Rapport de pers 2





télécharger 378.66 Kb.
titreRapport de pers 2
page9/10
date de publication02.08.2017
taille378.66 Kb.
typeRapport
e.20-bal.com > comptabilité > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10





Président du directoire : Robert AYDABIRIAN,

60 ans, est diplômé de physique nucléaire de l'Université

de Lyon, ingénieur en génie atomique et diplômé de l'INSEAD

et de STANFORD. Président du Directoire d’OSIATIS depuis

1998, il a débuté sa carrière en 1969 chez HEWLETT PACKARD

France puis Europe pour devenir le Directeur Général d’HP France de 1983 à 1995. De 1995 à 1998, il était membre du comité exécutif du groupe BULL en charge des Divisions Services et Développement. Monsieur AYDABIRIAN préside par ailleurs le Comité Télécoms de Syntec Informatique.




Directeur général : Jean-Maurice FRITSCH, 45 ans,

est diplômé de l’IEP Paris et titulaire d’une maîtrise d’économie

et d’un DESS de commerce extérieur. Directeur Général d’Osiatis

depuis 1998, il a débuté sa carrière en 1984 comme trader chez

LOUIS DREYFUS, avant de rejoindre, en 1986, THOMSON-CSF.

Il a exercé la fonction de Directeur Financier au sein de plusieurs unités du Groupe THOMSON-CSF dont SODETEG et THOMAINFOR, dont il a pris la Direction Générale en 1997.




Directeur général : Alain ROUMILHAC,

45 ans, Ingénieur Arts et Métiers, débute sa carrière chez

IBM en 1984. Il occupe d’abord des postes commerciaux et de

management dans le secteur de l’industrie.

Il rejoint IBM Global Services en 1995 comme directeur du

secteur Public, Energies et Télécommunications avant de prendre la direction des Opérations de la Division Intégration de Systèmes.En septembre 1989, il est nommé Vice-Président de la Division des Services d’Infrastructures et de Maintenance pour l’Europe de l’Ouest.

Depuis juillet 2005, il était Vice-Président au sein d’IBM Global Services France, en charge des lignes de services (Strategic Outsourcing, Infrastructure Services et Maintenance).

Il est charge au sein d’Osiatis du développement commercial et des activités d’ingénierie.



Directeur Commercial :
Bernard Rigois




Directeur Stratégie et Innovations :
Claude DURAND




Directeur des Ressources Humaines :
Jacques Olivier




Directeur Administratif et Financier :
Arnaud Beraud SUDREAU



Directeur Administratif, Achats, Qualité, DSI :
Bernard Brunier





Contact Actionnaires et responsable communication :
Céline Beaud




Directeur Pôle A2I :

Pascal Dubois


Directeur Pôle Administration :
Patrick Monseur


Directeur Pôle Maintenance :



Michel Dupitier


Directeur Pôle Technique Télécom, Indus :

Bernard Camus


Directeur Pôle Ingénierie :
Laurent Tournier


Directeur Nord Est :
Carmelo Schimizzi


Directeur France Ouest :
Bertrand Godin


Directeur Sud Est :
Philippe Debard


2.3 Fiche d’identité Osiatis

Forme juridique : Société Anonyme (Directoire & Conseil Surveillance,

n° Siret 41496798400025)
Capital : 4 606 880 €
Actions : 15 631 532 titres (extrême sur les 12 derniers mois : 6,21 € / 7,28 €)
Siège Social : 1, rue du Petit Clamart

78142 Vélizy Villacoublay

Création : 1998
Chiffre d’affaires : 236,2 Millions d’euros
Effectifs : 2848 sur toutes les implantations et 2599 en France (en 2006)

Personnes-clé :

Walter Butler, président du conseil de surveillance
Robert Aydabirian, président du directoire
Jean-Maurice Fritsch, DG, membre du directoire
Alain Roumilhac, DG en charge du développement commercial et des activités d’ingénierie, membre du directoire
François Djindjian, DG Adjoint, membre du directoire
Claude Durand, directeur stratégie et innovation
Secteur d’activité : Service Informatique (SSII)
Produits : • Infogérance d’infrastructures et d’applications

• Ingénierie d’infrastructures et d’applications

• Maintenance d’infrastructures critiques

Dates clés : 1998 Création d’Osiatis à partie des actifs de Thomainfor

2005 Fusion avec le Groupe Focal

Filiales : France, Autriche, Belgique, Espagne, Hongrie et Slovaquie.

2.4 Crédits iconographiques




  1. Toutes les implantations d’Osiatis sur le marché français.


2.5 Organigramme de Gant



2.6 Texte intégral de l’entretient
Interview Osiatis : Jean Deprez
Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis directeur de la communication depuis 10 ans, c’est à dire depuis la création de d’Osiatis. Ma fonction est simple, je m’occupe de l’image de l'entreprise, je traite toutes les formes de communications interne et externe. Osiatis est une société côté en bourse, il y a donc une grosse activité de communication financière.
Est-ce que vous pouvez nous donner en deux mots, une définition de l’activité de l’entreprise ?
Notre service est immatériel et il est très difficile de définir l’immatériel de façon synthétique. Après on a un autre soucis c’est que le propre d’une définition c’est d’être bien compris par tout le monde. Alors tout le monde cela peut être ceux qui connaissent un peu le métier et ceux qui ne connaissent pas donc c’est vraie que c’est un exercice difficile. Tout d'abords nous sommes actif sur un secteur, l’informatique. Notre société est une SSII, est notre principale activité est de faire en sorte que le matériel informatique des entreprise marche au mieux, que cela coûte moins chère et que cela évolue. Cela permet de nous positionné sur un segment de marché qui est différent de celui des constructeur, des gens que l’on appel des “intégrateurs de système”, c’est-à dire, des gens qui vendent des solutions clé en main aux entreprise ( matériel, logiciel, …). Moi j’arrive après quand l’entreprise se pose des questions sur ce qui a été mit en place. Et en général, les entreprises commencent par faire le service elle mais, mais elle externationalisé car elle se rende compte rapidement que c’est pas de leur compétence. Mais aussi qu’elles ne peuvent pas faire évoluer leur système car ce n’est pas leur métier. Le métier d’Osiatis c’est de se substituer au client pour exploiter, administrer, supporter, maintenir, faire évoluer leurs infrastructures informatiques et leurs applications. En un mot notre métier c’est l’infogérance. Les anglo-saxons eux disent “out-sourcing”, qui veut dire simplement externalisé, cependant on évite d’utiliser ce terme car il signifie souvent délocalisation. L’infogérance c’est 80% de l’activité de notre entreprise. Donc majoritairement nous faisons de l’infogérance cependant nous faisons aussi de l'ingénierie, du conseil.

Quel type de management est utilisé, l'organisation de l’entreprise ?
L’entreprise à une organisation très classique, y a des directions fonctionnelles et y a des directions opérationnelles. La direction fonctionnelle c’est la direction administrative et financière, la direction des ressources humaines. Il y a aussi la direction de la production, c’est le muscle de l’entreprise car les personnes qui travaillent dedans sont facturé pour leur service. L’effectif d’Ostiatis en France est d’environ 2700 personnes. Et sur ces 2700 personnes, en support il doit y avoir moins de 200 personnes. Cela veut dire qu’il y a au moins 2500 personnes qui produisent de la valeur. En ce qui concerne notre structure juridique, Osiastis est un groupe donc qu’il y a une “holing” qui s’appelle Osiats mais qui en faite est une boite vide. Osiatis est une société anonyme à directoire et conseil de surveillance. Le directoire des salariés de l’entreprise et le conseil de surveillance à un rôle de contrôle, ce sont ainsi les représentants des actionnaires. Osiatis à un actionnaire principale “Buttler” qui a plus de 50% de la société et ainsi qui contrôle la société. La particularité d’Osiatis c’est que de part son métier la proximité client c’est important, donc on à de nombreuse implantation en France, environ dans les 32.
(Charlotte rebondit) Vous en avez également quelques unes dans les pays de l’Est...
En fait le groupe Osiatis a des filiales donc en France et puis on a une filiale en Espagne, une filiale en Belgique et une filiale en Autriche. Et l’Autriche à ouvert un établissement car il se tourne beaucoup vers l’Europe centrale. Et on a ouvert un établissement en Yougoslavie et en Hongrie. Enfin la caractéristique c’est l’importance de la main d’oeuvre. Nous sommes une société qui produit des services, la technologie maintenant nous permet de faire beaucoup d’intervention à distance. Donc j’ai une personne derrière un écran qui doit être capable d’agir et d’intervenir un peu partout. Mais quand même très souvent un moment ou un autre je peux pas tout faire à distance et nous sommes obligé d’intervenir.
Est-ce que vous pourriez nous dire les caractéristiques principales du marché Osiatis ?
Globalement on est sur un marché de l’entretien service, sur ce marché il y a une ensemble de segment. Tous ce qui est logiciel je l’exclu car je ne développe pas de logiciel et je n’en vend pas non plus. Sur le segment des services j’agis sur deux dimensions de l’informatique. Les infrastructures et les applications. Il y a toute le filiaterie (tuyau, serveur, système d’exploitation ) et j’agit aussi sur les applications qui sont hébergé sur ces infrastructures. Osaitis agit principalement sur les infrastructures (80%), moins sur les applications (20%). Après on redécoupe ça en tranche, je fais essentiellement des métiers lié au support et à l'ingénierie. Soit je fais en sorte que ça marche mieux, soit je fais évoluer pour que ensuite ça puisse marcher mieux. L’entreprise de nos jours à partir du moment où elle veut améliorer son rendement, implicitement elle s’attend à ceux que vous lui proposiez une évolution ...
c’est ce que l’on appel l’infogérance évolutive ?
Nan pas tout à fait. L’évolutive c’est ce que l’on pratique toujours. L’infogérence il y a de façon de voir les choses, il y a l’infogérance globale et l’infogérance sélective. Nous l’infogérance globale on ne fait pas. L’infogérance globale c’est en quelque sorte, moi SSII je vais voire le directeur générale d’une société et que je lui fais comprendre que l’informatique ce n’est pas leur travail et faut laisser ça à des professionnels. Et l’entreprise installe son matériel et son effectif. Cette pratique ne marche pas vraiment en France. Nous on propose de l’infogérance sélective, on s’implante dans l’entreprise par petit bout. L’entreprise fait sous-traiter une partie de son entreprise et si elle est contente elle sous-traite un autre petit bout de son entreprise. De plus l’infogérance sélective ce centre sur la direction informatique et non la globale ce qui rassure plus l’entreprise.

Au niveau du marché, comment vous le segmentez ?
Osiatis comme beaucoup de SSII, on est une société dans un marché assez particulier. On est sur un marché de service informatique. Ce qui est plus important sur le marché ce n’est pas l’offre mais la demande. C’est un marché qui est tiré par la demande. On arrivera jamais à aller voir un DSI et à lui vendre un service dont il n’a pas besoin. Par contre lui il sait quel sont ses problème, il exprime donc ses problèmes et nous on lui propose des solutions. Cela a donc de nombreuse conséquence sur le marketing, on n’invente pas des nouveaux services tout les jours. Le plus efficace c’est d’aller voire au quotidien les clients pour recueillir leurs besoins et les comprendre. On fait donc du sur mesure. Cependant cela coûte chère de faire du sur mesure, donc on a industrialisé nos offres. On est essentiellement une société de grand compte qui représente la majorité de notre chiffre d’affaire, environ 300. Car l’avantage des grands compte c’est que cela a un potentiel énorme, et c’est un peu comme du gruyère on l’on grignote petit bout par petit bout. Cependant c’est très concurrentiel. On remarque que petit à petit on se déplace sur le mid-market car il y a moins de concurrence et cela paye mieux. Enfin on entend par mid-maket, une société qui a au moins 200 à 300 postes de travail. On évite donc les PME, sauf exception.
Quels sont vos principaux concurrents ?
Nous sommes la 5 ème SSII sur notre marché.
Et quels sont ceux devant vous ?
(Hésite) C’est une bonne question ça. Astos, “hystéria”, “sogétie”, … Vous allez me dire pour un mec qui fait du marketing il ne maîtrise pas trop la connaissance de la concurrence. Mais ça c’est une conséquence de ce que je vous aie dit tout à leur, avec l’histoire d'offre et de demande. On s’intéresse à la concurrence, lorsque que l’on est un marché tiré par l’offre. Nous SSII, le fait de savoir ce que fait Atos ne nous intéresse pas vraiment, la vérité c’est que c’est le client qui vient. Le marketing est malheureusement faible dans les SSII française. Donc je ne surveille pas mes concurrents car au final cela ne me sert à rien, vaut mieux que je consacre du temps et de l’argent à aller interroger des clients. Bon bien sur de temps en temps je consulte les études de marché. La croissance sur le marché service est entre 5% et 9% par an. C’est un marché récent qui marche très bien mais dont on n’en a pas conscience car on a toujours connu cela.
En ce qui concerne votre avenir avez vous une stratégie car vous vous définissez comme une moyenne entreprise comment comptez-vous vous développer ?
C’est un vrai débat. J’ai une gamme de service qui est très large mais je ne fait pas tout. La conséquence est que cela me légitime pour dire que je suis un spécialiste. Ce qui est dans notre position beaucoup plus valorisant. Nous avons donc une stratégie de spécialise contrairement à Atos qui a une stratégie de généralise par exemple. Evidemment le principe des spécialités c’est qu’elle finisse par se fatiguer. Notre stratégie est de trouvé de nouvelle solution de progression. Alors il y a plusieurs façons de faire cela comme compléter l’offre. Cela dire qu’un jour on envisage de devenir généraliste. On utilise donc nos bons résultats actuels pour investir pour préparer nos bons résultats futurs. Osiatis est pas mal affûter en ce qui concerne l’infogérance des infrastructures Aujourd’hui il y a de nouveau métier autour de l’application ou là la croissance est plus forte que sur le segment infrastructure. Osiatis concentre donc ses efforts et sa croissance externe sur ce secteur là. Nous sommes dans l’obligation de grossir car on est dans un marché ou on est condamné à grossir. Notre est donc de garder notre image de spécialiste dans l’infrastructure et les applications mais il faudra bien que l’on étende nos fonctions en devenant de mois en moins spécialiste.
Comment vous vous distinguez ? Qu’es ce que vous avez de plus par rapport aux concurrents ?
C’est le principale soucie, à partir du moment où on n’a pas de différence sur nos produits service, il faut qu’on trouve ailleurs. L’innovation ne se fait dans les services mais de la façon dont je traite les problèmes du client, qui est le seul endroit ou j’ai un espace pour l’innovation. L’image à également une importance, sur les appels d’offres, mais la différenciation est quand même difficile. C’est pour cela que l’on peut dire que notre marché est très difficile car il est ultra-concurrentiel et que l’on à peut d’espace.

Table des matières



LES UTILITAIRES

Liste des abréviations 4

Résumé Français 5

Résumé Anglais 7

Introduction 9

Sommaire des annexes 65

Remerciements 104

PREMIERE PARTIE

I – L’enquête : Notre équipe, nos ressources et l’interview.
A) Une équipe face aux difficultés

a) l’équipe 11

b) Les recherches 13

c) Notre synthèse 13
B). L’interview

a) Le questionnaire 17

b) Le rendez-vous 19

c) Notre synthèse 23
DEUXIEME PARTIE

II – OSIATIS, une stratégie pour se démarquer
A) Osiatis

a) Sa Présentation et son actualité 25

b) Sa création : Sa structure, son organisation et sa gouvernance 30

c) Son évolution. Une stratégie et un positionnement efficace 32

d) Notre analyse financière 38

B) Les activités proposées par l’entreprise

a) Les prestations et leurs caractéristiques importantes 40

b) Le marché 44

c) Notre choix 48
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Rapport de pers 2 iconRapport de pers 2

Rapport de pers 2 iconL’interaction entre rapport de concurrence et rapport de production salarié

Rapport de pers 2 iconLe rapport du commissaire aux comptes sur ce rapport

Rapport de pers 2 iconRapport gros-bourdieu rapport lesourne

Rapport de pers 2 iconRapport du Congrès de Rome
...

Rapport de pers 2 iconRapport de soutenance pour la thèse de
«le rapport au savoir» au-delà des bibliothèques et des thèses qui s'y rapportent

Rapport de pers 2 iconRapport salarial
«Le syndicat chinois : une institution au cœur du rapport salarial», à paraître, Mondes en Développement, N° 170, p. 141-156

Rapport de pers 2 iconRapport Rapport financier
«personnes âgées» depuis le 1er janvier 2003. En lien avec les associations du mad, nous avons mis en place le portage de repas à...

Rapport de pers 2 iconDiscutions sur le rapport de conjoncture : Mise en forme du rapport...

Rapport de pers 2 iconLe rapport présenté à la 10
«Pratiques d’excellence» en matière de mobilité durable dans les Alpes. Certaines de ces pratiques, concernant également les déplacements...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com