

Limitation adhérence

RAV

V1

360

A partir de l'effort de traction et en remontant la chaîne de transmission de puissance, valider les caractéristiques moteur de l'AGV et comparer les rapports puissance/place de l'AGV et du TGV.


Le graphe ci-contre caractérise l’allure

de l’effort de traction des roues en fonction de la vitesse

du train, en équipuissance pour : V1 < V <360 km/h .
A vitesse réduite, V < V1, c’est l’adhérence disponible qui limite la puissance nécessaire en raison de l’effort de traction limite aux roues.
Concernant l’interprétation du graphe :


  1. Interpréter le terme : équipuissance.


L’équipuissance caractérise la loi d’évolution de l’effort de traction en fonction de la vitesse à puissance constante  : FT=f(V) tel que PT=FTxV=constante

Pour le reste de l’étude, le mouvement retenu pour l’AGV est un mouvement de translation rectiligne sur voie horizontale.

La puissance de traction PT nécessaire est définie dans l’objectif de vaincre uniquement la résistance à l’avancement (RAV) et ce à vitesse maximale constante (360 km/h), dans ce cas un 6ème bogie motorisé est nécessaire.
Concernant l’AGV :


  1. Calculer grâce à la formule donnée en A3 l’effort de traction FT nécessaire pour vaincre uniquement la résistance à l’avancement.



FT =FRAV = A + B.V + C.V2 = 2500 + 29.360 + 0,45.3602 FT = 71260 N

Pour se ménager une réserve d’accélération à 360 km/h, la puissance de traction est augmentée de 1%.


  1. Déterminer la puissance de traction totale AGV : PT.


PT= (FT x V) + (1% x FT x V) = (71260x360x1000/3600) + (1% x 71260x360x1000/3600)
PT= 7200 kW


  1. Déterminer la puissance de traction par essieu moteur AGV : PTEm.



PTEM = PT/12 => PTEm = 600 kW

La transmission de puissance à travers un essieu moteur est caractérisée par le schéma-bloc suivant :

Moteur

m = 0,97

Réducteur

r

R = 0,92

Essieu

 roue

E

Nm

Cm

R

CR

PTEm

V

Energie

électrique

Em = 0,83

Recherche du rapport de réduction du réducteur à partir du record de vitesse du 3 avril 2007 (574,8 km/h)


Ce jour là une rame expérimentale nommée V150 battait le record de vitesse des trains sur roues sur la Ligne à Grande Vitesse Est Européenne : LGVEE. Cette rame comprenait entre autres 4 bogies moteurs TGV POS et 2 bogies moteurs type AGV.

Différentes mesures ont été effectuées lors de ce record notamment les vitesses de rotation des organes de transmission.

TGV POS

AGV






vitesses de rotation en tr/min

TGV POS







AGV

320 km/h

500 km/h

574,8 km/h

320 km/h

500 km/h

574,8 km/h

Moteur

2802

4378

5033

Moteur

2741

4283

4924

Tripode

1643

2567

2951

Essieu

1555

2429

2792

Essieu

1555

2429

2792









A partir de ces résultats :


  1. Calculer la valeur du rapport de réduction du réducteur de l’AGV : r.



r = N essieu / N moteur = 1555 / 2741 => r = 0,567


En considérant l’usure des roues, le diamètre de celles-ci varie de 920 mm à 850 mm, en dessous de ce diamètre la roue est changée. L’étude se fera à mi usure des roues.

  1. Déterminer la vitesse de rotation des roues : R en rad/s.


R = V / Rmoy = ( 360x1000/3600 ) / ((( 0.920 + 0.850 ) / 2 ) / 2)

=> R = 226 rad/s (2160 tr/min)



  1. Déterminer le couple d’entraînement réducteur nécessaire: CR.



E = Em / ( m x R ) = 0,83 / ( 0,97 X 0,92 ) = 0,93

E = PTEm./ (CR x R) => CR = PTEm./ (E x R) = 600000 / ( 0,93 x 226 )
=> CR = 2855 N.m


  1. Déterminer le couple, la vitesse de rotation et la puissance moteur qui doivent être assurés : Cm (N.m), Nm (tr/min) et Pm (kW).



Cm = (CERx r) / R = (2855 x 0,567) / 0,92 => Cm = 1760 Nm
Nm = (R / r) x 60 / 2 = (226/ 0,567) x 60 / 2 => Nm = 3800 tr/min
Pm = Cm x m = 1760 x (3800x2/60) => Pm = 700 kW

Moteur type 12 LCS 3550 B

-12 pôles – autoventilé - masse 775 kg+/- 1%

- encombrement 680 mm x 690 mm x 735 mm (H x l x L)

- Puissance continue 730 kW de 3000 à 4570 tr/min

- Vitesse maximale 4570 tr/min

A partir des caractéristiques du moteur synchrone à aimants permanents utilisé par essieu,


  1. Conclure quant au choix du moteur.



Pm < 730 kW pour 3000 < Nm < 4570 tr/min => caractéristiques moteur OK


  1. Calculer la puissance motrice totale nécessaire  pour l’AGV : Pm.AGV.



Pm.AGV.= 12 x Pm = 12 x 700 => Pm.AGV.= 8400 kW

Exprimer cette puissance motrice par tonne déplacée ou par place passager sont des critères d’appréciation et de comparaison intéressants.

Ces critères sont, pour le TGV 200m de notre étude, de l’ordre de :

  • Pm.TGV./ tonne = 20 kW / t

  • Pm.TGV./ place = 23,5 kW / p




  1. Déterminer pour l’AGV : Pm.AGV./ tonne et Pm.AGV./ place.



Pm.AGV./ tonne = 8400 / 416 Pm.AGV./ tonne = 20 kW / t
Pm.AGV./ place = 8400 / 466 Pm.AGV./ place = 18 kW / p

A7 : ETUDE DE PRINCIPE DU FREIN RHEOSTATIQUE

Objectifs :


Etudier la récupération d'énergie au freinage.
La mise en situation pour cette partie sera la suivante :

  • L'AGV aborde le sommet d'une descente à 360 km/h,

  • La pente est de 4 %,

  • La longueur de la descente est de 5 km (cf. illustration ci-dessous).


Sens du mouvement







  1. Calculer l'angle de la pente.



Tan  = 4 / 100 d’où  = 2,29° idem si sin utilisé donc ok

Considérant que l'on veut conserver une vitesse constante de 360 km/h,


  1. Calculer FT dans ces conditions (cf. partie A4).


FT  M.g.sin - FRAV = M.a donc FT + 416000.9,81.sin2,29° - 71260 = 0

et FT = -91804,5 N



  1. Commenter votre résultat.



FT négatif donc nécessité de freiner



  1. Calculer la puissance dissipée en freinage à l'essieu.



Ptotale dissipée = - 91804,5 N x 100 m/s = - 9180450 W soit - 9180,45 kW
Pdissipée à l’essieu = - 9180450 W / 24 essieux = - 382518,75 W soit - 382,5 kW


  1. Calculer la puissance dissipée en freinage au moteur.


On parcourt la chaine énergétique en sens inverse mais pour les rendements c’est idem donc E x R = Pmoteur / Pdissipée à l’essieu

Pmoteur = - 382518,75 W x 0,93 x 0,92 = - 327283 W soit 327,3 kW



  1. Calculer le couple sur l'arbre moteur.


CM = PM / M = - 327283 W / 398,6 = - 821 N.m

C'est le principe du frein rhéostatique.

Le moteur fonctionne en génératrice donc la mise en rotation de son arbre (depuis les roues du train) se heurte à un couple résistant et c'est ce couple résistant qui freine les roues.

Les moteurs de tractions débitent donc dans le rhéostat qui est un banc de résistances.

Lorsque l'énergie est renvoyée à la caténaire on parle de freinage par récupération mais les sous-stations actuelles et les lignes ne permettent pas cette utilisation avec TGV et AGV, ce serait néfaste pour le moteur de toute autre motrice se trouvant trop près de la zone de freinage.


  1. Proposer une utilisation locale (au niveau du train) de cette énergie disponible autre que la dissipation sous forme de chaleur.


Si le moteur tourne et qu’on l’excite, il fabrique du courant. Ce courant est envoyé dans un rhéostat de freinage. Le moteur doit débiter du courant, il doit donc fournir un effort. Cet effort entraîne le ralentissement de la locomotive, donc du train. Ce système pose un problème : l’échauffement du rhéostat (RH).

On peut récupérer ce courant pour alimenter lumières, clim et autres éléments de confort, et l’utiliser pour les ventilos qui refroidissent le rhéostat !!


A

similaire:

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconA. Objectifs de l’étude 1- cadre général

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconA. Objectifs de l’étude 1- cadre général

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconObjectifs Connaissances Notions Vocabulaire Objectifs

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconCadrage du champ de l’étude et de ses objectifs

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconRésumé Cette communication a un double objectif : jeter les bases...
«fonctionnalisés». Le papier montrera que les modalités actuelles du régime financier fondé sur la valeur actionnariale, constituent...

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconMise au point d’un modèle réaliste cadavérique humain revascularisé...
«objectifs à atteindre», et non les «objectifs à enseigner», a transformé les méthodes et les techniques de la formation pratique...

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconI des objectifs

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconSynthèse des objectifs 6

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconObjectifs du cahier des charges

A1 : etude des objectifs de l’agv objectifs iconCours «Activités» En fonction des objectifs






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com